Get access

Interventions for chronic blepharitis

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Kristina Lindsley,

    Corresponding author
    1. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Center for Clinical Trials, Department of Epidemiology, Baltimore, Maryland, USA
    • Kristina Lindsley, Center for Clinical Trials, Department of Epidemiology, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 615 North Wolfe Street, W5010, Baltimore, Maryland, 21205, USA. klindsle@jhsph.edu.

    Search for more papers by this author
  • Sueko Matsumura,

    1. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Center for Clinical Trials, Department of Epidemiology, Baltimore, Maryland, USA
    Search for more papers by this author
  • Elham Hatef,

    1. Johns Hopkins University School of Medicine, Wilmer Eye Institute, Baltimore, Maryland, USA
    Search for more papers by this author
  • Esen K Akpek

    1. Johns Hopkins University School of Medicine, Department of Ophthalmology, Baltimore, MD, USA
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Blepharitis, an inflammatory condition associated with itchiness, redness, flaking, and crusting of the eyelids, is a common eye condition that affects both children and adults. It is common in all ethnic groups and across all ages. Although infrequent, blepharitis can lead to permanent alterations to the eyelid margin or vision loss from superficial keratopathy (abnormality of the cornea), corneal neovascularization, and ulceration. Most importantly, blepharitis frequently causes significant ocular symptoms such as burning sensation, irritation, tearing, and red eyes as well as visual problems such as photophobia and blurred vision. The exact etiopathogenesis is unknown, but suspected to be multifactorial, including chronic low-grade infections of the ocular surface with bacteria, infestations with certain parasites such as demodex, and inflammatory skin conditions such as atopy and seborrhea. Blepharitis can be categorized in several different ways. First, categorization is based on the length of disease process: acute or chronic blepharitis. Second, categorization is based on the anatomical location of disease: anterior, or front of the eye (e.g. staphylococcal and seborrheic blepharitis), and posterior, or back of the eye (e.g. meibomian gland dysfunction (MGD)). This review focuses on chronic blepharitis and stratifies anterior and posterior blepharitis.

Objectives

To examine the effectiveness of interventions in the treatment of chronic blepharitis.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2012, Issue 1), MEDLINE (January 1950 to February 2012), EMBASE (January 1980 to February 2012), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). We searched the reference lists of included studies for any additional studies not identified by the electronic searches. There were no date or language restrictions in the electronic searches for trials. The electronic databases were last searched on 9 February 2012.

Selection criteria

We included randomized controlled trials (RCTs) and quasi-randomized controlled trials (CCTs) in which participants were adults aged 16 years or older and clinically diagnosed with chronic blepharitis. We also included trials where participants with chronic blepharitis were a subset of the participants included in the study and data were reported separately for these participants. Interventions within the scope of this review included medical treatment and lid hygiene measures.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed search results, reviewed full-text copies for eligibility, examined risk of bias, and extracted data. Data were meta-analyzed for studies comparing similar interventions and reporting comparable outcomes with the same timing. Otherwise, results for included studies were summarized in the text.

Main results

There were 34 studies (2169 participants with blepharitis) included in this review: 20 studies (14 RCTs and 6 CCTs) included 1661 participants with anterior or mixed blepharitis and 14 studies (12 RCTs and 2 CCTs) included 508 participants with posterior blepharitis (MGD). Due to the heterogeneity of study characteristics among the included studies, with respect to follow-up periods and types of interventions, comparisons, and condition of participants, our ability to perform meta-analyses was limited. Topical antibiotics were shown to provide some symptomatic relief and were effective in eradicating bacteria from the eyelid margin for anterior blepharitis. Lid hygiene may provide symptomatic relief for anterior and posterior blepharitis. The effectiveness of other treatments for blepharitis, such as topical steroids and oral antibiotics, were inconclusive.

Authors' conclusions

Despite identifying 34 trials related to treatments for blepharitis, there is no strong evidence for any of the treatments in terms of curing chronic blepharitis. Commercial products are marketed to consumers and prescribed to patients without substantial evidence of effectiveness. Further research is needed to evaluate the effectiveness of such treatments. Any RCT designed for this purpose should separate participants by type of condition (e.g. staphylococcal blepharitis or MGD) in order to minimize imbalances between groups (type I errors) and to achieve statistical power for analyses (prevent type II errors). Medical interventions and commercial products should be compared with conventional lid hygiene measures, such as warm compresses and eyelid margin washing, to determine effectiveness, as well as head-to-head to show comparative effectiveness between treatments. Outcomes of interest should be patient-centered and measured using validated questionnaires or scales. It is important that participants be followed long-term, at least one year, to assess chronic outcomes properly.

Résumé scientifique

Interventions pour la blépharite chronique

Contexte

La blépharite, une inflammation associée à des symptômes tels que démangeaisons, rougeurs, desquamation et encroûtement des paupières, est une affection oculaire commune qui touche enfants et adultes. Elle est fréquente dans tous les groupes ethniques et à tous les âges. Bien que cela soit rare, la blépharite peut entraîner de manière irréversible des détériorations du bord de la paupière ou une perte de vision dues à une kératopathie superficielle (anomalie de la cornée), à une néovascularisation cornéenne ou à une ulcération. Plus important encore, la blépharite provoque souvent des symptômes oculaires importants (sensation de brûlure, irritation, larmoiement, yeux rouges) ainsi que des problèmes visuels tels que photophobie et vision brouillée. L'étiopathogénie exacte est inconnue, mais on soupçonne qu'elle soit multifactorielle : infections bactériennes chroniques mineures de la surface oculaire, infestations par des parasites tels que le demodex et affections cutanées inflammatoires telles que l'atopie et la séborrhée. La blépharite peut être classée de plusieurs manières différentes. Tout d'abord, la classification est basée sur la durée du processus pathologique : blépharite aiguë ou chronique. Deuxièmement, la classification est basée sur la localisation anatomique de la maladie : antérieure, à l'avant de l'œil, (par ex. la blépharite staphylococcique et séborrhéique) ou postérieure, ou à l'arrière de l'œil, (par ex. le dysfonctionnement des glandes de Meibomius (DGM)). Cette revue se concentre sur la blépharite chronique qu'elle divise entre blépharite antérieure et postérieure.

Objectifs

Examiner l'efficacité des interventions pour le traitement de la blépharite chronique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, numéro 1), MEDLINE (de janvier 1950 à février 2012), EMBASE (de janvier 1980 à février 2012), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour « International Clinical Trials Registry Platform ») (www.who.int/ictrp/search/en). Nous avons passé au crible les références bibliographiques des études incluses pour trouver d'éventuelles études supplémentaires non identifiées par les recherches électroniques. Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 9 février 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais contrôlés quasi-randomisés (ECC) dans lesquels les participants étaient âgés d'au moins 16 ans et avaient un diagnostic clinique de blépharite chronique. Nous avons également inclus des essais dans lesquels les participants atteints de blépharite chronique constituaient un sous-ensemble des participants inclus dans l'étude pour lesquels les données avaient été rapportées séparément. Les interventions considérées dans cette revue comprenaient des traitements médicaux et des mesures d'hygiène des paupières.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué les résultats de recherche documentaire, passé en revue les textes intégraux pour déterminer l'éligibilité, examiné le risque de biais et extrait les données. Pour les études comparant des interventions similaires et rendant compte de critères de jugement comparables avec le même timing, les données ont été méta-analysées. Pour les autres études incluses, les résultats ont été résumés dans le texte.

Résultats principaux

Il y avait 34 études (2 169 participants atteints de blépharite) incluses dans cette revue : 20 études (14 ECR et 6 ECC) incluaient 1 661 participants atteints de blépharite antérieure ou mixte et 14 études (12 ECR et 2 ECC) incluaient 508 participants atteints de blépharite postérieure (DGM). En raison de l'hétérogénéité des caractéristiques des études incluses pour ce qui concerne les périodes de suivi, les types d'interventions, les comparaisons et l'état des participants, notre capacité à effectuer des méta-analyses était limitée. Pour la blépharite antérieure, les antibiotiques topiques se sont avérés procurer un certain soulagement symptomatique et étaient efficaces dans l'éradication des bactéries des bords de la paupière. L'hygiène des paupières peut soulager les symptômes des blépharites antérieures et postérieures. D'autres traitements de la blépharite, comme les stéroïdes topiques et les antibiotiques oraux, n'ont pas montré une efficacité concluante.

Conclusions des auteurs

Malgré l'identification de 34 essais se rapportant à des traitements de la blépharite, il n'y a pas de preuve solide étayant la capacité d'aucun de ces traitements à guérir la blépharite chronique. Des produits commerciaux sont vendus aux consommateurs et prescrits aux patients sans preuves substantielles d'efficacité. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l'efficacité de tels traitements. Toute ECR conçu à cet effet devrait séparer les participants en fonction du type d'affection (par ex. blépharite staphylococcique ou DGM) afin de minimiser les déséquilibres entre les groupes (erreurs de type I) et de pourvoir les analyses de puissance statistique (prévention des erreurs de type II). Les interventions médicales et les produits commerciaux devraient être comparés aux mesures classiques d'hygiène des paupières (par ex. compresses chaudes et lavage du bord de la paupière) afin d'en déterminer l'efficacité, et l'un avec l'autre pour montrer l'efficacité comparative des traitements. Les critères de jugement devraient se focaliser sur le patient et être mesurés à l'aide de questionnaires ou d'échelles validés. Il est important que les participants soient suivis à long terme, au moins pendant un an, afin d'évaluer correctement les résurgences chroniques.

Plain language summary

Interventions for blepharitis

Blepharitis, defined as inflammation of the eyelids, is a common eye condition and affects both children and adults. Blepharitis can be categorized in several different ways. First, categorization is based on the length of disease process: acute or chronic blepharitis. Second, categorization is based on the anatomical location of disease: anterior, or front of the eye (e.g. staphylococcal and seborrheic blepharitis), and posterior, or back of the eye (e.g. meibomian gland dysfunction (MGD)). This review focuses on chronic blepharitis and stratifies anterior and posterior blepharitis. There were 34 studies (2169 participants with blepharitis) included in the review, 20 of which included participants with anterior blepharitis and 14 of which included participants with posterior blepharitis. For anterior blepharitis, topical antibiotics provided some symptomatic relief and were effective in clearing bacteria from the eyelid margins. There was no difference between the types of topical antibiotics used. Topical steroids also provided some symptomatic relief; however, they were ineffective in eliminating bacteria. Lid hygiene, including warm compresses and lid scrubs, showed some symptomatic relief in both anterior and posterior blepharitis. Overall, there was no strong evidence for any of the treatments in terms of curing chronic blepharitis. Further research should be done to evaluate the effectiveness of treatments for blepharitis, with particular attention paid to adequate diagnosis and classification of the disease.

Résumé simplifié

Interventions pour la blépharite

La blépharite, définie comme une inflammation des paupières, est une affection oculaire fréquente qui touche enfants et adultes. La blépharite peut être classée de plusieurs manières différentes. Tout d'abord, la classification est basée sur la durée du processus pathologique : blépharite aiguë ou chronique. Deuxièmement, la classification est basée sur la localisation anatomique de la maladie : antérieure, à l'avant de l'œil, (par ex. la blépharite staphylococcique et séborrhéique) ou postérieure, à l'arrière de l'œil, (par ex. le dysfonctionnement des glandes de Meibomius (DGM)). Cette revue se concentre sur la blépharite chronique qu'elle divise entre blépharite antérieure et postérieure. Il y avait 34 études (2 169 participants atteints de blépharite) inclus dans la revue, dont 20 portaient sur des personnes présentant une blépharite antérieure et 14 sur des personnes souffrant de blépharite postérieure. Pour la blépharite antérieure, les antibiotiques topiques avaient apporté un certain soulagement symptomatique et avaient été efficaces pour éliminer les bactéries situées sur le bord des paupières. Il n'y avait pas de différence liée au type d'antibiotique topique utilisé. Les stéroïdes topiques avaient également procuré un certain soulagement des symptômes, mais ils n'étaient pas efficaces dans l'élimination des bactéries. L'hygiène des paupières, notamment les compresses chaudes et le nettoyage des paupières, produisait un certain soulagement symptomatique pour la blépharite tant antérieure que postérieure. Au total, il n'y avait pas de preuve solide étayant la capacité d'aucun de ces traitements à guérir la blépharite chronique. D'autres recherches devraient être effectuées afin d'évaluer l'efficacité des traitements pour la blépharite, une attention particulière devant être accordée à la précision de diagnostic et de classification de la maladie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary