This is not the most recent version of the article. View current version (23 JAN 2014)

Intervention Review

Insulin for glycaemic control in acute ischaemic stroke

  1. M Fernanda Bellolio1,*,
  2. Rachel M Gilmore1,
  3. Latha G Stead2

Editorial Group: Cochrane Stroke Group

Published Online: 7 SEP 2011

Assessed as up-to-date: 20 DEC 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD005346.pub3

How to Cite

Bellolio MF, Gilmore RM, Stead LG. Insulin for glycaemic control in acute ischaemic stroke. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 9. Art. No.: CD005346. DOI: 10.1002/14651858.CD005346.pub3.

Author Information

  1. 1

    Mayo Clinic, Department of Emergency Medicine, Rochester, Minnesota, USA

  2. 2

    University of Florida, Department of Emergency Medicine, Gainesville, Florida, USA

*M Fernanda Bellolio, Department of Emergency Medicine, Mayo Clinic, Genrose Building-G410, 200 First Street SW, Rochester, Minnesota, 55905, USA. BellolioAvaria.MariaFernanda@mayo.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 7 SEP 2011

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (23 JAN 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Patients with hyperglycaemia concomitant with an acute stroke have greater stroke severity and greater functional impairment when compared to those with normoglycaemia at stroke presentation.

Objectives

To determine whether maintaining serum glucose within a specific normal range (4 to 7.5 mmol/L) in the first 24 hours of acute ischaemic stroke influences outcome.

Search methods

We searched the Cochrane Stroke Group Trials Register (June 2010), CENTRAL (The Cochrane Library 2010, Issue 2), MEDLINE (1950 to June 2010), EMBASE (1980 to June 2010), CINAHL (1982 to June 2010), Science Citation Index (1900 to June 2010), and Web of Science (ISI Web of Knowledge) (1993 to June 2010). In an effort to identify further published, unpublished and ongoing trials we searched ongoing trials registers and SCOPUS.

Selection criteria

Eligible studies were randomised controlled trials comparing intensively monitored insulin therapy versus usual care in adult patients with acute ischaemic stroke.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted the study characteristics, study quality, and data to estimate the odds ratio (OR) and 95% confidence interval (CI), mean difference (MD) and standardised mean difference (SMD) of outcome measures.

Main results

We included seven trials involving 1296 participants (639 participants in the intervention group and 657 in the control group). We found that there was no difference between treatment and control groups in the outcome of death or disability and dependence (OR 1.00, 95% CI 0.78 to 1.28) or final neurological deficit (SMD -0.12, 95% CI -0.23 to 0.00). The rate of symptomatic hypoglycaemia was higher in the intervention group (OR 25.9, 95% CI 9.2 to 72.7). In the subgroup analyses of diabetes mellitus (DM) versus non-DM, we found no difference for the outcomes of death and dependency or neurological deficit.

Authors' conclusions

With the current evidence, we found that the administration of intravenous insulin with the objective of maintaining serum glucose within a specific range in the first hours of acute ischaemic stroke does not provide benefit in terms of functional outcome, death, or improvement in final neurological deficit and significantly increased the number of hypoglycaemic episodes. Specifically, those who were maintained within a more tight range of glycaemia with intravenous insulin experienced a greater risk of symptomatic and asymptomatic hypoglycaemia than those individuals in the control group.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Insulin for controlling high blood sugar levels in people who have had an acute ischaemic stroke

After a stroke, people with high levels of sugar in their blood do not recover as well as those with lower levels. Insulin can reduce blood sugar levels. We do not know what the optimal level of blood sugar should be after a stroke. We searched for trials which compared usual care with intensive insulin treatment (trying to keep blood sugar levels within the normal range) after stroke. We found seven trials involving 1296 participants. Keeping the blood sugar level within a tight range of 4 to 7.5 mmol/L immediately after a stroke did not improve the outcome. It did, however, significantly increase the chance of experiencing very low blood sugar levels (hypoglycaemia), which can be harmful. On balance, the trials did not show any benefit from intensive control of blood sugar levels after stroke.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Insuline pour le contrôle glycémique dans l'accident vasculaire cérébral (AVC)

Contexte

Les patients souffrant d'hyperglycémie concomitante à un AVC aigu ont un AVC plus grave et une incapacité fonctionnelle plus importante que les patients présentant une normo-glycémie au moment de l'AVC.

