Intervention Review

Addition of long-acting beta2-agonists to inhaled corticosteroids versus same dose inhaled corticosteroids for chronic asthma in adults and children

  1. Francine M Ducharme1,*,
  2. Muireann Ni Chroinin2,
  3. Ilana Greenstone3,
  4. Toby J Lasserson4

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 12 MAY 2010

Assessed as up-to-date: 15 JUN 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD005535.pub2

How to Cite

Ducharme FM, Ni Chroinin M, Greenstone I, Lasserson TJ. Addition of long-acting beta2-agonists to inhaled corticosteroids versus same dose inhaled corticosteroids for chronic asthma in adults and children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 5. Art. No.: CD005535. DOI: 10.1002/14651858.CD005535.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Montreal, Research Centre, CHU Sainte-Justine and the Department of Pediatrics, Montreal, Québec, Canada

  2. 2

    Cork University Hospital, Division of Children's Services, Cork, Ireland

  3. 3

    Montreal Children's Hospital, Montreal, Canada

  4. 4

    St George's, University of London, Community Health Sciences, London, UK

*Francine M Ducharme, Research Centre, CHU Sainte-Justine and the Department of Pediatrics, University of Montreal, 3175 Cote Sainte-Catherine, Montreal, Québec, H3T 1C5, Canada. francine.m.ducharme@umontreal.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 12 MAY 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Long-acting inhaled ß2-adrenergic agonists (LABAs) are recommended as 'add-on' medication to inhaled corticosteroids (ICS) in the maintenance therapy of asthmatic adults and children aged two years and above.

Objectives

To quantify in asthmatic patients the safety and efficacy of the addition of LABAs to ICS in patients insufficiently controlled on ICS alone.

Search methods

We identified randomised controlled trials (RCTs) through electronic database searches (the Cochrane Airways Group Specialised Register, MEDLINE, EMBASE and CINAHL), bibliographies of RCTs and correspondence with manufacturers until May 2008.

Selection criteria

We included RCTs if they compared the addition of inhaled LABAs versus placebo to the same dose of ICS in children aged two years and above and in adults.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies for methodological quality and extracted data. We obtained confirmation from the trialists when possible. The primary endpoint was the relative risk (RR) of asthma exacerbations requiring rescue oral corticosteroids. Secondary endpoints included pulmonary function tests (PFTs), rescue beta2-agonist use, symptoms, withdrawals and adverse events.

Main results

Seventy-seven studies met the entry criteria and randomised 21,248 participants (4625 children and 16,623 adults). Participants were generally symptomatic at baseline with moderate airway obstruction despite their current ICS regimen. Formoterol or salmeterol were most frequently added to low-dose ICS (200 to 400 µg/day of beclomethasone (BDP) or equivalent) in 49% of the studies. The addition of a daily LABA to ICS reduced the risk of exacerbations requiring oral steroids by 23% from 15% to 11% (RR 0.77, 95% CI 0.68 to 0.87, 28 studies, 6808 participants). The number needed to treat with the addition of LABA to prevent one use of rescue oral corticosteroids is 41 (29, 72), although the event rates in the ICS groups varied between 0% and 38%. Studies recruiting adults dominated the analysis (6203 adult participants versus 605 children). The subgroup estimate for paediatric studies was not statistically significant (RR 0.89, 95% CI 0.58 to 1.39) and includes the possibility of the superiority of ICS alone in children.

Higher than usual dose of LABA was associated with significantly less benefit. The difference in the relative risk of serious adverse events with LABA was not statistically significant from that of ICS alone (RR 1.06, 95% CI 0.87 to 1.30). The addition of LABA led to a significantly greater improvement in FEV1 (0.11 litres, 95% 0.09 to 0.13) and in the proportion of symptom-free days (11.88%, 95% CI 8.25 to 15.50) compared to ICS monotherapy. It was also associated with a reduction in the use of rescue short-acting ß2-agonists (-0.58 puffs/day, 95% CI -0.80 to -0.35), fewer withdrawals due to poor asthma control (RR 0.50, 95% CI 0.41 to 0.61), and fewer withdrawals due to any reason (RR 0.80, 95% CI 0.75 to 0.87). There was no statistically significant group difference in the risk of overall adverse effects (RR 1.00, 95% 0.97 to 1.04), withdrawals due to adverse health events (RR 1.04, 95% CI 0.86 to 1.26) or any of the specific adverse health events.

Authors' conclusions

In adults who are symptomatic on low to high doses of ICS monotherapy, the addition of a LABA at licensed doses reduces the rate of exacerbations requiring oral steroids, improves lung function and symptoms and modestly decreases use of rescue short-acting ß2-agonists. In children, the effects of this treatment option are much more uncertain. The absence of group difference in serious adverse health events and withdrawal rates in both groups provides some indirect evidence of the safety of LABAs at usual doses as add-on therapy to ICS in adults, although the width of the confidence interval precludes total reassurance.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Long-acting beta2-agonists versus placebo in addition to inhaled corticosteroids in children and adults with chronic asthma

The use of long-acting ß2-agonists (LABAs) as 'add-on' medication to inhaled corticosteroids is recommended for poorly-controlled asthma where asthma exacerbations may require additional treatment with oral steroids. The purpose of this review was to assess the efficacy and safety of adding long-acting ß2-agonists to inhaled corticosteroids in asthmatic children and adults. Based on the identified randomised trials, in people who remain symptomatic while on inhaled corticosteroids, the addition of long-acting ß2-agonists improves lung function and reduces the risk of asthma exacerbations compared to ongoing treatment with a similar dose of inhaled corticosteroids alone in adults. We could not find evidence of increased serious adverse events or withdrawal rates due to adverse health events with the combination of long-acting ß2-agonists at usual doses and inhaled corticosteroids in adults. This provides some indirect evidence, but not total reassurance, regarding the short- and medium-term safety of this treatment strategy. There have not been enough children studied to assess the risks and benefits of adding LABAs in this age group.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ajout de bêta2-agonistes à action prolongée aux corticoïdes inhalés par rapport à la même dose de corticoïdes inhalés pour le traitement de l'asthme chronique chez l'adulte et l'enfant

Contexte

Les agonistes ß2-adrénergiques à action prolongée (BAAP) inhalés sont recommandés en tant que traitement d'appoint en complément des corticoïdes inhalés (CSI) dans le traitement d'entretien des adultes et enfants asthmatiques âgés d'au moins deux ans.

Objectifs

Quantifier l'innocuité et l'efficacité de l'ajout de BAAP aux CSI chez les patients asthmatiques mal contrôlés sous CSI seuls.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons identifié des essais contrôlés randomisés (ECR) dans des bases de données électroniques (registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, MEDLINE, EMBASE et CINAHL), dans les références bibliographiques des ECR et en contactant des fabricants jusqu'en mai 2008.

Critères de sélection

Nous avons inclus les ECR qui comparaient l'ajout de BAAP inhalés versus placebo à la même dose de CSI chez des adultes et des enfants âgés d'au moins deux ans.

Recueil et analyse des données

L'évaluation de la qualité méthodologique et l'extraction des données ont été effectuées par deux auteurs de revue de manière indépendante. Dans la mesure du possible, nous avons obtenu une confirmation auprès des investigateurs. Le critère de jugement principal était le risque relatif (RR) de crises d'asthme exigeant des corticoïdes oraux de secours. Les critères de jugement secondaires incluaient les explorations fonctionnelles respiratoires (EFR), l'utilisation de bêta2-agonistes de secours, les symptômes, les arrêts prématurés et les événements indésirables.

Résultats Principaux

Soixante-dix-sept études randomisant 21 248 participants (4 625 enfants et 16 623 adultes) remplissaient les critères d'inclusion. Les participants étaient généralement symptomatiques à l'inclusion avec une obstruction modérée des voies respiratoires malgré la prise de CSI. Le formotérol ou le salmétérol étaient les agents les plus fréquemment ajoutés aux CSI à faible dose (200 à 400 µg/jour de béclométhasone (DPB) ou équivalent), dans 49 % des études. L'ajout d'un BAAP quotidien aux CSI réduisait le risque de crises exigeant la prise de stéroïdes oraux de 23 %, de 15 à 11 % (RR de 0,77, IC à 95 %, entre 0,68 et 0,87, 28 études, 6 808 participants). Le nombre de sujets à traiter avec un BAAP + CSI pour prévenir une utilisation de corticoïdes oraux de secours était de 41 (29, 72), mais les taux d'événements dans les groupes des CSI variaient de 0 à 38 %. Les études portant sur des adultes étaient majoritaires dans l'analyse (6 203 participants adultes contre 605 enfants). L'estimation en sous-groupe pour les études pédiatriques n'était pas statistiquement significative (RR de 0,89, IC à 95 %, entre 0,58 et 1,39) et inclut la possibilité d'une supériorité des CSI seuls chez l'enfant.

Une dose de BAAP supérieure à la normale était associée à des bénéfices significativement inférieurs. La différence de risque relatif d'événements indésirables graves avec un BAAP n'était pas statistiquement significative par rapport aux CSI seuls (RR de 1,06, IC à 95 %, entre 0,87 et 1,30). L'ajout d'un BAAP entraînait une amélioration significativement supérieure du VEMS (0,11 litre, IC à 95 %, entre 0,09 et 0,13) et du pourcentage de jours sans symptômes (11,88 %, IC à 95 %, entre 8,25 et 15,50) par rapport à la monothérapie aux CSI. Il était également associé à une réduction du recours à des ß2-agonistes à courte durée d'action de secours (-0,58 inhalation/jour, IC à 95 %, entre -0,80 et -0,35), à moins d'arrêts prématurés dus à un contrôle insuffisant de l'asthme (RR de 0,50, IC à 95 %, entre 0,41 et 0,61), et à moins d'arrêts prématurés pour n'importe quelle raison (RR de 0,80, IC à 95 %, entre 0,75 et 0,87). Aucune différence statistiquement significative n'était observée entre les groupes concernant le risque d'effets indésirables globaux (RR de 1,00, IC à 95 %, entre 0,97 et 1,04), les arrêts prématurés dus à des événements indésirables (RR de 1,04, IC à 95 %, entre 0,86 et 1,26) ou tout événement indésirable spécifique.

Conclusions des auteurs

Chez les adultes symptomatiques sous monothérapie aux CSI à doses faibles à élevées, l'ajout d'un BAAP à des doses autorisées réduit le taux de crises exigeant la prise de stéroïdes oraux, améliore la fonction pulmonaire et les symptômes, et entraîne une réduction modeste du recours à des ß2-agonistes à courte durée d'action de secours. Chez l'enfant, les effets de cette option de traitement sont beaucoup plus incertains. L'absence de différence entre les groupes en matière d'événements indésirables graves et d'arrêts prématurés apporte des preuves indirectes de l'innocuité des BAAP aux doses habituelles en tant que traitement d'appoint en complément des CSI chez l'adulte, mais la largeur de l'intervalle de confiance ne permet pas d'établir cette innocuité avec certitude.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ajout de bêta2-agonistes à action prolongée aux corticoïdes inhalés par rapport à la même dose de corticoïdes inhalés pour le traitement de l'asthme chronique chez l'adulte et l'enfant

Bêta2-agonistes à action prolongée par rapport à un placebo en complément des corticoïdes inhalés chez les enfants et les adultes atteints d'asthme chronique

L'utilisation de ß2-agonistes à action prolongée (BAAP), en tant que traitement d'appoint en complément des corticoïdes inhalés, est recommandée dans l'asthme mal contrôlé lorsque les crises peuvent exiger un traitement supplémentaire aux stéroïdes oraux. L'objectif de cette revue était d'évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'ajout de ß2-agonistes à action prolongée aux corticoïdes inhalés chez les enfants et les adultes asthmatiques. Les essais randomisés identifiés indiquent que, chez les patients adultes qui restent symptomatiques sous corticoïdes inhalés, l'ajout de ß2-agonistes à action prolongée améliore la fonction pulmonaire et réduit le risque de crises d'asthme par rapport à un traitement continu avec une dose similaire de corticoïdes inhalés uniquement. Nous n'avons identifié aucune preuve d'augmentation des événements indésirables graves ou des arrêts prématurés dus à des événements indésirables avec une combinaison de ß2-agonistes à action prolongée aux doses habituelles et de corticoïdes inhalés chez l'adulte. Ces résultats apportent des preuves indirectes (mais pas une assurance totale) de l'innocuité de cette stratégie de traitement à court et moyen termes. Les enfants étudiés n'étaient pas suffisamment nombreux pour évaluer les risques et effets bénéfiques de l'ajout d'un BAAP dans ce groupe d'âge.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français