Intervention Review

Psychological therapies for people with borderline personality disorder

  1. Jutta M Stoffers1,2,
  2. Birgit A Völlm3,
  3. Gerta Rücker4,
  4. Antje Timmer5,
  5. Nick Huband6,
  6. Klaus Lieb2,*

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 10 APR 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005652.pub2


How to Cite

Stoffers JM, Völlm BA, Rücker G, Timmer A, Huband N, Lieb K. Psychological therapies for people with borderline personality disorder. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD005652. DOI: 10.1002/14651858.CD005652.pub2.

Author Information

  1. 1

    University Medical Center Freiburg, Department of Psychiatry and Psychotherapy, Freiburg, Germany

  2. 2

    University Medical Center Mainz, Department of Psychiatry and Psychotherapy, Mainz, Germany

  3. 3

    University of Nottingham Innovation Park, Section of Forensic Mental Health, Division of Psychiatry, Nottingham, UK

  4. 4

    Institute of Medical Biometry and Medical Informatics, University Medical Center Freiburg, German Cochrane Centre, Freiburg, Germany

  5. 5

    BIPS Institute for Epidemiology and Prevention Research, Clinical Epidemiology, Bremen, Germany

  6. 6

    University of Nottingham Innovation Park, Forensic Mental Health, Institute of Mental Health, Nottingham, UK

*Klaus Lieb, Department of Psychiatry and Psychotherapy, University Medical Center Mainz, Mainz, Germany. Klaus.Lieb@unimedizin-mainz.de. klaus.lieb@ukmainz.de.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

Background

Psychotherapy is regarded as the first-line treatment for people with borderline personality disorder. In recent years, several disorder-specific interventions have been developed. This is an update of a review published in the Cochrane Database of Systematic Reviews in 2006.

Objectives

To assess the effects of psychological interventions for borderline personality disorder (BPD).

Search methods

We searched the following databases: CENTRAL 2010(3), MEDLINE (1950 to October 2010), EMBASE (1980 to 2010, week 39), ASSIA (1987 to November 2010), BIOSIS (1985 to October 2010), CINAHL (1982 to October 2010), Dissertation Abstracts International (31 January 2011), National Criminal Justice Reference Service Abstracts (15 October 2010), PsycINFO (1872 to October Week 1 2010), Science Citation Index (1970 to 10 October 2010), Social Science Citation Index (1970 to 10 October 2010), Sociological Abstracts (1963 to October 2010), ZETOC (15 October 2010) and the metaRegister of Controlled Trials (15 October 2010). In addition, we searched Dissertation Abstracts International in January 2011 and ICTRP in August 2011.

Selection criteria

Randomised studies with samples of patients with BPD comparing a specific psychotherapeutic intervention against a control intervention without any specific mode of action or against a comparative specific psychotherapeutic intervention. Outcomes included overall BPD severity, BPD symptoms (DSM-IV criteria), psychopathology associated with but not specific to BPD, attrition and adverse effects.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected studies, assessed the risk of bias in the studies and extracted data.

Main results

Twenty-eight studies involving a total of 1804 participants with BPD were included. Interventions were classified as comprehensive psychotherapies if they included individual psychotherapy as a substantial part of the treatment programme, or as non-comprehensive if they did not.

Among comprehensive psychotherapies, dialectical behaviour therapy (DBT), mentalisation-based treatment in a partial hospitalisation setting (MBT-PH), outpatient MBT (MBT-out), transference-focused therapy (TFP), cognitive behavioural therapy (CBT), dynamic deconstructive psychotherapy (DDP), interpersonal psychotherapy (IPT) and interpersonal therapy for BPD (IPT-BPD) were tested against a control condition. Direct comparisons of comprehensive psychotherapies included DBT versus client-centered therapy (CCT); schema-focused therapy (SFT) versus TFP; SFT versus SFT plus telephone availability of therapist in case of crisis (SFT+TA); cognitive therapy (CT) versus CCT, and CT versus IPT.

Non-comprehensive psychotherapeutic interventions comprised DBT-group skills training only (DBT-ST), emotion regulation group therapy (ERG), schema-focused group therapy (SFT-G), systems training for emotional predictability and problem solving for borderline personality disorder (STEPPS), STEPPS plus individual therapy (STEPPS+IT), manual-assisted cognitive treatment (MACT) and psychoeducation (PE). The only direct comparison of an non-comprehensive psychotherapeutic intervention against another was MACT versus MACT plus therapeutic assessment (MACT+). Inpatient treatment was examined in one study where DBT for PTSD (DBT-PTSD) was compared with a waiting list control. No trials were identified for cognitive analytical therapy (CAT).

Data were sparse for individual interventions, and allowed for meta-analytic pooling only for DBT compared with treatment as usual (TAU) for four outcomes. There were moderate to large statistically significant effects indicating a beneficial effect of DBT over TAU for anger (n = 46, two RCTs; standardised mean difference (SMD) -0.83, 95% confidence interval (CI) -1.43 to -0.22; I2 = 0%), parasuicidality (n = 110, three RCTs; SMD -0.54, 95% CI -0.92 to -0.16; I2 = 0%) and mental health (n = 74, two RCTs; SMD 0.65, 95% CI 0.07 to 1.24 I2 = 30%). There was no indication of statistical superiority of DBT over TAU in terms of keeping participants in treatment (n = 252, five RCTs; risk ratio 1.25, 95% CI 0.54 to 2.92).

All remaining findings were based on single study estimates of effect. Statistically significant between-group differences for comparisons of psychotherapies against controls were observed for BPD core pathology and associated psychopathology for the following interventions: DBT, DBT-PTSD, MBT-PH, MBT-out, TFP and IPT-BPD. IPT was only indicated as being effective in the treatment of associated depression. No statistically significant effects were found for CBT and DDP interventions on either outcome, with the effect sizes moderate for DDP and small for CBT. For comparisons between different comprehensive psychotherapies, statistically significant superiority was demonstrated for DBT over CCT (core and associated pathology) and SFT over TFP (BPD severity and treatment retention). There were also encouraging results for each of the non-comprehensive psychotherapeutic interventions investigated in terms of both core and associated pathology.

No data were available for adverse effects of any psychotherapy.

Authors' conclusions

There are indications of beneficial effects for both comprehensive psychotherapies as well as non-comprehensive psychotherapeutic interventions for BPD core pathology and associated general psychopathology. DBT has been studied most intensely, followed by MBT, TFP, SFT and STEPPS. However, none of the treatments has a very robust evidence base, and there are some concerns regarding the quality of individual studies. Overall, the findings support a substantial role for psychotherapy in the treatment of people with BPD but clearly indicate a need for replicatory studies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

Psychological therapies for borderline personality disorder

People with borderline personality disorder often have difficulties controlling their emotions and impulses, and find it hard to keep relationships. They can experience feelings of emptiness, suffer quick changes in mood and they may harm themselves. Problems coping with abandonment and a rapidly changing view of other people can form part of their difficulties. All of these things make it hard for them to engage with any treatment they may be offered. Those who are able to engage often find it hard to stick with the treatment and leave before the end. Certain types of psychological treatment ('talking therapies') have been developed in recent years to help people with this disorder. This review summarises what is currently known about the effects of these treatments. It updates a review published in the Cochrane Database of Systematic Reviews in 2006.

We found 28 studies that had involved a total of 1804 people with borderline personality disorder. These studies examined various psychological treatments. Some of these are called 'comprehensive' treatments because the person talks one-to-one with a professional for at least part of the time. Other treatments are called 'non-comprehensive' because they do not involve this one-to-one work.

A number of studies have been carried out on one particular type of comprehensive treatment, called Dialectical Behaviour Therapy. For this treatment, there were sufficient studies for us to pool the results and draw conclusions. The results indicate Dialectical Behaviour Therapy is helpful for people with borderline personality disorder. Effects included a decrease in inappropriate anger, a reduction in self-harm and an improvement in general functioning.

There were generally too few studies to allow firm conclusions to be drawn about the value of all the other kinds of psychotherapeutic interventions evaluated. However, single studies show encouraging findings for each treatment that was investigated, both 'comprehensive' and 'non-comprehensive' types. More research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

Psychothérapies chez les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite

Contexte

La psychothérapie est considérée être le traitement de première ligne pour les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite. Ces dernières années, plusieurs interventions spécifiques du trouble ont été développées. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée dans la Base des revues systématiques Cochrane en 2006.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions psychologiques pour le trouble de la personnalité limite (TPL).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : CENTRAL 2010(3), MEDLINE (de 1950 à octobre 2010), EMBASE (de 1980 à la 39ème semaine de l'année 2010), ASSIA (de 1987 à novembre 2010), BIOSIS (de 1985 à octobre 2010), CINAHL (de 1982 à octobre 2010), Dissertation Abstracts International (31 janvier 2011), National Criminal Justice Reference Service Abstracts (15 octobre 2010), PsycINFO (de 1872 à la 1ère semaine d'octobre 2010), Science Citation Index (de 1970 au 10 octobre 2010), Social Science Citation Index (de 1970 au 10 octobre 2010), Sociological Abstracts (de 1963 à octobre 2010), ZETOC (15 octobre 2010) et le méta-registre des essais contrôlés (15 octobre 2010). En outre, nous avons effectué une recherche dans Dissertation Abstracts International en janvier 2011 e ICTRP en août 2011.

Critères de sélection

Des essais randomisés comprenant des échantillons de patients atteints de trouble de la personnalité limite (TPL) comparant une intervention psychothérapeutique spécifique à une intervention témoin sans aucun mode d'action spécifique ou à une intervention psychothérapeutique spécifique comparative. Les critères de jugement comprenaient la gravité globale du TPL, les symptômes du TPL (critères DSM-IV), la psychopathologie associée au TPL mais pas spécifique du TPL, l'attrition et les effets indésirables.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études, évalué les risques de biais dans les études et extrait des données.

Résultats Principaux

Vingt-huit études portant sur un total de 1 804 participants atteints de trouble de la personnalité limite (TPL) ont été incluses. Les interventions étaient classées comme psychothérapies globales si leur psychothérapie individuelle constituait une partie importante du programme de traitement, ou comme non-globales dans le cas contraire.

Parmi les psychothérapies globales, la thérapie comportementale dialectique (TCD), le traitement basé sur le mentalisme dispensé dans un établissement d'hospitalisation partielle (TBM-HP), le TBM en milieu ambulatoire (TBM-ambulatoire), la thérapie centrée sur le transfert (TCT), la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la psychothérapie de déconstruction dynamique (PDD), la psychothérapie interpersonnelle (PTI) et la thérapie interpersonnelle pour le TPL (PTI-TPL) ont été testés par rapport à une situation témoin. Les comparaisons directes des psychothérapies globales comprenaient la TCD par rapport à la thérapie centrée sur le client (TCC) ; la thérapie centrée sur le schéma (TCS) par rapport à la TCT ; la TCS par rapport à la TCS plus la disponibilité du thérapeute par téléphone dans le cas d'une crise (TCS+DT) ; la thérapie cognitive (TC) par rapport à la TCC, et la TC par rapport à la PTI.

Les interventions psychothérapeutiques non-globales comprenaient une formation en compétences en matière de groupe TCD uniquement (TCD-FC), la thérapie en groupe de régulation des émotions (GRE), la thérapie en groupe centrée sur le schéma (TCS-G), la formation en systèmes en matière de prévisibilité émotionnelle et de résolution des problèmes pour le trouble de la personnalité limite (FSPERP), la FSPERP plus la thérapie individuelle (FSPERP+TI), le traitement cognitif assisté manuellement (TCAM) et la psychoéducation (PE). L'unique comparaison directe d'une intervention psychothérapeutique non-globale à une autre était le TCAM par rapport au TCAM plus une évaluation thérapeutique (TCAMT+). Le traitement de patients hospitalisés a été examiné dans une étude dans laquelle la TCD pour le trouble de stress post-traumatique (TSPT) (TCD-TSPT) a été comparée à une liste d'attente témoin. Aucun essai n'a été identifié pour la thérapie analytique cognitive (TAC).

Les données étaient rares pour les interventions individuelles, et n'ont permis la combinaison méta-analytique que pour la TCD comparée au traitement standard (TS) pour quatre résultats. Il existait des effets modérés à importants statistiquement significatifs indiquant un effet bénéfique de la TCD par rapport au TS pour la colère (n = 46, deux ECR ; différence moyenne standardisée (DMS) -0,83, intervalle de confiance (IC) à 95 % -1,43 à -0,22 ; I2 = 0 %), la parasuicidabilité (n = 110, trois ECR ; DMS -0,54, IC à 95 % -0,92 à -0,16 ; I2 = 0 %) et la santé mentale (n = 74, deux ECR ; DMS 0,65, IC à 95 % 0,07 à 1,24 I2 = 30 %). Il n'existait aucune indication d'une supériorité statistique de la TCD par rapport au TS en termes de maintien des participants dans le traitement (n = 252, cinq ECR ; risque relatif (RR) 1,25, IC à 95 % 0,54 à 2,2).

Tous les résultats restants étaient basés sur des estimations d'études uniques de l'effet. Des différences statistiquement significatives entre les groupes pour les comparaisons de psychothérapies aux témoins ont été observées pour la pathologie principale du trouble de la personnalité limite (TPL) et la psychopathologie associée pour les interventions suivantes : TCD, TCD-TSPT, TBM-HP, TBM-ambulatoire, TCT et PTI-TPL. La PTI n'était indiquée que pour son efficacité dans le traitement de la dépression associée. Aucun effet statistiquement significatif n'a été constaté pour les interventions TCC et PDD sur les deux résultats, l'ampleur de l'effet étant modérée pour la PDD et petite pour la TCC. Pour les comparaisons entre les différentes psychothérapies globales, une supériorité statistiquement significative a été démontrée pour la TCD par rapport à la TCC (pathologie principale et associée) et pour la TCS par rapport à la TCT (gravité du TPL et maintien dans le traitement). Il y avait aussi des résultats encourageants pour chacune des interventions psychothérapeutiques non-globales étudiées à la fois en termes de pathologie principale et associée.

Aucune donnée n'était disponible concernant les effets indésirables d'une psychothérapie.

Conclusions des auteurs

Il existe des indications d'effets bénéfiques à la fois pour les psychothérapies globales et les interventions psychothérapeutiques non-globales pour la pathologie principale TPL et la psychopathologie générale associée. La TCD a été étudiée le plus intensément, suivie des TBM, TCT, TCS et FSPERP. Toutefois, aucun des traitements n'a de base de preuves très solides, et il existe certaines inquiétudes concernant la qualité des études individuelles. Dans l'ensemble, les résultats soutiennent un rôle important de la psychothérapie dans le traitement de personnes atteintes de TPL mais indiquent clairement un besoin de reproduire les études.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

Psychothérapies chez les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite

Psychothérapies pour le trouble de la personnalité limite

Les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite ont souvent des difficultés à contrôler leurs émotions et impulsions, et trouvent qu'il est difficile de maintenir des relations. Elles peuvent ressentir un sentiment de vide, souffrir de brusques variations d'humeur et elles peuvent se faire du mal à elles-mêmes. Les problèmes d'adaptation à l'abandon et une vision des autres personnes qui change rapidement peuvent constituer une partie de leurs difficultés. Tous ces éléments font qu'il est difficile pour elles de s'engager dans un traitement qu'on pourrait leur proposer. Celles qui sont capables de s'engager trouvent souvent qu'il est difficile de respecter le traitement et arrêtent avant la fin. Certains types de traitement psychologique (« thérapies par la parole ») ont été développés ces dernières années pour aider les personnes atteintes de ce trouble. Cette revue résume les informations qui sont actuellement connues sur les effets de ces traitements. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue publiée dans la Base des revues systématiques Cochrane en 2006.

Nous avons trouvé 28 études ayant porté sur un total de 1 804 personnes atteintes de trouble de la personnalité limite. Ces études ont examiné différents traitements psychologiques. Certains d'entre eux sont appelés « traitements globaux » parce que la personne parle en tête-à-tête avec un professionnel pendant au moins une partie de la durée de la séance. D'autres traitements sont appelés « traitements non-globaux » parce qu'ils ne consistent pas en un entretien en tête-à-tête.

Un certain nombre d'études ont été effectuées sur un type particulier de traitement global, appelé thérapie comportementale dialectique. Pour ce traitement, il y avait suffisamment d'études pour nous permettre de combiner les résultats et tirer des conclusions. Les résultats indiquent que la thérapie comportementale dialectique est utile pour les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite. Les effets incluaient une diminution de la colère inappropriée, une réduction de l'automutilation et une amélioration du fonctionnement général.

Il y avait généralement trop peu d'études pour nous permettre de tirer des conclusions définitives sur l'intérêt de tous les autres types d'interventions psychothérapeutiques évaluées. Toutefois, des études uniques montrent des résultats encourageants pour chaque traitement qui a été examiné, à la fois des types « globaux » et « non-globaux ». Des recherches supplémentaires doivent être effectuées.

