Intervention Review

Sensory environment on health-related outcomes of hospital patients

  1. Amy Drahota1,*,
  2. Derek Ward2,
  3. Heather Mackenzie2,
  4. Rebecca Stores2,
  5. Bernie Higgins3,
  6. Diane Gal4,
  7. Taraneh P Dean2

Editorial Group: Cochrane Effective Practice and Organisation of Care Group

Published Online: 14 MAR 2012

Assessed as up-to-date: 10 AUG 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD005315.pub2

How to Cite

Drahota A, Ward D, Mackenzie H, Stores R, Higgins B, Gal D, Dean TP. Sensory environment on health-related outcomes of hospital patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD005315. DOI: 10.1002/14651858.CD005315.pub2.

Author Information

  1. 1

    National Institute for Health Research, UK Cochrane Centre, Oxford, Oxfordshire, UK

  2. 2

    University of Portsmouth, School of Health Sciences & Social Work, Portsmouth, Hampshire, UK

  3. 3

    University of Portsmouth, Department of Mathematics, Portsmouth, Hampshire, UK

  4. 4

    Irigny, France

*Amy Drahota, UK Cochrane Centre, National Institute for Health Research, Summertown Pavilion, Middle Way, Oxford, Oxfordshire, OX2 7LG, UK. amy.drahota@port.ac.uk. adrahota@cochrane.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 MAR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Hospital environments have recently received renewed interest, with considerable investments into building and renovating healthcare estates. Understanding the effectiveness of environmental interventions is important for resource utilisation and providing quality care.

Objectives

To assess the effect of hospital environments on adult patient health-related outcomes.

Search methods

We searched: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (last searched January 2006); MEDLINE (1902 to December 2006); EMBASE (January 1980 to February 2006); 14 other databases covering health, psychology, and the built environment; reference lists; and organisation websites. This review is currently being updated (MEDLINE last search October 2010), see Studies awaiting classification.

Selection criteria

Randomised and non-randomised controlled trials, controlled before-and-after studies, and interrupted times series of environmental interventions in adult hospital patients reporting health-related outcomes.

Data collection and analysis

Two review authors independently undertook data extraction and 'Risk of bias' assessment. We contacted authors to obtain missing information. For continuous variables, we calculated a mean difference (MD) or standardized mean difference (SMD), and 95% confidence intervals (CI) for each study. For dichotomous variables, we calculated a risk ratio (RR) with 95% confidence intervals (95% CI). When appropriate, we used a random-effects model of meta-analysis. Heterogeneity was explored qualitatively and quantitatively based on risk of bias, case mix, hospital visit characteristics, and country of study.

Main results

Overall, 102 studies have been included in this review. Interventions explored were: 'positive distracters', to include aromas (two studies), audiovisual distractions (five studies), decoration (one study), and music (85 studies); interventions to reduce environmental stressors through physical changes, to include air quality (three studies), bedroom type (one study), flooring (two studies), furniture and furnishings (one study), lighting (one study), and temperature (one study); and multifaceted interventions (two studies). We did not find any studies meeting the inclusion criteria to evaluate: art, access to nature for example, through hospital gardens, atriums, flowers, and plants, ceilings, interventions to reduce hospital noise, patient controls, technologies, way-finding aids, or the provision of windows. Overall, it appears that music may improve patient-reported outcomes such as anxiety; however, the benefit for physiological outcomes, and medication consumption has less support. There are few studies to support or refute the implementation of physical changes, and except for air quality, the included studies demonstrated that physical changes to the hospital environment at least did no harm.

Authors' conclusions

Music may improve patient-reported outcomes in certain circumstances, so support for this relatively inexpensive intervention may be justified. For some environmental interventions, well designed research studies have yet to take place.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sensory environment on health-related outcomes of hospital patients

The hospital environment (such as sounds, pictures, aromas, design, air quality, furnishings, architecture, and layout), may have an impact on the health of patients within it. This review aims to summarise the best available evidence on hospital environments, in order to help people involved in the design of hospital environments make decisions that will benefit patients' health.

The review identified 102 relevant studies, 85 of which were on the use of music in hospital. Other environmental aspects considered were: aromas (two studies), audiovisual distractions (five studies), decoration (one study), air quality (three studies), bedroom type (one study), flooring (two studies), furniture and furnishings (one study), lighting (one study), temperature (one study), and multiple design changes (two studies). No studies meeting the inclusion criteria were found to evaluate: art, access to nature for example through hospital gardens, atriums, flowers, and plants, ceilings, interventions to reduce hospital noise, patient controls, technologies, way-finding aids, or the provision of windows.

Overall, it appears that music in hospital may help improve patient-reported outcomes such as anxiety; however, there is less evidence to support the use of music for physiological outcomes (such as reducing heart rate and blood pressure) and for reducing the use of medications. For other aspects of hospital environments, there are not very many well designed studies to help with making evidence-based design decisions. The studies that have been included in this review show that physical changes made to 'improve' the hospital environment on the whole do no harm.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'effet de l'environnement sensoriel sur les critères de jugement liés à la santé chez les patients hospitalisés

Contexte

Les environnements hospitaliers ont récemment fait l'objet d'un regain d'intérêt et des sommes considérables ont été investies dans la construction et la rénovation d'établissements de santé. Il est important de comprendre l'efficacité des interventions sur l'environnement pour l'utilisation des ressources et la prestation de soins de santé.

Objectifs

Evaluer l'effet de l'environnement hospitalier sur les critères de jugement liés à la santé chez les patients adultes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans : le registre Cochrane des essais contrôlés (dernière recherche effectuée en janvier 2006) ; MEDLINE (de 1902 à décembre 2006) ; EMBASE (de janvier 1980 à février 2006) ; 14 autres bases de données concernant la santé, la psychologie et l'environnement construit ; des références bibliographiques ; et des sites web d'organisations. Cette revue est actuellement mise à jour (dernière recherche dans MEDLINE effectuée en octobre 2010), voir Etudes en attente de classification.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et non randomisés, les études contrôlées avant/après, et les séries temporelles interrompues d'interventions environnementales chez des patients adultes hospitalisés signalant des critères de jugement liés à la santé.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont entrepris l'extraction des données et l'évaluation du « Risque de biais » de manière indépendante. Nous avons contacté les auteurs afin d’obtenir les informations manquantes. Pour les variables continues, nous avons calculé une différence moyenne (DM) ou une différence moyenne standardisée (DMS) et des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour chaque étude. Pour les variables dichotomiques, nous avons calculé un risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance à 95 % (IC à 95 %). Lorsque cela était approprié, nous avons utilisé un modèle de méta-analyse à effets aléatoires. L'hétérogénéité a été évaluée qualitativement et quantitativement en fonction du risque de biais, de l'éventail des cas, des caractéristiques des consultations hospitalières et du pays de l'étude.

Résultats Principaux

Au total, 102 études ont été incluses dans cette revue. Les interventions examinées étaient les suivantes : les « faux positifs », comprenant la diffusion de parfums (deux études), les divertissements audiovisuels (cinq études), la décoration (une étude) et la musique (85 études) ; les interventions réduisant les facteurs de stress environnementaux par des changements physiques, comprenant la qualité de l'air (trois études), le type de chambre (une étude), le revêtement de sol (deux études), le mobilier et les articles d'ameublement (une étude), l'éclairage (une étude) et la température (une étude) ; et les interventions à multiples facettes (deux études). Nous n'avons pas trouvé d'études répondant aux critères d'inclusion et évaluant : l'art, l'accès à la nature, par exemple par des jardins d'hôpitaux, des cours intérieures, des fleurs et des plantes, les plafonds, les interventions de réduction du bruit dans l'hôpital, les patients témoins, les technologies, la signalétique ou la présence de fenêtres. Globalement, il semble que la musique améliore les critères de jugement signalés par les patients, tels que l'anxiété ; cependant, le bénéfice pour les critères de jugement physiologiques et la consommation de médicaments est moins corroboré. Peu d'études soutiennent ou réfutent l'application de changements physiques et, sauf pour la qualité de l'air, les études incluses ont démontré que les changements physiques apportés à l'environnement hospitalier n'étaient, au minimum, pas préjudiciables.

Conclusions des auteurs

La musique peut améliorer les critères de jugement signalés par les patients dans certains cas, il peut donc être justifié de soutenir cette intervention relativement peu onéreuse. Pour certaines interventions environnementales, des études bien conçues doivent encore être réalisées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'effet de l'environnement sensoriel sur les critères de jugement liés à la santé chez les patients hospitalisés

L'effet de l'environnement sensoriel sur les critères de jugement liés à la santé chez les patients hospitalisés

L'environnement hospitalier (tel que les sons, les images, les parfums, le design, la qualité de l'air, le mobilier, l'architecture et l'agencement), peut avoir un impact sur la santé des patients. Cette revue a pour objet de résumer les meilleures preuves disponibles sur les environnements hospitaliers afin d'aider les personnes impliquées dans le design de ces environnements à prendre des décisions qui seront profitables à la santé des patients.

La revue a identifié 102 études pertinentes, dont 85 portaient sur l'utilisation de la musique dans l'hôpital. Les autres aspects environnementaux examinés étaient : les parfums (deux études), les divertissements audiovisuels (cinq études), la décoration (une étude), la qualité de l'air (trois études), le type de chambre (une étude), le revêtement de sol (deux études), le mobilier et les articles d'ameublement (une étude), l'éclairage (une étude), la température (une étude) et de multiples changements de design (deux études). Il n'a été trouvé aucune étude répondant aux critères d'inclusion et évaluant : l'art, l'accès à la nature, par exemple par des jardins d'hôpitaux, des cours intérieures, des fleurs et des plantes, les plafonds, les interventions de réduction du bruit dans l'hôpital, les patients témoins, les technologies, la signalétique ou la présence de fenêtres.

Globalement, il semble que la musique dans les hôpitaux pourrait aider à améliorer les critères d'évaluation signalés par les patients, tels que l'anxiété ; cependant, il y a moins de preuves corroborant l'usage de la musique pour les critères d'évaluation physiologiques (tels que la réduction de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle) et pour la réduction de l'usage de médicaments. Pour les autres aspects de l'environnement hospitalier, il n'y a pas beaucoup d'études bien conçues pour aider à prendre des décisions basées sur des preuves concernant le design. Les études qui ont été incluses dans cette revue montrent que les changements physiques apportés pour « améliorer » l'environnement hospitalier dans son ensemble ne sont pas préjudiciables.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français