Intervention Review

You have free access to this content

Early versus delayed laparoscopic cholecystectomy for people with acute cholecystitis

  1. Kurinchi Selvan Gurusamy1,*,
  2. Christopher Davidson2,
  3. Christian Gluud3,
  4. Brian R Davidson1

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 30 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 17 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD005440.pub3


How to Cite

Gurusamy KS, Davidson C, Gluud C, Davidson BR. Early versus delayed laparoscopic cholecystectomy for people with acute cholecystitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD005440. DOI: 10.1002/14651858.CD005440.pub3.

Author Information

  1. 1

    Royal Free Campus, UCL Medical School, Department of Surgery, London, UK

  2. 2

    Royal Free Campus, UCL Medical School, London, London, UK

  3. 3

    Copenhagen Trial Unit, Centre for Clinical Intervention Research, Department 7812, Rigshospitalet, Copenhagen University Hospital, The Cochrane Hepato-Biliary Group, Copenhagen, Denmark

*Kurinchi Selvan Gurusamy, Department of Surgery, Royal Free Campus, UCL Medical School, Royal Free Hospital,, Rowland Hill Street, London, NW3 2PF, UK. kurinchi2k@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Gallstones are present in about 10% to 15% of the adult western population. Between 1% and 4% of these adults become symptomatic in a year (the majority due to biliary colic but a significant proportion due to acute cholecystitis). Laparoscopic cholecystectomy for acute cholecystitis is mainly performed after the acute cholecystitis episode settles because of the fear of higher morbidity and of need for conversion from laparoscopic to open cholecystectomy. However, delaying surgery exposes the people to gallstone-related complications.

Objectives

The aim of this systematic review was to compare early laparoscopic cholecystectomy (less than seven days of clinical presentation with acute cholecystitis) versus delayed laparoscopic cholecystectomy (more than six weeks after index admission with acute cholecystitis) with regards to benefits and harms.

Search methods

We searched the Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, and World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform until July 2012.

Selection criteria

We included all randomised clinical trials comparing early versus delayed laparoscopic cholecystectomy in participants with acute cholecystitis.

Data collection and analysis

We used standard methodological procedures expected by The Cochrane Collaboration.

Main results

We identified seven trials that met the inclusion criteria. Out of these, six trials provided data for the meta-analyses. A total of 488 participants with acute cholecystitis and fit to undergo laparoscopic cholecystectomy were randomised to early laparoscopic cholecystectomy (ELC) (244 people) and delayed laparoscopic cholecystectomy (DLC) (244 people) in the six trials. Blinding was not performed in any of the trials and so all the trials were at high risk of bias. Other than blinding, three of the six trials were at low risk of bias in the other domains such as sequence generation, allocation concealment, incomplete outcome data, and selective outcome reporting. The proportion of females ranged between 43.3% and 80% in the trials that provided this information. The average age of participants ranged between 40 years and 60 years. There was no mortality in any of the participants in five trials that reported mortality. There was no significant difference in the proportion of people who developed bile duct injury in the two groups (ELC 1/219 (adjusted proportion 0.4%) versus DLC 2/219 (0.9%); Peto OR 0.49; 95% CI 0.05 to 4.72 (5 trials)). There was no significant difference between the two groups (ELC 14/219 (adjusted proportion 6.5%) versus DLC 11/219 (5.0%); RR 1.29; 95% CI 0.61 to 2.72 (5 trials)) in terms of other serious complications. None of the trials reported quality of life from the time of randomisation. There was no significant difference between the two groups in the proportion of people who required conversion to open cholecystectomy (ELC 49/244 (adjusted proportion 19.7%) versus DLC 54/244 (22.1%); RR 0.89; 95% CI 0.63 to 1.25 (6 trials)). The total hospital stay was shorter in the early group than the delayed group by four days (MD -4.12 days; 95% CI -5.22 to -3.03 (4 trials; 373 people)). There was no significant difference in the operating time between the two groups (MD -1.22 minutes; 95% CI -3.07 to 0.64 (6 trials; 488 people)). Only one trial reported return to work. The people belonging to the ELC group returned to work earlier than the DLC group (MD -11.00 days; 95% CI -19.61 to -2.39 (1 trial; 36 people)). Four trials did not report any gallstone-related morbidity during the waiting period. One trial reported five gallstone-related morbidities (cholangitis: two; biliary colic not requiring urgent operation: one; acute cholecystitis not requiring urgent operation: two). There were no reports of pancreatitis during the waiting time. Gallstone-related morbidity was not reported in the remaining trials. Forty (18.3%) of the people belonging to the delayed group had either non-resolution of symptoms or recurrence of symptoms before their planned operation and had to undergo emergency laparoscopic cholecystectomy in five trials. The proportion with conversion to open cholecystectomy was 45% (18/40) in this group of people.

Authors' conclusions

We found no significant difference between early and late laparoscopic cholecystectomy on our primary outcomes. However, trials with high risk of bias indicate that early laparoscopic cholecystectomy during acute cholecystitis seems safe and may shorten the total hospital stay. The majority of the important outcomes occurred rarely, and hence the confidence intervals are wide. It is unlikely that future randomised clinical trials will be powered to measure differences in bile duct injury and other serious complications since this might involve performing a trial of more than 50,000 people, but several smaller randomised trials may answer the questions through meta-analyses.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Early versus delayed laparoscopic cholecystectomy for people with acute cholecystitis

The liver produces bile which has many functions including elimination of waste processed by the liver and digestion of fat. The bile is temporarily stored in the gallbladder (an organ situated underneath the liver) before it reaches the small bowel. Concretions in the gallbladder are called gallstones. Gallstones are present in about 10% to 15% of the adult western population. Between 1% and 4% become symptomatic in a year. The symptoms include pain related to the gallbladder (biliary colic), inflammation of the gallbladder (cholecystitis), obstruction to the flow of bile from the liver and gallbladder into the small bowel resulting in jaundice (yellowish discolourisation of the body usually most prominently noticed in the white of the eye, which turns yellow), bile infection (cholangitis), and inflammation of the pancreas, an organ which secretes digestive juices and harbours the insulin secreting cells which maintain blood sugar level (pancreatitis). Removal of the gallbladder (cholecystectomy) is currently considered the best treatment option for people with symptomatic gallstones. This is generally performed by key-hole surgery (laparoscopic cholecystectomy). Cholecystitis (inflammation) of the gallbladder is one of the indications for laparoscopic cholecystectomy. Cholecystitis can occur suddenly, with symptoms such as fever along with intense pain in the right upper tummy. This is called acute cholecystitis. In comparison, chronic cholecystitis is a smouldering inflammation of the gallbladder which presents with less intense pain in the right upper tummy. For many years, surgeons have preferred to perform laparoscopic cholecystectomy once the inflammation settles down completely (which usually takes about six weeks) because of the fear of higher complication rates including injury to the bile duct (a tube through which the bile flows from the gallbladder to the small bowel). Injury to the bile duct is a life-threatening condition which requires urgent corrective operation in most instances. In spite of the corrective surgery, people have poor quality of life several years after the operation due to repeated instances of bile infection caused by obstruction to the flow of bile into the small bowel. Another reason for the surgeons' preference for delaying the operation is to avoid an open operation, as there has been a perception that early operation increases the risk of an open operation. However, delaying the surgery exposes the people to the risk of complications related to gallstones. The review authors set out to determine whether it is preferable to perform early laparoscopic cholecystectomy (within seven days of people presenting to doctors with symptoms) or delayed laparoscopic cholecystectomy (more than six weeks after the initial admission). A systematic search of medical literature was performed in order to identify studies which provided information on the above question. The authors obtained information from randomised trials only since such types of trials provide the best information if conducted well. Two authors independently identified the trials and collected the information.

Six trials providing information on the review question were identified. A total of 488 people with acute cholecystitis were included. Laparoscopic cholecystectomy was performed early (within seven days of people presenting to the doctor with symptoms) in 244 people while it was performed after at least six weeks in the remaining 244 people. The proportion of females ranged between 43.3% and 80% in the trials that provided this information. The average age of participants ranged between 40 years and 60 years. All the trials were at high risk of bias (and might have overestimated the benefits or underestimated the harms of either early laparoscopic cholecystectomy or delayed laparoscopic cholecystectomy). All the people included in the trials were discharged home alive after operation in the five trials from which this information was available. There was no significant difference in the proportion of people who developed bile duct injury, surgical complications, or who required conversion from key-hole to open operation between the two groups. None of the trials reported quality of life from the time of randomisation. The total hospital stay was shorter in the early group than the delayed group by four days. There was no significant difference in the operating time between the two groups. Only one trial reported the time taken for employed people to return to work. The people belonging to the early laparoscopic cholecystectomy group returned to work 11 days, on average, earlier than the delayed laparoscopic cholecystectomy group. Four trials did not report any gallstone-related complications during the waiting period. One trial reported five gallstone-related complications, including two people with cholangitis. There were no reports of pancreatitis during the waiting time. Gallstone-related morbidity was not reported in the remaining trial. Approximately one-sixth of people belonging to the delayed group had either non-resolution of symptoms or recurrence of symptoms before their planned operation and had to undergo emergency laparoscopic cholecystectomy in five trials. Based on information from a varied number of participants as well as trials at high risk of bias, early laparoscopic cholecystectomy during acute cholecystitis appears safe and shortens the total hospital stay. The majority of the important outcomes occurred rarely and hence one cannot rule out that future trials may show that one treatment or another may be better in terms of complications. However, the trial size required to show such differences involves a clinical trial on more than 50,000 people and so it is unlikely that such large trials will be performed. Several smaller randomised trials may answer the questions through meta-analyses.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Cholécystectomie laparoscopique précoce versus tardive pour les personnes souffrant de cholécystite aigüe

Contexte

Environ 10 à 15 % de la population occidentale adulte souffrent de calculs biliaires. Entre 1 % et 4 % deviennent symptomatiques en l'espace d'un an (la majorité en raison de coliques biliaires, mais une part importante en raison d'une cholécystite aigüe). La cholécystectomie laparoscopique pour la cholécystite aigüe est principalement réalisée après des épisodes de cholécystite aigüe en raison de la peur de la morbidité élevée et de la nécessité de passer d'une cholécystectomie laparoscopique à une cholécystectomie ouverte. Pour autant, la chirurgie tardive expose les patients à des complications au niveau des calculs biliaires.

Objectifs

L'objectif de cette revue systématique était de comparer la cholécystectomie laparoscopique précoce (moins de sept jours après la présentation clinique pour cholécystite aigüe) à la cholécystectomie laparoscopique tardive (plus de six semaines après l'admission initiale pour cholécystite aigüe) en termes d'avantages et d'inconvénients.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais cliniques contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, le Science Citation Index Expanded et l'International Clinical Trials Registry Platform de l'Organisation Mondiale de la Santé jusqu'en juillet 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés comparant la cholécystectomie laparoscopique précoce versus tardive chez les participants présentant une cholécystite aigüe.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par The Cochrane Collaboration.

