Intervention Review

Peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b for chronic hepatitis C

  1. Goran Hauser1,2,*,
  2. Tahany Awad2,
  3. Kristian Thorlund3,
  4. Davor Štimac1,
  5. Mahasen Mabrouk4,
  6. Christian Gluud2

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 28 FEB 2014

Assessed as up-to-date: 30 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD005642.pub3


How to Cite

Hauser G, Awad T, Thorlund K, Štimac D, Mabrouk M, Gluud C. Peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b for chronic hepatitis C. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD005642. DOI: 10.1002/14651858.CD005642.pub3.

Author Information

  1. 1

    Clinical Hospital Centre Rijeka, Department of Gastroenterology, Rijeka, Croatia

  2. 2

    Copenhagen Trial Unit, Centre for Clinical Intervention Research, Department 7812, Rigshospitalet, Copenhagen University Hospital, The Cochrane Hepato-Biliary Group, Copenhagen, Denmark

  3. 3

    McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  4. 4

    Faculty of Medicine, Cairo University, Endemic Medicine and Liver Department, Cairo, Egypt

*Goran Hauser, ghauser@medri.hr.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 FEB 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

A combination of weekly pegylated interferon (peginterferon) alpha and daily ribavirin still represents standard treatment of chronic hepatitis C infection in the majority of patients. However, it is not established which of the two licensed peginterferon products, peginterferon alpha-2a or peginterferon alpha-2b, is the most effective and has a better safety profile.

Objectives

To systematically evaluate the benefits and harms of peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b in head-to-head randomised clinical trials in patients with chronic hepatitis C.

Search methods

We searched the Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, and LILACS until October 2013. We also searched conference abstracts, journals, and grey literature.

Selection criteria

We included randomised clinical trials comparing peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b given with or without co-intervention(s) (for example, ribavirin) for chronic hepatitis C. Quasi-randomised studies and observational studies as identified by the searches were also considered for assessment of harms. Our primary outcomes were all-cause mortality, liver-related morbidity, serious adverse events, adverse events leading to treatment discontinuation, other adverse events, and quality of life. The secondary outcome was sustained virological response in the blood serum.

Data collection and analysis

Two authors independently used a standardised data collection form. We meta-analysed data with both the fixed-effect and the random-effects models. For each outcome we calculated the relative risk (RR) with 95% confidence interval (CI) based on intention-to-treat analysis. We used domains of the trials to assess the risk of systematic errors (bias) and trial sequential analyses to assess the risks of random errors (play of chance). Intervention effects on the outcomes were assessed according to GRADE.

Main results

We included 17 randomised clinical trials which compared peginterferon alpha-2a plus ribavirin versus peginterferon alpha-2b plus ribavirin in 5847 patients. All trials had a high risk of bias. Very few trials reported data on very few patients for the patient-relevant outcomes all-cause mortality, liver-related morbidity, serious adverse events, and quality of life. Accordingly, we were unable to conduct meta-analyses on all-cause mortality, liver-related morbidity, and quality of life. Twelve trials reported on adverse events leading to discontinuation of treatment without clear evidence of a difference between the two peginterferons (197/2171 (9.1%) versus 311/3169 (9.9%); RR 0.84, 95% CI 0.57 to 1.22; I2 = 44%; low quality evidence). A trial sequential analysis showed that we could exclude a relative risk reduction of 20% or more on this outcome. Peginterferon alpha-2a significantly increased the number of patients who achieved a sustained virological response in the blood serum compared with peginterferon alpha-2b (1069/2099 (51%) versus 1327/3075 (43%); RR 1.12, 95% CI 1.06 to 1.18; I2= 0%, 12 trials; moderate quality evidence). Trial sequential analyses supported this result. Subgroup analyses based on risk of bias, viral genotype, and treatment history yielded similar results. Trial sequential analyses supported the results in patients with genotypes 1 and 4, but not in patients with genotypes 2 and 3.

Authors' conclusions

There is lack of evidence on patient-important outcomes and paucity of evidence on adverse events. Moderate quality evidence suggests that peginterferon alpha-2a is associated with a higher sustained virological response in serum than with peginterferon alpha-2b. This finding may be affected by the high risk of bias of the included studies . The clinical consequences of peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b are unknown, and we cannot translate an effect on sustained virological response into comparable clinical effects because sustained virological response is still an unvalidated surrogate outcome for patient-important outcomes. The lack of evidence on patient-important outcomes and the paucity of evidence on adverse events means that we are unable to draw any conclusions about the effects of one peginterferon over the other.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Peginterferon alpha-2a versus peginterferon alpha-2b for chronic hepatitis C

Importance of the review or background on the condition

Hepatitis C is a disease of the liver caused by the hepatitis C virus. Globally, an estimated 170 million people are chronically infected with hepatitis C virus. Chronic hepatitis C can cause liver damage in the form of inflammation and scarring of the liver (cirrhosis). Liver damage can lead to liver failure and other complications, including liver cancer. The aim of the treatment for chronic hepatitis C is to prevent complications of hepatitis C infection. This might be achieved by clearing the virus from the blood of the patient. However, we still need to understand if clearance of virus from blood has any association with patient-relevant and clinically-relevant outcomes. A combination of weekly injections of peginterferon alpha and daily oral ribavirin still represents the standard of care for the majority of patients with chronic hepatitis C. Currently, there are two licensed products of peginterferon, peginterferon alpha-2a and peginterferon alpha-2b, on the market.

The main findings of the review

The review identified 17 randomised clinical trials. The trials reported on patient-relevant outcomes only occasionally. All trials had high risk of bias ie, a trial might systematically overestimate benefits or underestimate harms of the treatments). Both treatments were associated with a high risk of experiencing adverse events, which may lead to discontinuation of the treatment. Twelve trials reported on clearing the virus from blood six months after the end of treatment. A summary of the current evidence in this review suggests that peginterferon alpha-2a has higher chances of clearing the virus from the patient's blood than peginterferon alpha-2b (in 50% compared with 43%).

Conclusions

We were unable to identify any evidence on the benefits of one peginterferon over the other on patient-important outcomes.

Any limitations of the review

There is lack of data regarding patient-important outcomes on this topic.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Peg-interféron alpha-2a versus peg-interféron alpha-2b pour l'hépatite C chronique

Contexte

L'association d'interféron pégylé (peg-interféron) alpha en administration hebdomadaire et de ribavirine en administration quotidienne reste aujourd'hui le traitement standard de l'hépatite C chronique chez la majorité des patients. Cependant, il n'est pas établi lequel des deux produits autorisés de peg-interféron, le peg-interféron alpha-2a ou le peg-interféron alpha-2b, est le plus efficace et a un meilleur profil d'innocuité.

Objectifs

Évaluer systématiquement les bénéfices et inconvénients du peg-interféron alpha-2a comparé au peg-interféron alpha-2b dans les essais cliniques randomisés en face à face chez les patients atteints d'hépatite C chronique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded et LILACS jusqu'à octobre 2013. Nous avons également effectué des recherches dans les actes de conférences et journaux ainsi que dans la littérature grise.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés comparant le peg-interféron alpha-2a au peg-interféron alpha-2b administrés avec ou sans co-traitement(s) (par exemple la ribavirine) pour l'hépatite C chronique. Des études quasi randomisées et observationnelles identifiées par les recherches ont également été prises en compte pour l'évaluation des effets négatifs. Nos critères de jugement principaux étaient la mortalité toutes causes confondues, la morbidité hépatique, les événements indésirables graves, les événements indésirables entraînant un arrêt du traitement, d'autres événements indésirables, et la qualité de vie. Le critère de jugement secondaire était la réponse virologique soutenue dans le sérum.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont utilisé indépendamment un formulaire de collecte de données standardisé. Nous avons effectué une méta-analyse des données avec les modèles à effets fixes et à effets aléatoires. Pour chaque critère de jugement, nous avons calculé le risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'analyse en intention de traiter. Nous avons utilisé les domaines des essais pour évaluer le risque d'erreurs systématiques (biais) et des analyses séquentielles d'essais pour évaluer les risques d'erreurs aléatoires (effet de hasard). Les effets des interventions sur les critères de jugement ont été évalués selon la méthode GRADE.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 17 essais cliniques randomisés qui comparaient le peg-interféron alpha-2a associé à la ribavirine et le peg-interféron alpha-2b associé à la ribavirine chez 5 847 patients. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais. Très peu d'essais rapportaient des données sur un petit nombre de patients pour les critères de jugement relatifs au patient de la mortalité toutes causes confondues, la morbidité hépatique, les événements indésirables graves et la qualité de vie. En conséquence, nous n'avons pas pu réaliser de méta-analyses sur la mortalité toutes causes confondues, la morbidité hépatique et la qualité de vie. Douze essais rendaient compte des événements indésirables entraînant un arrêt du traitement sans apporter de preuve probante d'une différence entre les deux peg-interférons (197/2 171 (9,1 %) contre 311/3 169 (9,9 %) ; RR 0,84, IC à 95 % 0,57 à 1,22 ; I2 = 44 % ; preuves de faible qualité). Une analyse séquentielle des essais a montré que nous pouvions exclure une réduction du risque relatif de 20 % ou plus sur ce critère de jugement. Le peg-interféron alpha-2a a significativement augmenté le nombre de patients ayant obtenu une réponse virologique soutenue dans le sérum par rapport au peg-interféron alpha-2b (1 069/2 099 (51 %) contre 1 327/3 075 (43 %) ; RR 1,12, IC à 95 % 1,06 à 1,18 ; I2 = 0 %, 12 essais ; preuves de qualité modérée). Des analyses séquentielles d'essais confortaient ce résultat. Les analyses par sous-groupe en fonction du risque de biais, du génotype viral et de l'historique de traitement ont donné des résultats similaires. Des analyses séquentielles d'essais confortaient les résultats chez les patients présentant les génotypes 1 et 4, mais pas chez les patients présentant les génotypes 2 et 3.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves sur les critères de jugement relatifs au patient et les preuves sur les événements indésirables sont rares. Des preuves de qualité modérée suggèrent que le peg-interféron alpha-2a est associé à une meilleure réponse virologique soutenue dans le sérum que le peg-interféron alpha-2b. Toutefois, ce résultat a pu être influencé par le risque élevé de biais des études incluses. Les conséquences cliniques du peg-interféron alpha-2a comparativement au peg-interféron alpha-2b sont inconnues, et un effet sur la réponse virologique soutenue ne peut être traduit en effets cliniques comparables puisque celle-ci reste un critère de substitution non validé pour les critères relatifs au patient. En raison du manque de preuves sur les critères de jugement relatifs au patient et de la rareté des preuves sur les événements indésirables, nous ne sommes pas en mesure de tirer des conclusions concernant les effets d'un peg-interféron par rapport à l'autre.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Peg-interféron alpha-2a versus peg-interféron alpha-2b pour l'hépatite C chronique

Peg-interféron alpha-2a versus peg-interféron alpha-2b pour l'hépatite C chronique

Importance de la revue ou contexte de la maladie

L'hépatite C est une maladie du foie causée par le virus de l'hépatite C. Dans le monde, environ 170 millions de personnes sont porteuses d'une infection chronique par le virus de l'hépatite C. L'hépatite C chronique peut causer des lésions au foie sous la forme d'inflammation et de cicatrices (cirrhose). Ces lésions peuvent entraîner une insuffisance hépatique et d'autres complications, notamment le cancer du foie. L'objectif du traitement de l'hépatite C chronique est de prévenir les complications de cette infection, ce qui pourrait potentiellement être obtenu en éliminant le virus du sang du patient. Cependant, il reste à comprendre si l'élimination du virus du sang entretient un quelconque lien avec des critères de jugement relatifs au patient ou cliniquement pertinents. L'association d'injections hebdomadaires de peg-interféron alpha et d'administration quotidienne de ribavirine par voie orale reste le traitement standard pour la majorité des patients atteints d'hépatite C chronique. Il existe à ce jour sur le marché deux produits autorisés de peg-interféron, le peg-interféron alpha-2a et le peg-interféron alpha-2b.

Principaux résultats de la revue

La revue a identifié 17 essais cliniques randomisés. Les essais ne rapportaient qu'occasionnellement des critères de jugements relatifs au patient. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais (par exemple, surestimation des bénéfices ou sous-estimation des inconvénients des traitements de manière systématique). Les deux traitements étaient associés à un risque élevé d'événements indésirables pouvant entraîner l'arrêt du traitement. Douze essais rendaient compte de l'élimination du virus du sang six mois après la fin du traitement. Un résumé des preuves actuelles dans cette revue suggère que le peg-interféron alpha-2a a plus de chances d'éliminer le virus du sang du patient que le peg-interféron alpha-2b (chez 50 % contre 43 %).

Conclusions

Nous ne sommes pas parvenus à identifier des preuves concernant les bénéfices éventuels d'un peg-interféron par rapport à l'autre sur les critères de jugement relatifs au patient.

Limites de la revue

Il existe un manque de données concernant les critères de jugement relatifs au patient sur ce sujet.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé