Intervention Review

Antipsychotic medication for elderly people with schizophrenia

  1. Richard Marriott1,*,
  2. Wendy Neil2,
  3. Susie Waddingham3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 25 JAN 2006

Assessed as up-to-date: 3 SEP 2005

DOI: 10.1002/14651858.CD005580

How to Cite

Marriott R, Neil W, Waddingham S. Antipsychotic medication for elderly people with schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 1. Art. No.: CD005580. DOI: 10.1002/14651858.CD005580.

Author Information

  1. 1

    Calder Unit, Fieldhead Hospital, South Yorkshire Mental Health Trust, Wakefireld, West Yorkshire, UK

  2. 2

    NHS, Aire Court Community Unit, Leeds, UK

  3. 3

    NHS, Millside Community Unit, Leeds, West Yorkshire, UK

*Richard Marriott, South Yorkshire Mental Health Trust, Calder Unit, Fieldhead Hospital, Ouchthorpe Lane, Wakefireld, West Yorkshire, WF1 3SP, UK. rmarriott@doctors.org.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 25 JAN 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

A large and growing number of older people across the world suffer from schizophrenia. Recommendations for their treatment are largely based on data extrapolated from studies of the use of antipsychotic medications in younger populations. In addition most manufacturers of such medications recommend prescription of reduced doses to the elderly. The evidence base for these assumptions is unclear and raises obvious questions regarding the appropriateness of such prescribing practice.

Objectives

To find and assimilate good evidence of the effects of antipsychotic medication for treatment of schizophrenia in people over 65 years of age.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (May 2003). We inspected references of all included studies for further trials and contacted relevant pharmaceutical companies.

Selection criteria

All clinical randomised trials evaluating antipsychotic drugs for schizophrenia and schizophrenia-like psychoses in older people.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For homogenous dichotomous data, the random effects, relative risk (RR), and 95% confidence interval (CI) and, where appropriate, the numbers needed to treat (NNT) were calculated on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD).

Main results

Two hundred and fifty two elderly people with schizophrenia participated in three relevant randomised controlled studies. We were unable to extract usable data on quality of life, satisfaction, service use, or economic outcomes. One small study (n=18) compared thioridazine with remoxipride (RR leaving the study early 1.0 CI 0.07 to 13.6). A second study (n=175) compared risperidone with olanzapine. Global state 'not improved/worse' was not significantly different between treatments (n= 171, RR 1.26 CI 0.8 to 1.9); mental state PANSS total endpoint scores were also equivocal (n=171, RR 0.98 CI 0.76 to 1.26) as were all cognitive function tests. The third study (subset n=59) compared olanzapine with haloperidol and mental state change scores (BPRS WMD -3.60 CI -10.8 to 3.6; PANSS WMD -6.00 CI -18.3 to 6.3) were equivocal.

Authors' conclusions

Antipsychotics may be widely used in the treatment of elderly people with schizophrenia, however, based on this systematic review, there are little robust data available to guide the clinician with respect to the most appropriate drug to prescribe. Clearly reported large short, medium and long-term randomised controlled trials with participants, interventions and primary outcomes that are familiar to those wishing to help elderly people with schizophrenia are long overdue.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotic medication for elderly people with schizophrenia

Since the early 1950's the mainstay of treatment for schizophrenia has been drugs such as haloperidol and chlorpromazine. Although effective in controlling voices and fixed, false beliefs, these drugs are reported as having potentially disabling adverse effects such as tremor, stiffness and slowing of movement. The newer generation of drugs are reputed to be freer from these problems. This is particularly important for older people, who are more likely to experience adverse effects. Most manufacturers recommend prescription of reduced doses in the elderly.

This review examines trials of these drugs for the treatment of elderly people with schizophrenia. We found three small, short trials. These did not have much information that was usable and we really could not draw any firm conclusions, except that such studies are possible and more are needed as a matter of urgency.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotiques pour les personnes âgées atteintes de schizophrénie

Contexte

Un nombre important et croissant de personnes âgées dans le monde souffrent de schizophrénie. Les recommandations pour leur traitement reposent en grande partie sur des données extrapolées à partir d'études sur l'utilisation d'antipsychotiques chez des patients plus jeunes. En outre, la majorité des fabricants de ces médicaments recommandent la prescription de doses réduites chez les personnes âgées. La base de preuves pour ces hypothèses n'est pas claire et soulève des questions évidentes quant à la pertinence de la prescription d'une telle pratique.

Objectifs

Trouver et assimiler les preuves probantes des effets des antipsychotiques pour le traitement de la schizophrénie chez des personnes de plus de 65 ans.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre d'essais du groupe Cochrane sur la Schizophrénie (mai 2003). Nous avons examiné les références bibliographiques de toutes les études incluses afin d'identifier d'autres essais, et contacté les sociétés pharmaceutiques concernées.

Critères de sélection

Tous les essais cliniques randomisés évaluant les antipsychotiques pour les personnes âgées souffrant de schizophrénie ou de psychoses d'allure schizophrénique.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de façon indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, les effets aléatoires, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) du traitement ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Pour les données continues, les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées.

Résultats Principaux

Deux cent cinquante-deux personnes âgées souffrant de schizophrénie participaient à trois études contrôlées randomisées pertinentes. Il n'a pas été possible d'extraire des données utilisables concernant la qualité de la vie, la satisfaction, l'utilisation des services ou les résultats économiques. Une petite étude (n=18) comparaît la thioridazine au rémoxipride (RR départ prématuré de l'étude 1,0 IC entre 0,07 et 13,6). Une seconde étude (n=175) comparaît la rispéridone à l'olanzapine. L'état général : non amélioré/aggravation n'était pas significativement différent entre les traitements (n= 171, RR 1,26 IC entre 0,8 et 1,9) ; Les scores totaux des critères d'évaluation de l'état mental PANSS étaient également équivoques (n=171, RR 0,98 IC entre 0,76 et 1,26) car il s'agissait, pour la totalité, de tests de la fonction cognitive. La troisième étude (sous-ensemble n=59) comparaît l'olanzapine avec l'halopéridol et les scores de changement d'état mental (DMP BPRS -3,60 IC entre -10,8 et 3,6 ; DMP PANSS -6,00 IC entre -18,3 et 6,3) étaient équivoques.

Conclusions des auteurs

Les antipsychotiques peuvent être largement utilisés dans le traitement des personnes âgées atteintes de schizophrénie, cependant, sur la base de cette revue systématique, il n'existe que peu de données solides disponibles permettant de guider le clinicien à l'égard du meilleur médicament à prescrire. De grands essais contrôlés randomisés à court, moyen et long terme, clairement consignés, portant sur des participants, des interventions et des critères d'évaluation connus de ceux qui souhaitent aider les personnes âgées schizophrènes se font attendre depuis longtemps.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotiques pour les personnes âgées atteintes de schizophrénie

Antipsychotiques pour les personnes âgées atteintes de schizophrénie

Depuis le début des années 1950, les médicaments tels que l'halopéridol et la chlorpromazine constituent le pilier du traitement de la schizophrénie. Bien qu'ils soient efficaces pour contrôler les voix (hallucination auditive) et les croyances inébranlables non fondées, on considère que ces médicaments comportent des effets indésirables invalidants : tremblements, raideur, motricité ralentie, etc. On suppose que la nouvelle génération de médicaments n'entraîne pas ce type de problèmes. Ceci est particulièrement important pour les personnes âgées, qui sont plus susceptibles de ressentir des effets indésirables. La plupart des fabricants recommandent la prescription de doses réduites chez les personnes âgées.

Cette revue examine les essais portant sur ces médicaments dans le traitement des personnes âgées souffrant de schizophrénie. Trois petits essais de courte durée ont été identifiés. Ceux-ci ne comportaient que peu d'informations utilisables et il n'était vraiment pas possible de tirer une quelconque conclusion définitive, si ce n'est que ces études sont possibles et que davantage sont nécessaires de toute urgence.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

抗精神病藥物在有精神分裂症的老年人

在世界上的老年人有精神分裂症的族群很大且個案數越來越多。關於建議他們治療,主要是基於從年輕的族群使用抗精神病藥物試驗研究推斷。除此之外大部份這些藥物的藥廠建議在老年人能減少劑量。這些假設的證據基礎並不清楚,也引發了關於如此處方藥物的適當性的問題。

目標

發現及了解在治療大於65歲精神分裂症患者,抗精神病藥物效果的好的證據。

搜尋策略

我們搜尋Cochrane Schizophrenia Group's Register(2003年5月),我們審視所有納入研究進一步試驗相關文獻且接洽相關藥商公司。

選擇標準

所有關於評估抗精神病藥物使用在老年人的精神分裂症及類精神分裂症精神病的臨床隨機試驗。

資料收集與分析

我們獨立地擷取資料,在同質性二分法資料方面,以治療意向分析法為基礎,我們計算隨機效應、相對風險(RR)、95%信賴區間(CI),若可以的話計算出益一需治數(NNT)。在連續性資料方面,我們計算加權平均差異(WMD)。

主要結論

在3個相關隨機對照試驗,有252位有精神分裂症的老年人參與。我們無法擷取出生活品質、滿意度、醫療服務使用或經濟結果的資料。一個小型的試驗(18位個案)比較thioridazine及remoxipride(提早離開試驗相對風險為1.0,信賴區間為0.07到13.6)。第二個試驗(175位個案)比較risperidone及olanzapine。整體狀況沒改善或惡化兩者並沒有明顯的差異(171位個案,相對風險為1.26,信賴區間為0.8到1.9);在最後施測的精神狀態PANSS量表兩者也是沒差異的(171位個案,相對風險為0.98,信賴區間為0.76到1.26),如同在認知功能的測試一樣。第三個試驗(次計畫中個案數59位),比較olanzapine及haloperidol,精神狀態改變部分是沒差異的(以BPRS來看,加權平均差異為−3.60,信賴區間為−10.8到3.6;以PANSS來看,加權平均差異為−6.00,信賴區間為−18.3到6.3)。

作者結論

抗精神病藥物廣泛應用在治療精神分裂症的老年人,然而在這篇系統性回顧中,少有強大的數據資料可用來當作臨床醫師的指引關於最適當的藥物處方。專門以期待幫助精神分裂症老年人的大量有參與者,介入治療及主要結果的短期、中期、長期隨機對照試驗的報告,清楚地是欠缺的。

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院許文郁翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

自從1950年代早期,治療精神分裂症的主要方式是藥物,如haloperidol及chlorpromazine,雖然能有效地控制幻聽聲音和固著錯誤的信念,但有報導這些藥物有可能會造成失能的副作用,如震顫,僵直和減緩運動。新一代的藥物以能無這些副作用問題著稱,對於更容易有副作用的老年人,這一點特別重要。大部分藥廠建議在老年人處方的劑量減少。這篇回顧檢視這些藥物治療在有精神分裂症的老年人的試驗。我們發現3個小型且短期的試驗。這些沒有太多可用的資料且我們真的不能得出任何確切的結論,除此之外,這些研究是可能的且更多更需要作為緊急處理事項。