This is not the most recent version of the article. View current version (10 APR 2014)

Intervention Review

Carbamazepine for acute and chronic pain in adults

  1. Philip J Wiffen1,*,
  2. Sheena Derry2,
  3. R Andrew Moore2,
  4. Henry J McQuay2

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 19 JAN 2011

Assessed as up-to-date: 15 SEP 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005451.pub2


How to Cite

Wiffen PJ, Derry S, Moore RA, McQuay HJ. Carbamazepine for acute and chronic pain in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 1. Art. No.: CD005451. DOI: 10.1002/14651858.CD005451.pub2.

Author Information

  1. 1

    UK Cochrane Centre, Oxford, UK

  2. 2

    University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences (Nuffield Division of Anaesthetics), Oxford, Oxfordshire, UK

*Philip J Wiffen, UK Cochrane Centre, National Institute for Health Research, Summertown Pavilion, Middle Way, Oxford, OX2 7LG, UK. phil.wiffen@ndcn.ox.ac.uk. phil.wiffen@ndcn.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 19 JAN 2011

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (10 APR 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Carbamazepine is used to treat chronic neuropathic pain.

Objectives

Evaluation of analgesic efficacy and adverse effects of carbamazepine for acute and chronic pain management (except headaches).

Search methods

Randomised controlled trials (RCTs) of carbamazepine in acute, chronic or cancer pain were identified, searching MEDLINE, EMBASE, SIGLE and Cochrane CENTRAL to June 2010, reference lists of retrieved papers, and reviews.

Selection criteria

RCTs reporting the analgesic effects of carbamazepine.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted results and scored for quality. Numbers needed to treat to benefit (NNT) or harm (NNH) with 95% confidence intervals (CI) were calculated from dichotomous data for effectiveness, adverse effects and adverse event withdrawal. Issues of study quality, size, duration, and outcomes were examined.

Main results

Fifteen included studies (12 cross-over design; three parallel-group) with 629 participants.

Carbamazepine was less effective than prednisolone in preventing postherpetic neuralgia following acute herpes zoster (1 study, 40 participants). No studies examined acute postoperative pain.

Fourteen studies investigated chronic neuropathic pain: two lasted eight weeks, others were four weeks or less (mean 3 weeks, median 2 weeks). Five had low reporting quality. Ten involved fewer than 50 participants; mean and median maximum treatment group sizes were 34 and 29. Outcome reporting was inconsistent.

Most placebo controlled studies indicated that carbamazepine was better than placebo. Five studies with 298 participants provided dichotomous results; 70% improved with carbamazepine and 12% with placebo. Carbamazepine at any dose, using any definition of improvement was significantly better than placebo (70% versus 12% improved; 5 studies, 298 participants); relative benefit 6.1 (3.9 to 9.7), NNT 1.7 (1.5 to 2.0). Four studies (188 participants) reporting outcomes equivalent to 50% pain reduction or more over baseline had a similar NNT.

With carbamazepine, 66% of participants experienced at least one adverse event, and 27% with placebo; relative risk 2.4 (1.9 to 3.1), NNH 2.6 (2.1 to 3.5). Adverse event withdrawals occurred in12 of 323 participants (4%) with carbamazepine and 0 of 310 with placebo. Serious adverse events were not reported consistently; rashes were associated with carbamazepine. Five deaths occurred in patients on carbamazepine, with no obvious drug association.

Authors' conclusions

Carbamazepine is effective in chronic neuropathic pain, with caveats. No trial was longer than four weeks, of good reporting quality, using outcomes equivalent to at least moderate clinical benefit. In these circumstances, caution is needed in interpretation, and meaningful comparison with other interventions is not possible.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Carbamazepine (an anticonvulsant medicine) for acute and chronic pain

Carbamazepine is effective for relieving chronic pain caused by damage to nerves, either from injury or disease, although the data available to support this is limited. Anticonvulsants (also known as antiepileptics) are a group of medicines commonly used for treating 'fits' or epilepsy, but which are also effective for treating pain. The type of pain which responds well is neuropathic pain, e.g., postherpetic neuralgia (persistent pain experienced in an area previously affected by shingles), trigeminal neuralgia, and painful complications of diabetes. About two-thirds of patients who take carbamazepine for neuropathic pain can expect to achieve good pain relief in the short term, and two thirds can expect to experience at least one adverse event.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La carbamazépine pour la douleur aiguë et chronique chez l'adulte

Contexte

La carbamazépine est utilisée pour traiter la douleur neuropathique chronique.

