Intervention Review

Prophylactic use of ergot alkaloids in the third stage of labour

  1. Tippawan Liabsuetrakul1,*,
  2. Thanapan Choobun2,
  3. Krantarat Peeyananjarassri2,
  4. Q Monir Islam3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 18 APR 2007

Assessed as up-to-date: 22 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005456.pub2

How to Cite

Liabsuetrakul T, Choobun T, Peeyananjarassri K, Islam QM. Prophylactic use of ergot alkaloids in the third stage of labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 2. Art. No.: CD005456. DOI: 10.1002/14651858.CD005456.pub2.

Author Information

  1. 1

    Prince of Songkla University, Epidemiology Unit, Faculty of Medicine, Hat Yai, Songkhla, Thailand

  2. 2

    Prince of Songkla University, Department of Obstetrics and Gynecology, Faculty of Medicine, Hat Yai, Songkhla, Thailand

  3. 3

    World Health Organization, Department of Family, Health and Research, Mahatma Gandhi Marg, New Delhi, India

*Tippawan Liabsuetrakul, Epidemiology Unit, Faculty of Medicine, Prince of Songkla University, Hat Yai, Songkhla, 90110, Thailand. tippawan.l@psu.ac.th. ltippawa@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 APR 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Previous research has shown that the prophylactic use of uterotonic agents in the third stage of labour reduces postpartum blood loss and moderate to severe postpartum haemorrhage. This is one of a series of systematic reviews assessing the effects of prophylactic use of uterotonic drugs - here, prophylactic ergot alkaloids are compared with no uterotonic agents, and different regimens of administration of ergot alkaloids.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of prophylactic use of ergot alkaloids in the third stage of labour compared with no uterotonic agents, as well as with different routes or timing of administration for prevention of postpartum haemorrhage.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 April 2011).

Selection criteria

All randomised or quasi-randomised controlled trials comparing prophylactic ergot alkaloids with no uterotonic agents or comparing different routes or timings of administration of ergot alkaloids in the third stage of labour among women giving birth vaginally.

Data collection and analysis

We systematically reviewed the potential studies, considered eligible studies, assessed the validity of each included study and extracted data independently.

Main results

We included six studies, comparing ergot alkaloids with no uterotonic agents, with a total of 1996 women in the ergot alkaloids group and 1945 women in the placebo or no treatment group. The use of injected ergot alkaloids in the third stage of labour significantly decreased mean blood loss (mean difference (MD) -83.03 ml, 95% confidence interval (CI) -99.39 to -66.66 ml), postpartum haemorrhage of at least 500 ml (risk ratio (RR) 0.38, 95% CI 0.21 to 0.69) and the use of therapeutic uterotonics (RR 0.25, 95% CI 0.10 to 0.66). The risk of retained placenta or manual removal of the placenta, or both, were inconsistent. Ergot alkaloids significantly increased the risk of elevated blood pressure (RR 2.60, 95% CI 1.03 to 6.57) and pain after birth requiring analgesia (RR 2.53, 95% CI 1.34 to 4.78) but not in vomiting, nausea, headache or eclamptic fit. One study compared oral ergometrine with placebo and showed no significant benefit of ergometrine over placebo. No maternal adverse effects were reported. There were no included trials that compared different administration regimens of ergot alkaloids.

Authors' conclusions

Prophylactic intramuscular or intravenous injections of ergot alkaloids are effective in reducing blood loss, postpartum haemorrhage and the use of therapeutic uterotonics, but adverse effects include elevated blood pressure and pain after birth requiring analgesia, particularly with the intravenous route of administration.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Active management of third stage of labour with ergot alkaloid drugs (e.g. ergometrine)

The third stage of labour is the period from birth of the baby to the expulsion of the placenta and membranes. As the placenta separates, there is inevitably some blood loss from the placental site until the muscles of the uterus clamp the blood vessels. Fit, healthy women cope with this normal blood loss without problems, but where poor nutrition, poor sanitation and limited or no access to clinical care are complications of pregnancy, severe morbidity and mortality can result from excessive blood loss at birth. This is very common in low- and middle-income countries. Active intervention, called 'active management of third stage', is recommended for the third stage of labour to reduce excess blood loss. Active intervention incorporates (1) the administration of a uterotonic drug, given either just before or just after the baby is born to help the muscles of the uterus contract; (2) early cord clamping; and (3) the use of controlled cord traction to deliver the placenta. This review of studies looked at the use of one group of uterotonic drugs called ergot alkaloids, e.g. ergometrine, as part of this active management. The review found six trials involving 3941 women receiving ergometrine by mouth (orally), into the muscle (intramuscularly (IM)) or into the vein (intravenously (IV)). Evidence indicates that the oral route was not very effective. The IV route, although it reduced blood loss, was associated with the adverse effects of raised blood pressure and pain due to uterine contraction, and so is unlikely to be used. The IM route showed benefit in terms of reducing blood loss, and although there were adverse effects similar to those associated with the IV route, these were less common. So, while the ergot alkaloid group of drugs given IM is an option, there are other drugs, namely oxytocin, syntometrine and prostaglandins (which are assessed in other Cochrane reviews), that can be used and may be preferable.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Contexte

De précédentes recherches ont montré que l’utilisation prophylactique d’agents utérotoniques durant la troisième phase du travail permet de réduire la perte de sang du post-partum et les hémorragies modérées à graves du post-partum. Cette revue fait partie d’une série de revues systématiques évaluant les effets de l’utilisation prophylactique des médicaments utérotoniques et compare les alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle administrés en prophylaxie à l’absence d’agents utérotoniques ainsi que différents régimes d’administration des alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle.

Objectifs

Déterminer l’efficacité en pratique et l’innocuité de l’utilisation prophylactique des alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle durant la troisième phase du travail par comparaison à l’absence d’utilisation d’agents utérotoniques ainsi que les différentes voies ou différents moments d’administration dans la prévention des hémorragies du post-partum.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (30 avril 2011).

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant les alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle administrés en prophylaxie à l’absence d’agents utérotoniques ou comparant différentes voies ou différents moments d’administration des alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle durant la troisième phase du travail chez les femmes accouchant par voie basse.

Recueil et analyse des données

Nous avons systématiquement évalué les études potentielles, pris en considération les études admissibles, évalué la validité de chaque étude incluse et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus six études comparant les alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle à l’absence d’agents utérotoniques, avec un total de 1 996 femmes dans le groupe des alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle et 1 945 femmes dans le groupe du placebo ou d’absence de traitement. L’utilisation d’alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle injectables durant la troisième phase du travail a diminué significativement la perte de sang moyenne (différence moyenne (DM) -83,03 ml, intervalle de confiance (IC) à 95 % -99,39 à -66,66 ml), les hémorragies du post-partum d’au moins 500 ml (rapport de risques (RR) 0,38, IC à 95 % 0,21 à 0,69) et l’utilisation d’utérotoniques thérapeutiques (RR 0,25, IC à 95 % 0,10 à 0,66). L’effet sur le risque de rétention du placenta ou de révision utérine, ou les deux, était contradictoire. Les alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle augmentaient considérablement le risque de d’hypertension artérielle (RR 2,60, IC à 95 % 1,03 à 6,57) et de douleur nécessitant une analgésie après la naissance (RR 2,53, IC à 95 % 1,34 à 4,78), mais pas les vomissements, les nausées, les céphalées ou les crises d’éclampsie. Une seule étude a comparé l’ergométrine orale à un placebo et n’a fait état d’aucun bénéfice significatif de l’ergométrine par rapport au placebo. Aucun effet indésirable maternel n’a été signalé. Aucun essai inclus n'a comparé les différents régimes d'administration des alcaloïdes dérivés de l'ergot de seigle.

Conclusions des auteurs

Les injections intramusculaires ou intraveineuses prophylactiques d’alcaloïdes de l’ergot sont efficaces pour réduire la perte de sang, les hémorragies du post-partum et l’utilisation d’utérotoniques thérapeutiques, mais les effets indésirables incluent une hypertension artérielle et des douleurs nécessitant une analgésie après la naissance , tout particulièrement en cas d’administration par voie intraveineuse.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Gestion active de la troisième phase du travail avec les alcaloïdes de l’ergot (par exemple, l’ergométrine)

La troisième phase du travail est la période de temps entre la naissance du bébé et l’expulsion du placenta et des membranes. Lors du décollement du placenta, une perte de sang inévitable se produit au niveau du site placentaire jusqu'à ce que les muscles de l'utérus clampent les vaisseaux sanguins. Les femmes en forme et en bonne santé se remettent de cette perte normale de sang sans problèmes, mais en cas d’alimentation déséquilibrée, d’hygiène insuffisante et d’accès limité ou inexistant à des soins cliniques, une perte excessive de sang à la naissance peut entraîner des complications de la grossesse graves ainsi qu'une morbidité et une mortalité. Cette situation est très courante dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Une intervention active, appelée « gestion active de la troisième phase », est recommandée pendant la troisième phase du travail afin de réduire la perte excessive de sang. Cette intervention active comprend (1) l’administration d’un médicament utérotonique juste avant ou juste après la naissance du bébé pour aider les muscles de l’utérus à se contracter, (2) le clampage précoce du cordon et (3) le recours à une traction contrôlée du cordon pour délivrer le placenta. Cette revue d’études s’est penchée sur l’utilisation d’un seul groupe de médicaments utérotoniques appelés alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle, par exemple l’ergométrine, dans le cadre de cette gestion active. La revue a trouvé six essais incluant 3 941 femmes recevant de l’ergométrine par la bouche (voie orale), dans le muscle (voie intramusculaire (IM)) ou par les veines (voie intraveineuse (IV)). Des preuves indiquent que la voie orale ne s’est pas révélée très efficace. La voie IV, bien que réduisant la perte de sang, a été associée à des effets indésirables tels qu’une pression artérielle élevée et des douleurs dues aux contractions utérines et il est donc peu probable qu’elle soit utilisée. La voie IM a montré un bénéfice en termes de diminution de la perte de sang et bien qu’elle comporte des effets indésirables similaires à ceux associés à la voie IV, ceux-ci étaient moins courants. Ainsi, tandis que le groupe des alcaloïdes dérivés de l’ergot de seigle administrés par voie IM constitue une option, d’autres médicaments, à savoir l’ocytocine, la syntométrine et les prostaglandines (qui sont évaluées dans d’autres revues Cochrane), peuvent être utilisés et peuvent s’avérer préférables.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français