Get access

Pre-admission antibiotics for suspected cases of meningococcal disease

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Meningococcal disease can lead to death or disability within hours after onset. Pre-admission antibiotics aim to reduce the risk of serious disease and death by preventing delays in starting therapy before confirmation of the diagnosis.

Objectives

To study the effectiveness and safety of pre-admission antibiotics versus no pre-admission antibiotics or placebo, and different pre-admission antibiotic regimens in decreasing mortality, clinical failure and morbidity in people suspected of meningococcal disease.

Search methods

We searched CENTRAL (2010, issue 2) which includes the Acute Respiratory Infections Group's Specialised Register, MEDLINE (1966 to June Week 1, 2010) and EMBASE (1980 to June 16, 2010).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) or quasi-RCTs comparing antibiotics versus placebo or no intervention, in people with suspected meningococcal infection, or different antibiotics administered before admission to hospital or confirmation of the diagnosis.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed quality and extracted data from the search results. We calculated the risk ratios (RR) and 95% confidence interval (CI) for dichotomous data. We included one trial so data synthesis was not performed.

Main results

We found no RCTs that compared pre-admission antibiotics versus no pre-admission antibiotics or placebo. One open-label, non-inferiority RCT, conducted during an epidemic, evaluated a single dose of intramuscular ceftriaxone versus a single dose of intramuscular long-acting (oily) chloramphenicol. Ceftriaxone was not inferior to chloramphenicol in reducing mortality (RR 1.2, 95% CI 0.6 to 2.6; N = 503; 308 confirmed meningococcal meningitis; 26 deaths), neurological sequelae (RR 1.3, 95% CI 0.6 to 2.6; N = 477; 29 with sequelae), or clinical failures (RR 0.8, 95% CI 0.3 to 2.2; N = 477, 18 clinical failures). No adverse effects of treatment were seen. Estimated treatment costs were similar. No data were available on disease burden due to sequelae.

Authors' conclusions

We found no reliable evidence to support or refute the use of pre-admission antibiotics for suspected cases of non-severe meningococcal disease. Evidence of moderate quality from one RCT indicated that single intramuscular injections of ceftriaxone and long-acting chloramphenicol were equally effective, safe and economical in reducing serious outcomes. The choice between these antibiotics would be based on affordability, availability and patterns of antibiotic resistance.

Further RCTs comparing different pre-admission antibiotics, accompanied by intensive supportive measures, are ethically justifiable in participants with severe illness, and are needed to provide reliable evidence in different clinical settings.

摘要

背景

疑似腦膜炎雙球菌感染者住院前抗生素的使用

腦膜炎雙球菌感染,可在數小時內造成突發性的病症及死亡。住院前抗生素的使用有助於避免為了細菌學確診而造成的延誤治療。

目標

研究住院前的抗生素使用與否,可否降低疑似腦膜炎雙球菌感染患者的的死亡率及併發症。

搜尋策略

我們搜尋2007年2月之前在CENTRAL、MEDLINE及EMBASE資料庫中的研究來進行分析。

選擇標準

在疑似腦膜炎雙球菌感染的研究中,我們只囊括隨機分組或類似的試驗。我們對在住院前或確定診斷前,有使用不同抗生素、與未使用抗生素或使用安慰劑者進行比較。

資料收集與分析

兩位作者各自獨立從囊括的試驗中搜集資料並評估其價值。我們分別計算其相對危險性及95%信賴區間。因為只有一個試驗符合篩選條件,我們並未執行資料的整合。

主要結論

沒有找到任何比較住院前抗生素使用與否的隨機分組試驗。我們僅找到一個開放性的隨機分組試驗,比較肌肉注射單一劑量的Ceftriaxone跟長效型(油性)的Chloramphenicol;結果顯示在死亡率、神經學後遺症之存活者的比例、及臨床表現衰竭的比例上,兩組沒有顯著的差別。在死亡率上,其相對危險性為1.2,95%信賴區間為0.5 – 2.6,病人數有510位,其中349為證實有腦膜炎,26位死亡。在有神經學後遺症之存活者的比例上,其相對危險性是1.2,95%信賴區間為0.6 – 2.2,病人數有488位,其中36位有神經學後疑症。在臨床表現衰竭的比例上,其相對危險性為0.8,95%信賴區間為0.4 – 1.8,病人數有488位,其中25位有臨床衰竭的表現。 我們沒有發現任何治療的副作用,也未搜集到任何長期預後的資料。

作者結論

對於疑似腦膜炎雙球菌感染者,我們沒有找到任何可靠的資料足以支持或反駁住院前使用抗生素。唯一被囊括隨機分組試驗,是一個在腦膜炎雙球菌腦膜炎流行時進行的,它顯示在改善死亡率及併發症上,肌肉注射單一劑量的Ceftriaxone或長效型Chloramphenicol效果及安全性相當。至於要選擇哪一種抗生素,則由藥物供應的狀態、經濟可負擔的程度、及微生物的抗藥性決定。我們仍需要進一步隨機分組的試驗,在倫理許可的範圍內,比較不同嚴重度的病患,在住院前使用包括盤尼西林等不同的抗生素之結果,來提供證據給臨床工作者參考。

翻譯人

本摘要由臺灣大學附設醫院簡郁珊翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

腦膜炎雙球菌感染,是一個由奈氏腦膜炎雙球菌(Neisseria meningitidis)傳染,經常迅速致死的感染性疾病。一旦懷疑感染,在等待細菌學確診時,就儘快投予抗生素治療,從過去就被提出是一種預防死亡或併發症的方法。然而我們發現並沒有任何真正的隨機分組試驗,比較住院前投予抗生素與否,病人的結果是否不同。而從我們找到的這一個隨機分組試驗,我們發現在疑似腦膜炎雙球菌感染的非重症病患,使用較昂貴、較新的Ceftriaone,與較便宜的Chloramphenicol,在預防死亡或減少併發症上效果相當。對於重症的病人來說,要進行隨機分組試驗,來比較使用抗生素與否的預後,可能有違倫理;但進一步設計試驗,比較使用不同抗生素的結果,仍可有助我們瞭解此疾病,預防致死性及其併發症。

Résumé

Antibiotiques pré-hospitalisation en cas de suspicion de méningococcie

Contexte

La méningococcie peut entraîner le décès du patient ou une incapacité dans les heures qui suivent son apparition. L'objectif des antibiotiques pré-hospitalisation est de réduire le risque de maladie grave et de décès en commençant le traitement avant la confirmation du diagnostic.

Objectifs

Étudier l'efficacité et l'innocuité des antibiotiques pré-hospitalisation par rapport à une absence d'antibiotiques pré-hospitalisation ou à un placebo, ainsi que de différents schémas d'antibiothérapie pré-hospitalisation pour réduire la mortalité, l'échec clinique et la morbidité chez les patients pour lesquels une méningococcie est suspectée.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté CENTRAL (2010, numéro 2), qui inclut le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, MEDLINE (1966 à la 1ère semaine de juin 2010) et EMBASE (1980 au 16 juin 2010).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR comparant des antibiotiques à un placebo ou à une absence d'intervention chez des patients pour lesquels une infection méningococcique est suspectée, ou différents antibiotiques administrés avant l'hospitalisation ou la confirmation du diagnostic.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité et extrait les données des résultats des recherches de manière indépendante. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) et l'intervalle de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques. Nous n'avons inclus qu'un seul essai, ce qui ne nous a pas permis d'effectuer de synthèse des données.

Résultats Principaux

Nous n'avons identifié aucun ECR comparant des antibiotiques pré-hospitalisation à une absence d'antibiotiques pré-hospitalisation ou à un placebo. Un ECR de non infériorité ouvert réalisé au cours d'une épidémie évaluait une dose unique de ceftriaxone intramusculaire par rapport à une dose unique de chloramphénicol intramusculaire à action prolongée (huileux). La ceftriaxone n'était pas inférieure au chloramphénicol en termes de réduction de la mortalité (RR de 1,2, IC à 95 %, entre 0,6 et 2,6 ; N = 503 ; 308 méningites à méningocoques confirmées ; 26 décès), séquelles neurologiques (RR de 1,3, IC à 95 %, entre 0,6 et 2,6 ; N = 477 ; 29 avec séquelles) ou échecs cliniques (RR de 0,8, IC à 95 %, entre 0,3 et 2,2 ; N = 477, 18 échecs cliniques). Aucun effet indésirable du traitement n'était observé. Les coûts de traitement estimés étaient similaires. Aucune donnée n'était disponible concernant le fardeau associé aux séquelles de la maladie.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons identifié aucune preuve fiable permettant de recommander ou de déconseiller l'utilisation d'antibiotiques pré-hospitalisation en cas de suspicion de méningococcie non sévère. Des preuves de qualité moyenne issues d'un ECR indiquaient que des injections uniques intramusculaires de ceftriaxone et de chloramphénicol à action prolongée étaient aussi efficaces, sûres et économiques l'une que l'autre en termes de réduction des conséquences graves. Le choix de l'antibiotique à utiliser devrait reposer sur son abordabilité, sa disponibilité et les tendances en termes de résistance aux antibiotiques.

D'autres ECR comparant différents antibiotiques pré-hospitalisation, accompagnés de mesures de soutien intensives, sont justifiables d'un point de vue éthique chez les participants atteints de maladie grave, et sont nécessaires pour obtenir des preuves fiables applicables à différents environnements cliniques.

Plain language summary

Pre-admission antibiotics for suspected cases of meningococcal disease

Meningococcal disease is a contagious, bacterial disease caused by Neisseria meningitidis (N. meningitidis) that often rapidly leads to death. Administering antibiotics as soon as the condition is suspected, and while waiting for the diagnosis to be confirmed, has been advocated as a method of preventing death and the disabling consequences of this disease.

We found no randomized controlled trials that compared pre-admission antibiotics with placebo or no intervention. In the one randomized controlled trial we identified (510 participants), a single injection of either ceftriaxone (a newer antibiotic) or a long-acting form of chloramphenicol (an older antibiotic) were found to be equally effective in preventing death and the disabling consequences in suspected, non-severe cases of meningococcal disease. Due to the serious complications of meningococcal disease, it would be difficult, for ethical reasons, to undertake randomized controlled trials comparing the use of antibiotics as soon as the diagnosis is suspected, versus no antibiotics. However, further trials comparing different antibiotics in suspected meningococcal cases, especially in more severe forms, will provide insights that could help prevent death and the serious consequences of this disease.

Résumé simplifié

Antibiotiques pré-hospitalisation en cas de suspicion de méningococcie

Antibiotiques pré-hospitalisation en cas de suspicion de méningococcie

La méningococcie est une maladie bactérienne contagieuse causée par le Neisseria meningitidis (N. meningitidis), qui entraîne souvent le décès rapide du patient. L'administration d'antibiotiques dès que la maladie est suspectée et en attendant la confirmation du diagnostic a été recommandée comme méthode de prévention des décès et des conséquences incapacitantes de la maladie.

Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé comparant des antibiotiques pré-hospitalisation à un placebo ou une absence d'intervention. Dans le seul essai contrôlé randomisé identifié (510 participants), une injection unique de ceftriaxone (un antibiotique récent) ou de chloramphénicol à action prolongée (un antibiotique plus ancien) s'avéraient aussi efficaces l'une que l'autre pour prévenir les décès et les conséquences incapacitantes en cas de suspicion de méningococcie non sévère. Compte tenu des graves complications de la méningococcie, il serait difficile, d'un point de vue éthique, d'entreprendre des essais contrôlés randomisés comparant l'utilisation d'antibiotiques par rapport à une absence d'antibiotiques dès qu'un tel diagnostic est suspecté. Néanmoins, d'autres essais comparant différents antibiotiques en cas de suspicion de méningococcie, en particulier pour ses formes les plus sévères, pourraient permettre d'approfondir nos connaissances et de prévenir les décès et les conséquences graves de la maladie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux