Intervention Review

You have free access to this content

Steroidal contraceptives: effect on carbohydrate metabolism in women without diabetes mellitus

  1. Laureen M Lopez1,*,
  2. David A Grimes2,
  3. Kenneth F Schulz3

Editorial Group: Cochrane Fertility Regulation Group

Published Online: 30 APR 2014

Assessed as up-to-date: 16 APR 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD006133.pub5

How to Cite

Lopez LM, Grimes DA, Schulz KF. Steroidal contraceptives: effect on carbohydrate metabolism in women without diabetes mellitus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD006133. DOI: 10.1002/14651858.CD006133.pub5.

Author Information

  1. 1

    FHI 360, Clinical Sciences, Durham, North Carolina, USA

  2. 2

    University of North Carolina, School of Medicine, Obstetrics and Gynecology, Chapel Hill, North Carolina, USA

  3. 3

    FHI 360 and UNC School of Medicine, Quantitative Sciences, Durham, North Carolina, USA

*Laureen M Lopez, Clinical Sciences, FHI 360, 359 Blackwell St, Suite 200, Durham, North Carolina, 27701, USA.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2014




  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak


Many hormonal contraceptives have been associated with changes in carbohydrate metabolism. Alterations may include decreased glucose tolerance and increased insulin resistance, which are risk factors for Type 2 diabetes mellitus and cardiovascular disease. These issues have been raised primarily with contraceptives containing estrogen.


To evaluate the effect of hormonal contraceptives on carbohydrate metabolism in healthy women and those at risk for diabetes due to overweight.

Search methods

In April 2014, we searched the computerized databases MEDLINE, POPLINE, CENTRAL, and LILACS for studies of hormonal contraceptives and carbohydrate metabolism. We also searched for clinical trials in and ICTRP. The initial search also included EMBASE.

Selection criteria

All randomized controlled trials were considered if they examined carbohydrate metabolism in women without diabetes who used hormonal contraceptives for contraception. Comparisons could be a placebo, a non-hormonal contraceptive, or another hormonal contraceptive that differed in drug, dosage, or regimen. Interventions included at least three cycles. Outcomes included glucose and insulin measures.

Data collection and analysis

We assessed all titles and abstracts identified during the literature searches. The data were extracted and entered into RevMan. We wrote to researchers for missing data. For continuous variables, the mean difference (MD) was computed with 95% confidence interval (CI) using a fixed-effect model. For dichotomous outcomes, the Peto odds ratio with 95% CI was calculated.

Main results

We found 31 trials that met the inclusion criteria. No new trials were eligible in 2014. Twenty-one trials compared combined oral contraceptives (COCs); others examined different COC regimens, progestin-only pills, injectables, a vaginal ring, and implants. None included a placebo. Of 34 comparisons, eight had any notable difference between the study groups in an outcome.

Twelve trials studied desogestrel-containing COCs, and the few differences from levonorgestrel COCs were inconsistent. A meta-analysis of two studies showed the desogestrel group had a higher mean fasting glucose (MD 0.20; 95% CI 0.00 to 0.41). Where data could not be combined, single studies showed lower mean fasting glucose (MD -0.40; 95% CI -0.72 to -0.08) and higher means for two-hour glucose response (MD 1.08; 95% CI 0.45 to 1.71) and insulin area under the curve (AUC) (MD 20.30; 95% CI 4.24 to 36.36).

Three trials examined the etonogestrel vaginal ring and one examined an etonogestrel implant. One trial showed the ring group had lower mean AUC insulin than the levonorgestrel-COC group (MD -204.51; 95% CI -389.64 to -19.38).

Of eight trials of norethisterone preparations, five compared COCs and three compared injectables. In a COC trial, a norethisterone group had smaller mean change in glucose two-hour response than a levonorgestrel-COC group (MD -0.30; 95% CI -0.54 to -0.06). In an injectable study, a group using depot medroxyprogesterone acetate had higher means than the group using norethisterone enanthate for fasting glucose (MD 10.05; 95% CI 3.16 to 16.94), glucose two-hour response (MD 17.00; 95% CI 5.67 to 28.33), and fasting insulin (MD 3.40; 95% CI 2.07 to 4.73).

Among five recent trials, two examined newer COCs with different estrogen types. One showed the group with nomegestrel acetate plus 17β-estradiol had lower means than the levonorgestrel group for incremental AUC glucose (MD -1.43; 95% CI -2.55 to -0.31) and glycosylated hemoglobin (HbA1c) (MD -0.10; 95% CI -0.18 to -0.02). Two trials compared extended versus conventional (cyclic) regimens. With a dienogest COC, an extended-use group had greater mean change in AUC glucose (MD 82.00; 95% CI 10.72 to 153.28). In a small trial using two levonorgestrel COCs, the lower-dose group showed smaller mean change in fasting glucose (MD -3.00; 95% CI -5.89 to -0.11), but the obese and normal weight women did not differ significantly.

Authors' conclusions

Current evidence suggests no major differences in carbohydrate metabolism between different hormonal contraceptives in women without diabetes. We cannot make strong statements due to having few studies that compared the same types of contraceptives. Many trials had small numbers of participants and some had large losses. Many of the earlier studies had limited reporting of methods.

We still know very little about women at risk for metabolic problems due to being overweight. More than half of the trials had weight restrictions as inclusion criteria. Only one small trial stratified the groups by body mass index (obese versus normal).


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Hormone contraceptives and how the body uses carbohydrates in women without diabetes

Hormone contraceptives may change how the body handles carbohydrates (starches and sugars). Changes may include lower ability to use sugar from food and more problems with the body's insulin. Insulin is a hormone that helps the body use sugar. Problems with blood sugar can increase risk for diabetes and heart disease. These issues have been raised mainly with birth control methods that contain the hormone estrogen.

In April 2014, we looked for randomized trials of how the body handles carbohydrates when using birth control methods with hormones. Outcomes were blood glucose or insulin levels. Birth control methods could contain estrogen and progestin or just progestin. The type could be pills, shots (injections), implants (matchstick-size rods put under the skin), the vaginal ring, or an intrauterine device (IUD). The studies had to compare two types of birth control or one type versus a placebo or 'dummy' method.

We included 31 trials. None had a placebo. Of 34 pairs of birth control methods compared, eight showed some difference by study groups. Twelve trials studied pills with desogestrel. The few differences were not consistent. Three trials looked at the etonogestrel ring. One showed the ring group had lower insulin than the pill group.

Eight trials looked at the progestin norethisterone. A group using norethisterone pills had less glucose change than those taking other pills. In another study, a group using the injectable ‘depo’ (depot medroxyprogesterone acetate) had higher glucose and insulin than the group using another injectable.

Of five new trials, two used different estrogen types. In one study, a group taking a pill with ethinyl valerate had lower glucose than a group taking a standard pill. Two other trials compared taking pills for several cycles without stopping (extended use) versus usual use. In one using a dienogest pill, the extended-use group had more glucose change. A small trial used two levonorgestrel pills, and looked at obese and normal weight women. The outcomes did not differ much between those groups.

In women without diabetes, hormone contraceptives have little effect on the body's carbohydrate use. Few studies compared the same types of birth control. Therefore, we cannot make strong statements. Many trials had small numbers of women, and many women dropped out. Older trials often did not report all the study methods. Many trials did not include overweight women.


Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Contraceptifs stéroïdiens : effet sur le métabolisme des glucides chez les femmes sans diabète


De nombreux contraceptifs hormonaux ont été associés à des modifications du métabolisme des glucides. Les altérations peuvent inclure une baisse de la tolérance au glucose et une hausse de la résistance à l'insuline, qui sont des facteurs de risque pour le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Ces questions ont été soulevées principalement avec les contraceptifs contenant de l'œstrogène.


Évaluer l'effet des contraceptifs hormonaux sur le métabolisme des glucides chez les femmes en bonne santé et celles à risque pour le diabète en raison du surpoids.

Stratégie de recherche documentaire

En avril 2014, nous avons effectué des recherches dans les bases de données informatisées MEDLINE, POPLINE, CENTRAL et LILACS pour trouver des études des contraceptifs hormonaux et du métabolisme des glucides. Nous avons également recherché des essais cliniques dans et ICTRP. La recherche initiale incluait également EMBASE.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés ont été considérés s'ils examinaient le métabolisme des glucides chez les femmes sans diabète qui utilisaient des contraceptifs hormonaux pour la contraception. Les comparaisons pouvaient concerner un placebo, un contraceptif non-hormonal ou un autre contraceptif hormonal qui différait par le médicament, la dose ou le schéma posologique. Les interventions incluaient au moins trois cycles. Les critères de jugement comprenaient des mesures du glucose et de l'insuline.

Recueil et analyse des données

Nous avons évalué tous les titres et résumés identifiés au cours des recherches de littérature. Les données ont été extraites et entrées dans RevMan. Nous avons contacté des chercheurs pour obtenir les données manquantes. Pour les variables continues, la différence moyenne (DM) était calculée avec un intervalle de confiance (IC) à 95 % en utilisant un modèle à effets fixes. Pour les résultats dichotomiques, le rapport des cotes de Peto était calculé avec un IC à 95 %.

Résultats principaux

Nous avons trouvé 31 essais qui répondaient aux critères d'inclusion. Aucun nouvel essai n'était éligible en 2014. Vingt-et-un essais comparaient des contraceptifs oraux combinés (COC) ; d'autres examinaient différents schémas posologiques de COC, des pilules de progestérone uniquement, des contraceptifs injectables, un anneau vaginal et des implants. Aucun ne comprenait de placebo. Sur les 34 comparaisons, huit ont révélé une quelconque différence notable entre les groupes d'étude dans un résultat.

Douze essais avaient étudié les COC contenant du désogestrel, et les quelques différences par rapport aux COC de lévonorgestrel étaient contradictoires. Une méta-analyse de deux études a révélé que le groupe prenant du désogestrel avait une glycémie à jeun moyenne plus élevée (DM 0,20 ; IC à 95 % 0,00 à 0,41). Lorsqu'il n'était pas possible de combiner les données, des études individuelles ont révélé une glycémie à jeun moyenne plus basse (DM -0,40 ; IC à 95 % -0,72 à -0,08) et des moyennes plus élevées pour la réponse au glucose à deux heures (DM 1,08 ; IC à 95 % 0,45 à 1,71) et l'aire sous la courbe de l'insuline (AUC) (DM 20,30 ; IC à 95 % 4,24 à 36,36).

Trois essais avaient examiné l'anneau vaginal d'étonogestrel et un avait examiné un implant d'étonogestrel. Un essai a révélé que le groupe utilisant l'anneau avait une aire sous la courbe (AUC) moyenne pour l'insuline plus basse que le groupe prenant des COC de lévonorgestrel (DM -204,51 ; IC à 95 % -389,64 à -19,38).

Sur les huit essais de préparations de noréthistérone, cinq avaient comparé les COC et trois avaient comparé les contraceptifs injectables. Dans un essai des COC, un groupe prenant de la noréthistérone présentait des modifications moyennes de la réponse au glucose à deux heures plus faibles qu'un groupe prenant du lévonorgestrel (DM -0,30 ; IC à 95 % -0,54 à -0.06). Dans une étude des contraceptifs injectables, un groupe utilisant de l'acétate de médroxyprogestérone-retard avait des moyennes plus élevées que le groupe utilisant de l'énanthate de noréthistérone pour la glycémie à jeun (DM 10,05 ; IC à 95 % 3,16 à 16,94), la réponse au glucose à deux heures (DM 17,00 ; IC à 95 % 5,67 à 28,33), et l'insuline à jeun (DM 3,40 ; IC à 95 % 2,07 à 4,73).

Parmi cinq essais récents, deux avaient examiné des COC plus récents avec différents types d'œstrogène. Un essai a révélé que le groupe prenant de l'acétate de nomégestrel plus 17β-estradiol avait des moyennes plus basses que le groupe prenant du lévonorgestrel pour une aire sous la courbe (AUC) incrémentale du glucose (DM -1,43 ; IC à 95 % -2,55 à -0,31) et l'hémoglobine glycosylée (HbA1c) (DM -0,10 ; IC à 95 % -0,18 à -0,02). Deux essais comparaient des schémas posologiques prolongés à des schémas posologiques conventionnels (cycliques). Avec un COC de diénogest, un groupe ayant une utilisation prolongée présentait des modifications moyennes plus importantes de l'aire sous la courbe (AUC) du glucose (DM 82,00 ; IC à 95 % 10,72 à 153,28). Dans un essai de petite taille utilisant deux COC de lévonorgestrel, le groupe prenant la dose plus basse a révélé des modifications moyennes plus faibles de la glycémie à jeun (DM -3,00 ; IC à 95 % -5,89 à -0,11), mais les femmes obèses et de poids normal ne différaient pas significativement.

Conclusions des auteurs

Les preuves actuelles ne suggèrent pas de différences majeures dans le métabolisme des glucides entre les différents contraceptifs hormonaux chez les femmes sans diabète. Nous ne pouvons émettre des recommandations fiables étant donné que les études qui comparaient les mêmes types de contraceptifs étaient rares. Un grand nombre d'essais avaient un petit nombre de participants et certains ont eu de nombreux arrêts prématurés. La notification des méthodes d'un grand nombre d'études antérieures était limitée.

Nous en savons toujours très peu sur les femmes à risque pour les problèmes métaboliques en raison du surpoids. Plus de la moitié des essais incluaient les restrictions de poids dans les critères d'inclusion. Seul un essai de petite taille avait stratifié les groupes par indice de masse corporelle (obèse par rapport à normal).


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Contraceptifs hormonaux et mode d'utilisation par l'organisme des glucides chez les femmes sans diabète

Les contraceptifs hormonaux peuvent modifier la manière dont l'organisme se sert des glucides (amidons et sucres). Les modifications peuvent comprendre une capacité affaiblie à utiliser le sucre contenu dans les aliments et davantage de problèmes avec l'insuline de l'organisme. L'insuline est une hormone qui aide l'organisme à utiliser le sucre. Les problèmes liés à la glycémie peuvent augmenter le risque de diabète et de cardiopathie. Ces questions ont été soulevées principalement avec les méthodes de contraception qui contiennent l'hormone œstrogène.

En avril 2014, nous avons cherché des essais randomisés ayant étudié la manière dont l'organisme se sert des glucides dans le cas de l'utilisation de méthodes de contraception hormonale. Les critères de jugement étaient les niveaux de glucose dans le sang ou les niveaux d'insuline. Les méthodes de contraception pouvaient contenir de l'œstrogène et de la progestérone ou juste de la progestérone. Le type pouvait être des pilules, des piqûres (injections), des implants (tiges de la taille d'une allumette placées sous la peau), l'anneau vaginal, ou un dispositif intra-utérin (DIU). Les études devaient comparer deux types de contraception ou un type à un placebo ou à une méthode 'factice'.

Nous avons inclus 31 essais. Aucun ne comprenait de placebo. Sur les 34 paires de méthodes de contraception comparées, huit ont révélé quelques différences par groupes d'étude. Douze essais avaient étudié les pilules de désogestrel. Les quelques différences n'étaient pas cohérentes. Trois essais avaient examiné l'anneau d'étonogestrel. Un essai avait montré que le groupe utilisant l'anneau avait un niveau d'insuline inférieur à celui du groupe prenant la pilule.

Huit essais avaient examiné la noréthistérone (progestatif). Un groupe utilisant des pilules de noréthistérone présentait moins de modifications des niveaux de glucose que ceux prenant d'autres pilules. Dans une autre étude, un groupe utilisant le contraceptif injectable «Â Depo » (acétate de médroxyprogestérone-retard) avait des niveaux de glucose et d'insuline plus élevés que le groupe utilisant un autre contraceptif injectable.

Sur les cinq nouveaux essais, deux utilisaient des types d'œstrogène différents. Dans une étude, un groupe prenant une pilule avec de l'éthinyle valérate avait des niveaux de glucose plus bas qu'un groupe prenant une pilule standard. Deux autres essais comparaient la prise de pilules pendant plusieurs cycles sans interruption (utilisation prolongée) par rapport à une utilisation habituelle. Dans un essai utilisant une pilule de diénogest, le groupe ayant une utilisation prolongée présentait plus de modifications des niveaux de glucose. Un essai de petite taille utilisait deux pilules de lévonorgestrel, et s'intéressait aux femmes obèses et de poids normal. Les résultats n'étaient pas très différents entre ces groupes.

Chez les femmes sans diabète, les contraceptifs hormonaux n'ont que peu d'effet sur l'utilisation des glucides par l'organisme. Peu d'études comparaient les mêmes types de contraception. Par conséquent, nous ne pouvons émettre des recommandations fiables. Plusieurs essais avaient un petit nombre de femmes, et beaucoup de femmes avaient abandonné. Des essais plus anciens ne précisaient pas toujours toutes les méthodes de l'étude. Un grand nombre d'essais n'avaient pas inclus de femmes en surpoids.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français


Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Steroidni kontraceptivi: učinak na metabolizam ugljikohidrata u žena koje nemaju diabetes mellitus (šećernu bolest)

Hormonski kontraceptivi mogu imati učinak na metabolizam ugljikohidrata (šećer i škrob). To znači smanjenu sposobnost iskorištavanja šećera iz hrane i lošiji učinak inzulina. Inzulin je hormon koji omogućuje tijelu korištenje šećera. Povišene koncentracije šećera (glukoze) u krvotoku povećavaju rizik nastanka dijabetesa i bolesti srca. Ova problematika se do sada uglavnom povezivala s učinkom kontraceptiva koji sadrže hormon estrogen.

U travnju 2014. godine pretražena su randomizirana klinička istraživanja o učinku hormonskih lijekova za sprječavanje nastanka neželjene trudnoće na metabolizam ugljikohidrata. Analizirani su rezultati koncentracije šećera (glukoze) ili inzulina u krvi. Metode sprječavanja nastanka neželjene trudnoće mogu sadržavati estrogene i progestine ili samo progestin. Mogu biti u obliku tableta, injekcija, subdermalnih implanatata (štapići veličine šibice koji se umetnu pod kožu), vaginalni prsteni ili maternični ulošci (tzv. „spirala“). Istraživanja su usporedila dva različita oblika kontracepcije ili jedan oblik u odnosu na placebo ili „lažni“ pripravak.

Analizirani su rezultati iz 31 kliničkog istraživanja. Ni u jednom se nije koristio placebo. Od ukupno 34 parova načina kontracepcije, za 8 je nađena razlika između ispitivanih skupina. U 12 kliničkih istraživanja su korištene tablete s dezogestrelom. Nađeno je nekoliko razlika, ali nisu bile dosljedne (sustavne). Tri klinička istraživanja su pratila učinak etonogestrelskog prstena. U jednom istraživanju je nađeno da je u skupini žena koje su koristile vaginalni prsten inzulin u krvi bio niži nego u skupini žena koje su uzimale tablete.

U 8 kliničkih istraživanja je ispitivan učinak progestin noretisterona. U skupini koja je koristila tablete s noretisteron je uočena manja promjena glukoze u krvi nego u skupini koja je koristila drugu vrstu tableta. U istraživanju u kojem je ispitivan učinak potkožnog depo-preparata (medroksiprogesteron acetat) koncentracije glukoze i inzulina su bile veće nego u skupini koja je koristila neku drugu vrstu preparata koji se primjenjuje injekcijom.

Od 5 novijih kliničkih istraživanja, u dva su korišteni drugi oblici estrogena. U studiji u kojoj su ispitivane tablete s etinil-valeratom je koncentracija glukoze bila niža nego u onih žena koje su koristile standardne tablete. U dvije studije je proučavan učinak produženog uzimanja tableta (tj. bez prekida) u odnosu na uobičajeni režim. Produženo uzimanje dienogest tableta je imalo više učinaka na glukozu. Tablete s levonogestrelom su u pretilih ispitanica i onih s normalnom tjelesnom težinom imale podudaran učinak.

U žena bez dijabetesa hormonska kontracepcija ima mali učinak na korištenje ugljikohidrata. Mali broj kliničkih istraživanja je usporedio isti oblik prevencije neželjene trudnoće. Zaključno nije moguće ustanoviti nedvojbeni učinak ovih preparata na metabolizam ugljikohidrata. U više istraživanja je broj ispitanica bio malen, i mnogo je ispitanica odustalo tijekom istraživanja. U istraživanjima starijeg datuma nisu navedene istraživačke metode, a također mnoga istraživanja nisu uključila pretile žene.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane ogranak.
Prevela: Vesna Kušec