Résultats Principaux

Nous avons identifié sept essais qui répondaient aux critères d'inclusion. Parmi eux, six fournissaient des données pour les méta-analyses. Au total, 488 participants avec une cholécystite aigüe et éligibles à une cholécystectomie laparoscopique ont été randomisés dans un groupe avec cholécystectomie laparoscopique précoce (CLP) (244 personnes) et un groupe avec cholécystectomie laparoscopique tardive (CLT) (244 personnes) dans les six essais. La mise en aveugle n'a été effectuée dans aucun essai, tous les essais présentaient donc un risque élevé de biais. En plus de la mise en aveugle, trois des six essais présentaient un risque de biais faible dans les autres domaines tels que la génération de séquences, le secret d'attribution, les données incomplètes sur les résultats et un compte rendu sélectif. Le pourcentage de femmes allait de 43,3 % à 80 % dans les essais qui fournissaient cette information. L'âge moyen des participants allait de 40 à 60 ans. Il n'a été constaté aucun décès chez les participants dans les cinq essais qui mentionnaient la mortalité. Il n'a été constaté aucune différence significative dans la proportion de personnes qui ont développé des lésions au niveau du canal biliaire dans les deux groupes (CLP 1/219 (pourcentage ajusté 0,4 %) versus CLT 2/219 (0,9 %) ; OR Peto 0,49 ; IC à 95 % 0,05 à 4,72 (5 essais)). Il n'y avait aucune différence significative entre les deux groupes (CLP 14/219 (pourcentage ajusté 6,5 %) versus CLT 11/219 (5,0 %) ; RR 1,29 ; IC à 95 % 0,61 à 2,72 (5 essais)) en termes de complications graves. Aucun essai ne faisait mention de la qualité de vie au moment de la randomisation. Il n'y avait aucune différence significative entre les deux groupes dans la proportion de personnes qui ont dû passer à une cholécystectomie ouverte (CLP 49/244 (pourcentage ajusté 19,7 %) versus CLT 54/244 (22,1 %) ; RR 0,89 ; IC à 95 % 0,63 à 1,25 (6 essais)). L'hospitalisation était plus courte de quatre jours dans le groupe précoce par rapport au groupe tardif (DM -4,12 jours ; IC à 95 % -5,22 à -3,03 (4 essais ; 373 personnes). Il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes dans la durée de l'opération (DM -1,22 minutes ; IC à 95 % -3,07 à 0,64 (6 essais ; 488 personnes)). Seul un essai mentionnait la reprise du travail. Les personnes appartenant au groupe CLP reprenaient le travail plus tôt que celles du groupe CLT (DM -11,00 jours ; IC à 95 % -19,61 à -2,39 (1 essai ; 36 personnes)). Quatre essais ne mentionnaient aucune morbidité liée aux calculs biliaires pendant la période d'attente. Un essai a mentionné cinq morbidités liées aux calculs biliaires (cholangite : deux ; colique biliaire ne nécessitant pas une opération urgente : un ; cholécystite aigüe ne nécessitant pas une opération urgente : deux). Il n'a été mentionné aucune pancréatite pendant la période d'attente. La morbidité associée aux calculs biliaires n'était pas mentionnée dans les autres essais. Quarante (18,3 %) personnes appartenant au groupe tardif avaient toujours des symptômes ou présentaient une récurrence des symptômes avant leur opération prévue et ont dû subir une cholécystectomie laparoscopique d'urgence dans cinq essais. La proportion du passage à une cholécystectomie ouverte était de 45 % (18/40) dans ce groupe de personnes.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune différence significative entre la cholécystectomie laparoscopique précoce et tardive dans nos critères de jugement principaux. Pour autant, les essais avec un risque de biais élevé indiquent que la cholécystectomie laparoscopique précoce pendant une cholécystite aigüe semble sans danger et permet de réduire potentiellement la durée totale d'hospitalisation. La majorité des critères de jugement importants apparaissaient rarement, les intervalles de confiance sont donc étendus. Il est peu probable que d'autres essais cliniques randomisés soient lancés pour mesurer les différences dans les lésions au niveau du canal biliaire et d'autres complications graves étant donné que cela pourrait impliquer de réaliser un essai portant sur plus de 50000 participants, mais plusieurs essais randomisés plus petits pourraient répondre aux questions par l'intermédiaire de méta-analyses.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Cholécystectomie laparoscopique précoce versus tardive pour les personnes souffrant de cholécystite aigüe

Cholécystectomie laparoscopique précoce versus tardive pour les personnes souffrant de cholécystite aigüe

Le foie produit de la bile qui a de multiples fonctions, y compris l'élimination des déchets produits par le foie et la digestion des lipides. La bile est temporairement stockée dans la vésicule biliaire (un organe situé sous le foie) avant qu'elle n'atteigne l'intestin grêle. Les concrétions dans la vésicule biliaire sont appelées calculs biliaires. Environ 10 à 15 % de la population occidentale adulte souffrent de calculs biliaires. Entre 1 % et 4 % deviennent symptomatiques en l'espace d'un an. Les symptômes comprennent la douleur associée à la vésicule biliaire (colique biliaire), l'inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite), l'obstruction de l'écoulement de la bile provenant du foie et les calculs biliaires dans l'intestin grêle qui entraînent une jaunisse (décoloration jaunâtre du corps généralement plus marquée au niveau du blanc de l'œil qui devient jaune), l'infection de la bile (cholangite) et l'inflammation du pancréas, un organe qui sécrète les sucs digestifs et abrite les cellules sécrétant l'insuline qui maintiennent le taux de glycémie (pancréatite). L'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est actuellement considérée comme la meilleure option thérapeutique pour les personnes qui ont des calculs biliaires symptomatiques. Elle est généralement pratiquée sous laparoscopie (cholécystectomie laparoscopique). La cholécystite (inflammation) de la vésicule biliaire est l'une des indications pour une cholécystectomie laparoscopique. La cholécystite peut apparaître soudainement, avec des symptômes tels que de la fièvre associée à des douleurs intenses dans la partie supérieure droite de l'abdomen. On l'appelle alors cholécystite aigüe. En comparaison, la cholécystite chronique est une inflammation latente de la vésicule biliaire qui présente des douleurs moins intenses dans la partie supérieure droite de l'abdomen. Pendant de nombreuses années, les chirurgiens ont préféré pratiquer une cholécystectomie laparoscopique une fois l'inflammation complètement déclarée (ce qui prend environ six semaines) parce qu'ils craignaient des taux de complications plus élevés comprenant des lésions au niveau du canal biliaire (un tube dans lequel circule la bile entre la vésicule biliaire et l'intestin grêle). Les lésions sur le canal biliaire sont potentiellement mortelles et requièrent une intervention corrective dans les plus brefs délais. Malgré la chirurgie corrective, les personnes ont une qualité de vie médiocre plusieurs années après l'intervention en raison des infections de la bile à répétition, causées par l'obstruction de l'écoulement de la bile dans l'intestin grêle. Une autre raison qui pousse les chirurgiens à repousser l'intervention est d'éviter une opération ouverte, étant donné qu'on pense qu'une intervention précoce accroît le risque d'une opération ouverte. Pour autant, retarder la chirurgie expose les patients à des risques de complications associés aux calculs biliaires. Les auteurs ont entrepris de déterminer s'il était préférable de réaliser une cholécystectomie laparoscopique précoce (dans les sept jours qui suivent la consultation auprès d'un médecin pour des symptômes) ou une cholécystectomie laparoscopique tardive (plus de six semaines après l'admission initiale). Une recherche systématique dans la littérature médicale a été réalisée de manière à identifier les études qui fournissaient des informations sur la question mentionnée ci-dessus. Les auteurs ont obtenu des informations à partir des essais randomisés uniquement lorsque ce type d'essais fournissait les meilleures informations s'ils étaient bien réalisés. Deux auteurs ont indépendamment identifié les essais et recueilli les informations.

Six essais fournissant des informations sur la question de la revue ont été identifiés. Au total, 488 patients avec une cholécystite aigüe ont été inclus. La cholécystectomie laparoscopique a été réalisée précocement (sous sept jours après la consultation auprès d'un médecin) sur 244 personnes alors qu'elle a été réalisée après au moins six semaines sur les 244 personnes restantes. Le pourcentage de femmes allait de 43,3 % à 80 % dans les essais qui fournissaient cette information. L'âge moyen des participants allait de 40 à 60 ans. Tous les essais avaient un risque de biais élevé (et avaient potentiellement surestimé les bénéfices ou sous-estimé les nuisances d'une cholécystectomie laparoscopique précoce ou d'une cholécystectomie laparoscopique tardive). Toutes les personnes incluses dans les essais sont retournées en vie chez elles après l'opération dans les cinq essais qui mentionnaient cette information. Il n'y avait aucune différence significative entre les deux groupes dans la proportion de personnes qui ont développé des lésions au niveau du canal biliaire, des complications chirurgicales ou qui ont dû passer d'une laparoscopie à une intervention ouverte. Aucun essai ne faisait mention de la qualité de vie au moment de la randomisation. L'hospitalisation était plus courte de quatre jours dans le groupe précoce par rapport au groupe tardif. Il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes au niveau de la durée de l'opération. Seul un essai mentionnait le temps écoulé avant la reprise du travail pour les personnes actives. Les personnes appartenant au groupe avec cholécystectomie laparoscopique précoce ont repris le travail en moyenne 11 jours plus tôt que le groupe avec cholécystectomie laparoscopique tardive. Quatre essais ne mentionnaient aucune complication liée aux calculs biliaires pendant la période d'attente. Un essai a signalé cinq complications liées aux calculs biliaires, dont deux patients avec une cholangite. Il n'a été mentionné aucune pancréatite pendant la période d'attente. La morbidité associée aux calculs biliaires n'était pas mentionnée dans l'essai restant. Environ un sixième des personnes appartenant au groupe tardif avait toujours des symptômes ou présentaient une récurrence des symptômes avant leur opération prévue et ont dû subir une cholécystectomie laparoscopique d'urgence dans cinq essais. En fonction des informations provenant de nombreux participants ainsi que des essais avec un risque de biais élevé, la cholécystectomie laparoscopique précoce pendant une cholécystite aigüe semble être sans danger et réduit la durée totale d'hospitalisation. La majorité des critères de jugement importants ne sont apparus que rarement et par conséquent, on ne peut pas savoir si des essais ultérieurs pourraient montrer qu'un traitement est meilleur qu'un autre en termes de complications. Pour autant, la taille de l'essai requise pour montrer ces différences implique un essai clinique avec plus de 50000 participants, il est donc peu probable que des essais aussi étendus soient réalisés. Plusieurs essais randomisés de plus petite taille peuvent répondre aux questions par l'intermédiaire des méta-analyses.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th August, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

