Get access

Which anticholinergic drug for overactive bladder symptoms in adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Around 16% to 45% of adults have overactive bladder symptoms, urgency with frequency or urgency urinary incontinence, or both, termed 'overactive bladder syndrome'. Anticholinergic drugs are common treatments.

Objectives

To compare the effects of different anticholinergic drugs for overactive bladder symptoms.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register (searched 8 March 2011) and reference lists of relevant articles.

Selection criteria

Randomised trials in adults with overactive bladder symptoms or detrusor overactivity that compared one anticholinergic drug with another, or two doses of the same drug.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed eligibility, trial quality and extracted data. Data were processed as described in the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions.

Main results

Eighty-six trials, 70 parallel and 16 cross-over design, were included (involving 31,249 adults). Most trials were described as double-blind but were variable in other aspects of quality. Cross-over studies did not present data in a way that could be included in the meta-analyses. Twenty-nine collected quality of life data (the primary outcome measure) using validated measures, but only 15 reported useable data.

Tolterodine versus oxybutynin: there were no statistically significant differences for quality of life, patient reported cure or improvement, leakage episodes or voids in 24 hours, but fewer withdrawals due to adverse events with tolterodine (risk ratio (RR) 0.52, 95% confidence interval (CI) 0.40 to 0.66, data from eight trials) and less risk of dry mouth (RR 0.65, 95% CI 0.60 to 0.71, data from 10 trials).

Solifenacin versus tolterodine: there were statistically significant differences for quality of life (standardised mean difference (SMD) -0.12, 95% CI -0.23 to -0.01, data from three trials), patient reported cure or improvement (RR 1.25, 95% CI 1.13 to 1.39, data from two trials), leakage episodes in 24 hours (weighted mean difference (WMD) -0.30, 95% CI -0.53 to -0.08, data from four studies) and urgency episodes in 24 hours (WMD -0.43, 95% CI -0.74 to -0.13, data from four trials), all favouring solifenacin. There was no difference in withdrawals due to adverse events and dry mouth but after sensitivity analysis dry mouth rates (RR 0.69, 95% CI 0.51 to 0.94) were statistically significantly lower with solifenacin when compared to immediate release (IR) tolterodine.

Fesoterodine versus extended release tolterodine: three trials contributed to the meta analyses. There were statistically significant differences for quality of life (SMD -0.20, 95% CI -0.27 to -0.14), patient reported cure or improvement (RR 1.11, 95% CI 1.06 to 1.16), leakage episodes (WMD -0.19, 95% CI -0.30 to -0.09), frequency (WMD -0.27, 95% CI -0.47 to -0.06) and urgency episodes (WMD -0.44, 95% CI -0.72 to -0.16) in 24 hours, all favouring fesoterodine. Those taking fesoterodine had a higher risk of withdrawal due to adverse events (RR 1.45, 95% CI 1.07 to 1.98) and higher risk of dry mouth (RR 1.80, 95% CI 1.58 to 2.05) at 12 weeks.

Different doses of tolterodine: the standard recommended starting dose (2 mg twice daily) was compared with two lower doses (0.5 mg and 1 mg twice daily) and one higher dose (4 mg twice daily). The effects of 1 mg, 2 mg and 4 mg doses were similar for leakage episodes and micturitions in 24 hours, with a greater risk of dry mouth with the 2 and 4 mg doses at two to 12 weeks.

Different doses of solifenacin: the standard recommended starting dose of 5 mg once daily was compared to 10 mg. While frequency and urgency were less (better) with 10 mg compared to 5 mg, there was a higher risk of dry mouth with 10 mg solifenacin at four to 12 weeks.

Different doses of fesoterodine:the recommended starting dose of 4 mg once daily was compared to 8 mg and 12 mg. The clinical efficacy (patient reported cure, leakage episodes, micturition per 24 hours) of 8 mg was better than 4 mg fesoterodine but with a higher risk of dry mouth with the 8 mg dose.There was no statistically significant difference between 4 mg and 12 mg in efficacy but the dry mouth was significantly higher with 12 mg at eight to 12 weeks.