Objectifs

Déterminer si le fait de maintenir le taux de glycémie dans le sérum dans une fourchette normale spécifique (4 à 7,5 mmol/L) dans les 24 heures suivant un AVC ischémique aigu influence les résultats.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre d'essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (juin 2010), CENTRAL (The Cochrane Library 2010, numéro 2), MEDLINE (de 1950 à juin 2010), EMBASE (de 1980 à juin 2010), CINAHL (de 1982 à juin 2010), Science Citation Index (de 1900 à juin 2010) et Web of Science (ISI Web of Knowledge) (de 1993 à juin 2010). En vue d'identifier d'autres essais publiés, non publiés et en cours, nous avons consulté des registres d'essais en cours et SCOPUS.

Critères de sélection

Les études éligibles étaient des essais contrôlés randomisés comparant un traitement par insuline sous contrôle intensif versus les soins habituels chez des patients adultes victimes d'un AVC ischémique aigu.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les caractéristiques des études, leur qualité et les données pour estimer le rapport des cotes (RC) et un intervalle de confiance (IC) à 95 %, la différence moyenne (DM) et la différence moyenne standardisée (DMS) des mesures des résultats.

Résultats Principaux

Nous avons inclus sept essais avec 1 296 participants (639 participants dans le groupe d'intervention et 657 dans le groupe témoin). Nous avons découvert qu'il n'y avait pas de différence entre le groupe de traitement et le groupe témoin pour le critère de jugement de mortalité ou incapacité et dépendance (RC 1,00, IC à 95 % de 0,78 à 1,28) ou déficit neurologique final (MDS -0,12, IC à 95 % de -0,23 à 0,00). Le taux d'hypoglycémie symptomatique était supérieur dans le groupe d'intervention (RC 25,9, IC à 95 % de 9,2 à 72,7). Dans les analyses de sous-groupes du diabète de type 2 (DT2) versus non DT2, nous n'avons trouvé aucune différence pour le critère de jugement de mortalité et dépendance ou déficit neurologique.

Conclusions des auteurs

Avec les preuves actuelles, nous avons trouvé que l'administration d'insuline intraveineuse dans le but de maintenir le glucose dans le sérum dans une fourchette spécifique, dans les premières heures suivant un AVC ischémique aigu n'est pas bénéfique en termes de résultat fonctionnel, mortalité ou amélioration du déficit neurologique final et augmente significativement le nombre d'épisodes hypoglycémiques. En particulier les personnes dont le taux de glycémie était maintenu dans une fourchette plus étroite avec l'insuline intraveineuse présentaient un risque plus important d'hypoglycémie symptomatique et asymptomatique que les sujets du groupe témoin.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Insuline pour le contrôle glycémique dans l'accident vasculaire cérébral (AVC)

Insuline pour contrôler le taux de glycémie élevé chez des personnes ayant fait un AVC ischémique aigu

Après un AVC, les personnes ayant un taux de glycémie élevé ne guérissent pas aussi bien que celles qui ont un taux plus bas. L'insuline peut réduire le taux de glycémie. Nous ignorons quel devrait être le taux de glycémie optimum après un AVC. Nous avons recherché des essais comparant les soins habituels et un traitement intensif par insuline (en vue de maintenir le taux de glycémie dans des valeurs normales) après un AVC. Nous avons identifié sept essais portant sur 1 296 participants. Maintenir le taux de glycémie dans une fourchette étroite de 4 à 7,5 mmol/L immédiatement après un AVC n'améliorait pas les résultats. En revanche, cela augmentait significativement les chances d'avoir un taux de glycémie très bas (hypoglycémie), ce qui peut être dangereux. En définitive, les essais n'ont mis en évidence aucun bénéfice du contrôle intensif du taux de glycémie après un AVC.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français