Intervention Review

Garlic for preventing pre-eclampsia and its complications

  1. Shireen Meher1,*,
  2. Lelia Duley2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 19 JUL 2006

Assessed as up-to-date: 12 JAN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD006065


How to Cite

Meher S, Duley L. Garlic for preventing pre-eclampsia and its complications. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 3. Art. No.: CD006065. DOI: 10.1002/14651858.CD006065.

Author Information

  1. 1

    The University of Liverpool, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

  2. 2

    University of Leeds, Centre for Epidemiology and Biostatistics, Bradford, West Yorkshire, UK

*Shireen Meher, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, The University of Liverpool, First Floor, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. smeher@liv.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 JUL 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The suggestion that garlic may lower blood pressure, inhibit platelet aggregation, and reduce oxidative stress has led to the hypothesis that it may have a role in preventing pre-eclampsia and its complications.

Objectives

To assess the effects of garlic on prevention of pre-eclampsia and its complications.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (January 2010).

Selection criteria

Studies were included if they were randomised trials evaluating the effects of garlic on prevention of pre-eclampsia and its complications.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion and extracted data. Data were entered on Review Manager software for analysis, and double checked for accuracy.

Main results

One trial (100 women) of uncertain quality compared garlic with placebo. Another study was excluded as 29% of women were lost to follow up. There was no clear difference between the garlic and control groups in the risk of developing gestational hypertension (relative risk (RR) 0.50, 95% confidence interval (CI) 0.25 to 1.00) or pre-eclampsia (RR 0.78, 95% CI 0.31 to 1.93). Women allocated garlic were more likely to report odour than those allocated placebo (RR 8.50, 95% CI 2.07 to 34.88), but there were no significant differences in other reported side-effects. The only other outcomes reported were caesarean section (RR 1.35, 95% CI 0.93 to 1.95), and perinatal mortality. There were no perinatal deaths in the study.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to recommend increased garlic intake for preventing pre-eclampsia and its complications. Although garlic is associated with odour, other more serious side-effects have not been reported. Further large randomised trials evaluating the effects of garlic are needed before any recommendations can be made to guide clinical practice.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Garlic for preventing pre-eclampsia and its complications

Insufficient evidence to say if taking garlic can help to reduce the risk of pre-eclampsia and its complications for pregnant women and their babies.

Pre-eclampsia is a serious complication of pregnancy occurring in about 2% to 8% of women. It is identified by increased blood pressure and protein in the urine, but women often suffer no symptoms initially. It can, through constriction of the blood vessels in the placenta, interfere with food and oxygen passing to the baby, thus inhibiting the baby's growth and causing the baby to be born too soon. Women can be affected through problems in their kidneys, liver, brain, and clotting system. Garlic may lower blood pressure (one of the problems with pre-eclampsia) and so may have a role in helping to reduce the risk of pre-eclampsia. The review of trials found just one study of 100 women which showed no differences between dried garlic tablets and dummy tablets. However, the study was small and there are many varying forms of garlic, some with odour and some without, fresh cloves, powdered garlic, garlic capsules etc., and there may be differences between these preparations. Further trials are needed to assess any possible effect of garlic on pre-eclampsia and to assess any potential adverse effects.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de l'ail pour prévenir la pré-éclampsie et ses complications

Contexte

La suggestion que l'ail peut diminuer la tension artérielle, inhiber l'agrégation plaquettaire et réduire le stress oxydant a conduit à l'hypothèse selon laquelle il peut jouer un rôle dans la prévention de la pré-éclampsie et de ses complications.

Objectifs

Évaluer les effets de l'ail pour prévenir la pré-éclampsie et de ses complications.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (janvier 2010).

Critères de sélection

Des études ont été incluses s'il s'agissait d'essais randomisés évaluant les effets de l'ail pour prévenir la survenue d'une pré-éclampsie et de ses complications.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure et extrait des données de façon indépendante. Les données ont été saisies à l'aide du logiciel Review Manager pour être analysées et pour vérifier leur exactitude à deux reprises.

Résultats Principaux

Un essai (de 100 femmes) de qualité incertaine a comparé la prise d'ail à celle d'un placebo. Une autre étude a été exclue, étant donné que 29 % des femmes ont été perdues de vue. Par ailleurs, il n'y avait aucune différence nette entre le groupe prenant l'ail et le groupe témoin quant au risque de développer une hypertension gestationnelle (risque relatif (RR) 0,50, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,25 à 1,00) ou pré-éclampsie (RR 0,78, IC à 95 % 0,31 à 1,93). Les femmes qui prenaient l'ail étaient plus à même de signaler une odeur que celles qui recevaient le placebo (RR 8,50, IC à 95 % 2,07 à 34,88), mais il n'y avait aucune différence significative relative aux autres effets secondaires qui ont été rapportés. Les seuls autres résultats qui ont été signalés étaient la césarienne (RR 1,35, IC à 95 % 0,93 à 1,95) et la mortalité périnatale. Aucun décès périnatal n'a eu lieu au cours de cette étude.

Conclusions des auteurs

Par ailleurs, il n'existe pas suffisamment de preuves permettant de recommander l'augmentation de prise d'ail pour prévenir la survenue de pré-éclampsie et de ses complications. Bien que l'ail soit associé à l'odeur, aucun autre effet secondaire plus grave n'a été signalé. Il faut mener d'autres essais randomisés plus importants pour pouvoir évaluer les effets de l'ail avant de pouvoir faire des recommandations pour orienter la pratique clinique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de l'ail pour prévenir la pré-éclampsie et ses complications

Utilisation de l'ail pour prévenir la pré-éclampsie et ses complications

Il n'existe pas assez de preuves pour affirmer que la consommation d'ail peut contribuer à réduire le risque de pré-éclampsie et ses complications chez les femmes enceintes et leurs bébés.

La pré-éclampsie est une complication grave de la grossesse qui concerne environ 2% à 8 % des femmes. Il est possible de la détecter par une augmentation de la tension artérielle et du taux de protéines dans les urines, mais initialement les femmes atteintes par cette pathologie ne présentent fréquemment aucun symptôme. Cette affection peut, en raison de la constriction des vaisseaux sanguins dans le placenta, entraver le passage de l'oxygène et des nutriments au bébé, inhibant ainsi sa croissance et entraînant sa naissance prématurée. Cette maladie peut se manifester chez les femmes par des problèmes rénaux, hépatiques, cérébraux et au niveau du système de coagulation. La consommation d'ail peut diminuer la tension artérielle (un des problèmes de santé survenant en cas de pré-éclampsie) et peut ainsi jouer un rôle permettant de réduire le risque de pré-éclampsie. La revue des essais n'a permis de mettre en évidence qu'une seule étude incluant 100 femmes qui n'a montré aucune différence entre la prise de comprimés d'ail séché et de comprimés placebo. Cependant, cette étude était de petite taille et il existe de nombreuses sortes variées d'ail, certaines odorantes et certaines qui ne le sont pas, gousses fraîches, ail en poudre, gélules d'ail, etc. De plus, il existe des différences entre ces préparations. Toutefois, il faut mener d'autres essais pour pouvoir évaluer un effet éventuel de l'ail sur la pré-éclampsie et les effets indésirables éventuels.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français