Notes de traduction

Ceci est une mise à jour d’une revue publiée. Binks C., Fenton M., McCarthy L., Lee T., Adams C.E., Duggan C. Psychothérapies chez les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 1. Art. No.: CD005652. DOI : 10.1002/14651858.CD005652.
This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 19th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

邊緣型人格疾患的心理治療

背景

針對邊緣型人格疾患(borderline personality disorder;BPD)患者,心理治療(psychotherapy)一般被視為第一線療法。近年來已經發展出數項疾患專屬介入措施。本文為2006年曾發表於考科藍系統性回顧資料庫(Cochrane Database of Systematic Reviews)上的一篇回顧之更新版。

目標

評估各種心理介入措施,對邊緣型人格疾患所帶來的效果。

搜尋策略

我們搜尋了下列資料庫:CENTRAL 2010(3)、MEDLINE(1950年至2010年10月)、EMBASE(1980年至2010年第39週)、ASSIA(1987年至2010年11月)、BIOSIS(1985年至2010年10月)、CINAHL(1982年至2010年10月)、Dissertation Abstracts International(2011年1月31日)、National Criminal Justice Reference Service Abstracts(2010年10月15日)、PsycINFO(1872年至2010年10月第1週)、Science Citation Index(1970年至2010年10月10日)、Social Science Citation Index(1970年至2010年10月10日)、Sociological Abstracts(1963年至2010年10月)、ZETOC(2010年10月15日),以及metaRegister of Controlled Trials(2010年10月15日)。此外,我們還在2011年1月搜尋Dissertation Abstracts International,並於2011年8月搜尋ICTRP。

選擇標準

我們納入了:對BPD患者抽樣、比較「一種特定心理治療介入措施」與「一種無任何特定作用機制的對照介入措施,或一種比較性特定心理治療介入措施」的隨機研究。預後指標包括:整體BPD嚴重度、BPD症狀(DSM-IV標準)、與BPD相關但並非BPD專屬之精神疾病群、耗損(attrition)以及不良效應。

資料收集與分析

2位回顧作者獨立地篩選研究、評估研究中的偏差(bias)風險,並萃取資料。

主要結論

本回顧納入了28項研究(共1804位BPD患者)。介入措施的療程中若有相當一部分為個別化心理治療(individual psychotherapy),即歸類為完整心理治療(comprehensive psychotherapy);反之則為非完整(non-comprehensive)心理治療。

在完整心理治療中,辯證行為療法(dialectical behaviour therapy;DBT)、於部分住院情況下(MBT-PH)和門診情況下(MBT-out)進行的心智化基礎療法(mentalisation-based treatment;MBT)、移情焦點療法(transference-focused therapy;TFP)、認知行為療法(cognitive behavioural therapy;CBT)、動力解構心理療法(dynamic deconstructive psychotherapy;DDP)、人際取向心理療法(interpersonal psychotherapy,IPT),以及BPD專屬人際療法(IPT-BPD),都是在有對照組的環境下接受測試。完整心理治療的直接比較包括:DBT與個案中心療法(client-centered therapy;CCT)的比較;架構中心療法(schema-focused therapy;SFT)與TFP的比較;SFT與SFT+提供治療師的緊急聯絡電話(SFT+TA)的比較;認知療法(cognitive therapy;CT)與CCT的比較;以及CT與IPT的比較。

非完整心理治療介入措施包括:僅包含團體技巧訓練的DBT(DBT-ST)、情緒調控團體療法(emotion regulation group therapy;EGR)、架構中心團體療法(schema-focused group therapy;SFT-G)、邊緣型人格疾患專用之情緒預測性暨問題解決系統性訓練(systems training for emotional predictability and problem solving;STEPPS)、STEPPS + 個別療法(STEPPS+IT)、手冊輔助認知治療(manual-assisted cognitive treatment;MACT),以及心理教育法(psychoeducation;PE)。唯一一項非完整心理治療介入措施與其他介入措施的直接比較為:MACT與MACT+治療評估(MACT+)之間的比較。在一項住院病患治療的研究中則探討治療創傷後壓力症候群(PTSD)的DBT(DBT-PTSD)、且採用等待名單做為對照組。未找到任何研究認知分析療法(cognitive analytical therapy;CAT)的試驗。

