Intervention Review

Omega 3 fatty acid for the prevention of cognitive decline and dementia

  1. Emma Sydenham1,*,
  2. Alan D Dangour2,
  3. Wee-Shiong Lim3

Editorial Group: Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group

Published Online: 13 JUN 2012

Assessed as up-to-date: 6 APR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD005379.pub3

How to Cite

Sydenham E, Dangour AD, Lim WS. Omega 3 fatty acid for the prevention of cognitive decline and dementia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 6. Art. No.: CD005379. DOI: 10.1002/14651858.CD005379.pub3.

Author Information

  1. 1

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Cochrane Injuries Group, London, UK

  2. 2

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Department of Nutrition and Public Health Intervention Research, London, UK

  3. 3

    Tan Tock Seng Hospital, Department of Geriatric Medicine, Singapore, Singapore

*Emma Sydenham, Cochrane Injuries Group, London School of Hygiene & Tropical Medicine, Room 180, Keppel Street, London, WC1E 7HT, UK. emma.sydenham@Lshtm.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 13 JUN 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Evidence from observational studies suggests that diets high in omega-3 long-chain polyunsaturated fatty acids (PUFA) may protect people from cognitive decline and dementia. The strength of this potential protective effect has recently been tested in randomised controlled trials.

Objectives

To assess the effects of omega-3 PUFA supplementation for the prevention of dementia and cognitive decline in cognitively healthy older people.

Search methods

We searched ALOIS - the Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group’s Specialized Register on 6 April 2012 using the terms: "omega 3", PUFA, "fatty acids", "fatty acid", fish, linseed, eicosapentaenoic, docosahexaenoic.

Selection criteria

Randomised controlled trials of an omega-3 PUFA intervention which was provided for a minimum of six months to participants aged 60 years and over who were free from dementia or cognitive impairment at the beginning of the study. Two review authors independently assessed all trials.

Data collection and analysis

The review authors sought and extracted data on incident dementia, cognitive function, safety and adherence, either from published reports or by contacting the investigators for original data. Data were extracted by two review authors. We calculated mean difference (MD) or standardised mean differences (SMD) and 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat basis, and summarised narratively information on safety and adherence.

Main results

Information on cognitive function at the start of a study was available on 4080 participants randomised in three trials. Cognitive function data were available on 3536 participants at final follow-up.

In two studies participants received gel capsules containing either omega-3 PUFA (the intervention) or olive or sunflower oil (placebo) for six or 24 months. In one study, participants received margarine spread for 40 months; the margarine for the intervention group contained omega-3 PUFA. Two studies had cognitive health as their primary outcome; one study of cardiovascular disease included cognitive health as an additional outcome.

None of the studies examined the effect of omega-3 PUFA on incident dementia. In two studies involving 3221 participants there was no difference between the omega-3 and placebo group in mini-mental state examination score at final follow-up (following 24 or 40 months of intervention); MD -0.07 (95% CI -0.25 to 0.10). In two studies involving 1043 participants, other tests of cognitive function such as word learning, digit span and verbal fluency showed no beneficial effect of omega-3 PUFA supplementation. Participants in both the intervention and control groups experienced either small or no cognitive declines during the studies.

The main reported side-effect of omega-3 PUFA supplementation was mild gastrointestinal problems. Overall, minor adverse events were reported by fewer than 15% of participants, and reports were balanced between intervention groups. Adherence to the intervention was on average over 90% among people who completed the trials. All three studies included in this review are of high methodological quality.

Authors' conclusions

Direct evidence on the effect of omega-3 PUFA on incident dementia is lacking. The available trials showed no benefit of omega-3 PUFA supplementation on cognitive function in cognitively healthy older people. Omega-3 PUFA supplementation is generally well tolerated with the most commonly reported side-effect being mild gastrointestinal problems.

Further studies of longer duration are required. Longer-term studies may identify greater change in cognitive function in study participants which may enhance the ability to detect the possible effects of omega-3 PUFA supplementation in preventing cognitive decline in older people.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Fish oils for the prevention of dementia in older people

Dementia is a progressive illness which mainly affects older people. Previous research from observational studies has suggested that increased consumption of fish oils rich in omega-3 long-chain polyunsaturated fatty acids (omega-3 PUFA) may reduce the chance of developing dementia, while other studies show no effect. Oily fish, such as salmon, mackerel, herring and sardines are a rich source of omega-3 PUFA which are essential for brain development.

The authors of this review included studies where healthy participants over the age of 60 years who were cognitively healthy at the start of the study were randomly assigned to receive extra omega-3 PUFA in their diet or a placebo (such as olive oil). The main outcomes of interest were new cases of dementia diagnosed during the study period, cognitive decline, side-effects, and adherence to the intervention.

