Intervention Review

You have free access to this content

Media-delivered cognitive behavioural therapy and behavioural therapy (self-help) for anxiety disorders in adults

  1. Evan Mayo-Wilson1,*,
  2. Paul Montgomery2

Editorial Group: Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Group

Published Online: 9 SEP 2013

Assessed as up-to-date: 1 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD005330.pub4


How to Cite

Mayo-Wilson E, Montgomery P. Media-delivered cognitive behavioural therapy and behavioural therapy (self-help) for anxiety disorders in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 9. Art. No.: CD005330. DOI: 10.1002/14651858.CD005330.pub4.

Author Information

  1. 1

    University College London, Research Department of Clinical, Educational and Health Psychology, London, UK

  2. 2

    University of Oxford, Centre for Evidence-Based Intervention, Social Policy & Intervention, Oxford, UK

*Evan Mayo-Wilson, Research Department of Clinical, Educational and Health Psychology, University College London, 1-19 Torrington Place, London, WC1E 7HB, UK. evan.mayowilson@gmail.com. e.mayo-wilson@ucl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 9 SEP 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Background

Anxiety disorders are the most common mental health problems. They are chronic and unremitting. Effective treatments are available, but access to services is limited. Media-delivered behavioural and cognitive behavioural interventions (self-help) aim to deliver treatment with less input from professionals compared with traditional therapies.

Objectives

To assess the effects of media-delivered behavioural and cognitive behavioural therapies for anxiety disorders in adults.

Search methods

Published and unpublished studies were considered without restriction by language or date. The Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Review Group's Specialized Register (CCDANCTR) was searched all years to 1 January 2013. The CCDANCTR includes relevant randomised controlled trials from the following bibliographic databases: The Cochrane Library (all years), EMBASE (1974 to date), MEDLINE (1950 to date) and PsycINFO (1967 to date). Complementary searches were carried out on Ovid MEDLINE (1950 to 23 February 2013) and PsycINFO (1987 to February, Week 2, 2013), together with International trial registries (the trials portal of the World Health Organization (ICTRP) and ClinicalTrials.gov). Reference lists from previous meta-analyses and reports of randomised controlled trials were checked, and authors were contacted for unpublished data.

Selection criteria

Randomised controlled trials of media-delivered behavioural or cognitive behavioural therapy in adults with anxiety disorders (other than post-traumatic stress disorder) compared with no intervention (including attention/relaxation controls) or compared with face-to-face therapy.

Data collection and analysis

Both review authors independently screened titles and abstracts. Study characteristics and outcomes were extracted in duplicate. Outcomes were combined using random-effects models, and tests for heterogeneity and for small study bias were conducted. We examined subgroup differences by type of disorder, type of intervention provided, type of media, and recruitment methods used.

Main results

One hundred and one studies with 8403 participants were included; 92 studies were included in the quantitative synthesis. These trials compared several types of media-delivered interventions (with varying levels of support) with no treatment and with face-to-face interventions. Inconsistency and risk of bias reduced our confidence in the overall results. For the primary outcome of symptoms of anxiety, moderate-quality evidence showed medium effects compared with no intervention (standardised mean difference (SMD) 0.67, 95% confidence interval (CI) 0.55 to 0.80; 72 studies, 4537 participants), and low-quality evidence of small effects favoured face-to-face therapy (SMD -0.23, 95% CI -0.36 to -0.09; 24 studies, 1360 participants). The intervention was associated with greater response than was seen with no treatment (risk ratio (RR) 2.34, 95% CI 1.81 to 3.03; 21 studies, 1547 participants) and was not significantly inferior to face-to-face therapy in these studies (RR 0.78, 95 % CI 0.56 to 1.09; 10 studies, 575 participants), but the latter comparison included versions of therapies that were not as comprehensive as those provided in routine clinical practice. Evidence suggested benefit for secondary outcome measures (depression, mental-health related disability, quality of life and dropout), but this evidence was of low to moderate quality. Evidence regarding harm was lacking.

Authors' conclusions

Self-help may be useful for people who are not able or are not willing to use other services for people with anxiety disorders; for people who can access it, face-to-face cognitive behavioural therapy is probably clinically superior. Economic analyses were beyond the scope of this review.

Important heterogeneity was noted across trials. Recent interventions for specific problems that incorporate clinician support may be more effective than transdiagnostic interventions (i.e. interventions for multiple disorders) provided with no guidance, but these issues are confounded in the available trials.

Although many small trials have been conducted, the generalisability of their findings is limited. Most interventions tested are not available to consumers. Self-help has been recommended as the first step in the treatment of some anxiety disorders, but the short-term and long-term effectiveness of media-delivered interventions has not been established. Large, pragmatic trials are needed to evaluate and to maximise the benefits of self-help interventions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Self-help for anxiety disorders

Anxiety disorders are common. They interfere with normal living, and they tend not to go away without treatment. Effective treatments are available, including cognitive behavioural therapy. These are known to work when delivered in person, but many people cannot access face-to-face treatment. This review examined 101 clinical trials of self-help and statistically analysed 92 of them. In these trials, 8403 people received self-help or were assigned to a control condition. 

