Intervention Review

Vestibular rehabilitation for unilateral peripheral vestibular dysfunction

  1. Susan L Hillier*,
  2. Michelle McDonnell

Editorial Group: Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group

Published Online: 16 FEB 2011

Assessed as up-to-date: 30 JUN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD005397.pub3

How to Cite

Hillier SL, McDonnell M. Vestibular rehabilitation for unilateral peripheral vestibular dysfunction. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 2. Art. No.: CD005397. DOI: 10.1002/14651858.CD005397.pub3.

Author Information

  1. University of South Australia (City East), International Centre for Allied Health Evidence, Sansom Institute for Health Research, Adelaide, SA, Australia

*Susan L Hillier, International Centre for Allied Health Evidence, Sansom Institute for Health Research, University of South Australia (City East), North Terrace, Adelaide, SA, 5000, Australia. Susan.Hillier@unisa.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 FEB 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

This is an update of a Cochrane Review first published in The Cochrane Library in Issue 4, 2007.

Unilateral peripheral vestibular dysfunction (UPVD) can occur as a result of disease, trauma or postoperatively. The dysfunction is characterised by complaints of dizziness, visual or gaze disturbances and balance impairment. Current management includes medication, physical manoeuvres and exercise regimes, the latter known collectively as vestibular rehabilitation (VR).

Objectives

To assess the effectiveness of vestibular rehabilitation in the adult, community-dwelling population of people with symptomatic unilateral peripheral vestibular dysfunction.

Search methods

We searched the Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group Trials Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL); PubMed; EMBASE; CINAHL; Web of Science; BIOSIS Previews; Cambridge Scientific Abstracts; ISRCTN and additional sources for published and unpublished trials. The most recent search was 1 July 2010, following a previous search in March 2007.

Selection criteria

Randomised trials of adults living in the community, diagnosed with symptomatic unilateral peripheral vestibular dysfunction. We sought comparisons of VR versus control (placebo etc.), other treatment (non-VR, e.g. pharmacological) or another form of VR. We considered the outcome measures of frequency and severity of dizziness or visual disturbance; changes in balance impairment, function or quality of life; and measure/s of physiological status with known functional correlation.

Data collection and analysis

Both authors independently extracted data and assessed trials for risk of bias.

Main results

We included 27 trials, involving 1668 participants, in the review. Trials addressed the effectiveness of VR against control/sham interventions, medical interventions or other forms of VR. Individual and pooled data showed a statistically significant effect in favour of VR over control or no intervention. The exception to this was when movement-based VR was compared to physical manoeuvres for benign paroxysmal positional vertigo (BPPV), where the latter was shown to be superior in cure rate in the short term. There were no reported adverse effects.

Authors' conclusions

There is moderate to strong evidence that VR is a safe, effective management for unilateral peripheral vestibular dysfunction, based on a number of high quality randomised controlled trials. There is moderate evidence that VR provides a resolution of symptoms and improvement in functioning in the medium term. However, there is evidence that for the specific diagnostic group of BPPV, physical (repositioning) manoeuvres are more effective in the short term than exercise-based vestibular rehabilitation; although a combination of the two is effective for longer-term functional recovery. There is insufficient evidence to discriminate between differing forms of VR.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vestibular rehabilitation for unilateral peripheral vestibular dysfunction to improve dizziness, balance and mobility

People with vestibular problems often experience dizziness and trouble with vision, balance or mobility. The vestibular disorders that are called unilateral and peripheral (UPVD) are those that affect one side of the vestibular system (unilateral) and only the portion of the system that is outside of the brain (peripheral - part of the inner ear). Examples of these disorders include benign paroxysmal positional vertigo (BPPV), vestibular neuritis, labyrinthitis, one-sided Ménière's disease or vestibular problems following surgical procedures such as labyrinthectomy or removal of an acoustic neuroma. Vestibular rehabilitation for these disorders is becoming increasingly used and involves various movement-based regimes. Components of vestibular rehabilitation may involve learning to bring on the symptoms to 'desensitise' the vestibular system, learning to co-ordinate eye and head movements, improving balance and walking skills, learning about the condition and how to cope or become more active.

We found 27 randomised clinical trials that investigated the use of vestibular rehabilitation in this group of disorders. All studies used a form of vestibular rehabilitation and involved adults who lived in the community with symptomatic, confirmed UPVD. The studies were varied in that they compared vestibular rehabilitation with other forms of management (for example medication, usual care or passive manoeuvres), with control or placebo interventions or with other forms of vestibular rehabilitation. Another source of variation between studies was the use of different outcome measures (for example reports of dizziness, improvements in balance, vision or walking, or ability to participate in daily life). Due to the variation between studies, only limited pooling of data was possible. The results of four studies could be combined, which demonstrated that vestibular rehabilitation was more effective than control or sham interventions in improving subjective reports of dizziness, and in improving participation in life roles. Three studies gave a combined result in favour of vestibular rehabilitation for improving walking. Other single studies all found in favour of vestibular rehabilitation for improvements in areas such as balance, vision and activities of daily living. The exception to these findings was for the specific group of people with BPPV, where comparisons of vestibular rehabilitation with specific physical repositioning manoeuvres showed that these were more effective in dizziness symptom reduction, particularly in the short term. However, other studies demonstrated that combining the manoeuvres with vestibular rehabilitation was effective in improving functional recovery in the longer term. There were no reports of adverse effects following any vestibular rehabilitation, and in the studies with a follow-up assessment (3 to 12 months) positive effects were maintained. There was no evidence that one form of vestibular rehabilitation is superior to another.

There is a growing and consistent body of evidence to support the use of vestibular rehabilitation for people with dizziness and functional loss as a result of UPVD. The studies were generally of moderate to high quality and were varied in their methods.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rééducation vestibulaire pour le syndrome vestibulaire périphérique unilatéral

Contexte

Ceci est la mise à jour d'une revue systématique Cochrane publiée pour la première fois dans The Cochrane Library Numéro 4, 2007.

Le syndrome vestibulaire périphérique unilatéral (UPVD) peut faire suite à une maladie, un traumatisme ou après une opération. Le déficit se caractérise par des plaintes de vertige, de troubles de la vision et de l'équilibre. Actuellement, la prise en charge comprend des médicaments, des manœuvres physiques et des schémas thérapeutiques fondés sur des exercices, ces derniers étant regroupés sous le nom de rééducation vestibulaire (RV).

Objectifs

Évaluer l'efficacité de la rééducation vestibulaire chez la population adulte vivant au sein de la communauté et souffrant d'un syndrome vestibulaire périphérique unilatéral symptomatique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; ainsi que dans ISRCTN et autres sources afin de recenser des essais publiés ou non. La recherche la plus récente a été effectuée le 1 juillet 2010, après une recherche réalisée en mars 2007.

Critères de sélection

Les essais randomisés portant sur des adultes vivant au sein de la communauté et ayant reçu un diagnostic de syndrome vestibulaire périphérique unilatéral. Nous avons recherché des comparaisons de RV avec un témoin (placebo, etc.), un autre traitement (non RV, pharmacologique par exemple) ou une autre forme de RV. Nous avons tenu compte des critères d'évaluation relatifs à la fréquence et à la gravité des vertiges ou des troubles de la vision, aux changements des troubles de l'équilibre, à la fonction ou à la qualité de vie, et aux mesures de l'état physiologique avec corrélation fonctionnelle connue.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs ont, de manière indépendante, extrait les données et évalué le risque de biais des essais.

Résultats Principaux

Vingt-sept essais comprenant 1668 participants ont été inclus dans cette revue. Les essais portaient sur l'efficacité de la RV par rapport à des interventions témoin/placebo, des interventions médicales ou d'autres formes de RV. Les données individuelles et combinées révélaient un effet statistiquement significatif favorable à la RV par rapport à l'intervention témoin ou à l'absence d'intervention. L'exception à cela concernait la comparaison de la RV fondée sur le mouvement avec des manœuvres physiques, pour le vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB), qui indiquait que celles-ci étaient supérieures en matière de taux de guérison à court terme. Aucun effet indésirable n'était signalé.

Conclusions des auteurs

Des preuves, de modérées à solides, indiquent que la RV est un traitement efficace et sans danger pour le syndrome vestibulaire périphérique unilatéral, d'après un certain nombre d'essais contrôlés randomisés de haute qualité. Des preuves modérées indiquent que la RV offre une résolution des symptômes et une amélioration du fonctionnement à moyen terme. Cependant, certaines preuves révèlent que pour le groupe spécifique de personnes ayant reçu un diagnostic de VPPB, les manœuvres (repositionnement) physiques sont plus efficaces à court terme que la rééducation vestibulaire fondée sur des exercices, bien que l'association des deux soit efficace pour le rétablissement fonctionnel à long terme. Il n'existe pas suffisamment de preuves pour distinguer les différentes formes de RV.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rééducation vestibulaire pour le syndrome vestibulaire périphérique unilatéral

Rééducation vestibulaire pour le syndrome vestibulaire périphérique unilatéral afin d'améliorer le vertige, l'équilibre et la mobilité

Les personnes souffrant de déficits vestibulaires ressentent souvent des vertiges et des troubles de la vision, de l'équilibre ou de la mobilité. Les syndromes vestibulaires unilatéraux et périphériques (UPVD) sont les syndromes qui affectent un côté du système vestibulaire (unilatéral) et seulement la portion du système se trouvant à l'extérieur du cerveau (périphérique - partie de l'oreille interne). Quelques exemples de ces syndromes comprennent le vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB), la névrite vestibulaire, la labyrinthite, la maladie de Ménière unilatérale ou des déficits vestibulaires faisant suite à une intervention chirurgicale comme la labyrinthectomie ou l'exérèse d'un neurinome de l'acoustique. Pour traiter ces syndromes, la rééducation vestibulaire est de plus en plus utilisée ; elle consiste en divers schémas thérapeutiques fondés sur le mouvement. Dans le cadre de la rééducation vestibulaire, le patient peut apprendre à provoquer les symptômes pour désensibiliser le système vestibulaire, à coordonner le mouvement des yeux et de la tête, ce qui améliore l'équilibre et l'aptitude à marcher, ainsi qu'obtenir des informations sur le déficit et sur la façon d'y faire face ou de devenir plus actif.

Nous avons recensé 27 essais cliniques randomisés portant sur l'utilisation de la rééducation vestibulaire pour ce type de troubles. Toutes les études utilisaient une forme de rééducation vestibulaire et comprenaient des adultes vivant au sein de la communauté avec des UPVD symptomatiques et avérés. Les études variaient dans le sens où elles comparaient la rééducation vestibulaire à d'autres formes de prise en charge (médicaments, soins habituels ou manœuvres passives, etc.), à des interventions témoins ou placebo ou encore à d'autres formes de rééducation vestibulaire. L'utilisation de différents critères d'évaluation constituait une autre source de variation entre les études (rapports de vertige, améliorations de l'équilibre, vision ou marche, capacité de prendre part à la vie quotidienne, etc.). En raison de la variation entre les études, seul un regroupement limité des données a pu être possible. Les résultats de quatre études ont pu être combinés. Ils révélaient que la rééducation vestibulaire était plus efficace que l'intervention témoin ou que la fausse intervention pour améliorer les rapports subjectifs de vertige et la participation aux activités de la vie quotidienne. Trois études ont donné un résultat combiné favorable à la rééducation vestibulaire pour améliorer la marche. Les autres études indépendantes étaient toutes favorables à la rééducation vestibulaire en termes d'améliorations dans des domaines tels que l'équilibre, la vision et les activités de la vie quotidienne. L'exception à ces résultats concernait le groupe spécifique de personnes présentant un VPPB, pour qui les comparaisons de la rééducation vestibulaire avec des manœuvres de repositionnement physiques spécifiques indiquaient que ces dernières étaient plus efficaces pour réduire le symptôme de vertige, en particulier à court terme. Cependant, d'autres études révélaient que l'association des manœuvres avec la rééducation vestibulaire était efficace pour améliorer le rétablissement fonctionnel à long terme. Aucun effet indésirable faisant suite à toute rééducation vestibulaire n'était rapporté et, dans les études réalisant une évaluation de suivi (de 3 à 12 mois), les effets positifs étaient maintenus. Aucune preuve n'indiquait qu'une forme de rééducation vestibulaire est supérieure à une autre.

Il existe un ensemble croissant et cohérent de preuves favorables à l'utilisation de la rééducation vestibulaire chez les personnes souffrant de vertige et de déficit fonctionnel résultant d'un UPVD. Les études étaient généralement de qualité modérée à haute et les méthodes utilisées variaient.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux