Get access

Patellar tendon versus hamstring tendon autograft for anterior cruciate ligament rupture in adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Reconstruction of the anterior cruciate ligament (ACL) commonly involves patellar tendon (PT) or hamstring tendon(s) (HT) autografts. There is no consensus with respect to the choice between these two grafts in ACL surgery.

Objectives

This review compared the outcomes of ACL reconstruction using PT versus HT autografts in ACL deficient patients.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (April 2008), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (2008, Issue 2), MEDLINE (1966 to April 10 2008), EMBASE (1980 to April 10 2008), conference proceedings and reference lists. No language restrictions were applied.

Selection criteria

Randomized and quasi-randomized controlled trials comparing outcomes (minimum two year follow-up) following ACL reconstruction using either PT or HT autografts in skeletally mature adults, irrespective of the number of bundles, fixation method or incision technique.

Data collection and analysis

After independent study selection, the four authors independently assessed trial quality and risk of bias, and extracted data using pre-developed forms. Trial authors were contacted for additional data and information. Risk ratios with 95% confidence intervals were calculated for dichotomous outcomes, and mean differences and 95% confidence intervals for continuous outcomes.

Main results

Nineteen trials providing outcome data for 1597 young to middle-aged adults were included. Many trials were at high risk of bias reflecting inadequate methods of randomization, lack of blinding and incomplete assessment of outcome.

Pooled data for primary outcomes, reported in a minority of trials, showed no statistically significant differences between the two graft choices for functional assessment (single leg hop test), return to activity, Tegner and Lysholm scores, and subjective measures of outcome. There were also no differences found between the two interventions for re-rupture or International Knee Documentation Committee scores. There were inadequate long-term results, such as to assess the development of osteoarthritis.

All tests (instrumental, Lachman, pivot shift) for static stability consistently showed that PT reconstruction resulted in a more statically stable knee compared with HT reconstruction. Conversely, patients experienced more anterior knee problems, especially with kneeling, after PT reconstruction. PT reconstructions resulted in a statistically significant loss of extension range of motion and a trend towards loss of knee extension strength. HT reconstructions demonstrated a trend towards loss of flexion range of motion and a statistically significant loss of knee flexion strength. The clinical importance of the above range of motion losses is unclear.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to draw conclusions on differences between the two grafts for long-term functional outcome. While PT reconstructions are more likely to result in statically stable knees, they are also associated with more anterior knee problems.

Résumé scientifique

Autogreffe du tendon rotulien versus autogreffe du tendon du jarret dans la rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

Contexte

La reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA) implique souvent une autogreffe de tendon rotulien (TR) ou de tendon(s) du jarret (TJ). Le choix de la greffe la plus efficace dans la chirurgie du LCA reste sujet à débat.

Objectifs

Cette revue compare les résultats de la reconstruction du LCA par autogreffe de TR versus autogreffe de TJ chez les patients présentant une lésion du LCA.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (avril 2008), le registre Cochrane central des essais contrôlés (2008, numéro 2), MEDLINE (de 1966 au 10 avril 2008), EMBASE (de 1980 au 10 avril 2008), les actes de congrès et les références bibliographiques. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant les résultats (avec un suivi d'au moins deux ans) d'une reconstruction du LCA par autogreffe de TR ou de TJ chez des adultes au squelette mature, indépendamment du nombre de faisceaux, de la méthode de fixation ou de la technique d'incision.

Recueil et analyse des données

Après avoir sélectionné les études de manière indépendante, les quatre auteurs ont évalué indépendamment la qualité des essais et le risque de biais, et extrait les données à l'aide de formulaires prédéfinis. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'obtenir des données et informations supplémentaires. Les risques relatifs avec des intervalles de confiance à 95 % ont été calculés pour les résultats dichotomiques, et les différences moyennes avec des intervalles de confiance à 95 % pour les résultats continus.

Résultats principaux

Dix-neuf essais rapportant des données de résultats de 1 597 jeunes adultes et patients d'âge mûr ont été inclus. De nombreux essais présentaient un risque de biais élevé en raison de l'utilisation de méthodes de randomisation inadéquates, d'une absence d'assignation en aveugle et d'une évaluation incomplète des critères de jugement.

Les données combinées pour les critères de jugement principaux, rapportées dans une minorité d'essais, ne révélaient aucune différence statistiquement significative entre les deux types de greffes en termes d'évaluation fonctionnelle (test de saut à cloche-pied), de reprise des activités, de scores Lysholm-Tegner et de mesures subjectives des résultats. Aucune différence n'était observée entre les deux interventions en termes de nouvelles ruptures ou de scores sur l'échelle IKDC (comité international de documentation du genou). Les résultats à long terme étaient insuffisants pour évaluer des critères tels que le développement d'arthrose.

Tous les tests de stabilité statique (instruments, Lachman, manœuvre de McIntosh) indiquaient systématiquement que la reconstruction par greffe de TR entraînait une meilleure stabilité statique du genou que la reconstruction par greffe de TJ. À l'inverse, les patients présentaient davantage de problèmes au niveau du genou antérieur, en particulier des difficultés à s'agenouiller, après une reconstruction par greffe de TR. Les reconstructions par greffe de TR entraînaient une perte statistiquement significative de l'amplitude de mouvement d'extension et une tendance à la baisse de la force d'extension du genou. Les reconstructions par greffe de PJ étaient associées à une tendance à la baisse de l'amplitude de mouvement de flexion et à une perte statistiquement significative de force de flexion du genou. L'importance clinique de ces pertes d'amplitude de mouvement n'était pas clairement définie.

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour tirer des conclusions définitives concernant les différences entre ces deux types de greffes en termes de résultats fonctionnels à long terme. Bien que les reconstructions par greffe de TR soient plus susceptibles d'entraîner une stabilité statique du genou, elles sont également associées à davantage de problèmes au niveau du genou antérieur.

Plain language summary

Patellar or hamstring tendon grafts for ACL reconstruction in adults

The anterior cruciate ligament (ACL) is important for maintaining the stability in the knee, particularly in activities involving cutting, pivoting or kicking. People with ruptured ACLs have unstable knees that generally become more damaged over time. Reconstruction of ruptured ACLs commonly involves using autografts (grafts taken from the person undergoing surgery), obtained by removing part of the patellar tendon or the hamstring tendon. This review aimed to find out if one graft was better than the other.

This review included 19 studies reporting the outcomes of ACL reconstruction with patellar tendon versus hamstring tendon grafts in a total of 1597 young to middle-aged adults. Many trials used flawed methods that might have affected their results.

The limited data available for functional outcomes including patient-rated assessment did not show whether one graft was better than the other. Similarly, there were no differences found between the two types of graft for re-rupture or in the results of an internationally used knee score. All tests for knee stability favoured patellar tendon grafts. Conversely, people had more anterior knee pain and discomfort with kneeling after patellar tendon reconstruction. After patellar tendon reconstruction, more people had some loss in their ability to straighten out their leg at the knee. In contrast, more people had some loss in their ability to bend their leg at the knee after hamstring tendon reconstruction. It is not clear how important these losses in range of motion of the knee were to the patients themselves.

The review concluded that the current evidence was insufficient to recommend which of the two types of graft was better for ACL reconstruction.

Résumé simplifié

Greffe de tendon rotulien ou de tendon du jarret pour la reconstruction du LCA chez l'adulte

Le ligament croisé antérieur (LCA) est important pour maintenir la stabilité du genou, en particulier lors d'activités impliquant de changer de direction, pivoter ou frapper. Les patients victimes d'une rupture du LCA présentent une instabilité du genou qui s'aggrave généralement avec le temps. La reconstruction du LCA implique généralement le recours à une autogreffe (greffon provenant de la personne qui subit la chirurgie), pratiquée en prélevant une partie du tendon rotulien ou du tendon du jarret. L'objectif de cette revue était de déterminer si un type de greffe était plus efficace que l'autre.

Cette revue inclut 19 études examinant les résultats de la reconstruction du LCA avec un greffon de tendon rotulien par rapport à un greffon de tendon du jarret chez un total de 1 597 jeunes adultes et patients d'âge mûr. De nombreux essais présentaient des défauts méthodologiques susceptibles d'avoir affecté les résultats.

Les données limitées disponibles concernant les résultats fonctionnels, y compris l'évaluation rapportée par le patient, ne permettaient pas d'établir la supériorité d'un type de greffe par rapport à l'autre. De même, aucune différence n'était observée entre les deux types de greffes en termes de nouvelles ruptures ou de scores sur une échelle internationale du genou. Tous les tests de stabilité du genou étaient favorables aux greffes de tendon rotulien. À l'inverse, les patients présentaient davantage de douleurs antérieures du genou et de difficultés à s'agenouiller après une greffe de tendon rotulien. Après une greffe de tendon rotulien, davantage de patients avaient des difficultés à tendre la jambe (genou non plié). À l'inverse, davantage de patients avaient du mal à plier la jambe jusqu'au genou après une greffe de tendon du jarret. On ignore cependant l'importance de cette perte d'amplitude de mouvement du genou pour ces patients.

Cette revue en conclut que les preuves actuelles sont insuffisantes pour recommander spécifiquement l'un de ces deux types de greffes dans la reconstruction du LCA.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Ancillary