關於個別介入措施的資料非常稀少,因此只有DBT與常規治療(treatment as usual;TAU)在4項預後指標上的比較能夠進行統合分析的數據統整。結果發現:存在中等至大幅度、且據統計上顯著之效應,顯示DBT在下列各方面優於TAU:發怒行為(人數=46、2項RCT;標準化平均差〔SMD〕:-0.83;95%信賴區間〔CI〕:-1.43 ~ -0.22;I2 = 0%)、準自殺行為(parasuicidality)(人數=110、3項RCT;SMD:-0.54;95% CI:-0.92 ~ -0.16;I2 = 0%),以及精神健康(人數=74、2項RCT;SMD:0.65;95% CI:0.07 ~ 1.24;I2 = 30%)。沒有任何跡象顯示DBT使受試者繼續接受治療的能力在統計上優於TAU(人數=252、5項RCT;風險比:1.25;95% CI:0.54 ~ 2.92)。

所有其他的發現都是以單一研究對治療效果的估計為依據。在BPD核心疾病群及相關精神疾病群方面,下列心理治療介入措施與對照組間的比較取得了統計上顯著的組間差異:DBT、DBT-PTSD、MBT-PH、MBT-out、TFP以及IPT-BPD。IPT只有在對伴隨之憂鬱進行治療時才有效果。不論是哪一項預後指標,針對CBT與DDP介入措施均未發現統計上顯著的治療效果,其中DDP的效應值(effect size)屬中等,而CBT的效應值屬於微弱。而在不同全人心理療法的比較方面,DBT相較於CCT(核心與相關疾病群)、以及SFT相較於TFP時(BPD嚴重度及治療續用比例)都展現了統計上顯著的優越性。在核心與相關疾病群方面,各項受到探討的非完整心理治療介入措施也都獲得了正面的研究結果。

針對所有的心理療法,都沒有不良反應的相關資料。

作者結論

在BPD核心疾病群及相關之一般精神疾病群方面,無論是完整心理治療或非完整心理治療介入措施,都有跡象顯示效益的存在。最多的研究在探討DBT,其次為MBT、TFP、SFT及STEPPS。然而,這些療法皆無非常健全的證據基礎,同時個別研究的品質也有一些疑慮。整體而言,這些發現支持心理治療在BPD患者的治療上佔有相當的地位,但也清楚指出未來仍須重複進行這些研究。

 

一般語言總結

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 一般語言總結

邊緣型人格疾患的心理治療

邊緣型人格疾患的心理治療

邊緣型人格疾患患者往往很難控制其情緒與衝動,也很難維繫人際關係。他們可能感到空虛、情緒上出現快速起伏,也可能出現自傷行為。無法自處的問題,以及對他人看法的迅速轉變,是患者所遭遇難題的一部分。這些都會讓患者難以投入他們的療程。而能夠投入者,也很難持續參與治療,而會在完成之前便先行退出。近幾年來已經發展出某些類型的心理治療(「談話療法」),以協助患者面對此一疾患。關於這些療法的效果,本篇回顧針對學界目前所知部分加以歸納。本文為2006年曾發表於考科藍系統性回顧資料庫上的一篇回顧之更新版。

我們找到了28項研究(共1804位邊緣型人格患者)。這些研究檢視了各種不同的心理療法。其中部分被稱為「完整性」療法,因為療程中至少有部分時間是由個案與專業人士進行一對一談話;其他療法被稱為「非完整」,因為完全沒有此等一對一的過程。

數項研究曾針對某一種稱為「辯證行為療法」的特定治療進行探討。針對這項療法,存在充足的研究可供我們進行結果的統整作業並導出結論。其結果顯示:辯證行為療法對於邊緣型人格疾患患者具有助益;其效果包含不適當之發怒行為的減少、自傷行為的減少,以及整體功能運作的改善。

整體而論,針對所有其他接受評估的心理治療介入措施,我們都因為研究太少而無法對其價值做出確切的結論。不過,接受調查的每一項療法(無論是「完整」或「非完整」)還是都有單一研究為其顯示出正面的研究結果。未來仍須進行更多的相關研究。

譯註

East Asian Cochrane Alliance 翻譯
翻譯由 台灣衛生福利部/台北醫學大學實證醫學研究中心 資助