Overall, self-help with some support from a professional appears to be more effective than no treatment. Only half of the people who used self-help were better at the end of treatment, but self-help may still be considered effective because people with anxiety do not tend to get better without treatment. Self-help may be less effective than normal face-to-face therapy. Some results were difficult to interpret because the effects of treatments varied and the risk of overestimating the results was serious because of limitations in the study methods. We conclude that self-help is probably better than no treatment, but many people with an anxiety disorder would get better results from treatment provided by a skilled psychologist. Furthermore, most of the self-help materials used in these studies are intended for research and are not available to the public, so the results reported here may not apply to commercially available products.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

La thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie comportementale par media (auto-assistées) pour les troubles anxieux chez les adultes

Contexte

Les troubles anxieux sont les problèmes de santé mentale les plus courants. Ils sont chroniques et incessants. Des traitements efficaces sont disponibles, mais l'accès aux services est limité. La thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie comportementale par media (auto-assistées) visent à administrer le traitement avec moins de participation des professionnels par rapport aux traitements conventionnels.

Objectifs

Évaluer les effets des thérapies cognitivo-comportementale et comportementale par media (auto-assistées) pour les troubles anxieux chez les adultes.

Stratégie de recherche documentaire

Les études publiées et non publiées ont été prises en compte sans restriction de langue ou de date. Le Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Review Group's Specialized Register(CCDANCTR) a fait l'objet de recherches dans toutes les années jusqu' au 1er janvier 2013. Le CCDANCTR comprend des essais contrôlés randomisés pertinents issus des bases de données bibliographiques suivantes: La Bibliothèque Cochrane (toutes les années), EMBASE (de 1974 à la date indiquée), MEDLINE (de 1950 à la date indiquée) et PsycINFO (1967 à la date indiquée). Des recherches complémentaires ont été effectuées dans Ovid MEDLINE (de 1950 jusqu' au 23 février 2013) et PsycINFO (de 1987 à février, la semaine 2, 2013), ainsi que dans les registres d'essais internationaux(portail des essais de l'Organisation Mondiale de la Santé (ICTRP) and ClinicalTrials.gov).. Les listes de références bibliographiques des méta-analyses précédentes et les rapports d'essais contrôlés randomisés ont été examinés, et les auteurs ont été contactés pour obtenir des données non publiées.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés de thérapie comportementale ou cognitivo-comportementale par media chez les adultes atteints de troubles anxieux (autres que le trouble de stress post-traumatique) par rapport à l'absence d'intervention (y compris les contrôles en attention/relaxation) ou par rapport à un traitement en face à face.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres et résumés. Les caractéristiques des études et les résultats ont fait l'objet d'une double extraction. Les résultats ont été combinés en utilisant des modèles à effets aléatoires, et des tests d'hétérogénéité et de biais pour études de petite taille ont été réalisés. Nous avons examiné les différences en sous-groupes par type de trouble, par type d'intervention fournie, par type de média, et par méthode de recrutement utilisée.

Résultats principaux

Cent et une études totalisant 8403 participants ont été inclues; 92 études ont été incluses dans la synthèse quantitative. Ces essais comparaient différents types d'interventions par media (avec différents niveaux de soutien) avec l'absence de traitement et avec des interventions en face à face. L'hétérogénéité et le risque de biais réduisent notre confiance dans les résultats globaux. Pour le critère de jugement principal relatif aux symptômes d'anxiété, des preuves de qualité modérée ont montré des effets moyens par rapport à l'absence d'intervention (différence moyenne standardisée (DMS) 0,67, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,55 à 0,80; 72 études, 4537 participants), et des preuves de médiocre qualité de petits effets en faveur de la thérapie en face à face (DMS -0,23, IC à 95% -0,36 à -0,09; 24 études, 1360 participants). L'intervention était associée à une réponse plus grande que celle observée avec l'absence de traitement (risque relatif (RR) 2,34, IC à 95% 1,81 à 3,03; 21 études, 1547 participants) et n'était pas significativement inférieure à un traitement en face à face dans ces études (RR 0,78, IC à 95% 0,56 à 1,09; 10 études, a participants), mais cette dernière comparaison incluait des versions de traitements qui n'étaient pas aussi exhaustives que celles dispensées dans la pratique clinique courante. Des preuves suggéraient un bénéfice pour les critères de jugement secondaires (dépression, incapacités liées à la santé mentale, qualité de vie et sortie d'étude), mais ces preuves étaient de qualité faible à modérée. Les preuves concernant les effets délétères étaient absentes.

