Intervention Review

You have free access to this content

Co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine for initial treatment of HIV infection and AIDS

  1. Muki S Shey1,*,
  2. Eugene J Kongnyuy2,
  3. Samuel M Alobwede3,
  4. Charles Shey Wiysonge4

Editorial Group: Cochrane HIV/AIDS Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 13 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD005481.pub3


How to Cite

Shey MS, Kongnyuy EJ, Alobwede SM, Wiysonge CS. Co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine for initial treatment of HIV infection and AIDS. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD005481. DOI: 10.1002/14651858.CD005481.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Kwazulu-Natal, Centre for the AIDS Programme of Research in South Africa (CAPRISA), Durban, KwaZulu-Natal, South Africa

  2. 2

    Reproductive Health Solutions, Salisbury, UK

  3. 3

    Partners in Sexual Health, Cape Town, South Africa

  4. 4

    University of Cape Town, Division of Medical Microbiology & Institute of Infectious Disease and Molecular Medicine, Observatory, South Africa

*Muki S Shey, Centre for the AIDS Programme of Research in South Africa (CAPRISA), University of Kwazulu-Natal, Umbilo Road, Umbilo, Durban, KwaZulu-Natal, 4001, South Africa. shehushey@yahoo.fr.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (conclusions changed)
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

UNAIDS estimates that 34 million people are currently living with the human immunodeficiency virus (HIV) worldwide. Currently recommended regimens for initiating HIV treatment consist of either a non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor (NNRTI) or ritonavir-boosted protease inhibitor (PI) combined with two nucleoside reverse transcriptase inhibitors (NRTIs). However, there may be some patients for whom NNRTIs and PIs may not be appropriate. This is an update of the review published in the Cochrane Library Issue 3, 2009.

Objectives

To evaluate the effects of any fixed-dose combination of three NRTIs (co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine) for initial treatment of HIV infection.

Search methods

Between December 2010 and July 2011, we used standard Cochrane methods to search electronic databases and conference proceedings with relevant search terms without limits to language or publication status.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials (RCTs) with a minimum follow-up time of six months which compared co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine with either PI-based or NNRTI-based therapy among antiretroviral-naive HIV-infected patients aged at least 13 years.

Data collection and analysis

Three authors independently selected eligible studies, assessed risk of bias, and extracted data; resolving discrepancies by consensus. We calculated the risk ratio (RR) or mean difference (MD), as appropriate, with its 95% confidence interval (CI) and conducted meta-analysis using the random-effects method because of significant statistical heterogeneity (P<0.1).

Main results

We identified 15 potentially eligible RCTs, four of which met our inclusion criteria. The four included RCTs were conducted in the United States of America (USA); USA, Puerto Rico, Guatemala, Dominican Republic, and Panama; USA and Mexico; and Botswana, respectively. The RCTs compared co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine to treatment based on efavirenz (NNRTI), nelfinavir (PI), atazanavir (PI), and co-formulated lopinavir-ritonavir (PI), respectively. Overall, there was no significant difference in virological suppression between co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine and NNRTI- or PI-based therapy (4 trials; 2247 participants: RR 0.73, 95% CI 0.39 to 1.36). However, the results showed significant heterogeneity (I2=79%); with co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine inferior to NNRTI (1 trial, 1147 participants: RR 0.35, 95%CI 0.26 to 0.49) but with a trend towards co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine being superior to PI (3 trials, 1110 participants: RR 1.07, 95%CI 1.00 to 1.16; I2=0%). We found no significant differences between co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine and either PI or NNRTI on CD4+ cell counts (3 trials, 1687 participants: MD -0.01, 95%CI -0.11 to 0.09; I2=0%), severe adverse events (4 trials: RR 1.22, 95%CI 0.78 to 1.92; I2=62%) and hypersensitivity reactions (4 trials: RR 4.04, 95% CI 0.41 to 40.02; I2=72%). Only two studies involving PIs reported data on the lipid profile. One study found that the mean increase in total cholesterol from baseline to 96 weeks was significantly lower with co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine than with nelfinavir, but there were no differences with triglyceride levels. The second study found the fasting lipid profile to be comparable in both co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine and atazanavir arms at 48 weeks.

The significant heterogeneity of effects for most outcomes evaluated was largely due to differences in the control therapy used in the included trials (i.e. NNRTIs or PIs). Using the GRADE approach, we rated the overall quality of the evidence on the relative effects of co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine for initial treatment of HIV infection as moderate. The main reason for downgrading the quality of the evidence was imprecision of the findings. The estimate of the treatment effect for each outcome has wide confidence intervals, which extend from the fixed-dose NRTI combination regimen being appreciably better to the regimen being appreciably worse than PI- or NNRTI-based regimens.

Authors' conclusions

This review provides evidence that co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine remains a viable option for initiating antiretroviral therapy, especially in HIV-infected patients with pre-existing hyperlipidaemia. The varied geographical locations of the included trials augment the external validity of these findings. We are moderately confident in our estimate of the treatment effects of the triple NRTI regimen as initial therapy for HIV infection. In the context of the GRADE approach, such moderate quality of evidence implies that the true effects of the regimen are likely to be close to the estimate of effects found in this review; but there is a possibility that they could be substantially different.  Further research should be geared towards defining the subgroup of HIV patients for whom this regimen will be most beneficial.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine for treating HIV infection and AIDS

The primary objective of this review was to evaluate the antiviral efficacy of co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine for initial treatment of HIV infection. The secondary objectives were to evaluate the safety and tolerability of the triple drug combination. We identified 15 potentially eligible studies, four of which met our inclusion criteria. Our findings indicate that co-formulated abacavir-lamivudine-zidovudine remains a viable option for initiating antiretroviral therapy, especially in HIV-infected patients with pre-existing hyperlipidaemia and those who do not tolerate ritonavir.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Association abacavir-lamivudine-zidovudine pour le traitement initial de l'infection par le VIH et du SIDA

Contexte

UNAIDS estime que 34 millions de personnes sont actuellement infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) dans le monde. Les schémas actuellement recommandés pour le démarrage du traitement du VIH consistent soit en un inhibiteur non nucléotidique de la transcriptase inverse (INNTI) soit en un inhibiteur de la protéase (IP) potentialisé par le ritonavir associé à deux inhibiteurs nucléotidiques de la transcriptase inverse (INTI). Cependant, les INNTI et les IP peuvent ne pas convenir à certains patients. Ceci est une mise à jour de la revue publiée dans The Cochrane Library, numéro 3, 2009.

Objectifs

Évaluer les effets de toute association à dose fixe de trois INTI (association abacavir-lamivudine-zidovudine) pour le traitement initial de l'infection par le VIH.

Stratégie de recherche documentaire

Entre décembre 2010 et juillet 2011, nous avons utilisé les méthodes Cochrane standard pour rechercher dans les bases de données électroniques et les résumés de conférences avec des termes de recherche appropriés, sans limite en termes de langue ou de statut de la publication.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR) respectant une période de suivi minimale de six mois qui comparaient l'association abacavir-lamivudine-zidovudine à un traitement soit à base d'IP soit à base d'INNTI chez les patients infectés par le VIH n'ayant jamais reçu de traitement antirétroviral âgés d'au moins 13 ans.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont, de façon indépendante, sélectionné les études éligibles, évalué le risque de biais, et extrait les données, les divergences étant résolues par consensus. Nous avons calculé le risque relatif (RR) ou la différence moyenne (DM), selon le cas, avec son intervalle de confiance (IC) à 95 %, et nous avons réalisé une méta-analyse en utilisant la méthode à effets aléatoires en raison de l'hétérogénéité statistique significative (P < 0,1).

Résultats Principaux

Nous avons identifié 15 ECR potentiellement éligibles, dont quatre remplissaient nos critères d'inclusion. Les quatre ECR inclus ont été réalisés aux États-Unis d'Amérique (USA) ; aux USA, à Puerto Rico, au Guatemala, en République dominicaine et au Panama ; aux USA et au Mexique ; et au Botswana, respectivement. Les ECR comparaient l'association abacavir-lamivudine-zidovudine au traitement basé sur l'éfavirenz (INNTI), le nelfinavir (IP), l'atazanavir (IP), et l'association lopinavir-ritonavir (IP), respectivement. Globalement, il n'y avait pas de différence significative en termes de suppression virologique entre l'association abacavir-lamivudine-zidovudine et le traitement à base d'INNTI ou d'IP (4 essais ; 2 247 participants : RR 0,73 ; IC à 95 % 0,39 à 1,36). Cependant, les résultats ont montré une hétérogénéité significative (I2 = 79 %) ; l'association abacavir-lamivudine-zidovudine montrant un résultat inférieur au traitement à base d'INNTI (1 essai, 1 147 participants : RR 0,35, IC à 95 % 0,26 à 0,49) mais avec une tendance à la supériorité de l'association abacavir-lamivudine-zidovudine par rapport au traitement à base d'IP (3 essais, 1 110 participants : RR 1,07, IC à 95 % 1,00 à 1,16 ; I2 = 0 %). Nous n'avons trouvé aucune différence significative entre l'association abacavir-lamivudine-zidovudine et le traitement à base d'IP ou d'INNTI en matière de numération lymphocytaire CD4+ (3 essais, 1 687 participants : DM -0,01, IC à 95 % -0,11 à 0,09 ; I2 = 0 %), événements indésirables graves (4 essais : RR 1,22, IC à 95 % 0,78 à 1,92 ; I2 = 62 %) et réactions hypersensibles (4 essais : RR 4,04, IC à 95 % 0,41 à 40,02 , I2 = 72 %). Seules deux études portant sur les IP présentaient des données sur le profil lipidique. Une étude a révélé que l'augmentation moyenne du taux de cholestérol total entre le début du traitement et 96 semaines était significativement inférieure avec l'association abacavir-lamivudine-zidovudine qu'avec le nelfinavir, mais il n'y avait aucune différence en termes de taux de triglycérides. La deuxième étude a trouvé que le profil lipidique à jeun était comparable dans les deux bras association abacavir-lamivudine-zidovudine et atazanavir à 48 semaines.

L'hétérogénéité significative des effets pour la plupart des résultats évalués était largement due aux différences de traitement témoin utilisé dans les essais inclus (à savoir INNTI ou IP). En utilisant l'approche GRADE, nous avons évalué la qualité globale des données sur les effets relatifs de l'association abacavir-lamivudine-zidovudine pour le traitement initial de l'infection par le VIH comme étant moyenne. La principale raison pour laquelle nous avons rabaissé la qualité des données était l'imprécision des données. L'estimation de l'effet du traitement pour chaque résultat présente de larges intervalles de confiance, qui vont d'une association d'INTI à dose fixe sensiblement meilleure à un traitement nettement pire que les traitements à base d'IP ou d'INNTI.

Conclusions des auteurs

Cette revue fournit des preuves attestant que l'association abacavir-lamivudine-zidovudine reste une option viable pour démarrer un traitement antirétroviral, en particulier chez les patients infectés par le VIH qui présentent une hyperlipidémie préexistante. Les diverses zones géographiques des essais inclus augmentent la validité externe de ces résultats. Nous sommes modérément confiants dans notre estimation des effets du traitement par trithérapie d'INTI en tant que traitement initial de l'infection par le VIH. Dans le contexte de l'approche GRADE, la qualité moyenne des données implique que les effets réels du traitement sont probablement proches de l'estimation des effets indiquée dans cette revue, mais il se pourrait qu'ils soient sensiblement différents. Il faudrait axer les futures recherches sur la définition du sous-groupe de patients porteurs du VIH qui bénéficierait le plus de ce traitement.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Association abacavir-lamivudine-zidovudine pour le traitement initial de l'infection par le VIH et du SIDA

Association abacavir-lamivudine-zidovudine pour le traitement de l'infection par le VIH et du SIDA

L'objectif principal de cette revue était d'évaluer l'efficacité antivirale de l'association abacavir-lamivudine-zidovudine pour le traitement initial de l'infection par le VIH. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer l'innocuité et la tolérance de la trithérapie. Nous avons identifié 15 études potentiellement éligibles, dont quatre remplissaient nos critères d'inclusion. Les résultats de notre analyse indiquent que l'association abacavir-lamivudine-zidovudine reste une option viable pour démarrer un traitement antirétroviral, en particulier chez les patients infectés par le VIH qui présentent une hyperlipidémie préexistante et chez ceux qui ne tolèrent pas le ritonavir.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