Intervention Review

Continuous subcutaneous insulin infusion versus multiple daily injections of insulin for pregnant women with diabetes

  1. Diane Farrar1,*,
  2. Derek J Tuffnell2,
  3. Jane West3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 18 JUL 2007

Assessed as up-to-date: 6 SEP 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005542.pub2


How to Cite

Farrar D, Tuffnell DJ, West J. Continuous subcutaneous insulin infusion versus multiple daily injections of insulin for pregnant women with diabetes. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD005542. DOI: 10.1002/14651858.CD005542.pub2.

Author Information

  1. 1

    Bradford Institute for Health Research, Maternal and Child Health, Bradford, UK

  2. 2

    Bradford Hospitals NHS Trust, Bradford Royal Infirmary Maternity Unit, Bradford, West Yorkshire, UK

  3. 3

    University of Leeds, Academic Unit of Public Health, Leeds, UK

*Diane Farrar, Maternal and Child Health, Bradford Institute for Health Research, Bradford Royal Infirmary, Duckworth Lane, Bradford, BD9 6RJ, UK. diane.farrar@bthft.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JUL 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Diabetes results in a rise in blood glucose above normal physiological levels; if untreated this may cause damage to many systems including the cardiovascular and renal systems. Pregnancy leads to a physiological resistance to insulin action; for those women who have pre-gestational diabetes, this results in an increasing insulin requirement. There are several methods of administering insulin. Conventionally, insulin has been administered subcutaneously, formally referred to as intensive conventional treatment, but now more usually referred to as multiple daily injections (MDI). An alternative method of insulin administration is the continuous subcutaneous insulin infusion pump (CSII).

Objectives

To compare CSII with MDI of insulin for pregnant women with diabetes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 July 2011).

Selection criteria

Randomised trials comparing CSII with MDI for pregnant women with diabetes.

Data collection and analysis

Three review authors independently assessed studies and two review authors extracted data. Disagreements were resolved through discussion with the third author.

Main results

We included five trials with 153 women and 154 pregnancies.

There was no significant difference in either of the primary outcomes; macrosomia (birthweight greater than 4000 g) (risk ratio (RR) 3.20, 95% confidence interval (CI) 0.14 to 72.62; two trials, 61 pregnancies) and operative birth, caesarean birth being the only outcome reported (RR 1.09, 95% CI 0.66 to 1.77; three trials, 71 pregnancies).

There was an increase in mean birthweight associated with CSII compared with MDI of borderline significance (mean difference (MD) 220.56 g, 95% CI -2.09 g to 443.20 g; two trials, 61 pregnancies, P = 0.05). However, the large CI and the lack of a significant difference in macrosomia rate, suggests uncertainty of effect and a clinically insignificant difference. No significant differences were found in any other outcomes measured, which may reflect the small number of trials suitable for meta-analysis and the small number of participants included. No significant differences were found in perinatal mortality (RR 2.33, 95% CI, 0.38 to 14.32; three trials, 71 pregnancies), fetal anomaly (RR 1.07, 95% CI, 0.07 to 15.54; two trials 61 pregnancies), maternal hypoglycaemia (RR 3.00, 95% CI 0.35 to 25.87; two trials, 61 pregnancies) or maternal hyperglycaemia (RR 7.00, 95% CI, 0.39 to 125.44; two trials, 61 pregnancies) or small-for-gestational age (average RR 1.40, 95% CI 0.10 to 18.71; two trials, 61 pregnancies, random-effects analysis T2 = 1.10, I2 = 31%).

Authors' conclusions

There is little evidence to support the use of one particular form of insulin administration over another for pregnant women with diabetes. The data are few, there are only a small number of trials appropriate for meta-analysis, a small number of women included and questionable generalisability of the trial population. Conclusions cannot be made from the available data. Well-designed randomised trials are needed. These trials should be adequately powered to assess the effect of CSII versus MDI on important outcomes for women with diabetes and their infants.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Continuous subcutaneous insulin infusion versus multiple daily injections of insulin for pregnant women with diabetes

There is insufficient evidence on the effects of different ways of administering insulin for pregnant women with diabetes.

Diabetes is a condition in which glucose (sugar) in the blood is too high because the body is resistant to the effects of insulin or not enough insulin is produced. Insulin is a hormone produced by the pancreas; it enables glucose to enter the cells where it is used as fuel by the body. Controlling blood sugar levels is important because a too high or too low blood sugar can affect the brain and other organs of the body. It is also very important to control the blood sugar of pregnant women who have diabetes because poor blood sugar control increases the risk of abnormalities in the baby, increases the chance of miscarriage or stillbirth and can also lead to large babies (macrosomia) who may then have a difficult birth. Traditionally insulin injections are given as multiple daily injections (MDI) but an alternative way to give insulin is as a continuous infusion by a small pump via a fine tube placed under the skin (CSII). It has been suggested that CSII may result in a more stable blood glucose, and so a lower chance of too high or too low blood sugar level happening, which may benefit the baby as well as the mother. There may be adverse effects too. This review of trials looked at CSII compared with MDI for administering insulin to pregnant women with diabetes. Five trials involving 153 women and 154 pregnancies were included. The trials provide insufficient information to be able to say which method of insulin administration is better for the woman or her infant. Further research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Contexte

Le diabète entraîne une élévation de la glycémie au-dessus des taux physiologiques normaux ; s’il n’est pas traité, il peut endommager de nombreux organes, dont le système cardiovasculaire et le rein. La grossesse induit une résistance physiologique à l’action de l’insuline ; ceci accroît les besoins d’insuline chez les femmes souffrant d’un diabète pré-gestationnel. Il existe plusieurs méthodes d’administration de l’insuline. De façon habituelle, l’insuline a est administrée par voie sous-cutanée, jusqu’à présent désignée sous le terme de traitement conventionnel intensif, mais actuellement plus généralement appelée injections quotidiennes multiples (IQM). Une autre voie d’administration de l’insuline est la pompe à perfusion sous-cutané continue d’insuline (PSCI).

Objectifs

Comparer la PSCI à l’IQM d’insuline chez les femmes enceintes diabétiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (31 juillet 2011).

Critères de sélection

Essais randomisés comparant la PSCI à l’IQM chez les femmes enceintes diabétiques.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont évalué les études de manière indépendante et deux auteurs ont extrait les données. Les désaccords ont été résolus par la discussion avec le troisième auteur.

Résultats Principaux

Nous avons inclus cinq essais avec 153 femmes et 154 grossesses.

Aucune différence significative n’a été constatée pour les critères de jugement principaux : la macrosomie (poids de naissance supérieur à 4 000 g) (rapport de risques (RR) 3,20, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,14 à 72,62 ; deux essais, 61 grossesses) et la naissance aidée de gestes opératoires, la césarienne étant le seul résultat rapporté (RR 1,09, IC à 95 % 0,66 à 1,77 ; trois essais, 71 grossesses).

Une augmentation du poids de naissance moyen était associé à la PSCI par comparaison avec l’IQM à la limite de la significativité (différence moyenne (DM) 220,56 g, IC à 95 % -2,09 g à 443,20 g ; deux essais, 61 grossesses, P = 0,05). Le large IC et le manque de différence significative du taux de macrosomie suggèrent toutefois un effet incertain et une différence cliniquement insignifiante. Aucune différence notable n’a été notée pour les autres critères de jugements, ce qui est probablement lié au petit nombre d’essais convenant pour une méta-analyse et le petit nombre de participants inclus. Aucune différence importante n’a été décelée pour la mortalité périnatale (RR 2,33, IC à 95 % 0,38 à 14,32 ; trois essais, 71 grossesses), les anomalies fœtales (RR 1,07, IC à 95 % 0,07 à 15,54 ; deux essais, 61 grossesses), l’hypoglycémie maternelle (RR 3,00, IC à 95 % 0,35 à 25,87 ; deux essais, 61 grossesses), l’hyperglycémie maternelle (RR 7,00, IC à 95 % 0,39 à 125,44 ; deux essais, 61 grossesses) ou la petite taille par rapport à l’âge gestationnel (RR moyen 1,40, IC à 95 % 0,10 à 18,71 ; deux essais, 61 grossesses, analyse à effets aléatoires2 = 1.10, I2 = 31%).

Conclusions des auteurs

Les preuves étayant l’utilisation d’une forme particulière d’administration de l’insuline par rapport à une autre chez les femmes enceintes diabétiques sont minimes. Les données sont rares, il n’existe qu’un petit nombre d’essais convenant à une méta-analyse, un petit nombre de femmes incluses et une généralisabilité contestable de la population des essais. Aucune conclusion ne peut être établie à partir des données disponibles. Des essais randomisés bien conçus doivent être effectués. Ces essais doivent être d’une puissance adéquate pour évaluer l’effet de la PSCI par rapport à l’IQM sur les résultats importants chez les femmes diabétiques et leurs nourrissons.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Perfusion d’insuline sous-cutanée continue et injections quotidiennes multiples d'insuline chez les femmes enceintes diabétiques

Les preuves sur les effets des différentes méthodes d’administration de l’insuline chez les femmes enceintes diabétiques sont insuffisantes.

Le diabète est un état dans lequel la quantité de glucose (sucre) présente dans le sang est trop élevée parce que l'organisme résiste aux effets de l'insuline ou parce qu'une quantité insuffisante d'insuline est produite. L’insuline est une hormone produite par le pancréas ; elle permet au glucose de pénétrer dans les cellules qui l’utilisent pour alimenter l'organisme. Le contrôle des taux de glycémie joue un rôle important, car un taux de glycémie trop élevé ou trop bas dans le sang peut affecter le cerveau et d’autres organes du corps. Il est également très important de contrôler le taux de glycémie des femmes enceintes diabétiques, car un contrôle insuffisant du taux de glycémie augmente le risque d’anomalies du bébé, de fausses couches ou de mort à la naissance, et peut également donner de gros bébés (macrosomie) qui peuvent ainsi avoir une naissance difficile. Traditionnellement, les injections d’insuline sont administrées sous la forme d’injections quotidiennes multiples (IQM), mais il existe une méthode alternative d’administration de l’insuline : une perfusion continue par une petite pompe par l'intermédiaire d'un tube fin placé sous la peau (PSCI). Il a été suggéré que la PSCI pouvait stabiliser la glycémie et ainsi diminuer le risque d'avoir un taux de glycémie trop élevé ou trop bas, ce qui peut profiter tant au bébé qu’à la mère. Il peut également y avoir des effets indésirables. Cette revue d’essais s’est concentrée sur la comparaison entre la PSCI et l’IQM pour l’administration d’insuline à des femmes enceintes diabétiques. Cinq essais incluant 153 femmes et 154 grossesses ont été inclus. Les essais ne fournissent pas d’informations suffisantes pour pouvoir être en mesure d'affirmer quelle méthode d'administration de l'insuline est préférable pour la mère ou son nourrisson. Des recherches supplémentaires doivent être menées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français