The authors included three randomised controlled trials involving 3536 participants. In two studies participants were randomly assigned to receive gel capsules containing omega-3 PUFA or olive or sunflower oil for six or 24 months. In the third study, participants were randomly assigned to receive tubs of margarine spread for 40 months (regular margarine versus margarine fortified with omega-3 PUFA).

None of the studies examined the effect of omega-3 PUFA on new dementia cases over the study period. In two studies involving 3221 participants there was no difference between the omega-3 PUFA and placebo group in mini-mental state examination score at final follow-up. In two studies (1043 participants), other tests of cognitive function such as word learning, digit span and verbal fluency showed no beneficial effect of omega-3 PUFA supplementation. Participants in both the intervention and control groups experienced little or no cognitive decline during the studies.

The main reported side-effect of omega-3 PUFA supplementation was mild gastrointestinal problems, but overall minor symptoms were reported by fewer than 15% of participants, and people in the control group were just as likely to report symptoms as those receiving an omega-3 PUFA supplement. Adherence to the supplementation protocol was high in all trials with on average over 90% of supplements being apparently consumed by trial participants. All three studies included in this review were of high methodological quality, and so the findings are unlikely to be due to chance or bias.

The results of the available studies show no benefit for cognitive function with omega-3 PUFA supplementation among cognitively healthy older people. Omega-3 PUFA supplements may have other health benefits, and the authors comment that consumption of fish is recommended as part of a healthy diet.

Longer studies are required, during which greater changes in cognitive function may occur, to enable researchers to identify possible benefits of omega-3 PUFA in preventing cognitive decline.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les acides gras oméga-3 pour la prévention du déclin cognitif et de la démence

Contexte

Des données issues d'études observationnelles laissent penser qu'une alimentation riche en acides gras polyinsaturés à longue chaîne oméga-3 (AGPI oméga-3) peut protéger contre le déclin cognitif et la démence. La puissance de cet effet protecteur potentiel a été récemment examinée dans des essais contrôlés randomisés.

Objectifs

Évaluer les effets de la supplémentation en AGPI oméga-3 pour la prévention de la démence et du déclin cognitif chez les personnes âgées cognitivement saines.

Stratégie de recherche documentaire

Le 6 avril 2012 nous avons effectué une recherche dans ALOIS, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs, à l'aide des termes : « omega 3 », PUFA, « fatty acids », « fatty acid », fish, linseed, eicosapentaenoic, docosahexaenoic (oméga-3, AGPI, acides gras, acide gras, poisson, graines de lin, eicosapentaénoïque, docosahexaénoïque).

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés d'une intervention d'AGPI oméga-3 poursuivie pendant un minimum de six mois sur des participants âgés d'au moins 60 ans ne présentant aucun signe de démence ou de troubles cognitifs au début de l'étude. Deux auteurs de la revue ont évalué les essais de façon indépendante.

Recueil et analyse des données

Les auteurs ont recherché et extrait les données sur la démence incidente, la fonction cognitive, la sécurité et l'observance du traitement, soit dans des rapports publiés soit en contactant les chercheurs pour obtenir les données originales. Deux auteurs de la revue ont extrait les données. Nous avons calculé la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS), avec intervalles de confiance (IC) à 95 %, en intention de traiter et nous avons résumé narrativement les informations sur la sécurité et l'observance du traitement.

Résultats Principaux

Les informations sur la fonction cognitive en début d'étude étaient disponibles pour 4 080 participants randomisés dans trois essais. En fin de suivi, les données sur la fonction cognitive étaient disponibles pour 3 536 participants.

Dans deux études les participants avaient reçu des capsules de gel contenant soit des AGPI oméga-3 (l'intervention) soit de l'huile d'olive ou de tournesol (placebo) pendant six ou 24 mois. Dans une étude, les participants avaient reçu de la margarine à tartiner pendant 40 mois ; la margarine du groupe d'intervention contenait des AGPI oméga-3. Dans deux études le principal critère de jugement était la santé cognitive ; une étude portant sur la maladie cardiovasculaire avait inclus la santé cognitive comme critère de jugement supplémentaire.

Aucune des études n'avait examiné l'effet des AGPI oméga-3 sur la démence incidente. Dans deux études impliquant 3 221 participants il n'y avait pas de différence entre les groupes oméga-3 et placebo dans le score au mini-examen de l'état mental en fin de suivi (après 24 ou 40 mois d'intervention) ; DM -0,07 (IC à 95 % -0,25 à 0,10). Dans deux études impliquant 1 043 participants, d'autres tests de la fonction cognitive tels que l'apprentissage de mots, l'empan de chiffres et la fluidité verbale ne montraient aucun effet bénéfique de la supplémentation en AGPI oméga-3. Les participants tant des groupes d'intervention que témoins n'avaient subi que peu ou pas du tout de déclin cognitif durant les études.

