Monitoring of stimulated cycles in assisted reproduction (IVF and ICSI)

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Traditional monitoring of ovarian hyperstimulation during in vitro fertilisation (IVF) treatment has included ultrasonography plus serum estradiol concentration to ensure safe practice by reducing the incidence and severity of ovarian hyperstimulation syndrome (OHSS). The need for intensive monitoring during ovarian stimulation in IVF is controversial. It has been suggested that close monitoring is time consuming, expensive and inconvenient for the woman and simplification of IVF therapy by using ultrasound only should be considered. This systematic review assessed the effects of ovarian monitoring by ultrasound only versus ultrasound plus serum estradiol measurement on IVF outcomes and the occurrence of OHSS in women undergoing stimulated cycles in IVF and intra-cytoplasmic sperm injection (ICSI) treatment.

Objectives

To quantify the effect of monitoring controlled ovarian stimulation in IVF and ICSI cycles with ultrasound plus serum estradiol concentration versus ultrasound only in terms of live birth rates, pregnancy rates and the incidence of OHSS.

Search methods

We searched the Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register of controlled trials, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) on the latest issue of The Cochrane Library, MEDLINE (1966 to May 2007), EMBASE (1980 to May 2007), CINAHL (1982 to May 2007), the National Research Register, and web-based trial databases such as Current Controlled Trials. There was no language restriction. Additionally all references in the identified trials and background papers were checked and authors were contacted to identify relevant published and unpublished data.

Selection criteria

Only randomised controlled trials that compared monitoring with ultrasound plus serum estradiol concentration versus ultrasound only in women undergoing ovarian hyperstimulation for IVF and ICSI treatment were included.

Data collection and analysis

Two review authors independently examined the electronic search results for relevant trials, extracted data and assessed trial quality. They resolved disagreements by discussion with two other authors. Outcomes data were pooled when appropriate and summary statistics presented when limited data did not allow meta-analysis.

Main results

Our search strategy identified 1119 potentially eligible reports, of which two met our inclusion criteria. These involved 411 women who underwent controlled ovarian stimulation monitoring. Our primary outcome of live birth rate was not reported in either study. One trial reported clinical pregnancy rate per woman (33% versus 31%; RR 1.07, 95% CI 0.77 to 1.49), the second trial reported clinical pregnancy rate per oocyte retrieval (22% versus 25%). There was no significant difference between the ultrasound plus estradiol group and the ultrasound alone group in the mean number of oocytes retrieved (WMD -0.55, 95% CI -1.79 to 0.69) and the incidence of ovarian hyperstimulation (RR 0.73, 95% CI 0.30 to 1.78) for the two studies.

Authors' conclusions

There is no evidence from randomised trials to support cycle monitoring by ultrasound plus serum estradiol as more efficacious than cycle monitoring by ultrasound only on outcomes of live birth and pregnancy rates. A large well-designed randomised controlled trial is needed that reports on live birth rates and pregnancy, with economic evaluation of the costs involved and the views of the women undergoing cycle monitoring. A randomised trial with sufficiently large sample size to test the effects of different monitoring protocols on OHSS, a rare outcome, will pose a great challenge. Until such a trial is considered feasible, cycle monitoring by transvaginal ultrasound plus serum estradiol may need to be retained as a precautionary good practice point.

Résumé

Surveillance des cycles stimulés dans la procréation médicalement assistée (FIV et IICS)

Contexte

La surveillance standard de l'hyperstimulation ovarienne pendant le traitement par fécondation in vitro (FIV) inclut une ultrasonographie avec une concentration d'estradiol sérique afin de garantir la sûreté de cette pratique en réduisant l'incidence et la gravité du syndrome de l'hyperstimulation ovarienne (SHO). La nécessité d'une surveillance intensive lors de la stimulation ovarienne dans une FIV est contestée. Il a été suggéré qu'une surveillance étroite se révèle fastidieuse, onéreuse et peu pratique pour la patiente et que la simplification du traitement par FIV à l'aide d'une échographie seule doit être envisagée. La présente revue systématique a comparé les effets de la surveillance ovarienne par échographie seule à une échographie associée à une mesure de l'estradiol sérique dans les critères de jugement de la FIV et la survenue du SHO chez les femmes faisant l'objet de cycles stimulés dans le traitement par FIV et par injection intracytoplasmique de sperme (IICS).

Objectifs

Quantifier les effets de la surveillance de la stimulation ovarienne contrôlée dans les cycles de FIV et d'IICS avec une échographie associée à une concentration d'estradiol sérique par rapport à une échographie seule en termes de taux de naissances vivantes et de grossesses, mais aussi d'incidence du SHO.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans le dernier numéro de The Cochrane Library, MEDLINE (de 1966 à mai 2007), EMBASE (de 1980 à mai 2007), CINAHL (de 1982 à mai 2007), le National Research Register et les bases de données des essais en ligne comme Current Controlled Trials. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue. Toutes les bibliographies des essais identifiés et tous les articles de référence ont également été consultés. Les auteurs ont été contactés afin d'identifier des données pertinentes publiées et non publiées.

Critères de sélection

Seuls les essais contrôlés randomisés comparant la surveillance échographique avec une concentration d'estradiol sérique à une échographie seule chez des femmes faisant l'objet d'une hyperstimulation ovarienne dans un traitement par FIV et IICS étaient inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les essais pertinents dans les résultats des recherches électroniques, extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des discussions avec deux autres auteurs ont permis de résoudre tout désaccord. Les données de résultats ont été regroupées, le cas échéant, et des statistiques récapitulatives présentées lorsque des données limitées empêchaient toute méta-analyse.

Résultats Principaux

Notre stratégie de recherche a identifié 1 119 rapports potentiellement éligibles, dont deux répondaient à nos critères d'inclusion. Ces derniers impliquaient 411 femmes dont la stimulation ovarienne contrôlée était surveillée. Notre critère de jugement principal concernant le taux de naissances vivantes n'était rapporté dans aucune étude. Un essai rapportait le taux de grossesses cliniques par femme (33 % contre 31 % ; RR 1,07, IC à 95 % 0,77 à 1,49), le deuxième essai rapportait le taux de grossesses cliniques par prélèvement d'ovocytes (22 % contre 25 %). Il n'y avait aucune différence significative entre le groupe de l'échographie avec estradiol et le groupe de l'échographie seule concernant le nombre moyen d'ovocytes prélevés (DMP - 0,55, IC à 95 % - 1,79 à 0,69) et l'incidence de l'hyperstimulation ovarienne (RR 0,73, IC à 95 % 0,30 à 1,78) dans les deux études.

Conclusions des auteurs

Il n'existe aucune preuve dans les essais randomisés permettant de recommander la surveillance échographique des cycles avec de l'estradiol sérique comme étant une méthode plus efficace que la surveillance échographique seule des cycles pour les résultats relatifs aux taux de naissances vivantes et de grossesses. Un essai contrôlé randomisé de grande taille et correctement conçu doit être réalisé et doit rapporter les taux de naissances vivantes et de grossesses, avec une évaluation économique des frais engagés et les avis des femmes dont les cycles sont surveillés. Un essai randomisé avec une taille d'échantillon suffisamment grande pour tester les effets des différents protocoles de surveillance sur le SHO, une condition rare, représente un grand défi. Tant qu'un tel essai ne sera pas considéré comme faisable, la surveillance des cycles par échographie transvaginale avec de l'estradiol sérique devra être maintenue comme élément de bonne pratique préventive.

Plain language summary

Monitoring of stimulated cycles in assisted reproduction involving in vitro fertilisation (IVF) and intra-cytoplasmic sperm injection (ICSI)

To optimise follicle stimulation and prevent the occurrence of ovarian hyperstimulation in controlled ovarian-stimulated cycles, the combination of ultrasound and measurement of serum estradiol concentration has traditionally been accepted as the gold standard monitoring protocol in IVF and ICSI procedures. It has been suggested that this follow-up protocol can be simplified by using ultrasound only. This review found no evidence that combined monitoring is more effective than ultrasound monitoring alone on outcomes of live birth and pregnancy rate. Interpretation of ultrasound involves some degree of inter-observer variability. Until future trials prove otherwise, the practice of combined monitoring for stimulated cycles should be retained.

Résumé simplifié

Surveillance des cycles stimulés dans la procréation médicalement assistée (FIV et IICS)

Surveillance des cycles stimulés dans la procréation médicalement assistée impliquant la fécondation in vitro (FIV) et l'injection intracytoplasmique de sperme (IICS)

Pour optimiser la stimulation folliculaire et prévenir l'apparition d'une hyperstimulation ovarienne dans les cycles ovariens stimulés contrôlés, la combinaison d'une échographie à des mesures de la concentration d'estradiol sérique était généralement acceptée comme protocole de surveillance standard de référence dans les procédures de FIV et IICS. Il a été suggéré de simplifier ce protocole de suivi par l'utilisation d'échographies seules. La présente revue n'a trouvé aucune preuve selon laquelle une surveillance combinée serait plus efficace qu'une surveillance échographique seule pour les résultats des taux de naissances vivantes et de grossesses. L'interprétation échographique implique un certain degré de variabilité inter-observateur. Tant que des essais futurs ne prouveront pas le contraire, la pratique consistant en une surveillance combinée des cycles stimulés doit être maintenue.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 19th February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux;

Ancillary