Extended versus immediate release preparations of oxybutynin or tolterodine, or both: there were no statistically significant differences for cure or improvement, leakage episodes or micturitions in 24 hours or withdrawals due to adverse events, but there were few data. Overall, extended release preparations had less risk of dry mouth at two to 12 weeks.

One extended release preparation versus another: there was less risk of dry mouth with oral extended release tolterodine than oxybutynin (RR 0.75, 95% CI 0.59 to 0.95) but no difference between transdermal oxybutynin and oral extended release tolterodine, although some people withdrew due to a skin reaction at the transdermal patch site at 12 weeks.

Authors' conclusions

Where the prescribing choice is between oral immediate release oxybutynin or tolterodine, tolterodine might be preferred for reduced risk of dry mouth. With tolterodine, 2 mg twice daily is the usual starting dose but a 1 mg twice daily dose might be equally effective, with less risk of dry mouth. If extended release preparations of oxybutynin or tolterodine are available, these might be preferred to immediate release preparations because there is less risk of dry mouth.

Between solifenacin and immediate release tolterodine, solifenacin might be preferred for better efficacy and less risk of dry mouth. Solifenacin 5 mg once daily is the usual starting dose, which could be increased to 10 mg once daily for better efficacy but with increased risk of dry mouth.

Between fesoterodine and extended release tolterodine, fesoterodine might be preferred for superior efficacy but has a higher risk of withdrawal due to adverse events and higher risk of dry mouth.There is little or no evidence available about quality of life, costs, or long-term outcomes in these studies. There were insufficient data from trials of other anticholinergic drugs to draw any conclusions.

Résumé scientifique

Choix d'un médicament anticholinergique dans les symptômes d'hyperactivité vésicale chez les adultes

Contexte

Environ 16 à 45 % des adultes présentent des symptômes d'hyperactivité vésicale (urgence avec fréquence et/ou incontinence impérieuse - « syndrome d'hyperactivité vésicale »). Les médicaments anticholinergiques font partie des traitements courants.

Objectifs

Comparer les effets de plusieurs médicaments anticholinergiques pour les symptômes d'hyperactivité vésicale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais spécialisés du groupe Cochrane sur l’incontinence (recherches du 8 mars 2011) et les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Des essais randomisés réalisés chez des adultes présentant des symptômes d'hyperactivité vésicale ou d'hyperactivité du détrusor comparant un médicament anticholinergique à un autre, ou deux doses d'un même médicament.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante l'éligibilité, la qualité des essais et extrait des données. Les données étaient traitées comme indiqué dans le manuel du relecteur Cochrane.

Résultats principaux

Quatre-vingt-six essais, 70 conceptions parallèles et 16 croisées étaient incluses (31 249 adultes). La majorité des essais étaient décrits comme étant en double aveugle, mais variables concernant d'autres aspects de la qualité. Les études croisées ne présentaient pas de données pouvant être incluses dans les méta-analyses. Vingt-neuf études collectaient des données relatives à la qualité de vie (principal critère de résultat) en utilisant des mesures validées, mais seules quinze contenaient des données utilisables.

Toltérodine et oxybutynine : Aucune différence statistiquement significative n'a été constatée en termes de qualité de vie, de guérison ou d'amélioration de l'état du patient, des épisodes de fuite ou des mictions en 24 heures. Mais une diminution des retraits prématurés dus à des événements indésirables avec la toltérodine (risque relatif (RR) 0,52, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,40 à 0,66, données provenant de huit essais) et des risques de sécheresse buccale (RR 0,65, IC à 95 % 0,60 à 0,71, données provenant de dix essais) ont été observés.

Solifénacine et toltérodine : Des différences statistiquement significatives ont été constatées en termes de qualité de vie (différence moyenne standardisée (DMS) - 0,12, IC à 95 % - 0,23 à - 0,01, données provenant de trois essais), de guérison/amélioration de l'état du patient (RR 1,25, IC à 95 % 1,13 à 1,39, données provenant de deux essais), d'épisodes de fuite en 24 heures (différence moyenne pondérée (DMP) - 0,30, IC à 95 % - 0,53 à - 0,08, données provenant de quatre études) et d'épisodes d'urgence en 24 heures (DMP - 0,43, IC à 95 % - 0,74 à - 0,13, données provenant de quatre essais), toutes étaient en faveur de la solifénacine. Aucune différence n'a été constatée en termes de retraits prématurés en raison d'événements indésirables et de sécheresse buccale, mais après une analyse de sensibilité, les cas de sécheresse buccale (RR 0,69, IC à 95 % 0,51 à 0,94) avaient sensiblement baissé avec la solifénacine d'un point de vue statistique par rapport à la toltérodine à libération immédiate (LI).

Fésotérodine et toltérodine à libération prolongée : Trois essais ont contribué aux méta-analyses. Des différences statistiquement significatives ont été constatées en termes de qualité de vie (DMS - 0,20, IC à 95 % - 0,27 à - 0,14), de guérison/amélioration de l'état du patient (RR 1,11, IC à 95 % 1,06 à 1,16), d'épisodes de fuite (DMP - 0,19, IC à 95 % - 0,30 à - 0,09), de fréquence (DMP - 0,27, IC à 95 % - 0,47 à - 0,06) et d'épisodes d'urgence (DMP - 0,44, IC à 95 % - 0,72 à - 0,16) en 24 heures, toutes étaient en faveur de la fésotérodine. Mais les personnes prenant de la fésotérodine étaient plus exposées à des retraits prématurés en raison d'événements indésirables (RR 1,45, IC à 95 % 1,07 à 1,98) et une hausse des cas de sécheresse buccale (RR 1,80, IC à 95 % 1,58 à 2,05) était observée au bout de 12 semaines.

Différentes doses de toltérodine : La dose initiale standard recommandée (2 mg deux fois par jour) était comparée à deux doses inférieures (0,5 mg et 1 mg deux fois par jour) et une dose supérieure (4 mg deux fois par jour). Les effets des doses de 1 mg, 2 mg et 4 mg étaient similaires pour les épisodes de fuite et les mictions en 24 heures, avec des risques accrus de sécheresse buccale avec les doses de 2 et 4 mg au bout de 2 à 12 semaines.

Différentes doses de solifénacine : La dose quotidienne initiale standard recommandée de 5 mg était comparée à une dose de 10 mg : malgré une baisse (amélioration) de la fréquence et de l'urgence avec une dose de 10 mg comparée à une dose de 5 mg, les risques de sécheresse buccale étaient plus élevés avec 10 mg de solifénacine au bout de 4 à 12 semaines.

Différentes doses de fésotérodine : La dose quotidienne initiale recommandée de 4 mg était comparée à des doses de 8 et 12 mg. L'efficacité clinique (guérison signalée du patient, épisodes de fuite, mictions en 24 heures) d'une dose de 8 mg était plus efficace qu'une dose de 4 mg de fésotérodine, mais avec des risques accrus de sécheresse buccale avec une dose de 8 mg. Aucune différence statistiquement significative n'a été constatée entre une dose de 4 et 12 mg en termes d'efficacité, mais les cas de sécheresse buccale étaient sensiblement plus élevés avec une dose de 12 mg au bout de 8 à 12 semaines.

Préparations à libération prolongée et immédiate d'oxybutynine et/ou de toltérodine : Aucune différence statistiquement significative n'a été constatée en termes de guérison/amélioration, d'épisodes de fuite ou de mictions en 24 heures ou de retraits prématurés en raison d'événements indésirables, mais les données étaient insuffisantes. Dans l'ensemble, les préparations à libération prolongée présentaient moins de risques de sécheresse buccale au bout de 2 à 12 semaines.

Une préparation à libération prolongée comparée à une autre : La toltérodine à libération prolongée présentait moins de risques de sécheresse buccale que l'oxybutynine (RR 0,75, IC à 95 % 0,59 à 0,95), mais aucune différence n'a été constatée entre l'oxybutynine transdermique et la toltérodine à libération prolongée orale, malgré le retrait prématuré de certaines personnes en raison d'une réaction cutanée à l'endroit du patch transdermique au bout de 12 semaines.

