Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Supplemental oxygen for caesarean section during regional anaesthesia

  1. Sunisa Chatmongkolchart*,
  2. Sumidtra Prathep

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 28 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 21 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD006161.pub2

How to Cite

Chatmongkolchart S, Prathep S. Supplemental oxygen for caesarean section during regional anaesthesia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD006161. DOI: 10.1002/14651858.CD006161.pub2.

Author Information

  1. Faculty of Medicine, Prince of Songkla University, Department of Anesthesia, Hatyai, Songkla, Thailand

*Sunisa Chatmongkolchart, Department of Anesthesia, Faculty of Medicine, Prince of Songkla University, Hatyai, Songkla, 90110, Thailand. csunisa@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Supplementary oxygen is routinely administered to low-risk pregnant women during an elective caesarean section under regional anaesthesia; however, maternal and foetal outcomes have not been well established.

Objectives

The primary objective was to determine whether supplementary oxygen given to low-risk term pregnant women undergoing elective caesarean section under regional anaesthesia can prevent maternal and neonatal desaturation. The secondary objective was to compare the mean values of maternal and neonatal blood gas levels between mothers who received supplementary oxygen and those who did not (control group).

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library, Issue 2, 2012), MEDLINE (1948 to February 2012) and EMBASE (1980 to February 2012). We did not apply language restrictions.

Selection criteria

We included randomized controlled trials of low-risk pregnant women undergoing an elective caesarean section under regional anaesthesia and compared outcomes with, and without, oxygen supplementation.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data, assessed methodological quality and performed subgroup and sensitivity analyses.

Main results

We included 10 trials with a total of 683 participants. Supplementary oxygen administration varied widely in dose and duration between trials. No cases of maternal desaturation were reported, although none of the 10 trials focused on maternal desaturation. Significant differences were noted in maternal oxygen saturation (higher with oxygen, N = three trials; mean difference (MD) 1.6%, 95% confidence interval (CI) 0.8 to 2.3, P < 0.0001), maternal PaO2 (oxygen pressure in the blood; higher with oxygen, N = six trials; MD 141.8 mm Hg, 95% CI 109.3 to 174.3, P < 0.00001), neonatal UaPO2 (foetal umbilical arterial blood; higher with oxygen, N = eight trials; MD 3.3 mm Hg, 95% CI 1.8 to 4.9, P < 0.0001) and UvPO2 (foetal umbilical venous blood; higher with oxygen, N = 10 trials; MD 5.9 mm Hg, 95% CI 3.2 to 8.5, P < 0.0001). No significant differences were reported in neonatal UapH (N = eight trials; MD 0.00, 95% CI -0.01 to 0.00, P = 0.26) and in average Apgar scores at one minute (N = five trials; MD 0.07, 95% CI -0.20 to 0.34, P = 0.6) and at five minutes (N = five trials; MD 0.00, 95% CI -0.06 to 0.05, P = 0.91).

Only two out of 10 trials had a low risk of bias in all categories. When we separated the studies into low risk and high risk for bias, we found substantial statistical heterogeneity. None of the low-risk studies showed a significant difference in neonatal UaPO2 between the two intervention groups, whereas the high-risk studies showed a benefit for the neonatal oxygen group.

The level of oxygen free radicals (malondialdehyde (MDA) and 8-isoprostane) was higher in participants who received supplementary oxygen (N = two trials; MD 0.2 µmol/L, 95% CI 0.1 to 0.4, P = 0.0002; MD 64.3 pg/mL, 95% CI 51.7 to 76.8, P < 0.00001, respectively).

Authors' conclusions

Current evidence suggests that supplementary oxygen given to healthy term pregnant women during elective caesarean section under regional anaesthesia is associated with higher maternal and neonatal oxygen levels (maternal SpO2, PaO2, UaPO2 and UvPO2) and higher levels of oxygen free radicals. However, the intervention was neither beneficial nor harmful to the neonate's short-term clinical outcome as assessed by Apgar scores.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Comparing supplemental oxygen with room air for low-risk pregnant women undergoing an elective caesarean section under regional anaesthesia

Administration of supplementary oxygen to pregnant women during planned caesarean section under epidural or spinal anaesthesia has been recommended in clinical practice for reasons related to the foetus (unborn baby). It was thought to provide the foetus with a supplementary store of oxygen that would help it withstand any unforeseen intraoperative or postnatal oxygen deprivation. Previous studies showed that this provided better maternal and foetal oxygenation in terms of oxygen saturation (a measure of how much oxygen the blood is carrying), PaO2 (oxygen pressure in the blood) and pH (a measure of acidity or alkalinity), but clear evidence on foetal clinical outcomes has not been obtained.

This Cochrane review examined the results of 10 studies, which included 683 healthy term pregnant women scheduled for elective caesarean section under regional anaesthesia. The studies compared maternal and neonatal outcomes when pregnant women received supplementary oxygen versus room air. Oxygen was administered to the women in different ways. Oxygen delivery devices included a nasal cannula, simple face masks, a mask with a reservoir bag and high-flow oxygen therapy devices. The concentration of oxygen given to each woman varied from around 20% to as high as 100% according to the oxygen flow.

No cases of problematic low maternal or neonatal oxygen levels were reported, although none of the 10 studies focused on maternal changes in oxygen saturation.

Overall, the results of our review suggest that pregnant women receiving supplementary oxygen in comparison with room air had significantly higher oxygen saturation (three trials) and partial pressure of oxygen in arterial blood (five trials), as well as a significantly higher partial pressure of oxygen in both the umbilical artery and the umbilical vein (eight and 10 trials, respectively). However, no differences were noted in routine measures of foetal well-being (Apgar scores) when mothers who received supplementary oxygen were compared with those who did not. Two trials reported higher markers of free radicals (perhaps indicating stress from excess oxygen) in mothers and foetuses when supplementary oxygen was given, but this is of unknown importance. Overall, we found no convincing evidence that giving oxygen in this situation is either beneficial or harmful for mother or foetus.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxygénothérapie pour la césarienne durant l'anesthésie locale

Contexte

L'oxygénothérapie est administrée systématiquement aux femmes enceintes à faible risque lors d'une césarienne de convenance sous anesthésie locale ; cependant, les critères de jugement maternels et fœtaux n'ont pas été établis correctement.

Objectifs

L'objectif principal était de déterminer si une oxygénothérapie administrée aux femmes enceintes à faible risque, arrivées à terme, subissant une césarienne de convenant sous anesthésie locale pouvait prévenir la désaturation de la mère et du nouveau-né. L'objectif secondaire était de comparer les valeurs moyennes des taux de gaz dans le sang de la mère et du nouveau-né entre les mères ayant reçu une oxygénothérapie et celles n'en ayant pas reçu (groupe témoin).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, numéro 2, 2012), les bases de données MEDLINE (de 1948 à février 2012) et EMBASE (de 1980 à février 2012). Nous n’avons imposé aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés portant sur des femmes enceintes à faible risque subissant une césarienne de convenance sous anesthésie locale et avons comparé les critères de jugement avec et sans oxygénothérapie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait les données, évalué la qualité méthodologique et procédé à des analyses en sous-groupe et à des analyses de sensibilité de façon indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 10 essais totalisant 683 participants. L'administration d'une oxygénothérapie a varié de façon importante entre les essais en termes de dose et de durée. Il n'a été rapporté aucun cas de désaturation de la mère, bien qu'aucune des 10 études ne se concentrait sur ce critère. Des différences significatives ont été constatées en termes de saturation en oxygène de la mère (supérieure avec l'oxygène, N = trois essais ; différence moyenne (DM) 1,6 %, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,8 à 2,3, P < 0,0001), de PaO2 de la mère (pression d'oxygène dans le sang ; supérieure avec l'oxygène, N = six essais ; DM 141,8 mm Hg, IC à 95 % 109,3 à 174,3, P < 0,00001), de UaPO2 du nouveau-né (sang de l'artère ombilicale du fœtus ; supérieur avec l'oxygène, N = huit essais ; DM 3,3 mm Hg, IC à 95 % 1,8 à 4,9, P < 0,0001) et de UvPO2 (sang de la veine ombilicale du fœtus ; supérieur avec l'oxygène, N = 10 essais ; DM 5,9 mm Hg, IC à 95 % 3,2 à 8,5, P < 0,0001). Aucune différence significative n'a été rapportée en termes de UapH du nouveau-né (N = huit essais ; DM 0,00, IC à 95 % -0,01 à 0,00, P = 0,26) et de scores Apgar moyens à une minute (N = cinq essais ; DM 0,07, IC à 95 % -0,20 à 0,34, P = 0,6) et à cinq minutes (N = cinq essais ; DM 0,00, IC à 95 % -0,06 à 0,05, P = 0,91).

Seuls deux essais sur 10 présentaient de faibles risques de biais dans toutes les catégories. Lorsque nous avons séparé les études selon qu'elles présentaient des risques de biais faibles ou élevés, nous avons trouvé une hétérogénéité statistique substantielle. Aucune des études à faible risque n'a montré de différence significative en termes de UaPO2 du nouveau-né entre les deux groupes d'intervention, tandis que les études à haut risque ont montré un bénéfice pour le groupe sous oxygène pour les nouveau-nés.

La concentration en radicaux libres oxygénés (malondialdéhyde (MDA) et 8-isoprostane) a été supérieure chez les participantes qui recevaient une oxygénothérapie (N = deux essais ; DM 0,2 µmol/L, IC à 95 % 0,1 à 0,4, P = 0,0002 ; DM 64,3 pg/mL, IC à 95 % 51,7 à 76,8, P < 0,00001, respectivement).

Conclusions des auteurs

Les preuves actuelles suggèrent qu'une oxygénothérapie administrée à des femmes enceintes en bonne santé arrivées à terme durant une césarienne de convenance sous anesthésie locale est associée à de plus fortes concentrations en oxygène chez la mère et le nouveau-né (SpO2, PaO2, UaPO2 et UvPO2 de la mère) et à des taux supérieurs de radicaux libres oxygénés. Cependant, l'intervention n'a été ni bénéfique ni nocive concernant les critères de jugement cliniques à court terme des nouveau-nés, tels qu'évalués par les scores Apgar.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxygénothérapie pour la césarienne durant l'anesthésie locale

Comparaison de l'oxygénothérapie à l'air ambiant pour les femmes enceintes à faible risque subissant une césarienne de convenance sous anesthésie locale

L'administration d'une oxygénothérapie aux femmes enceintes durant une césarienne planifiée sous anesthésie péridurale ou rachianesthésie a été recommandée dans la pratique clinique pour des raisons liées au fœtus (bébé à naître). On pensait qu'elle apportait au fœtus une réserve supplémentaire d'oxygène qui l'aiderait à supporter une privation d'oxygène peropératoire ou postnatale imprévue. Des études précédentes ont montré que cela apportait une meilleure oxygénation de la mère et du fœtus en termes de saturation en oxygène (une mesure de la quantité d'oxygène contenue dans le sang), de PaO2 (pression d'oxygène dans le sang) et de pH (une mesure de l'acidité ou de l'alcalinité), mais aucune preuve claire concernant les critères d'évaluation cliniques pour le fœtus n'a été obtenue.

Cette revue Cochrane a examiné les résultats de 10 études ayant porté sur 683 femmes enceintes en bonne santé arrivées à terme et programmées pour recevoir une césarienne de convenance sous anesthésie locale. Les études comparaient des critères d'évaluation chez la mère et le nouveau-né lorsque les femmes enceintes recevaient une oxygénothérapie versus de l'air ambiant. L'oxygène a été administré aux femmes de différentes manières. Les dispositifs d'apport d'oxygène comprenaient une canule nasale, de simples masques faciaux, un masque pourvu d'un ballon réservoir et des dispositifs d'oxygénothérapie à haut débit. La concentration en oxygène administrée à chaque femme variait d'environ 20 % à 100 %, selon le débit d'oxygène.

Aucun cas de faibles taux d'oxygène problématiques chez la mère ou le nouveau-né n'a été rapporté, bien qu'aucune des 10 études ne se concentrait sur les changements de saturation en oxygène chez la mère.

Globalement, les résultats de notre revue suggèrent que les femmes enceintes recevant une oxygénothérapie comparée à de l'air ambiant avaient une saturation en oxygène (trois essais) et une pression partielle en oxygène dans le sang artériel (cinq essais) significativement supérieures, ainsi qu'une pression partielle en oxygène dans l'artère ombilicale et la veine ombilicale significativement supérieure (huit et dix essais, respectivement). Cependant, il n'a été constaté aucune différence en termes de mesures systématiques du bien-être du fœtus (scores Apgar) lorsque les mères qui recevaient une oxygénothérapie étaient comparées à celles n'en recevant pas. Deux essais ont rapporté un plus grand nombre de marqueurs de radicaux libres (indiquant peut-être un stress dû à un excès d'oxygène) chez les mères et les fœtus lorsqu'une oxygénothérapie était administrée, mais on en ignore l'importance. Globalement, nous n'avons trouvé aucune preuve convaincante confirmant que l'administration d'oxygène dans cette situation était bénéfique ou nocive pour la mère ou le fœtus.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th August, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.