Get access

Evaluation of follow-up strategies for patients with epithelial ovarian cancer following completion of primary treatment

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Ovarian cancer is the sixth most common cancer and seventh cause of cancer death in women worldwide. Traditionally, many patients who have been treated for cancer undergo long-term follow up in secondary care. Recently however it has been suggested that the use of routine review may not be effective in improving survival, quality of life (QoL), and relieving anxiety. In addition, it may not be cost effective.

Objectives

To compare the potential benefits of different strategies of follow up in women with epithelial ovarian cancer following completion of primary treatment.

Search methods

We searched the Cochrane Gynaecological Cancer Group Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2010, Issue 4), MEDLINE and EMBASE (to November 2010). We also searched CINAHL, PsycLIT, registers of clinical trials, abstracts of scientific meetings, reference lists of review articles, and contacted experts in the field.

Selection criteria

All relevant randomised controlled trials (RCTs) that evaluated follow-up strategies for patients with epithelial ovarian cancer following completion of primary treatment.

Data collection and analysis

Two review authors independently abstracted data and assessed risk of bias.

Main results

We found only one RCT (Rustin 2010) that met our inclusion criteria. This trial included 529 women and reported data on immediate treatment versus delayed treatment in women with confirmation of remission and with normal CA125 concentration and no radiological evidence of disease after surgery and first-line chemotherapy.

Overall survival showed no significant difference between the immediate and delayed arms after a median follow up of 56.9 months (unadjusted hazard ratio (HR) = 0·98, 95% confidence interval (CI) 0·80 to 1·20; P = 0·85). Time from randomisation to first deterioration in global health score or death was significantly shorter in the early group compared with the delayed group (HR 0·71, 95% CI 0·58 to 0·88; P < 0·01). The trial was at low risk of bias.

Authors' conclusions

There is a lack of randomised studies on most aspects of follow-up care after treatment for epithelial ovarian cancers. Limited evidence from a single trial suggests that routine surveillance with CA125 in asymptomatic patients, with treatment at CA125 relapse, does not seem to offer survival advantage when compared to treatment at symptomatic relapse. Randomised controlled trials are needed to compare different types of follow up on the outcomes of survival, quality of Life, cost and psychological effects.

Resumen

Antecedentes

Evaluación de las estrategias de seguimiento para las pacientes con cáncer de ovario después de concluido el tratamiento primario

El cáncer de ovario es el sexto cáncer más frecuente y la séptima causa de muerte por cáncer en las mujeres en todo el mundo. Tradicionalmente a muchas pacientes que han sido tratadas por cáncer se les realiza un seguimiento a largo plazo en la atención secundaria. Sin embargo, recientemente se ha indicado que es posible que el uso del examen habitual no sea efectivo para mejorar la supervivencia y la calidad de vida (CdV) ni para aliviar la ansiedad. Además, puede que no sea costo efectivo.

Objetivos

Comparar los efectos beneficiosos potenciales de diferentes estrategias de seguimiento en mujeres con cáncer de ovario epitelial después de concluido el tratamiento primario.

Estrategia de búsqueda

Se realizaron búsquedas en el Registro de Ensayos del Grupo Cochrane de Cáncer Ginecológico (Cochrane Gynaecological Cancer Group), Registro Cochrane Central de Ensayos Controlados (Cochrane Central Register of Controlled Trials), (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2010, número 4), MEDLINE y en EMBASE (hasta noviembre 2010). También se realizaron búsquedas en CINAHL, PsycLIT, registros de ensayos clínicos, resúmenes de reuniones científicas, listas de referencias de artículos de revisión y se estableció contacto con expertos en el tema.

Criterios de selección

Todos los ensayos controlados aleatorios (ECA) relevantes que evaluaron estrategias de seguimiento para pacientes con cáncer de ovario epitelial después de concluido el tratamiento primario.

Obtención y análisis de los datos

Dos revisores extrajeron los datos y evaluaron el riesgo de sesgo de forma independiente.

Resultados principales

Sólo se encontró un ECA (Rustin 2010) que cumplió los criterios de inclusión. Este ensayo incluyó 529 mujeres e informó datos sobre el tratamiento inmediato versus tardío en mujeres con confirmación de la remisión y concentración de CA125 normal, sin pruebas radiológicas de enfermedad después de la cirugía y la quimioterapia de primera línea.

La supervivencia general no mostró diferencias significativas entre los brazos de seguimiento inmediato y tardío después de una mediana de seguimiento de 56,9 meses (cociente de riesgos instantáneos [CRI] no ajustado 0,98; intervalo de confianza [IC] del 95%: 0,80 a 1,20; P = 0,85). El tiempo desde la asignación al azar hasta el primer deterioro en la puntuación de salud global o la muerte fue significativamente más corto en el grupo más temprano comparado con el grupo tardío (CRI 0,71; IC del 95%: 0,58 a 0,88; P < 0,01). Este ensayo tuvo un bajo riesgo de sesgo.

Conclusiones de los autores

Hay una falta de estudios aleatorios sobre la mayoría de los aspectos de la atención de seguimiento después del tratamiento para los cánceres ováricos epiteliales. Las pruebas limitadas de un ensayo único indican que la vigilancia habitual con CA125 en pacientes asintomáticas, con tratamiento en el momento de la recidiva del CA125, no parece ofrecer ventajas para la supervivencia comparada con el tratamiento en el momento de la recidiva sintomática. Se necesitan ensayos controlados aleatorios para comparar el efecto de los diferentes tipos de seguimiento sobre los resultados de supervivencia, calidad de vida, costo y efectos psicológicos.

Traducción

Traducción realizada por el Centro Cochrane Iberoamericano

Résumé

Évaluation des stratégies de suivi des patientes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire après l'achèvement du traitement primaire

Contexte

Le cancer de l'ovaire est le sixième cancer le plus fréquent et la septième cause de décès par cancer chez les femmes partout dans le monde. Traditionnellement, de nombreuses patientes traitées pour cause de cancer font l'objet d'un suivi à long terme en soins spécialisés. Récemment, il a été suggéré que le recours à des examens de routine pourrait ne pas être efficace pour améliorer la survie et la qualité de vie et soulager l'anxiété. De plus, il se pourrait que ces examens ne soient pas cout efficaces.

Objectifs

Comparer les effets bénéfiques potentiels des différentes stratégies de suivi chez des femmes atteintes de cancer épithélial de l'ovaire après l'achèvement du traitement primaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 4), MEDLINE et EMBASE (jusqu'en novembre 2010). Nous avons également consulté CINAHL, PsycLIT, des registres d'essais cliniques, des résumés de réunions scientifiques et les références bibliographiques des articles de revue, et contacté des experts dans ce domaine.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents évaluant des stratégies de suivi chez des patientes atteintes de cancer épithélial de l'ovaire après l'achèvement du traitement primaire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de façon indépendante, extrait les données et évalué les risques de biais.

Résultats Principaux

Nous n'avons identifié qu'un seul ECR (Rustin 2010) qui remplissait nos critères d'inclusion. Cet essai portait sur 529 femmes et rapportait des données concernant un traitement immédiat par rapport à un traitement différé chez des femmes présentant une rémission confirmée, une concentration CA125 normale et aucun signe radiologique de maladie après une chirurgie et une chimiothérapie de première intention.

La survie globale ne présentait aucune différence significative entre les groupes du traitement immédiat et du traitement différé après un suivi médian de 56,9 mois (hazard ratio (HR) non ajusté = 0·98, intervalle de confiance (IC) à 95 %, entre 0·80 et 1·20 ; P = 0·85). Le délai entre la randomisation et la première détérioration du score de santé globale ou le décès était significativement plus court dans le groupe du traitement immédiat que dans le groupe du traitement différé (HR de 0·71, IC à 95 %, entre 0·58 et 0·88 ; P < 0·01). Cet essai présentait un faible risque de biais.

Conclusions des auteurs

Les études randomisées sont insuffisantes pour évaluer la plupart des aspects du suivi après le traitement du cancer épithélial de l'ovaire. Des preuves limitées issues d'un seul essai suggèrent qu'une surveillance de routine du CA125 chez des patientes asymptomatiques, avec traitement en cas de récidive identifiée par le marqueur CA125, ne semble conférer aucun bénéfice en termes de survie par rapport à un traitement administré en cas de récidive symptomatique. Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires afin de comparer différents types de suivis et d'examiner les critères de jugement de la survie, de la qualité de vie, des coûts et des effets psychologiques.

Plain language summary

Evaluation of follow-up strategies for patients with epithelial ovarian cancer following completion of primary treatment

Ovarian cancer is the sixth most common cancer and seventh commonest cause of cancer death in women worldwide. Traditionally, many patients who have been treated for cancer undergo long-term follow up in hospitals. Whilst there may be other benefits from follow up, it has been suggested that the use of routine review may not result in women with this disease living longer given that recurrent ovarian cancer is incurable. We set out to review the evidence for different types of follow up of women who have completed treatment for the commonest type (epithelial, that is coming from the surface of the ovary) of ovarian cancer. Only one good quality randomised (toss of a coin to choose which group) trial was found which could give any evidence on what to do. This trial suggested no increase in length of life from early treatment with chemotherapy for women with recurrence that was identified by a tumour marker (CA125) blood test compared to waiting to give treatment when women developed symptoms from their cancer. We conclude that the very limited evidence suggests that there may be no benefit from early detection by the blood test and subsequent early chemotherapy for recurrent ovarian cancer. Also, the women having early chemotherapy treatment of their relapsed cancer may have led to a decreased quality of life for these women compared to the group who were treated when they noticed symptoms.

Randomised controlled trials are needed to compare different types of follow up, looking at quality of life and anxiety outcomes. If new treatments become available for relapsed ovarian cancer, the methods of follow up may need re-assessing to see if earlier intervention improves survival or other outcomes.

Résumé simplifié

Évaluation des stratégies de suivi des patientes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire après l'achèvement du traitement primaire

Évaluation des stratégies de suivi des patientes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire après l'achèvement du traitement primaire

Le cancer de l'ovaire est le sixième cancer le plus fréquent et la septième cause de décès par cancer chez les femmes partout dans le monde. Traditionnellement, de nombreuses patientes traitées pour cause de cancer font l'objet d'un suivi hospitalier à long terme. Bien que le suivi puisse avoir d'autres effets bénéfiques, il a été suggéré que le recours à des examens de routine pourrait ne pas prolonger la durée de vie des femmes atteintes de cette maladie puisque le cancer de l'ovaire récidivant est incurable.Nous avons entrepris d'examiner les preuves associées aux différents types de suivis chez des femmes atteintes du cancer de l'ovaire le plus courant (épithélial, situé à la surface de l'ovaire) ayant achevé leur traitement. Un seul essai randomisé de bonne qualité (assignation du groupe à pile ou face) a été identifié et rapportait des preuves susceptibles d'orienter la pratique.Cet essai ne suggérait aucune augmentation de la durée de vie associée à une chimiothérapie précoce chez les femmes présentant une récidive identifiée par analyse de la présence d'un marqueur tumoral (CA125) dans le sang par rapport à un traitement plus tardif commencé lorsque les femmes développaient des symptômes de cancer. Nous en concluons qu'il existe des preuves très limitées suggérant que la détection précoce par analyse de sang suivie d'une chimiothérapie précoce subséquente dans le cancer de l'ovaire récidivant pourrait ne conférer aucun effet bénéfique. De plus, les femmes recevant une chimiothérapie précoce pour cause de cancer récidivant pourraient présenter une qualité de vie inférieure à celle des femmes traitées lorsqu'elles percevaient des symptômes.

Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires afin de comparer différents types de suivis et d'examiner les critères de jugement de la qualité de vie et de l'anxiété. En cas de commercialisation de nouveaux traitements du cancer de l'ovaire récidivant, il pourrait être nécessaire de réévaluer les méthodes de suivi afin de déterminer si une intervention plus précoce améliore la survie ou d'autres critères de jugement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st January, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Get access to the full text of this article