針對急性膽囊炎,早期和延遲腹腔鏡膽囊切除術的比較

西方國家中大約10% – 15%的成年人有膽結石。 每一年會有1% −4% 的人出現相關症狀。 由於擔心併發症較高,使得急性膽囊炎發病過程中,腹腔鏡膽囊切除術轉變成傳統膽囊切除手術, 所以急性膽囊炎發作之後,主要會對症狀性膽囊結石實施膽囊切除術。

目標

本次文獻回顧的目的在於比較早期腹腔鏡膽囊切除術 (症狀出現後7天內)和延期腹腔鏡膽囊切除術 (因病住院後6周以上) 的利弊。

搜尋策略

我們搜尋2005年11月之前的The Cochrane Library The Cochrane HepatoBiliary Group Controlled Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE 和cience Citation Index Expanded。

選擇標準

我們考慮了所有比較急性膽囊炎使用早期和延期腹腔鏡膽囊切除術的隨機臨床試驗。

資料收集與分析

我們收集了試驗特徵,試驗方法學品質,每次試驗的死亡率、併發症、治癒率、手術時間和住院天數等資料。我們使用固定效果模型和隨機效果模型,以RevMan 分析資料。我們根據治療意向分析,計算了每個結果的比數比 (OR) ,95% 信賴區間 (CI) 。

主要結論

我們共包括5次試驗,共隨機挑選451位病人: 223 人分配到早期組,228人分配到延期組。 早期組有222位病人實施手術,延期組有216 位病人實施手術。任何試驗無死亡率。5次試驗有4次試驗具有較高的方法學品質。 2個小組在結果方面沒有顯著差異,這些結果包括膽管受損(OR 0.63, 95% CI 0.15 – 2.70) ,轉換至傳統膽囊切除術(OR 0.84, 95% CI 0.53 0 – 1.34)。 其他分析還包括‘可獲得案例的分析’, 風險差異, 統計學方法,以便避免發生‘零事件試驗’, 2個小組在測量的結果方面沒有體現顯著差異。由於膽囊炎沒有治癒或反覆發作,延期組共有 40 位病人(17.5%) 必須接受緊急腹腔鏡膽囊切除術 18 (45%) 個人必須轉移至傳統手術。比較延期組,早期組的總體住院日約縮短4天。

作者結論

在急性膽囊炎發病期間實施早期腹腔鏡膽囊切除術似乎是安全的,且能縮短總體住院日。大多數不良結果(指膽道受損及轉換手術)比較罕見; 因此設定較寬的信賴信賴區間。 因此,需要對此問題實施進一步的隨機試驗。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

在急性膽囊炎發病期間實施早期腹腔鏡膽囊切除術是安全的,且縮短了總體住院日。針對症狀性膽結石引發急性膽囊炎,通常會早期實施膽囊切除術。主要原因是擔心高發病率,及病程中既定腹腔鏡膽囊切除術可能轉變成傳統膽囊切除手術。 本次對5次隨機試驗的系統性文獻回顧指出, 比較症狀出現6周−12周後再實施腹腔鏡膽囊切除術,若於發病期間實施腹腔鏡膽囊切除術其併發症率或治癒率沒有表現明顯差異。 所有的試驗皆沒有死亡個案。急性膽囊炎發病期間實施早期腹腔鏡膽囊切除術比較安全,能夠縮短總體住院日。