Intervention Review

Zuclopenthixol dihydrochloride for schizophrenia

  1. Ajit Kumar1,*,
  2. Daniel Strech2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 19 OCT 2005

Assessed as up-to-date: 10 JUL 2005

DOI: 10.1002/14651858.CD005474


How to Cite

Kumar A, Strech D. Zuclopenthixol dihydrochloride for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 4. Art. No.: CD005474. DOI: 10.1002/14651858.CD005474.

Author Information

  1. 1

    Leeds and York Partnership NHS Foundation Trust, Psychiatry, Leeds, UK

  2. 2

    Charité - Universitätsmedizin Berlin, Department of Psychiatry and Psychotherapy, Berlin, Germany

*Ajit Kumar, Psychiatry, Leeds and York Partnership NHS Foundation Trust, Linden House, St Mary's Hospital, Green Hill Road, Leeds, LS12 3QE, UK. ajitkdrmr@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 OCT 2005

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Zuclopenthixol dihydrochloride, given orally, is commonly used for managing the signs and symptoms of schizophrenia.

Objectives

To determine the effects of zuclopenthixol dhydrochloride for treatment of schizophrenia.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's register (December 2004). This register is compiled of methodical searches of BIOSIS, CINAHL, Dissertation abstracts, EMBASE, LILACS, MEDLINE, PSYNDEX, PsycINFO, RUSSMED, Sociofile, supplemented with hand searching of relevant journals and numerous conference proceedings. To identify further trials we also contacted a pharmaceutical company and authors of relevant studies.

We updated this search July 2012, 8 trials have been added to the awaiting assessment section.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials comparing zuclopenthixol dihydrocodine with antipsychotics or with placebo (or no intervention) for treatment of schizophrenia and/or schizophrenia-like psychoses.

Data collection and analysis

We independently inspected citations and abstracts, ordered papers, re-inspected and quality assessed articles and extracted data. For dichotomous data we calculated relative risks (RR) and the 95% confidence intervals (CI) and the number needed to treat (NNT) or number needed to harm statistics. For continuous data we calculated weighted mean differences with 95% CIs for non-skewed data.

Main results

We included eighteen trials involving 1578 people. Two trials compared zuclopenthixol with placebo and neither reported global or mental state outcomes. People allocated zuclopenthixol did have increased risk of experiencing extraparamydal symptoms compared with placebo (n=64, RR 5.37, CI 1.12 to 29.34 NNH 2 CI 2 to 31). Ten short trials (total n=478) compared zuclopenthixol with other typical antipsychotics. Risk of being unchanged or worse was decreased by allocation to zuclopenthixol (n=357, 7 RCTs, RR 0.72 CI 0.53 to 0.98, NNT 10 CI 6 to 131). No findings suggest any clear difference between zuclopenthixol and other typical antipsycotics across a whole range of adverse effects, including movement disorders (n=280, 6 RCTs, RR needing additional antiparkinsonian medication 1.07 CI 0.86 to 1.33) and general agitation (n=162, 3 RCTs, RR needing treatment with hypnotic/sedative drugs 1.09 CI 0.76 to 1.56). Fewer people allocated zuclopenthixol left in the short term compared with those given other typical antipsychotics (n=424, 22% vs 30%, 8 RCTs, RR 0.70 CI 0.51 to 0.95, NNT 12 CI 7 to 67). Three short trials (total n=233) compared zuclopenthixol with atypical antipsychotics. Zuclopenthixol was associated with no greater risk of being unchanged or worse compared with risperidone (n=98, 1 RCT, RR 1.30 CI 0.80 to 2.11). People allocated zuclopenthixol were prescribed antiparkinsonian medication more frequently compared to those treated with risperidone (n=98, 1 RCT, RR 1.92 CI 1.12 to 3.28, NNH 3 CI 3 to 17). Weight gain was equal for people allocated zuclopenthixol and those given sulpiride (n=61, 1 RCT, WMD 1.60 CI 8.35 to 5.15). Many people left these short studies early (45% zuclopenthixol vs 30% risperidone, n=159, 2 RCTs, RR 1.48 CI 0.98 to 2.22). The two isomers of zuclopenthixol, when compared in four short studies (total n=140), did not result in clearly different outcomes.

Authors' conclusions

There is an indication that zuclopenthixol causes movement disorders, perhaps more so than the newer generation of drugs, though no more frequently than the older generation of antipsychotics. There is some suggestion from this review that oral zuclopenthixol may have some clinical advantage, at least in the short term, over other older drugs in terms of global state. If an older drug is going to be prescribed, zuclopenthixol dihydrochloride is a viable option but may be best taken with additional medication to offset movement disorders that occur in about half the people taking this drug. There is no information on service, functional, behavioural outcomes and important outcomes such as relapse, for such a widely used drug this would indicate the need for further studies. We feel that it should remain a choice in the treatment of those for whom older generation drugs are indicated.

Note: the 8 citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Zuclopenthixol dihydrochloride for schizophrenia

Zuclopenthixol dihydrochloride, administered orally, is one of the older generation of drugs (though still available and used worldwide) for managing the signs and symptoms of schizophrenia. This review found no long term randomised studies and very few studies that reported clinically meaningful data. Two trials compared zuclopenthixol with placebo, neither of which reported global or mental state outcomes. People allocated zuclopenthixol did have increased risk of movement disorder adverse effects compared with people on placebo, although compared with similar older antipsychotics, zuclopenthixol fared better and the risk of being 'unchanged or worse' was decreased. None of the findings suggest any clear difference between zuclopenthixol and other typical antipsycotics across a wide range of adverse effects. When compared with the newer generation of drugs, those taking zuclopenthixol were associated with no greater risk of being unchanged or worse compared with those taking risperidone, although the study size of trials was small. People allocated zuclopenthixol however, were prescribed anti-movement disorder medication more frequently than those treated with risperidone and many people left these short studies early (45% zuclopenthixol vs 30% risperidone).

If conclusions can be drawn from this to suggest that oral zuclopenthixol may have some clinical advantage over other older drugs in terms of global state, at least in the short term, this is an important finding. Although there is no information on service, functional, behavioural outcomes and clinically significant outcomes such as relapse, we think it should remain a choice in the treatment of those for whom older generation drugs are indicated.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dichlorhydrate de zuclopenthixol dans la schizophrénie

Contexte

Le dichlorhydrate de zuclopenthixol, administré par voie orale, est couramment utilisé pour la gestion des signes et symptômes de la schizophrénie.

Objectifs

Déterminer les effets du dichlorhydrate de zuclopenthixol dans le traitement de la schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2004). Ce registre est constitué de recherches méthodiques dans BIOSIS, CINAHL, Dissertation abstracts, EMBASE, LILACS, MEDLINE, PSYNDEX, PsycINFO, RUSSMED, Sociofile, complétées par des recherches manuelles dans des revues pertinentes et de nombreux actes de conférence. Afin d'identifier d'autres essais, nous avons également contacté une société pharmaceutique et les auteurs des études pertinentes.

Nous avons mis à jour cette recherche en juillet 2012, et 8 essais ont été ajoutés à la section en attente de classification.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés comparant le dichlorhydrate de zuclopenthixol avec des antipsychotiques ou à un placebo (ou une absence d'intervention) pour le traitement de la schizophrénie et/ou de psychoses schizophréniformes.

Recueil et analyse des données

Nous avons examiné les références bibliographiques et les résumés, commandé les articles, réexaminés les articles et évalué leur qualité, et extrait les données, le tout de manière indépendante. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé des risques relatifs (RR), leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % et le nombre de sujets à traiter (NST) ou le nombre nécessaire pour nuire (NNN). Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées avec des IC à 95 % pour données non asymétriques.

Résultats Principaux

Nous avons inclus dix-huit essais portant sur 1 578 personnes. Deux essais comparaient le zuclopenthixol à un placebo et aucun n'a rapporté de résultats sur l'état général ou mental. Les patients sous zuclopenthixol présentaient un risque accru de symptômes extrapyramidaux par rapport à un placebo (n=64, RR 5,37, IC à 95 % 1,12 à 29,34 NNN de 2, IC 2 à 31). Dix essais de courte durée (n total=478) comparaient le zuclopenthixol à d'autres antipsychotiques typiques. La probabilité de ne présenter aucun changement ou d'empirer était réduit par l'attribution de zuclopenthixol (n=357, 7 ECR, RR 0,72, IC à 95 % 0,53 à 0,98, NST 10 IC 6 à 131). Aucun résultat ne suggère de différence évidente entre le zuclopenthixol et les autres antipsychotiques typiques en termes d'effets indésirables, notamment de troubles du mouvement (n=280, 6 ECR, RR de nécessité d'agents antiparkinsoniens supplémentaires 1,07, IC entre 0,86 et 1,33) et d'agitation générale (n=162, 3 ECR, RR de besoin d'un traitement hypnotique/sédatif 1,09, IC à 95 % 0,76 à 1,56). Moins de patients sous zuclopenthixol quittaient l'étude à court terme par rapport à celles sous d'autres antipsychotiques typiques (n=424, 22 % contre 30%, 8 ECR, RR de 0,70, IC entre 0,51 à 0,95, NST de 12, IC 7 à 67). Trois essais de courte durée (n total=233) comparaient le zuclopenthixol à des antipsychotiques atypiques. Le zuclopenthixol n'était pas associé à un risque accru de ne présenter aucun changement ou d'empirer par rapport à la rispéridone (n=98, 1 ECR, RR 1,30, IC à 95 % 0,80 à 2,11). Des antiparkinsoniens étaient prescrits plus souvent aux patients sous zuclopenthixol qu'à ceux traités par rispéridone (n=98, 1 ECR, RR 1,92 IC entre 1,12 et 3,28, NNN de 3, IC entre 3 et 17). La prise de poids était égale chez les patients sous zuclopenthixol et ceux sous sulpiride (n=61, 1 ECR, DMP 1,60 IC 8,35 et 5,15). De nombreux patients quittaient prématurément ces études de courte durée (45 % pour le zuclopenthixol contre 30 % pour la rispéridone, n=159, 2 ECR, RR de 1,48, IC 0,98 à 2,22). La comparaison des deux isomères du zuclopenthixol dans quatre études de courte durée (n total=140), ne montrait pas de critères de jugement clairement différents.

Conclusions des auteurs

Il existe des éléments pour dire que le zuclopenthixol provoque des troubles moteurs, peut-être davantage que les médicaments de nouvelle génération, mais pas plus fréquemment que les antipsychotiques de l'ancienne génération. D'après cette revue, il semble que le zuclopenthixol peut avoir certains avantages cliniques par rapport à d'autres médicaments plus anciens en termes d'état général, au moins à court terme. Si un médicament d'ancienne génération doit être prescrit, le dichlorhydrate de zuclopenthixol est une option viable, mais il est préférable de l'associer à un médicament supplémentaire pour compenser les troubles moteurs, ressentis par environ la moitié des patients. Il n'existe aucune information sur des critères de jugement fonctionnels, comportementaux ou de service, ni sur des critères de jugement pertinents comme la rechute. Pour médicament si largement utilisé, cela souligne le besoin d'études supplémentaires. Nous pensons qu'il devrait rester une option thérapeutique pour les patients les patients pour qui les médicaments d'ancienne génération sont conseillés.

Note : Les 8 références dans la section de la revue en attente de classification sont susceptibles de modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dichlorhydrate de zuclopenthixol dans la schizophrénie

Dichlorhydrate de zuclopenthixol dans la schizophrénie

Le dichlorhydrate de zuclopenthixol, administré par voie orale, est un médicament d'ancienne génération (quoique toujours disponible et utilisé dans le monde) pour une prise symptômatique de la schizophrénie. Cette revue n'a trouvé aucune étude randomisée à long terme et très peu d'études ont rapportant des données cliniquement pertinentes. Deux essais comparaient le zuclopenthixol à un placebo, aucun ne rapportant de résultats sur l'état général ou mental. Les personnes sous zuclopenthixol présentaient un risque accru d'effets indésirables moteurs par rapport à celles sous placebo, bien que le zuclopenthixol montre de meilleurs résultats que les anciens antipsychotiques similaires, avec une moindre probabilité de ne présenter aucun changement ou d'empirer. Aucun des résultats ne suggère de différence évidente entre le zuclopenthixol et les autres antipsychotiques typiques en termes d'effets indésirables. En comparaison avec les médicaments de nouvelle génération, les patients sous zuclopenthixol n'avaient pas de risque accru de ne présenter aucun changement ou d'empirer par rapport à ceux sous rispéridone, mais les essais étaient de petite taille. Les patients sous zuclopenthixol cependant, avaient des prescriptions plus fréquentes de médicaments contre des troubles moteurs que celles sous rispéridone et de nombreux patients quittaient prématurément ces études de courte durée (45 % pour le zuclopenthixol contre 30 % pour la rispéridone).

Si l'on peut tirer des conclusions suggérant que le zuclopenthixol peut avoir certains avantages cliniques par rapport à d'autres médicaments plus anciens en termes d'état général, au moins à court terme, c'est un résultat important. Bien qu'il n'existe aucune information sur des critères de jugement fonctionnels, comportementaux ou de service, ni sur des critères de jugement pertinents comme la rechute, nous pensons que le zuclopenthixol devrait rester une option thérapeutique chez les patients pour qui les médicaments d'ancienne génération sont conseillés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th January, 2014
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux