Amniotomy for shortening spontaneous labour

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Intentional artificial rupture of the amniotic membranes during labour, sometimes called amniotomy or 'breaking of the waters', is one of the most commonly performed procedures in modern obstetric and midwifery practice. The primary aim of amniotomy is to speed up contractions and, therefore, shorten the length of labour. However, there are concerns regarding unintended adverse effects on the woman and baby.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of amniotomy alone for (1) routinely shortening all labours that start spontaneously, and (2) shortening labours that have started spontaneously, but have become prolonged.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 November 2010).

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing amniotomy alone versus intention to preserve the membranes. We excluded quasi-randomised trials.

Data collection and analysis

Two authors assessed identified studies for inclusion, assessed risk of bias and extracted data. Primary analysis was by intention to treat.

Main results

We have included 15 studies in this updated review, involving 5583 women. There was no clear statistically significant difference between the amniotomy and control groups in length of the first stage of labour (mean difference (MD) -20.43 minutes, 95% confidence interval (CI) -95.93 to 55.06), caesarean section (risk ratio (RR) 1.27, 95% CI 0.99 to 1.62), maternal satisfaction with childbirth experience (standardised mean difference (SMD) 0.27, 95% CI -0.49 to 1.04) or low Apgar score less than seven at five minutes (RR 0.57, 95% CI 0.31 to 1.06). There was no consistency between papers regarding the timing of amniotomy during labour in terms of cervical dilatation.

Authors' conclusions

On the basis of the findings of this review, we cannot recommend that amniotomy should be introduced routinely as part of standard labour management and care. We do recommend that the evidence presented in this review should be made available to women offered an amniotomy and may be useful as a foundation for discussion and any resulting decisions made between women and their caregivers.

Résumé

Amniotomy for shortening spontaneous labour

Contexte

La rupture artificielle intentionnelle des membranes amniotiques durant le travail, parfois appelée amniotomie ou « rupture de la poche des eaux », est l’une des procédures les plus couramment réalisées dans la pratique obstétrique et dans les soins obstétriques modernes. L'objectif principal de l’amniotomie consiste à accélérer les contractions et ainsi à raccourcir la durée du travail. Des préoccupations ont toutefois été avancées quant aux effets indésirables non voulus sur la mère et le bébé.

Objectifs

Déterminer l’efficacité en pratique et l’innocuité de l’amniotomie seule pour (1) raccourcir systématiquement tout travail ayant débuté de manière spontanée et (2) raccourcir un travail s'étant déclenché spontanément mais se révélant prolongé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (30 novembre 2010).

Critères de sélection

Essais cliniques randomisés comparant l’amniotomie seule à l’intention de préserver les membranes. Nous avons exclu les essais quasi-randomisés.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les études identifiées pour l’inclusion ainsi que le risque de biais et ont extrait les données. L’analyse principale a été faite en ’intention de traiter.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 15 études de 5 583 femmes dans cette revue mise à jour. Aucune différence statistiquement significative claire n’a été notée entre l’amniotomie et les groupes contrôles quand à la durée de la première phase du travail (différence moyenne (DM) -20,43 minutes, intervalle de confiance (IC) à 95 % -95,93 à 55,06), au risque de césarienne (rapport de risques (RR) 1,27, IC à 95 % 0,99 à 1,62), la satisfaction de la mère quant à l’expérience de l’accouchement (différence moyenne standardisée (DMS) 0,27, IC à 95 % -0,49 à 1,04) ou un score d’Apgar faible inférieur à sept à cinq minutes (RR 0,57, IC à 95 % 0,31 à 1,06). Il n’y avait aucune uniformité entre les articles quant au moment de l’amniotomie durant le travail en termes de dilatation cervicale.

Conclusions des auteurs

Sur la base des résultats de cette revue, nous ne sommes pas en mesure de recommander l’introduction systématique de l’amniotomie dans le cadre de la gestion standard du travail. Nous recommandons que les preuves présentées dans cette revue soient mises à la disposition des femmes auxquelles une amniotomie est proposée et qu’elles servent de fondement à toute discussion et à toute décision prise entre les femmes et leurs soignants.

Plain language summary

Amniotomy for shortening spontaneous labour

Evidence does not support the routine breaking the waters for women in spontaneous labour.

The aim of breaking the waters (also known as artificial rupture of the membranes, ARM, or amniotomy), is to speed up and strengthen contractions, and thus shorten the length of labour. The membranes are punctured with a crochet-like long-handled hook during a vaginal examination, and the amniotic fluid floods out. Rupturing the membranes is thought to release chemicals and hormones that stimulate contractions. Amniotomy has been standard practice in recent years in many countries around the world. In some centres it is advocated and performed routinely in all women, and in many centres it is used for women whose labours have become prolonged. However, there is little evidence that a shorter labour has benefits for the mother or the baby. There are a number of potential important but rare risks associated with amniotomy, including problems with the umbilical cord or the baby's heart rate.

The review of studies assessed the use of amniotomy routinely in all labours that started spontaneously. It also assessed the use of amniotomy in labours that started spontaneously but had become prolonged. There were 15 studies identified, involving 5583 women, none of which assessed whether amniotomy increased women's pain in labour. The evidence showed no shortening of the length of first stage of labour and a possible increase in caesarean section. Routine amniotomy is not recommended for normally progressing labours or in labours which have become prolonged.

Résumé simplifié

Amniotomy for shortening spontaneous labour

Amniotomie pour raccourcir la durée du travail spontané

Les preuves obtenues n’étant pas en faveur d’une rupture systématique de la poche des eaux chez les femmes entrées spontanément en travail.

L’objectif de la rupture de la poche des eaux (également appelée rupture artificielle des membranes, RAM ou amniotomie) consiste à accélérer et à intensifier les contractions, et donc à raccourcir la durée du travail. Les membranes sont perforées avec un crochet à manche long au cours d’un examen vaginal afin que le liquide amniotique puisse s’écouler. La rupture des membranes est supposée libérer des produits chimiques et des hormones qui stimulent les contractions. L’amniotomie a fait partie de la pratique standard dans de nombreux pays du monde entier au cours des dernières années. Elle est préconisée et effectuée systématiquement sur toutes les femmes dans certains centres et de nombreux centres l’utilisent pour les femmes dont le travail dure longtemps. Les preuves suggérant qu’un travail plus court est bénéfique pour la mère ou le bébé sont toutefois minimes. Plusieurs risques potentiels importants, quoique rares, sont associés à l’amniotomie, notamment des problèmes au niveau du cordon ombilical ou de la fréquence cardiaque du bébé.

La revue des études a évalué l’utilisation systématique de l’amniotomie dans tout travail débuté spontanément. Elle a également évalué le recours à l’amniotomie pour tout travail commencé spontanément mais durant depuis longtemps. Quinze études portant sur 5 583 femmes ont été identifiées, mais aucune d’entre elles n’a déterminé si l’amniotomie augmentait la douleur des mères durant le travail. Les preuves n’ont montré aucun raccourcissement de la durée de la première phase du travail et une éventuelle augmentation du nombre de césariennes. L’amniotomie systématique n’est pas recommandée en cas de travail se déroulant normalement ou durant longtemps.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français