Conclusions des auteurs

L'auto-assistance peut être utile pour les personnes qui ne sont pas en mesure ou ne sont pas disposées à utiliser d'autres services destinés aux patients atteints de troubles anxieux; pour les personnes qui peuvent y avoir accès la thérapie cognitivo-comportementale en face à face, est probablement cliniquement supérieure. Les analyses économiques n'étaient pas dans le champ de cette revue.

Une importante hétérogénéité entre les essais a été observée. De récentes interventions pour des problèmes spécifiques qui incorporent une aide de cliniciens sont peut être plus efficaces que les interventions "transdiagnostiques" ( comme par exemple les interventions pour plusieurs troubles ) fournies sans recommandations, mais ces questions sont irrésolues dans les essais disponibles.

Bien que de nombreux essais de petite taille ont été réalisés, la possibilité de généraliser leurs résultats est limitée. La plupart des interventions testées ne sont pas disponibles pour les consommateurs. L'auto-assistance a été recommandée comme la première étape dans le traitement de certains troubles anxieux, mais l'efficacité à court terme et à long terme des interventions par média n'a pas été établie. De grands essais pragmatiques sont nécessaires pour évaluer et optimiser les bénéfices des interventions d'auto-assistance.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Auto-assistance pour le traitement des troubles anxieux

Les troubles anxieux sont courants. Ils interfèrent avec les activités normales, et ils ont tendance à ne pas disparaître sans traitement. Des traitements efficaces sont disponibles, notamment la thérapie cognitivo-comportementale. Ces traitements sont connus pour fonctionner lorsqu' ils sont administrés en direct, mais de nombreuses personnes ne peuvent pas avoir accès au traitement en face à face. Cette revue a examiné 101 essais cliniques d'auto-assistance et a analysé statistiquement 92 d'entre eux. Dans ces essais, 8403 personnes ont reçu l'auto-assistance ou ont été assignés à un groupe de contrôle. 

Globalement, l'auto-assistance accompagnée d'une certaine forme d'aide par un professionnel apparaît plus efficace que l'absence de traitement. Seule la moitié des personnes ayant utilisé l'auto-assistance étaient mieux à la fin du traitement, mais l'auto-assistance peut encore être considérée comme efficace, car les personnes souffrant d'anxiété ont tendance à ne pas être améliorées sans traitement. L'auto-assistance pourrait être moins efficace que le traitement normal en face à face. Certains résultats étaient difficiles à interpréter car les effets des traitements étaient variables et le risque de surestimation des résultats était sérieux en raison de limitations dans les méthodes d'étude. Nous avons conclu que l'auto-assistance est probablement meilleure que l'absence de traitement, mais de nombreuses personnes souffrant d'un trouble anxieux auraient de meilleurs résultats avec un traitement fourni par un psychologue qualifié. En outre, la plupart des documents d'auto-assistance utilisés dans ces études sont conçus pour la recherche et ne sont pas disponibles pour le public, de sorte que les résultats rapportés ici peuvent ne pas s'appliquer aux produits disponibles dans le commerce.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th December, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

 

Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Samopomoć za anksiozne poremećaje

Anksiozni poremećaji česta su pojava. Sprječavaju normalno svakodnevno funkcioniranje osobe, a najčešće ne nestaju bez liječenja. Dostupne su učinkovite metode liječenja za anksioznost, uključujući kognitivno-bihevioralnu terapiju. Poznato je da te metode djeluju kada ih pruža direktno terapeut, no velikome broju ljudi nije dostupna takva terapija licem u lice. Ovaj je Cochrane sustavni pregled uključio je 101 klinički pokus o samopomoći za anksioznost i statistički obradio njih 92. U tim je istraživanjima sudjelovalo 8403 ispitanika u skupini koja je ispitivala učinkovitost samopomoći ili u kontrolnoj skupini.

Analizirani dokazi pokazuju da se samopomoć uz neki oblik profesionalne podrške čini učinkovitijom nego nikakvo liječenje. Samo je polovica ljudi koja je koristila samopomoć bila bolje na kraju liječenja, ali se samopomoć svejedno smatra učinkovitom s obzirom da se ljudi s anksioznošću ne oporavljaju bez liječenja. Samopomoć može biti manje učinkovita nego terapija licem u lice. Neke je rezultate bilo teško protumačiti jer su se učinci liječenja razlikovali i postojao je ozbiljan rizik od precjenjivanja rezultata zbog ograničenja u metodama istraživanja. Autori zaključuju da je samopomoć vjerojatno bolja nego nedostatak liječenja uopće, ali da bi ljudi s anksioznim poremećajem imali bolje rezultate liječenja ako bi im terapiju pružio stručni psiholog. Nadalje, većina materijala samopomoći korištena u ovome istraživanju namijenjena je istraživanjima i nije otvorena javnosti pa ovdje navedeni rezultati možda neće biti primjenjivi na komercijalno dostupne proizvode.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane ogranak.
Prevela: Marija Franka Marušić