Conclusions des auteurs

Dans le cas où un choix doit être effectué entre la prescription d'oxybutynine ou de toltérodine à libération immédiate, la toltérodine peut être préférée en raison des risques réduits de sécheresse buccale. Avec la toltérodine, la dose initiale habituelle de 2 mg deux fois par jour est suffisante, mais une dose de 1 mg deux fois par jour peut être tout aussi efficace et présenter moins de risques de sécheresse buccale. Si des préparations à libération prolongée d'oxybutynine ou de toltérodine sont disponibles, ces dernières peuvent être préférées à des préparations à libération immédiate en raison de risques minimes de sécheresse buccale.

Entre la solifénacine et la toltérodine à libération immédiate, la solifénacine peut être préférée en raison de sa meilleure efficacité et des risques minimes de sécheresse buccale. Une dose quotidienne de 5 mg de solifénacine correspond à la dose initiale habituelle, elle peut être augmentée à une dose quotidienne de 10 mg pour une meilleure efficacité mais des risques accrus de sécheresse buccale.

Entre la fésotérodine et la toltérodine à libération prolongée, la fésotérodine peut être préférée en raison de sa meilleure efficacité mais avec des risques accrus de retraits prématurés pour cause d'événements indésirables et de sécheresse buccale. Ces études contiennent peu ou pas de preuves concernant la qualité de vie, les coûts ou les résultats à long terme. Les données provenant d'essais portant sur d'autres médicaments anticholinergiques étaient insuffisantes pour tirer des conclusions.

Plain language summary

Which anticholinergic drug for overactive bladder symptoms in adults

Many adults have symptoms of overactive bladder. A person with overactive bladder syndrome feels a very strong urge to pass urine and they may not make it to the toilet before they leak urine. Other common problems are a feeling of needing to urinate often during the day or night, or both. This problem seems to be caused by an overactive bladder muscle, and it becomes more common with ageing. Treatments are conservative measures, such as bladder training or drugs. Anticholinergic drugs can reduce the overactivity of the bladder muscle and the feeling of urgency. The review found that there are several anticholinergic drugs prescribed for adults with overactive bladder symptoms. The two most studied drugs are oxybutynin and tolterodine. These two drugs have similar effects but, on average, those taking oxybutynin were more likely to withdraw from the studies because of adverse effects, mainly dry mouth. However, both drugs can give dry mouth and this problem is less likely if an extended release formulation of either drug is used. Two newer drugs are solifenacin and fesoterodine. Solifenacin has a better effect and less risk of dry mouth compared to tolterodine. Fesoterodine has a better effect than extended release tolterodine but withdrawal from studies due to adverse effects and dry mouth was more likely.

Résumé simplifié

Choix d'un médicament anticholinergique dans les symptômes d'hyperactivité vésicale chez les adultes

Beaucoup d'adultes présentent des symptômes d'hyperactivité vésicale. Une personne atteinte du syndrome d'hyperactivité vésicale ressent un besoin urgent d'uriner et risque de ne pas arriver aux toilettes à temps pour uriner. D'autres problèmes courants traduisent un besoin fréquent d'uriner pendant la journée et/ou la nuit. Ces problèmes semblent être dus à un muscle hypersensible au niveau de la vessie et deviennent plus courants avec l'âge. Les traitements consistent en des mesures conservatrices comme la rééducation vésicale ou la prise de médicaments. Des médicaments anticholinergiques peuvent réduire l'hyperactivité du muscle vésical et le sentiment d'urgence. La revue a révélé l'existence de plusieurs médicaments anticholinergiques prescrits aux adultes souffrant de symptômes d'hyperactivité vésicale. Les deux médicaments les plus étudiés sont l'oxybutynine et la toltérodine. Ces derniers ont des effets similaires, mais les personnes prenant de l'oxybutynine avaient en moyenne plus tendance à se retirer prématurément de ces études en raison d'effets indésirables, principalement pour cause de sécheresse buccale. Toutefois, ces deux médicaments peuvent entraîner une sécheresse buccale et ce problème est moins susceptible de se produire si une formulation à libération prolongée est prescrite. Deux nouveaux médicaments mis au point sont la solifénacine et la fésotérodine. La solifénacine est plus efficace et moins susceptible de provoquer une sécheresse buccale comparée à la toltérodine. La fésotérodine est plus efficace que la toltérodine à libération prolongée, mais les retraits prématurés de ces études en raison d'effets indésirables et de sécheresse buccale étaient moins fréquents.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th April, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary