Get access

Beta blockers for peripheral arterial disease

  • Comment
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Beta (ß) blockers are indicated for use in coronary artery disease (CAD). However, optimal therapy for people with CAD accompanied by intermittent claudication has been controversial due to the presumed peripheral haemodynamic consequences of beta blockers, leading to worsening symptoms of intermittent claudication.

Objectives

To quantify the potential harm of beta blockers on maximum walking distance, claudication distance, calf blood flow, calf vascular resistance, and skin temperature when used in patients with peripheral arterial disease (PAD).

Search methods

The Cochrane Peripheral Vascular Diseases (PVD) Group searched for publications describing randomised controlled trials (RCTs) of beta blockers in PAD in their Trials Register (last searched 6 May 2008) and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (last searched The Cochrane Library 2008, Issue 2). We handsearched relevant journals and conference proceedings.

Selection criteria

Randomised controlled trials evaluating the role of both selective (ß1) and non-selective (ß1 and ß2) beta blockers compared with placebo. We excluded trials comparing different types of beta blockers.

Data collection and analysis

Primary outcome measures were claudication distance in metres, and the time to claudication in minutes, and maximum walking distance in metres and minutes (as assessed by treadmill).

Secondary outcome measures were calf blood flow (ml/100 ml/min), calf vascular resistance, and skin temperature (ºC).

Main results

We included six RCTs fulfilling the above criteria, with a total of 119 patients. The beta blockers studied were atenolol, propranolol, pindolol, and metoprolol. None of the trials showed a statistically significant worsening effect of beta blockers on either the primary or secondary outcomes. There were no reports of any adverse events with the beta blockers studied.

Authors' conclusions

There is currently no evidence that beta blockers adversely affect walking distance in people with intermittent claudication. However, due to the lack of large published trials beta blockers should be used with caution if clinically indicated.

Résumé

Utilisation de bêta-bloquants dans le traitement de la maladie artérielle périphérique

Contexte

L'administration de bêta(ß)-bloquants est indiquée dans le traitement de maladies coronariennes (MC). Cependant, le traitement optimal destiné aux personnes atteintes d'une MC accompagnée d'une claudication intermittente est controversé, étant donné les effets hémodynamiques périphériques supposés qu'entraîne la prise de bêta-bloquants, conduisant ainsi à l'aggravation des symptômes de la claudication intermittente.

Objectifs

Évaluer les effets néfastes éventuels des bêta-bloquants sur la distance maximale parcourue, la distance de claudication, le débit sanguin du mollet, la résistance vasculaire du mollet et la température cutanée lorsqu'ils sont pris par des patients souffrant d'une maladie artérielle périphérique (MAP).

Stratégie de recherche documentaire

Le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques (MVP) a effectué des recherches dans son registre des essais pour obtenir des publications décrivant les essais contrôlés randomisés (ECR) sur la prise de bêta-bloquants dans le traitement de la MAP (dernière recherche le 6 mai 2008) et dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (dernière recherche dans The Cochrane Library 2008, numéro 2). Par ailleurs, une recherche manuelle a été effectuée dans les revues et les actes de conférence pertinents.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés évaluant le rôle des bêta-bloquants sélectifs (ß1) et non sélectifs (ß1 et ß2) par rapport à un placebo. Les essais comparant les différents types de bêta-bloquants ont été exclus.

Recueil et analyse des données

Les principales mesures de résultats portaient sur la distance de claudication exprimée en mètres, la durée jusqu'à la claudication exprimée en minutes, et la distance maximale parcourue en mètres et en minutes (évaluée par un tapis roulant).

Les mesures de résultats secondaires portaient, quant à elles, sur le débit sanguin du mollet (ml/100 ml/min.), la résistance vasculaire du mollet et la température cutanée (°C).

Résultats Principaux

Six ECR, comprenant au total 119 patients, qui répondaient aux critères susmentionnés ont été exclus. L'étude portait sur les bêta-bloquants suivants : l'aténolol, le propranolol, le pindolol et le métroprolol. Aucun essai n'a montré d'effet aggravant statistiquement significatif des bêta-bloquants soit sur les principaux critères de jugement, soit sur les critères secondaires. Par ailleurs, il n'existait aucun signalement d'effets indésirables relatifs aux bêta-bloquants à l'étude.

Conclusions des auteurs

Actuellement, il n'existe aucune preuve permettant d'avancer que les bêta-bloquants ont un effet néfaste sur la distance parcourue par les personnes atteintes de claudication intermittente. Cependant, en raison de l'absence d'essais publiés à grande échelle, il faut, en cas d'indication clinique, utiliser les bêta-bloquants avec précaution.

Plain language summary

Beta blockers for peripheral arterial disease

Intermittent claudication is the most common symptom of atherosclerotic peripheral arterial disease and results from decreased blood flow to the legs during exercise. Beta blockers are a large group of drugs that have been shown to decrease deaths in people with high blood pressure and coronary artery disease and are used to treat a number of disorders. They reduce heart activity but can also inhibit relaxation of smooth muscle in blood vessels, bronchi, and the gastrointestinal and genitourinary tracts.
The non-selective beta blockers propranolol, timolol and pindolol are effective at all beta-adrenergic sites in the body whereas some beta blockers are selective for the heart, such as atenolol and metoprolol.

Optimal therapy for people with either coronary artery disease or hypertension and intermittent claudication is controversial. This is because of the presumed peripheral blood flow consequences of beta blockers, leading to worsening of symptoms.

There is currently no evidence from randomised controlled trials that beta blockers adversely affect walking distance in people with intermittent claudication and beta blockers should be used with caution if clinically indicated. The review authors identified six randomised controlled trials that involved a total of only 119 people with mild to moderate peripheral arterial disease. The beta blockers studied were propranolol, pindolol, atenolol and metoprolol. None of the trials showed a clear worsening effect of beta blockers on time to claudication, claudication and maximal walking distances measured on a treadmill, calf blood flow, calf vascular resistance and skin temperature when compared with placebo. The trials did not report any adverse events or issues regarding taking the medication with the beta blockers studied.

Most of the trials were over 10 years old, reported on between 1980 and 1991. All were small and of poor quality. The drugs were administered for a short period of time (10 days to two months) and most of the outcome measures were reported in single studies. Additional drugs, calcium channel blockers and combined alpha and beta blockers, were also given in some of the trials.

Résumé simplifié

Utilisation de bêta-bloquants dans le traitement de la maladie artérielle périphérique

Utilisation de bêta-bloquants dans le traitement de la maladie artérielle périphérique

La claudication intermittente est le symptôme le plus courant de la maladie artérielle périphérique athéroscléreuse et provient de la diminution du débit sanguin dans les jambes pendant la pratique d'exercices physiques. Les bêta-bloquants sont une grande classe de médicaments qui ont pour effet de diminuer le taux de décès chez les personnes présentant une hypertension artérielle et atteintes d'une maladie coronarienne et sont utilisés pour traiter un certain nombre de troubles. La prise de médicaments de ce type permet de diminuer l'activité cardiaque, mais est également susceptible d'inhiber le relâchement des muscles lisses dans les vaisseaux sanguins, les bronches, ainsi que dans le tube digestif et l'appareil génito-urinaire.
Les bêta-bloquants non sélectifs, tels le propranolol, le timolol et le pindolol sont efficaces au niveau de tous les récepteurs bêta-adrénergiques du corps, tandis que certains bêta-bloquants sont cardiosélectifs, tels que l'aténolol et le métropolol.

Ce traitement optimal qui est destiné aux personnes souffrant soit d'une maladie coronarienne, soit d'une hypertension et d'une claudication intermittente est controversé. La cause en est les effets supposés des bêta-bloquants sur le débit sanguin périphérique, conduisant ainsi à l'aggravation des symptômes.

Actuellement, il n'existe aucune preuve émanant d'essais contrôlés randomisés permettant d'affirmer que la prise de bêta-bloquants présente des effets négatifs sur la distance parcourue en marchant chez les personnes atteintes d'une claudication intermittente. En outre, en cas d'indication clinique, il faut les utiliser avec précaution. Les auteurs de la revue ont identifié six essais contrôlés randomisés incluant au total seulement 119 personnes souffrant d'une maladie artérielle périphérique légère à modérée. L'étude portait sur les bêta-bloquants suivants : le propranolol, le pindolol, l'aténolol et le métroprolol. Aucun des essais n'a montré qu'il existe un effet aggravant net en prenant des bêta-bloquants sur la claudication, la claudication et la mesure des distances maximales parcourues sur un tapis roulant, le débit sanguin dans les mollets, la résistance vasculaire du mollet et la température cutanée par rapport à la prise d'un placebo. Par ailleurs, les essais n'ont signalé aucun effet indésirable ou problème relatif à la prise de médicaments avec les bêta-bloquants à l'étude.

La plupart des essais ont été menés il y a plus de 10 ans et rapportés entre 1980 et 1991. Tous étaient de petite taille et de qualité médiocre. Les médicaments ont été administrés pendant une courte durée (de 10 jours à deux mois) et la plupart des mesures de résultats ont été mentionnées dans des études simples. Dans certains essais, il s'avère que des médicaments supplémentaires ont également été administrés, tels les inhibiteurs des canaux calciques et une association d'alpha-bloquants et de bêta-bloquants.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th December, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�

Ancillary