Intervention Review

Laparoscopic versus open nephrectomy for live kidney donors

  1. Colin H Wilson1,*,
  2. Aliu Sanni2,
  3. David A Rix3,
  4. Naeem A Soomro3

Editorial Group: Cochrane Renal Group

Published Online: 9 NOV 2011

Assessed as up-to-date: 21 MAY 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD006124.pub2

How to Cite

Wilson CH, Sanni A, Rix DA, Soomro NA. Laparoscopic versus open nephrectomy for live kidney donors. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD006124. DOI: 10.1002/14651858.CD006124.pub2.

Author Information

  1. 1

    The Freeman Hospital, Transplant Surgery, Newcastle-upon-Tyne, Tyne and Wear, UK

  2. 2

    SUNY Downstate Medical Center, Department of Surgery, Brooklyn, NY, USA

  3. 3

    The Freeman Hospital, Urology and Transplantation, Newcastle-upon-Tyne, UK

*Colin H Wilson, Transplant Surgery, The Freeman Hospital, Freeman Road, High Heaton, Newcastle-upon-Tyne, Tyne and Wear, NE7 7DN, UK. c4moon@doctors.org.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 9 NOV 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Waiting lists for kidney transplantation continue to grow and live organ donation has become more important as the number of brain stem dead cadaveric organ donors continues to fall. The major disincentive to potential kidney donors is the pain and morbidity associated with open surgery.

Objectives

To identify the benefits and harms of using laparoscopic compared to open nephrectomy techniques to recover kidneys from live organ donors.

Search methods

We searched the online databases CENTRAL (in The Cochrane Library 2010, Issue 2), MEDLINE (January 1966 to January 2010) and EMBASE (January 1980 to January 2010) and handsearched textbooks and reference lists.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing laparoscopic donor nephrectomy (LDN) with open donor nephrectomy (ODN).

Data collection and analysis

Two review authors independently screened titles and abstracts for eligibility, assessed study quality, and extracted data. We contacted study authors for additional information where necessary.

Main results

Six studies were identified that randomised 596 live kidney donors to either LDN or ODN arms. All studies were assessed as having low or unclear risk of bias for selection bias, allocation bias, incomplete outcome data and selective reporting bias. Four of six studies had high risk of bias for blinding. Various different combinations of techniques were used in each study, resulting in heterogeneity in the results. The conversion rate from LDN to ODN ranged from 1% to 1.8%. LDN was generally found to be associated with reduced analgesia use, shorter hospital stay, and faster return to normal physical functioning. The extracted kidney was exposed to longer warm ischaemia periods (2 to 17 minutes) with no associated short-term consequences. ODN was associated with shorter duration of procedure. For those outcomes that could be meta-analysed there were no significant differences between LDN or ODN for perioperative complications (RR 0.87, 95% CI 0.47 to 4.59), reoperations (RR 0.57, 95% CI 0.09 to 3.64), early graft loss (RR 0.31, 95% CI 0.06 to 1.48), delayed graft function (RR 1.09, 95% CI 0.52 to 2.30), acute rejection (RR 1.41, 95 % CI 0.87 to 2.27), ureteric complications (RR 1.51, 95% CI 0.69 to 3.31), kidney function at one year (SMD 0.15, 95% CI -0.11 to 0.41) or graft loss at one year (RR 0.76, 95% CI 0.15 to 3.85).

Authors' conclusions

LDN is associated with less pain compared with open surgery; however, there are equivalent numbers of complications and occurrences of perioperative events that require further intervention. Kidneys obtained using LDN procedures were exposed to longer warm ischaemia periods than ODN-acquired grafts, although this has not been reported as being associated with short-term consequences.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Keyhole (laparoscopic) versus traditional (open) surgery for people donating a kidney

Keyhole surgery, which involves a surgeon making several smaller cuts to obtain a healthy kidney for transplanting, was compared with the traditional technique of making a single larger cut (open surgery). Six studies randomising 596 healthy kidney donors to either keyhole or open surgery, found keyhole surgery to be associated with less pain for the donor but had similar numbers of complications that can require further treatment or surgery or both. Donor kidneys that were obtained using the keyhole surgical technique were deprived of nutrients for longer periods of time than kidneys obtained for transplant using open surgery, but this does not appear to have any short-term consequences.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Laparoscopic versus open nephrectomy for live kidney donors

Contexte

Les listes d'attente pour une transplantation rénale ne cessent de s'allonger et le don d'organe de son vivant est devenu plus important, car le nombre de donneurs d'organes en état de mort cérébrale continue de chuter. Le principal élément dissuasif pour les donneurs de rein potentiels est la douleur et la morbidité associées à la chirurgie ouverte.

Objectifs

Identifier les avantages et les inconvénients de l'utilisation de techniques de néphrectomie par laparoscoe comparé à celle par chirurgie ouverte pour obtenir les reins chez des donneurs vivants .

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données en ligne CENTRAL (dans The Cochrane Library 2010, Numéro 2), MEDLINE (de janvier 1966 à janvier 2010) et EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2010) et des recherches manuelles dans les manuels et les références bibliographiques.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés comparant la néphrectomie laparoscopique des donneurs (LDN) à la néphrectomie par ouverture des donneurs (ODN).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont examiné de manière indépendante les titres et les résumés e pour l’inclusion des essais, évalué la qualité des études et extrait les données. Lorsque cela était nécessaire, nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats Principaux

Six études ont été identifiées qui ont réparti par tirage au sort 596 donneurs de rein vivants soit dans le bras LDN soit dans le bras ODN. Toutes les études présentaient un risque de biais faible ou peu clair concernant les biais de sélection, de biais d'assignation, de données de résultats incomplètes et de biais de report sélectif. Quatre des six études présentaient un risque élevé de biais concernant l'aveugle. Plusieurs combinaisons de techniques différentes ont été utilisées dans chaque étude, entraînant une hétérogénéité des résultats. Le taux de conversion de LDN en ODN a varié de 1% à 1,8%. On a observé que la LDN était généralement associée à une utilisation réduite d'analgésiques, un séjour en hôpital plus court et un retour plus rapide à un fonctionnement physique normal. Le rein extrait a été exposé à de plus longues périodes d'ischémie chaude (2 à 17 minutes) sans effets à court terme associés. L'ODN a été associée à une durée plus courte de procédure. Pour les résultats ayant pu faire l'objet d'une méta-analyse, il n'y a eu aucune différence significative entre la LDN et l'ODN en termes de complications périopératoires (RR 0,87, IC à 95% 0,47 à 4,59), de nouvelles opérations (RR 0,57, IC à 95% 0,09 à 3,64), de perte précoce du greffon (RR 0,31, IC à 95% 0,06 à 1,48), de retard de fonctionnement du greffon (RR 1,09, IC à 95% 0,52 à 2,30), de rejet aigue(RR 1,41, IC à 95 % 0,87 à 2,27), de complications urétrales (RR 1,51, IC à 95% 0,69 à 3,31), de fonction rénale à un an (DMS 0,15, IC à 95% -0,11 à 0,41) ou de perte du greffon à un an (RR 0,76, IC à 95% 0,15 à 3,85).

Conclusions des auteurs

La LDN s’accompagne de douleurs moins intenses comparée à la chirurgie ouverte ; cependant, il y a un nombre équivalent de complications et de survenues d'événements périopératoires qui nécessitent une intervention supplémentaire. Les reins obtenus au moyen de procédures de LDN étaient exposés à de plus longues périodes d'ischémie chaude par rapport aux greffons obtenus par ODN, même si cela n'a pas été signalé comme étant associé à des conséquences à court terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Laparoscopic versus open nephrectomy for live kidney donors

Chirurgie coelioscopique (laparoscopique) comparée à traditionnelle (effractive) pour les donneurs de rein

La chirurgie coelioscopique, qui implique pour un chirurgien de pratiquer plusieurs petites incisions pour obtenir un rein sain pour une transplantation, a été comparée à la technique traditionnelle consistant à pratiquer une seule incision plus importante (chirurgie ouverte. Six études, allouant par tirage au sort 596 donneurs de rein sains soit à la chirurgie coelioscopique soit à la chirgurie ouverte , ont montré que la chirurgie coelioscopique s’accompagnait de douleurs moins intenses pour le donneur, mais présentait un nombre comparable de complications pouvant nécessiter un traitement ou une chirurgie supplémentaire, ou encore les deux. Les reins des donneurs qui ont été obtenus au moyen de la technique de chirurgie coelioscopique ont été privés de nutriments pendant des périodes plus longues que les reins obtenus pour transplantation par une chirurgie effractive, mais cela ne semble pas avoir de conséquences à court terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français