Objectifs

Evaluation de l'efficacité analgésique et des effets indésirables de la carbamazépine pour la prise en charge de la douleur aiguë et chronique (sauf les céphalées).

Stratégie de recherche documentaire

Les Essais contrôlés randomisés (ECR) de la carbamazépine dans la douleur aiguë ou chronique ou la douleur du cancer ont été identifiés par une recherche dans MEDLINE, EMBASE, SIGLE et Cochrane CENTRAL jusqu'en juin 2010, les références bibliographiques des articles trouvés, et des revues.

Critères de sélection

ECR rapportant les effets analgésiques de la carbamazépine.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait les résultats et évalué la qualité. Les Nombres de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) ou pour nuire (NNN) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés à partir des données dichotomiques pour l'efficacité, les effets indésirables et les arrêts précoces dus aux événements indésirables. Les questions de la qualité, la taille, la durée, et les critères de jugement des études ont été examinées.

Résultats Principaux

Quinze études incluses (12 plans en groupes croisés ; trois en groupes parallèles) avec 629 participants.

La carbamazépine était moins efficace que la prednisolone pour prévenir l'algie post- zostérienne après zona (1 étude, 40 participants). Aucune étude n'examinait la douleur postopératoire aiguë.

Quatorze études analysaient la douleur neuropathique chronique : Deux avaient une durée de huit semaines, les autres de quatre semaines ou moins (moyenne 3 semaines, médiane 2 semaines). Cinq présentaient une faible qualité de consignation. Dix études impliquaient moins de 50 participants ; la moyenne et la médiane maximum de la taille des groupes de traitement était de 34 et 29. Les notifications des résultats n'étaient pas cohérentes.

La plupart des études contrôlées contre placebo indiquaient que la carbamazépine était plus efficace que le placebo. Cinq études avec 298 participants fournissaient des résultats dichotomiques ; 70 % une amélioration avec la carbamazépine et 12 % avec le placebo. La carbamazépine à n'importe quelle dose, quelle que soit la définition de l'amélioration utilisée était significativement plus efficace que le placebo (70 % versus 12 % ont ressenti une amélioration ; 5 études, 298 participants) ; le bénéfice relatif 6,1 (3,9 à 9,7), NST 1,7 (1,5 à 2,0). Quatre études (188 participants) rapportant des résultats équivalent à une réduction de la douleur de 50 % ou plus par rapport à l'inclusion avaient un NST similaire.

Avec la carbamazépine, 66 % des participants ont présenté au moins un événement indésirable, et 27 % avec le placebo ; risque relatif 2,4 (1,9 à 3,1), NNN 2,6 (2,1 à 3,5). Les abandons en raison d'événements indésirables sont survenus pour 12 sur 323 participants (4 %) avec la carbamazépine et 0 sur 310 avec le placebo. Les événements indésirables graves n'étaient pas rapportés de manière cohérente ; des éruptions ont été associées à la carbamazépine. Cinq décès sont survenus chez des patients sous carbamazépine, sans association médicamenteuse évidente.

Conclusions des auteurs

La carbamazépine est efficace pour la douleur neuropathique chronique, avec des réserves. Aucun essai ne durait plus de quatre semaines, n'était de bonne qualité de notification, n'utilisait des critères de jugements équivalents au moins à un bénéfice clinique modéré. Dans ces circonstances, la prudence est requise dans l'interprétation, et une comparaison pertinente avec d'autres interventions n'est pas possible.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La carbamazépine pour la douleur aiguë et chronique chez l'adulte

La carbamazépine (un médicament antiépileptique) pour la douleur aiguë et chronique

La carbamazépine est efficace pour soulager la douleur chronique due à des lésions des nerfs suite à une blessure ou à une maladie, bien que les données disponibles pour soutenir cela sont limitées. Les antiépileptiques (également appelés anticonvulsants ou anticonvulsivants) sont un groupe de médicaments couramment utilisés pour traiter les crises d'épilepsie, mais qui sont également efficaces pour traiter la douleur. Le type de douleur qui répond bien est la douleur neuropathique, par ex. , l'algie post- zostérienne (douleur persistante ressentie dans une zone précédemment affectée par le zona), la névralgie faciale, et des complications douloureuses du diabète. A peu près deux tiers des patients sous carbamazépine pour une douleur neuropathique peuvent obtenir un bon soulagement de la douleur à court terme, et deux tiers peuvent s'attendre à éprouver au moins un événement indésirable.

Notes de traduction

Cette revue a été substantiellement modifiée après une recherche de nouveaux essais jusqu'à juin 2010.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français