Get access

Medications for increasing milk supply in mothers expressing breastmilk for their preterm hospitalised infants

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Breastmilk remains the optimal form of enteral nutrition for term and preterm infants until up to six months postnatal age. Mothers of preterm infants who have not established suck feeds must express their breastmilk and often have difficulty in maintaining sufficient volume for their infants' needs (Donath 2008). In preterm infants, donor breastmilk reduced the occurrence of necrotising enterocolitis, when compared with formula feeds (McGuire 2003). Also, case-control studies have suggested that breastmilk is associated with an improvement in feeding tolerance, a reduction in significant gastrointestinal infective events (Beeby 1992) and a reduction in late-onset sepsis (Schanler 1999) when compared with formula feeds in preterm hospitalised infants.

Objectives

To assess the effect of medication given for at least seven days to mothers of preterm infants whose breastmilk is insufficient for their infants' needs on the outcomes of expressed milk volume and duration of breastfeeding.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 December 2011).

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised controlled trials of breastmilk-augmenting medications (compared with placebo or with other augmenting medications) in mothers with preterm hospitalised infants whose breastmilk volumes failed to meet their infants' requirements. We did not include trials with a cluster-randomised or cross-over design.

Data collection and analysis

Both review authors independently assessed studies for inclusion, assessed risk of bias, and extracted data. Any differences were resolved by consensus. Data were checked for accuracy.

Main results

Two trials (involving 59 mothers) that examined the use of domperidone in a total of 59 mother-infant pairs met the inclusion criteria. Meta-analysis of these trials showed a modest increase in expressed breastmilk (EBM) of 99.49 mL/day (95% confidence intervals -1.94 to 200.92; random-effects, T² 3511.62, I² 63%) in mothers given domperidone. Both trials gave the same dose of domperidone (10 mg three times per day) with a duration of seven days in the smaller trial and 14 days in the larger.

Neither trial showed significant improvements in longer-term outcomes of breastfeeding in a preterm population and no adverse effects were reported.

Authors' conclusions

Two studies with a total of 59 mothers suggest modest improvements in short-term EBM volumes when a medication is used after insufficient EBM occurs in mothers following preterm delivery. In both studies, the medication was commenced ≧14 days post delivery and following insufficient EBM supply with other lactation supports.

Currently, no studies support prophylactic use of a galactagogue medication at any gestation. Use of any galactagogue medication has only been examined at more than 14 days post delivery and after full lactation support has been given. Further trials should examine larger groups of preterm mothers and consider breastfeeding outcomes over a longer period.

Résumé scientifique

Médicaments pour augmenter la lactation chez les mères exprimant du lait pour leurs nourrissons prématurés hospitalisés

Contexte

Le lait maternel reste la forme optimale de nutrition entérale pour les nourrissons prématurés et nés à terme jusqu'à l'âge postnatal de six mois. Les mères d'enfants prématurés qui n'ont pas établi d'alimentation par succion doivent exprimer leur lait et ont souvent des difficultés à maintenir un volume suffisant pour les besoins de leurs enfants (Donath 2008). Chez les nourrissons prématurés, le lait maternel de donneuse a réduit le nombre de cas d'entérocolite nécrosante, comparé aux laits en poudre (McGuire 2003). Par ailleurs, des études de cas ont suggéré que le lait maternel était associé à une amélioration de la tolérance à l'alimentation, à une réduction des événements infectieux gastrointestinaux significatifs (Beeby 1992) et à une réduction du sepsis à début tardif (Schanler 1999) comparé aux laits en poudre chez les enfants prématurés hospitalisés.

Objectifs

Evaluer l'effet de l'administration de médicaments pendant au moins sept jours à des mères d'enfants prématurés dont le lait est insuffisant pour les besoins de leurs enfants sur les critères de jugement du volume de lait exprimé et de la durée d'allaitement.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (samedi 31 décembre 2011).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés de médicaments augmentant le volume de lait maternel (comparé à un placebo ou à d'autres médicaments augmentant le volume) chez des mères ayant des enfants prématurés hospitalisés et dont le volume de lait était insuffisant pour les besoins de leurs enfants. Nous n'avons pas inclus d'essais ayant un plan d'étude randomisé en clusters ou croisé.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études à inclure, évalué les risques de biais et extrait des données. Les différends ont été résolus par consensus. L'exactitude des données a été vérifiée.

Résultats principaux

Deux essais (portant sur 59 mères) qui examinaient l'utilisation de dompéridone chez un total de 59 paires mère-enfant ont répondu aux critères d'inclusion. La méta-analyse de ces essais a montré une augmentation modeste du lait exprimé (LME) de 99,49 mL/jour (intervalles de confiance à 95 % -1,94 à 200,92 ; effets aléatoires, T² 3511,62, I² 63 %) chez des mères recevant de la dompéridone. Dans les deux essais, la même dose de dompéridone (10 mg trois fois par jour) a été administrée, pendant sept jours pour l'essai de petite taille et 14 jours pour l'essai de plus grande taille.

Aucun des deux essais n'a montré d'améliorations significatives des résultats d'allaitement à long terme chez une population de prématurés et aucun effet indésirable n'a été signalé.

Conclusions des auteurs

Deux études portant sur un total de 59 mères suggèrent des améliorations modestes du volume de LME à court terme lorsqu'un médicament est utilisé après la survenue d'un LME insuffisant chez les mères après un accouchement prématuré. Dans les deux études, l'administration du médicament a commencé ≧ 14 jours après l'accouchement et après un apport en LME insuffisant avec d'autres soutiens de la lactation.

Actuellement, aucune étude ne corrobore l'usage prophylactique d'un médicament galactagogue lors d'une grossesse. L'usage d'un médicament galactagogue n'a été examiné que plus de 14 jours après l'accouchement et après l'administration d'un soutien complet de la lactation. Des essais supplémentaires devraient examiner des groupes plus importants de mères ayant accouché avant terme et prendre en compte les critères de jugement de lactation sur une période plus longue.

Plain language summary

Medications for increasing milk supply in mothers expressing breastmilk for their hospitalised infants

Breastmilk remains the optimal form of enteral nutrition for term and preterm infants until up to six months postnatal age. Mothers of premature and sick infants are separated from their infants while they are receiving hospital-based care. These mothers often have difficulty supporting lactation, when milk production is solely maintained by breast expression.

In preterm infants, expressed breastmilk (EBM) given by a nasogastric tube, until sucking can be established, has been shown to reduce a bowel disease called necrotising enterocolitis where parts of the bowel become injured or dies. Further evidence suggests that EBM might improve feeding tolerance and may reduce infection.

Trials of medications used to improve the breastmilk supply in mothers who have insufficient milk for their hospitalised preterm infants' needs have been reported in two randomised controlled studies involving 59 mothers. These two studies gave the women domperidone 10 mg three times a day when mothers had insufficient EBM, two to three weeks after delivery. These studies showed a modest improvement in EBM volume over the following one to two weeks. No side effects to mothers or infants were noted in these studies.

These medications should only be considered in mothers who have received full lactation support and are more than 14 days post delivery but have insufficient EBM for their infants' needs.

Résumé simplifié

Médicaments pour augmenter la lactation chez les mères exprimant du lait pour leurs nourrissons hospitalisés

Le lait maternel reste la forme optimale de nutrition entérale pour les nourrissons prématurés et nés à terme jusqu'à l'âge postnatal de six mois. Les mères d'enfants prématurés et malades sont séparées de leurs enfants pendant que ceux-ci reçoivent des soins hospitaliers. Ces mères ont souvent des difficultés à soutenir la lactation lorsque la production de lait dépend uniquement de l'expression.

Chez les enfants prématurés, il a été démontré que le lait maternel exprimé (LME) administré par une sonde nasogastrique, jusqu'à ce que la succion puisse être établie, réduisait une maladie intestinale appelée entérocolite nécrosante caractérisée par la lésion ou la mort de certaines parties de l'intestin. D'autres preuves suggèrent que le LME pourrait améliorer la tolérance à l'alimentation et peut réduire l'infection.

Des essais de médicaments utilisés pour améliorer la lactation chez les mères qui n'ont pas suffisamment de lait pour leurs nourrissons prématurés hospitalisés ont été rapportés dans deux études contrôlées randomisées portant sur 59 mères. Dans ces deux études, on a administré aux femmes de la dompéridone à 10 mg trois fois par jour lorsqu'elles n'avaient pas suffisamment de LME, deux à trois semaines après l'accouchement. Ces études ont montré une amélioration modeste du volume de LME au cours des une à deux semaines suivantes. Aucun effet secondaire pour les mères ou les enfants n'a été observé dans ces études.

Ces médicaments ne devraient être envisagés que chez les mères qui ont reçu un soutien complet de la lactation et se trouvent à plus de 14 jours après l'accouchement, mais n'ont pas suffisamment de LME pour couvrir les besoins de leurs enfants.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Laienverständliche Zusammenfassung

Medikamente zur Steigerung der Milchproduktion bei Müttern, die Muttermilch für ihre frühgeborenen, hospitalisierten Säuglinge abpumpen

Muttermilch bleibt die optimale Form der enteralen (über den Darm stattfindende) Ernährung für Kinder, die rechtzeitig geboren wurden, und Frühgeborenen bis zu sechs Monate nach der Geburt. Mütter von Frühgeborenen und Mütter von kranken Säuglingen werden von ihren Kindern getrennt, während sie im Krankenhaus behandelt werden. Diese Mütter haben oft Schwierigkeiten, die Milchbildung zu fördern, insbesondere wenn die Milchproduktion allein durch Abpumpen aufrecht erhalten wird.

Es wurde gezeigt, dass abgepumpte Muttermilch bei Frühgeborenen, wenn sie durch eine Magensonde gegeben wird, bis sie saugen können, eine Darmerkrankung namens nekrotisierender Enterokolitis, wo Teile des Darms werden verletzt werden oder absterben können, reduziert. Weitere Evidenz weist darauf hin, dass abgepumpte Muttermilch die Fütterungstoleranz verbessern und Infektionen reduzieren kann.

Studien von Medikamenten, welche verwendet werden, um bei Müttern, die nicht genügend Milch für die Bedürfnisse von ihren hospitalisierten Frühgeborenen haben, die Muttermilchproduktion zu verbessern, wurden in Form von zwei randomisierten kontrollierten Studien mit 59 Müttern berichtet. In diesen beiden Studien wurde den Frauen im Zeitraum von zwei bis drei Wochen nach der Entbindung dreimal täglich 10 mg Domperidon verabreicht, wenn die Mütter nicht ausreichend abgepumpte Muttermilch hatten. Diese Studien zeigten eine leichte Verbesserung des Muttermilchvolumens in den folgenden ein bis zwei Wochen. Es wurden keine Nebenwirkungen bei Müttern oder Säuglingen in diesen Studien beobachtet.

Diese Medikamente sollten nur bei Müttern erwogen werden, die nicht genügend abgepumpte Muttermilch für die Bedürfnisse ihrer Kinder haben trotz voller Still-Unterstützung und auch erst nach mehr als 14 Tagen nach Geburt.

Anmerkungen zur Übersetzung

C. Heidt, Koordination durch Cochrane Schweiz

Laički sažetak

Lijekovi za povećanje količine mlijeka u majki koje se izdajaju za svoju hospitaliziranu djecu

Ljudsko mlijeko je najbolji način prehrane donošene i nedonošene djece tijekom prvih šest mjeseci života. Majke nedonošene i bolesne djece su odvojena od djece dok ona primaju bolničku skrb. Ove majke često imaju poteškoća s održavanjem laktacije dok se stvaranje mlijeka održava isključivo održava izdajanjem.

Kod nedonošene djece, izdojeno ljudsko mlijeko davano nazogastričnom sondom (dok dijete nije u stanju sisati) dokazano smanjuje pojavu bolesti crijeva koja se zove ˝nekrotizirajući enterokolitis˝, gdje se dijelovi crijeva oštećuju ili odumiru. Nadalje, dokazi sugeriraju da izdojeno ljudsko mlijeko može poboljšati podnošenje hranjenja i smanjiti infekcije.

Ispitivanja lijekova za povećanje količine mlijeka u majki nedonošene djece s nedovoljnom količinom mlijeka za potrebe svoje djece su objavljena u dva randomizirana kontrolirana pokusa koja su uključivala 59 majki. U ova dva istraživanja je dva to tri tjedna nakon poroda davano 10mg domperidona tri puta dnevno majkama s nedovoljnom količinom izdojenog mlijeka. Ova istraživanja su pokazala umjereno povećanje volumena izdojenog mlijeka tijekom narednih jedan do dva tjedna. Nikakve nuspojave nisu zabilježene kod majke ili djece u ovim istraživanjima.

Primjenu ovih lijekova bi trebalo razmotriti samo kod majki koje su dobile punu potporu s dojenjem, a nakon više od 14 dana od poroda nemaju dovoljno izdojenog mlijeka za potrebe svoje djece.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Irena Zakarija-Grković
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr