Intervention Review

You have free access to this content

Smoking cessation interventions for smokers with current or past depression

  1. Regina M van der Meer1,*,
  2. Marc C Willemsen2,3,
  3. Filip Smit4,5,
  4. Pim Cuijpers6

Editorial Group: Cochrane Tobacco Addiction Group

Published Online: 21 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 1 APR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD006102.pub2

How to Cite

van der Meer RM, Willemsen MC, Smit F, Cuijpers P. Smoking cessation interventions for smokers with current or past depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD006102. DOI: 10.1002/14651858.CD006102.pub2.

Author Information

  1. 1

    STIVORO, Dutch Expert Centre on Tobacco Control, The Hague, Netherlands

  2. 2

    STIVORO - Dutch Expert Centre on Tobacco Control, The Hague, Netherlands

  3. 3

    Maastricht University, CAPHRI, Maastricht, Netherlands

  4. 4

    VU University Medical Centre, Trimbos Institute (Netherlands Institute of Mental Health and Addiction), Utrecht, Netherlands

  5. 5

    VU University Medical Centre, Department of Epidemiology and Biostatistics, Amsterdam, Netherlands

  6. 6

    VU University, Department of Clinical Psychology, Amsterdam, Netherlands

*Regina M van der Meer, STIVORO, Dutch Expert Centre on Tobacco Control, The Hague, Netherlands. rvandermeer@stivoro.nl.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 21 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Individuals with current or past depression are often smokers who are more nicotine dependent, more likely to suffer from negative mood changes after nicotine withdrawal, and more likely to relapse to smoking after quitting than the general population, which contributes to their higher morbidity and mortality from smoking-related illnesses. It remains unclear what interventions can help them to quit smoking.

Objectives

To evaluate the effectiveness of smoking cessation interventions, with and without specific mood management components, in smokers with current or past depression.

Search methods

In April 2013, we searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, other reviews, and asked experts for information on trials.

Selection criteria

Criteria for including studies in this review were that they had to be randomised controlled trials (RCTs) comparing smoking cessation interventions in adult smokers with current or past depression. Depression was defined as major depression or depressive symptoms. We included studies where subgroups of participants with depression were identified, either pre-stated or post hoc. The outcome was abstinence from smoking after six months or longer follow-up. We preferred prolonged or continuous abstinence and biochemically validated abstinence where available.

Data collection and analysis

When possible, we estimated pooled risk ratios (RRs) with the Mantel-Haenszel method (fixed-effect model). We also performed subgroup analyses, by length of follow-up, depression measurement, depression group in study, antidepressant use, published or unpublished data, format of intervention, level of behavioural support, additional pharmacotherapy, type of antidepressant medication, and additional nicotine replacement therapy (NRT).

Main results

Forty-nine RCTs were included of which 33 trials investigated smoking cessation interventions with specific mood management components for depression. In smokers with current depression, meta-analysis showed a significant positive effect for adding psychosocial mood management to a standard smoking cessation intervention when compared with standard smoking cessation intervention alone (11 trials, N = 1844, RR 1.47, 95% CI 1.13 to 1.92). In smokers with past depression we found a similar effect (13 trials, N = 1496, RR 1.41, 95% CI 1.13 to 1.77). Meta-analysis resulted in a positive effect, although not significant, for adding bupropion compared with placebo in smokers with current depression (5 trials, N = 410, RR 1.37, 95% CI 0.83 to 2.27). There were not enough trial data to evaluate the effectiveness of fluoxetine and paroxetine for smokers with current depression. Bupropion (4 trials, N = 404, RR 2.04, 95% CI 1.31 to 3.18) might significantly increase long-term cessation among smokers with past depression when compared with placebo, but the evidence for bupropion is relatively weak due to the small number of studies and the post hoc subgroups for all the studies. There were not enough trial data to evaluate the effectiveness of fluoxetine, nortriptyline, paroxetine, selegiline, and sertraline in smokers with past depression.

Twenty-three of the 49 trials investigated smoking cessation interventions without specific components for depression. There was heterogeneity between the trials which compared psychosocial interventions with standard smoking cessation counselling for both smokers with current and past depression. Therefore, we did not estimate a pooled effect. One trial compared nicotine replacement therapy (NRT) versus placebo in smokers with current depression and found a positive, although not significant, effect (N = 196, RR 2.64, 95% CI 0.93 to 7.45). Meta-analysis also found a positive, although not significant, effect for NRT versus placebo in smokers with past depression (3 trials, N = 432, RR 1.17, 95% CI 0.85 to 1.60). Three trials compared other pharmacotherapy versus placebo and six trials compared other interventions in smokers with current or past depression. Due to heterogeneity between the interventions of the included trials we did not estimate pooled effects.

Authors' conclusions

Evidence suggests that adding a psychosocial mood management component to a standard smoking cessation intervention increases long-term cessation rates in smokers with both current and past depression when compared with the standard intervention alone. Pooled results from four trials suggest that use of bupropion may increase long-term cessation in smokers with past depression. There was no evidence found for the use of bupropion in smokers with current depression. There was not enough evidence to evaluate the effectiveness of the other antidepressants in smokers with current or past depression. There was also not enough evidence to evaluate the group of trials that investigated interventions without specific mood management components for depression, including NRT and psychosocial interventions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Are there any effective interventions to help individuals with depression to quit smoking?

People with depression are very often heavy smokers. We wanted to know whether treatments to help people quit smoking are effective for people with current depression or with a history of depression. In this review, treatments were divided into those with or without specific attention to handling depression. We found that smoking cessation treatments with specific attention to handling depression helped smokers who suffered from depression to quit. Psychosocial 'mood management' interventions, where participants learn how to handle depressive symptoms with psychological techniques, were effective in those with current depression and with a history of it. Bupropion, an antidepressant medication to help quit smoking, has been shown to be effective for smoking cessation in healthy smokers. Our findings show that bupropion may benefit smokers with a history of depression as well. However, this was not found for those with current depression. There was a lack of evidence for the effectiveness of other antidepressants to help smokers with a history of depression to quit. There was also not enough evidence for the use of antidepressants in smokers with current depression. Although treatments without specific attention to handling depression, such as nicotine replacement therapy and standard psychosocial smoking cessation interventions, have been shown to help other groups of people to quit smoking, there was not enough evidence to show that they were helpful in people with a history of or with current depression.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions de sevrage tabagique chez les fumeurs souffrant de ou ayant souffert de dépression

Contexte

Ces personnes sont généralement des fumeurs excessifs qui sont davantage dépendants à la nicotine, plus susceptibles d'avoir des sautes d'humeur négatives après un sevrage nicotinique et de recommencer à fumer après avoir arrêté par rapport à la population générale, ce qui contribue à une hausse de la morbidité et de la mortalité suite à des maladies liées au tabac. Les interventions de sevrage tabagique efficaces restent à déterminer.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions de sevrage tabagique, avec et sans composants spécifiques de maîtrise de l'humeur, chez les fumeurs souffrant de dépression ou ayant souffert de dépression.

Stratégie de recherche documentaire

En avril 2013, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, ainsi que dans d'autres revues et nous avons également interrogé des experts afin d'obtenir des informations sur les essais.

Critères de sélection

Les études devaient répondre au critère suivant pour être incluses dans cette revue : des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des interventions de sevrage tabagique chez des fumeurs adultes souffrant ou ayant souffert de dépression. La dépression était définie en tant que dépression majeure ou symptômes dépressifs. Nous avons inclus des études dans lesquelles des sous-groupes de participants dépressifs ont été identifiés, de manière préétablie ou post hoc. Le critère de jugement était l'abstinence tabagique après un suivi d'au moins six mois. Nous avons choisi l'abstinence prolongée ou continue, ainsi que l'abstinence validée de manière biochimique, le cas échéant.

Recueil et analyse des données

Lorsque cela était possible, nous avons estimé les risques relatifs (RR) groupés à l'aide de la méthode de Mantel-Haenszel (modèle à effets fixes). Nous avons également procédé à des analyses en sous-groupes, par durée de suivi, mesure de la dépression, groupe de dépression étudié, administration d'antidépresseur, données publiées ou non publiées, format d'intervention, niveau de prise en charge comportementale, pharmacothérapie supplémentaire, type de médicament antidépresseur et traitement de substitution nicotinique supplémentaire (TSN).

Résultats Principaux

Quarante-neuf ECR ont été inclus, dont 33 essais examinaient des interventions de sevrage tabagique avec des composants spécifiques de maîtrise de l'humeur dans les cas de dépression. Chez les fumeurs souffrant de dépression, une méta-analyse montrait un effet positif significatif lié à l'ajout de la maîtrise psychosociale de l'humeur à une intervention de sevrage tabagique standard par rapport à une intervention de sevrage tabagique standard seule (11 essais, N = 1 844, RR 1,47, IC à 95 % 1,13 à 1,92). Chez les fumeurs ayant souffert de dépression, nous avons trouvé un effet similaire (13 essais, N = 1 496, RR 1,41, IC à 95 % 1,13 à 1,77). Une méta-analyse générait un effet positif, bien que non significatif, lié à l'ajout de bupropion par rapport à un placebo chez les fumeurs souffrant de dépression (5 essais, N = 410, RR 1,37, IC à 95 % 0,83 à 2,27). Il n'y avait pas suffisamment de données d'essais pour évaluer l'efficacité de la fluoxétine et de la paroxétine chez les fumeurs souffrant de dépression. Le bupropion (4 essais, N = 404, RR 2,04, IC à 95 % 1,31 à 3,18) peut significativement améliorer le sevrage à long terme chez les fumeurs ayant souffert de dépression par rapport à un placebo, mais les preuves concernant le bupropion sont relativement peu probantes en raison du nombre réduit d'études et des sous-groupes post hoc pour l'ensemble des études. Il n'y avait pas suffisamment de données d'essais pour évaluer l'efficacité de la fluoxétine, de la nortriptyline, de la paroxétine, de la sélégiline et de la sertraline chez les fumeurs ayant souffert de dépression.

Vingt-trois des 49 essais examinaient les interventions de sevrage tabagique sans composants spécifiques dans les cas de dépression. Il y avait une hétérogénéité entre les essais qui comparaient des interventions psychosociales à des conseils de sevrage tabagique standard destinés aux fumeurs souffrant et ayant souffert de dépression. Nous n'avons donc estimé aucun effet regroupé. Un essai comparait un traitement de substitution nicotinique (TSN) à un placebo chez des fumeurs souffrant de dépression et a identifié un effet positif, bien que non significatif (N = 196, RR 2,64, IC à 95 % 0,93 à 7,45). Une méta-analyse a également identifié un effet positif, bien que non significatif, d'une TSN par rapport à un placebo chez les fumeurs ayant souffert de dépression (3 essais, N = 432, RR 1,17, IC à 95 % 0,85 à 1,60). Trois essais comparaient une autre pharmacothérapie à un placebo et six essais comparaient d'autres interventions chez des fumeurs souffrant ou ayant souffert de dépression. En raison de l'hétérogénéité entre les interventions des essais inclus, nous n'avons pas procédé à l'estimation d'effets regroupés.

Conclusions des auteurs

Des preuves suggèrent que l'ajout d'un composant psychosocial de maîtrise de l'humeur à une intervention de sevrage tabagique standard améliore les taux de sevrage à long terme chez les fumeurs souffrant ou ayant souffert de dépression par rapport à une intervention standard seule. Les résultats regroupés de quatre essais suggèrent que l'administration de bupropion peut améliorer le sevrage à long terme chez les fumeurs ayant souffert de dépression. Il n'y avait aucune preuve concernant l'administration de bupropion chez les fumeurs souffrant de dépression. Il n'y avait pas suffisamment de preuves pour évaluer l'efficacité d'autres antidépresseurs chez les fumeurs souffrant ou ayant souffert de dépression. De même, il n'y avait pas suffisamment de preuves pour évaluer le groupe d'essais examinant des interventions sans composants spécifiques de maîtrise de l'humeur dans les cas de dépression, notamment une TSN et des interventions psychosociales.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions de sevrage tabagique chez les fumeurs souffrant de ou ayant souffert de dépression

Existe-t-il des interventions efficaces pour aider les personnes dépressives à arrêter de fumer ?

Les personnes dépressives sont généralement des fumeurs excessifs. Nous voulions déterminer si les traitements de sevrage tabagique sont efficaces chez les personnes souffrant ou ayant souffert de dépression. Dans la présente revue, les traitements ont été classés selon qu'ils portaient ou pas une attention particulière à la prise en charge de la dépression. Nous avons découvert que les traitements de sevrage tabagique portant une attention particulière à la prise en charge de la dépression aidaient les fumeurs dépressifs à arrêter de fumer. Les interventions psychosociales de « maîtrise de l'humeur », au cours desquelles les participants apprennent à maîtriser leurs symptômes dépressifs grâce à des techniques psychologiques, étaient efficaces chez les personnes souffrant ou ayant souffert de dépression. Le bupropion, un médicament antidépresseur aidant au sevrage tabagique, se révèle être efficace dans le cadre du sevrage tabagique des fumeurs en bonne santé. Nos résultats montrent que le bupropion peut également être efficace chez les fumeurs ayant souffert de dépression, mais pas chez ceux souffrant de dépression. Il n'y avait pas suffisamment de preuves concernant l'efficacité d'autres antidépresseurs dans le sevrage tabagique de fumeurs ayant souffert de dépression. De même, il n'y avait pas suffisamment de preuves concernant l'administration d'antidépresseurs chez les fumeurs souffrant de dépression. Bien que les traitements ne portant aucune attention particulière à la prise en charge de la dépression, comme un traitement de substitution nicotinique et des interventions psychosociales standard de sevrage tabagique, se révèlent utiles pour le sevrage tabagique dans les autres groupes de personnes, il n'y avait pas suffisamment de preuves pour démontrer leur efficacité chez les personnes souffrant ou ayant souffert de dépression.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th September, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.