Pharmacological interventions for epilepsy in people with intellectual disabilities

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Janine Beavis,

    1. Wales College of Medicine, Cardiff University, Welsh Centre for Learning Disability, Cardiff, Wales, UK
    Search for more papers by this author
  • Michael Kerr,

    Corresponding author
    1. Wales College of Medicine, Cardiff University, Welsh Centre for Learning Disability, Cardiff, Wales, UK
    • Michael Kerr, Welsh Centre for Learning Disability, Wales College of Medicine, Cardiff University, Meridian Court, North Road, Cardiff, Wales, CF14 3BG, UK. kerrmp@cf.ac.uk.

    Search for more papers by this author
  • Anthony G Marson,

    1. Clinical Sciences Centre for Research & Education, University Department of Neurological Science, Liverpool, Merseyside, UK
    Search for more papers by this author
  • Ivana Dojcinov

    1. Wales College of Medicine, Cardiff University, Welsh Centre for Learning Disability, Cardiff, Wales, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

The development of epilepsy in a person with intellectual disabilities is common. Seizures in intellectually disabled people are often complex and refractory to treatment and antiepileptic medication may have a profound effect upon behaviour in this patient group.

This is an updated version of a Cochrane Review published in Issue 3, 2007.

Objectives

The aim of our study was to assess the data available from randomised controlled trials of antiepileptic drug interventions in people with epilepsy and intellectual disabilities.

Search methods

For the original review we searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, Issue 4), MEDLINE (1948 to December 2010), PsycINFO (1806 to January 2011) and EMBASE (1980 to April 2005). For the current update we conducted searches of the same databases in January 2011.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised controlled trials (RCTs) of pharmacological interventions for people with epilepsy and a learning disability.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial quality and extracted data. We contacted study authors for additional information. We assessed epilepsy/seizure, behavioural and cognitive outcomes, as well as quality of life and adverse effects.

Main results

Data were heterogenous and a descriptive analysis is presented. In the majority of cases where antiepileptic drugs (AEDs) were trialled in this population, moderate reductions in seizure frequency and occasional seizure freedom were obtained. In general, it seems reasonable to say that AEDs proven effective in the general epilepsy population are also effective in refractory epilepsy in people with intellectual disability. It is not possible to comment on relative efficacy between medications, making clinical decisions difficult.

The quality of the studies does not aid clinicians greatly with respect to side effects. In general, in trial settings patients continued on treatment in the majority of cases, and placebo groups often experienced fewer side effects. Where side effects were experienced they appeared similar to those seen in non-intellectual disability studies.

The majority of studies had a lack of or used non-reliable measures of behavioural exacerbation. However, where measured, little obvious impact on behaviour was seen in terms of behaviour disorder.

Authors' conclusions

This review broadly supports the use of AEDs to reduce seizure frequency in people with refractory epilepsy and intellectual disability. The evidence suggests that side effects are similar to those in the general population and that behavioural side effects leading to discontinuation are rare, but that other effects are under-researched.

Résumé scientifique

Interventions pharmacologiques pour le traitement de l'épilepsie chez les personnes présentant une déficience intellectuelle

Contexte

Les personnes présentant une déficience intellectuelle développent fréquemment une épilepsie. Chez cette population, les crises épileptiques sont souvent complexes et réfractaires au traitement, et les antiépileptiques pourraient avoir un profond effet sur le comportement de ce groupe de patients.

Cette revue est une version mise à jour d'une revue Cochrane publiée dans le numéro 3, 2007.

Objectifs

L'objectif de notre étude était d'évaluer les données disponibles issues d'essais contrôlés randomisés portant sur l'utilisation d'antiépileptiques chez des patients atteints d'épilepsie et de déficience intellectuelle.

Stratégie de recherche documentaire

Lors de la revue initiale, nous avions consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 4), MEDLINE (de 1948 à décembre 2010), PsycINFO (1806 à janvier 2011) et EMBASE (1980 à avril 2005). Dans le cadre de cette mise à jour, nous avons consulté les mêmes bases de données en janvier 2011.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés (ECR) portant sur des interventions pharmacologiques chez des patients atteints d'épilepsie et de difficultés d'apprentissage.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité de l'essai individuellement et ont extrait les données. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons évalué les critères de jugement de l'épilepsie/crises épileptiques et des résultats comportementaux et cognitifs, ainsi que la qualité de vie et les effets indésirables.