Le principal effet secondaire signalé de la supplémentation en AGPI oméga-3 consistait en de légers problèmes gastro-intestinaux. Dans l'ensemble, moins de 15 % des participants avaient fait état d'évènements indésirables mineurs et cela était équilibré entre les groupes d'intervention. Le respect de l'intervention était en moyenne de plus de 90 % chez les personnes ayant poursuivi les essais jusqu'à leur terme. Les trois études incluses dans cette revue sont de bonne qualité méthodologique.

Conclusions des auteurs

On manque de données directes concernant l'effet des AGPI oméga-3 sur la démence incidente. Les essais disponibles ne montraient aucun bénéfice de la supplémentation en AGPI oméga-3 sur la fonction cognitive chez les personnes âgées cognitivement saines. La supplémentation en AGPI oméga-3 est généralement bien tolérée, l'effet secondaire le plus fréquemment signalé étant des problèmes gastro-intestinaux légers.

De nouvelles études de plus longue durée sont nécessaires. Des études à plus long terme pourraient identifier de plus grands changements dans la fonction cognitive chez les participants, ce qui pourrait améliorer la capacité à détecter les éventuels effets de la supplémentation en AGPI oméga-3 sur la prévention du déclin cognitif chez les personnes âgées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les acides gras oméga-3 pour la prévention du déclin cognitif et de la démence

Les huiles de poisson pour la prévention de la démence chez les personnes âgées

La démence est une maladie progressive qui affecte principalement les personnes âgées. Des recherches antérieures basées sur des études observationnelles ont donné à penser que la consommation accrue d'huiles de poisson riches en acides gras polyinsaturés à longue chaîne oméga-3(AGPI oméga-3) peut réduire le risque de développer une démence, tandis que d'autres études ne montrent aucun effet. Les poissons gras comme le saumon, le maquereau, le hareng et les sardines sont une riche source d'AGPI oméga-3 qui sont essentiels pour le développement du cerveau.

Les auteurs de cette analyse ont inclus des études où des participants âgés de plus de 60 ans et en bonne santé étaient cognitivement sains au début de l'étude ont été randomisés pour recevoir soit un supplément d'AGPI oméga-3 dans leur alimentation soit un placebo (tel que l'huile d'olive). Les principaux critères de jugement étaient les nouveaux cas de démence diagnostiqués au cours de d'étude, le déclin cognitif, les effets secondaires et le respect de l'intervention.

Les auteurs ont inclus trois essais contrôlés randomisés impliquant un total de 3 536 participants. Dans deux études les participants avaient été répartis aléatoirement pour recevoir des capsules de gel contenant soit des AGPI oméga-3 soit de l'huile d'olive ou de tournesol, pendant six ou 24 mois. Dans la troisième étude les participants avaient été répartis aléatoirement pour recevoir des pots de margarine pendant 40 mois (margarine ordinaire versus margarine enrichie en AGPI oméga-3).

Aucune des études n'avait examiné l'effet des AGPI oméga-3 sur les nouveaux cas de démence au cours de la période d'étude. Dans deux études impliquant 3 221 participants il n'y avait pas de différence entre les groupes AGPI oméga-3 et placebo dans le score au mini-examen de l'état mental en fin de suivi. Dans deux études (1 043 participants en tout), d'autres tests de la fonction cognitive tels que l'apprentissage de mots, l'empan de chiffres et la fluidité verbale ne montraient aucun effet bénéfique de la supplémentation en AGPI oméga-3. Les participants tant des groupes d'intervention que témoins n'avaient subi que peu ou pas de déclin cognitif durant les études.

Le principal effet secondaire rapporté de la supplémentation en AGPI oméga-3 consistait en de légers problèmes gastro-intestinaux, mais dans l'ensemble moins de 15 % des participants avaient fait état de symptômes mineurs et cela arrivait autant dans le groupe témoin que chez ceux recevant une supplémentation en AGPI oméga-3. L'observance du protocole de supplémentation était élevée dans tous les essais avec en moyenne plus de 90 % des suppléments apparemment consommés par les participants aux essais. Les trois études incluses dans cette revue étaient de bonne qualité méthodologique et les résultats ne sont donc probablement pas dus au hasard ou à des biais.

Les résultats des études disponibles ne montrent aucun avantage pour la fonction cognitive de la supplémentation en AGPI oméga-3 chez les personnes âgées saines cognitivement. La supplémentation en AGPI oméga-3 peut avoir d'autres bénéfices pour la santé et les auteurs font remarquer que la consommation de poisson est recommandée dans le cadre d'une alimentation saine.

Des études de plus longue durée sont nécessaires, durant lesquelles de plus grands changements pourraient survenir dans la fonction cognitive, afin de permettre aux chercheurs d'identifier d'éventuels bénéfices des AGPI oméga-3 dans la prévention du déclin cognitif.

Notes de traduction

Les futures mises à jour de cette revue incluront des participants âgés de 50 ans et plus.
This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 25th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français