Get access

Peri-implantation glucocorticoid administration for assisted reproductive technology cycles

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

In order to improve embryo implantation for in vitro fertilisation (IVF) or intracytoplasmic sperm injection (ICSI) cycles the use of glucocorticoids has been advocated. It has been proposed that glucocorticoids may improve the intrauterine environment by acting as immunomodulators to reduce the uterine natural killer (NK) cell count and normalise the cytokine expression profile in the endometrium and by suppression of endometrial inflammation.

Objectives

To investigate whether the administration of glucocorticoids around the time of implantation improved clinical outcomes in subfertile women undergoing IVF or ICSI when compared to no glucocorticoid administration.

Search methods

The Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group Trials Register (September 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (September 2011), MEDLINE (1966 to September 2011), EMBASE (1976 to September 2011), CINAHL (1982 to September 2011) and Science Direct (1966 to September 2011) were searched. Reference lists of relevant articles and relevant conference proceedings were handsearched.

Selection criteria

All randomised controlled trials (RCTs) addressing the research question were included.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed eligibility and quality of trials and extracted relevant data.

Main results

Fourteen studies (involving 1879 couples) were included. Three studies reported live birth rate and these did not identify a significant difference after pooling the (preliminary) results (OR 1.21, 95% CI 0.67 to 2.19). With regard to pregnancy rates, there was also no evidence that glucocorticoids improved clinical outcome (13 RCTs; OR 1.16, 95% CI 0.94 to 1.44). However, a subgroup analysis of 650 women undergoing IVF (6 RCTs) revealed a significantly higher pregnancy rate for women using glucocorticoids (OR 1.50, 95% CI 1.05 to 2.13). There were no significant differences in adverse events, but these were poorly and inconsistently reported.

Authors' conclusions

Overall, there was no clear evidence that administration of peri-implantation glucocorticoids in ART cycles significantly improved the clinical outcome. The use of glucocorticoids in a subgroup of women undergoing IVF (rather than ICSI) was associated with an improvement in pregnancy rates of borderline statistical significance and should be interpreted with care. These findings were limited to the routine use of glucocorticoids and cannot be extrapolated to women with autoantibodies, unexplained infertility or recurrent implantation failure. Further well designed randomised studies are required to elucidate the possible role of this therapy in well defined patient groups.

Résumé scientifique

Administration péri-implantatoire de glucocorticoïdes pour cycles de procréation médicalement assistée

Contexte

L'utilisation de glucocorticoïdes a été préconisée afin d'améliorer l'implantation des embryons dans les cycles de fécondation in vitro (FIV) ou d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). Il a été envisagé que les glucocorticoïdes pourraient améliorer l'environnement intra-utérin en agissant comme immunomodulateurs pour réduire le nombre de cellules tueuses naturelles (NK) dans l'utérus et normaliser le profil d'expression des cytokines dans l'endomètre, ainsi qu'en apaisant l'inflammation endométriale.

Objectifs

Examiner si l'administration de glucocorticoïdes aux alentours du moment de l'implantation améliore les résultats cliniques chez les femmes hypofertiles bénéficiant d'une FIV ou d'une ICSI, en comparaison avec la non administration de glucocorticoïdes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité (septembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (septembre 2011), MEDLINE (de 1966 à septembre 2011), EMBASE (de 1976 à septembre 2011), CINAHL (de 1982 à septembre 2011) et Science Direct (de 1966 à septembre 2011). Les références bibliographiques d'articles et d'actes de conférences pertinents ont été passées au crible manuellement.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) traitant du sujet de la recherche ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données pertinentes.

Résultats principaux

Quatorze études (impliquant 1 879 couples) ont été incluses. Trois études avaient rapporté le taux de naissances vivantes mais n'avaient pas identifié de différence notable après regroupement des résultats (préliminaires) (RC 1,21 ; IC à 95 % 0,67 à 2,19). En ce qui concerne les taux de grossesse, il n'y avait également aucune preuve que les glucocorticoïdes aient amélioré le résultat clinique (13 ECR ; RC 1,16 ; IC à 95 % 0,94 à 1,44). Toutefois, une analyse en sous-groupes de 650 femmes subissant une FIV (6 ECR) a révélé un taux de grossesse significativement plus élevé chez les femmes utilisant des glucocorticoïdes (RC 1,50 ; IC à 95 % 1,05 à 2,13). Il n'y avait pas de différences significatives dans les événements indésirables, mais le compte-rendu de ceux-ci était mauvais et irrégulier.

Conclusions des auteurs

Dans l'ensemble, il n'y avait pas de preuve claire que l'administration péri-implantatoire de glucocorticoïdes dans les cycles de PMA ait significativement amélioré le résultat clinique. L'utilisation de glucocorticoïdes dans un sous-groupe de femmes subissent une FIV (plutôt qu'une ICSI) était associée à une amélioration des taux de grossesse de signification statistique marginale, ce qui doit être interprété avec prudence. Ces résultats étaient limités à l'utilisation systématique de glucocorticoïdes et ne peuvent pas être extrapolés aux femmes ayant des auto-anticorps, une infertilité inexpliquée ou des échecs répétés d'implantation. De nouvelles études randomisées bien conçues sont nécessaires pour faire la lumière sur le rôle possible de ce traitement dans des groupes de patients bien définis.

Plain language summary

Peri-implantation glucocorticoid administration for assisted reproductive technology cycles

Glucocorticoids are a class of steroid hormones with potent anti-inflammatory and immunosuppressive properties. In order to improve embryo implantation for in vitro fertilisation (IVF) or intracytoplasmic sperm injection (ICSI) cycles, the use of glucocorticoids has been advocated to improve the intrauterine environment. This review investigated whether the administration of glucocorticoids around the time of implantation improved clinical outcomes in women undergoing IVF or ICSI when compared to no glucocorticoid administration. The review of trials found no evidence that glucocorticoids helped to improve live birth rates. However, there was some evidence of increased pregnancy rates, rather than live birth rates, among women undergoing IVF. This was not found in women undergoing ICSI. More research is needed to elucidate the possible role of this therapy in well defined patient groups.

Résumé simplifié

Administration péri-implantatoire de glucocorticoïdes pour cycles de procréation médicalement assistée

Les glucocorticoïdes sont une classe d'hormones stéroïdes à puissantes propriétés anti-inflammatoires et immunosuppressives. Afin d'améliorer l'implantation d'embryons pour les cycles de fécondation in vitro (FIV) ou d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), l'utilisation de glucocorticoïdes a été préconisée pour bonifier l'environnement intra-utérin. Cette revue a examiné si l'administration de glucocorticoïdes aux alentours du moment de l'implantation améliore les résultats cliniques chez les femmes bénéficiant d'une FIV ou d'une ICSI, en comparaison avec la non administration de glucocorticoïdes. La revue d'essais cliniques n'a trouvé aucune preuve que les glucocorticoïdes contribuaient à améliorer les taux de naissances vivantes. Il y avait cependant certaines preuves d'une augmentation des taux de grossesse, plutôt que des taux de naissances vivantes, chez les femmes subissant une FIV. Cela n'a pas été constaté chez les femmes bénéficiant d'une ICSI. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour faire la lumière sur le rôle possible de ce traitement dans des groupes de patients bien définis.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article