Résultats principaux

Les données étaient hétérogènes et l'analyse est présentée de manière descriptive. Dans la majorité des cas où des médicaments antiépileptiques (MAE) étaient étudiés chez cette population, des réductions modérées de la fréquence des crises et une disparition occasionnelle des crises étaient observées. De manière générale, on peut raisonnablement affirmer que les MAE qui se sont avérés efficaces chez la population épileptique générale le sont également dans l'épilepsie réfractaire chez les patients présentant une déficience intellectuelle. Aucune affirmation ne peut être présentée concernant l'efficacité relative des médicaments, ce qui n'est pas de nature à faciliter les décisions cliniques.

Compte tenu de leur qualité, ces études n'apportent que peu d'informations aux cliniciens en matière d'effets secondaires. De manière générale, dans le contexte des essais, les patients poursuivaient le traitement dans la plupart des cas, et les groupes sous placebo présentaient souvent moins d'effets secondaires. Lorsque des effets secondaires étaient observés, ils semblaient similaires à ceux qui affectent les personnes sans déficience intellectuelle.

La plupart des études n'examinaient pas l'exacerbation comportementale ou n'utilisaient pas de mesures fiables. Néanmoins, lorsque ce critère était mesuré, peu d'impact notable était observé en termes de troubles du comportement.

Conclusions des auteurs

Cette revue est globalement favorable à l'utilisation de MAE pour réduire la fréquence des crises chez les patients atteints d'épilepsie réfractaire et de déficience intellectuelle. Les preuves suggèrent que les effets secondaires sont similaires à ceux qui affectent la population générale et que les effets secondaires comportementaux entraînant l'arrêt du traitement sont rares, mais les autres effets n'ont pas été suffisamment étudiés.

Plain language summary

Pharmacological interventions for epilepsy in people with intellectual disabilities

This review confirms that in the majority of cases where intellectually disabled populations participated in trials of antiepileptic drugs (AEDs), moderate reductions in seizure frequency and occasional seizure freedom were obtained. Concern about side effects is likely to influence clinical decision-making. Where side effects were experienced they appeared similar to those seen in people without intellectual disabilities. An area of key concern is the possibility of behaviour disorders induced by antiepileptic drugs. The majority of studies identified in this review lack or do not use reliable measures for behaviour. However, the studies that do measure behaviour show little obvious impact. In summary, this review broadly supports the use of antiepileptic drugs to reduce seizure frequency in patients with refractory epilepsy and intellectual disability. Side effects seem to be the same as in the general population. Behavioural side effects leading to discontinuation of the treatment are rare.

Résumé simplifié

Interventions pharmacologiques pour le traitement de l'épilepsie chez les personnes présentant une déficience intellectuelle

Cette revue confirme que, dans la majorité des cas où des populations présentant une déficience intellectuelle participaient à des essais portant sur des médicaments antiépileptiques (MAE), des réductions modérées de la fréquence des crises et une disparition occasionnelle des crises étaient observées. Les préoccupations liées aux effets secondaires influencent probablement la prise de décision clinique. Lorsque des effets secondaires étaient identifiés, ils semblaient similaires à ceux observés chez des personnes sans déficience intellectuelle. L'éventualité de troubles du comportement induits par les antiépileptiques est particulièrement préoccupante. La plupart des études identifiées dans cette revue n'évaluaient pas le comportement ou n'utilisaient pas de mesures fiables. Néanmoins, les études mesurant le comportement rapportaient peu d'impact notable. En résumé, cette revue est globalement favorable à l'utilisation d'antiépileptiques pour réduire la fréquence des crises chez les patients atteints d'épilepsie réfractaire et présentant une déficience intellectuelle. Les effets secondaires semblent être les mêmes que pour la population générale. Les effets secondaires comportementaux entraînant l'arrêt du traitement sont rares.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.