Intervention Review

Prostaglandins for adult liver transplanted patients

  1. Alexandre B Cavalcanti1,*,
  2. Camila Paiva De Vasconcelos2,
  3. Mariana Perroni de Oliveira3,
  4. Edna T Rother4,
  5. Leonardo JR Ferraz5

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 9 NOV 2011

Assessed as up-to-date: 30 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006006.pub2


How to Cite

Cavalcanti AB, De Vasconcelos CP, Perroni de Oliveira M, Rother ET, Ferraz LJR. Prostaglandins for adult liver transplanted patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD006006. DOI: 10.1002/14651858.CD006006.pub2.

Author Information

  1. 1

    Hospital do Coração, Education and Research Institute, São Paulo, SP, Brazil

  2. 2

    Hospital São Camilo, Intensive Care Unit, Sao Paulo, SP, Brazil

  3. 3

    Adult Intensive Care Unit - 5th Floor, Sao Paulo - SP, Brazil

  4. 4

    Hospital Israelita Albert Einstein, Library, São Paulo, São Paulo, Brazil

  5. 5

    Hospital Israelita Albert Einstein, Intensive Care Unit, São Paulo, São Paulo, Brazil

*Alexandre B Cavalcanti, Education and Research Institute, Hospital do Coração, Rua Abílio Soares, 250, 12 Andar, São Paulo, SP, 04005-909, Brazil. alexandrebiasi@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 9 NOV 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Prostaglandins may reduce ischaemic injury after liver transplantation. Several small randomised trials have evaluated the effects of prostaglandins in patients undergoing liver transplantation. Results of these trials are inconsistent, and none has enough power to reliably exclude effects of prostaglandins.

Objectives

To assess the benefits and harms of prostaglandin E1 or E2 in adult liver-transplanted patients.

Search methods

We searched The Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, and LILACS (search on 20 April 2011). In addition, we perused the reference lists of the identified studies and contacted trials investigators, and national and international experts in order to identify more trials for the review.

Selection criteria

We included randomised clinical trials evaluating prostaglandin E1 or E2 initiated in the perioperative period versus placebo or standard treatment for adult patients undergoing liver transplantation. We did not apply any language or publication status restrictions.

Data collection and analysis

Two authors independently evaluated methodological quality, ie, risk of bias of the included trials, and extracted data using standardised data extraction forms. We contacted trial investigators in attempt to retrieve information not available in the original manuscripts. We used random-effects model meta-analyses and fixed-effect model meta-analyses to estimate the odds ratio with 95% confidence interval (CI).

Main results

We included ten trials in which 652 patients were randomised. The risk of bias was considered high in most trials. There was no significant effect of prostaglandins on all-cause mortality (37/298[12.4%] in prostaglandin group versus 47/312[15.1%] in control group; OR 0.84, 95% CI 0.53 to 1.37; I2 = 0%), on primary non-function of the allograft (8/238 [3.4%] versus. 16/250[6.4%] ;OR 0.55, 95% CI 0.23 to 1.33; I2 = 0%), and on liver re-transplantation (12/161[7.5%] versus 14/171[8.2%]; OR 0.99, 95% CI 0.44 to 2.25; I2 = 0%). Prostaglandins seemed to significantly decrease the risk of acute kidney failure requiring dialysis (13/158[8.2%] versus 34/171[9.9%]; OR 0.37, 95% CI 0.18 to 0.75; I2 = 0%). There was no significant increase in the risk of adverse events with prostaglandins.

Authors' conclusions

We found no evidence that the administration of prostaglandins to liver transplanted patients reduces the risk of death, primary non-function of the allograft, or liver re-transplantation. Prostaglandins might reduce the risk of acute kidney failure requiring dialysis, but the quality of the evidence is considered only moderate due to high risk of bias in most of the included trials. Moreover, there are risks of outcome measure reporting bias and random errors. Therefore, further randomised, placebo-controlled trials are deemed necessary.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandins for liver transplanted patients

Liver transplantation is the most effective treatment for patients with advanced liver disease (cirrhosis). However, early postoperative problems such as graft failure or acute renal failure requiring dialysis are common. Patients evolving with such problems are at increased risk of death. Prostaglandins are substances produced by the human body with several actions including vasodilation. They might prevent perioperative hepatic and kidney lesions caused by lack of blood supply. This review summarised and meta-analysed the evidence from randomised clinical trials on the effect of prostaglandins for adult liver transplanted patients. We found ten trials randomising 652 patients. Evidence from these trials is inconclusive on the role of prostaglandins regarding outcomes such as death or liver re-transplantation. The risk of acute kidney failure requiring dialysis may be reduced by two thirds if a liver transplant patient receives prostaglandins, although the level of evidence is only moderate due to risks of systematic errors (bias) and random errors (play of chance). No severe adverse events are reported. Therefore, further randomised trials with low risk of bias and sufficient sample sizes are still needed to establish whether prostaglandins should be administered for liver transplanted patients.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Contexte

Les prostaglandines peuvent réduire les lésions ischémiques après une transplantation du foie. Plusieurs essais randomisés sur un petit échantillon ont évalué les effets des prostaglandines chez les patients subissant une transplantation du foie. Les résultats de ces essais sont incohérents et aucun n'a la puissance suffisante pour exclure de manière fiable les effets des prostaglandines.

Objectifs

Evaluer les bénéfices et préjudices de la prostaglandine E1 ou E2 chez les patients adultes transplantés du foie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane hépato-biliaire, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded et LILACS (recherche le 20 avril 2011). De plus, nous avons parcouru les références bibliographiques des études identifiées et avons contacté les chercheurs des essais, ainsi que des experts nationaux et internationaux afin d'identifier davantage d'essais pour la revue.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés évaluant la prostaglandine E1 ou E2 démarrée dans la période périopératoire comparé à un placebo ou à un traitement standard pour des patients adultes subissant une transplantation du foie. Nous n'avons appliqué aucune restriction de langue ou de statut de publication.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante la qualité de la méthodologie, c'est-à-dire le risque de biais des essais inclus, et ont extrait les données en utilisant des formulaires d'extraction de données standardisés. Nous avons contacté les chercheurs des essais dans le but de récupérer des informations non disponibles dans les manuscrits originaux. Nous avons utilisé des méta-analyses avec un modèle à effets aléatoires et des méta-analyses avec un modèle à effets fixes pour estimer le rapport des cotes (odds ratio) avec un intervalle de confiance (IC) à 95%.

Résultats Principaux

Nous avons inclus dix essais dans lesquels 652 patients ont été randomisés. Le risque de biais était considéré comme élevé dans la plupart des essais. Il n'y a eu aucun effet significatif des prostaglandines sur la mortalité toutes causes (37/298[12,4%] dans le groupe des prostaglandines comparé à 47/312[15,1%] dans le groupe témoin ; OR 0,84, IC à 95% 0,53 à 1,37 ; I2 = 0%), sur le non-fonctionnement primaire de l'allogreffe (8/238 [3,4%] comparé à 16/250[6,4%] ; OR 0,55, IC à 95% 0,23 à 1,33 ; I2 = 0%), ni sur la retransplantation hépatique (12/161[7,5%] comparé à 14/171[8,2%] ; OR 0,99, IC à 95% 0,44 à 2,25 ; I2 = 0%). Les prostaglandines ont semblé diminuer significativement le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse (13/158[8,2%] comparé à 34/171[9,9%] ; OR 0,37, IC à 95% 0,18 à 0,75 ; I2 = 0%). Il n'y a pas eu d'augmentation significative du risque d'événements indésirables avec les prostaglandines..

Conclusions des auteurs

Nous n'avons aucune preuve indiquant que l'administration de prostaglandines à des patients transplantés du foie réduisait le risque de décès, de non-fonctionnement primaire de l'allogreffe ou de retransplantation hépatique. Les prostaglandines pourraient réduire le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse, mais les preuves sont considérées comme étant d'une qualité modérée en raison du risque de biais élevé dans la plupart des essais inclus. De plus, il y a des risques de biais de « reporting » et d’erreurs aléatoires. Par conséquent, on estime que d'autres essais randomisés, contrôlés par placebo, sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandines pour les patients transplantés du foie

La transplantation du foie est le traitement le plus efficace pour les patients atteint d'une maladie hépatique avancée (cirrhose). Cependant, des problèmes postopératoires précoces, tels qu'un rejet de greffe ou une insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse, sont courants. Les patients évoluant avec de tels problèmes présentent un risque accru de décès. Les prostaglandines sont des substances produites par le corps humain et ont plusieurs actions, notamment la vasodilatation. Elles pourraient prévenir les lésions hépatiques et rénales périopératoires provoquées par le manque d'apport de sang. Cette revue a résumé et effectué une méta-analyse des preuves provenant des essais cliniques randomisés sur l'effet des prostaglandines pour les patients adultes transplantés du foie. Nous avons identifié dix essais incluant 652 patients randomisés. Les preuves provenant de ces essais sont peu concluantes quant au rôle des prostaglandines concernant les critères d'évaluation, tels que le décès ou la retransplantation hépatique. Le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse peut être réduit des deux tiers si un patient transplanté du foie reçoit des prostaglandines, bien que le niveau de preuve ne soit que modéré en raison des risques d'erreurs systématiques (biais) et d'erreurs aléatoires (effet du hasard). Aucun événement indésirable grave n'a été signalé. Par conséquent, des essais randomisés supplémentaires avec un risque de biais faible et des tailles d'échantillon suffisantes doivent encore être menés pour établir si les prostaglandines devraient être administrées aux patients transplantés du foie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français