Get access

Progesterone for preventing pre-eclampsia and its complications

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Shireen Meher,

    Corresponding author
    1. The University of Liverpool, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK
    • Shireen Meher, Department of Women's and Children's Health, The University of Liverpool, First Floor, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. smeher@liv.ac.uk.

    Search for more papers by this author
  • Lelia Duley

    1. University of Nottingham, Nottingham Clinical Trials Unit, Nottingham, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

In the past, progesterone has been advocated for prevention of pre-eclampsia. Although progestogens were never widely used for this purpose in clinical practice, new hypothesis have emerged which suggest progesterone may have a role in promoting immunological tolerance between the fetus and mother, and may reduce risk of pre-eclampsia.

Objectives

To assess the effects of progesterone during pregnancy on risk of pre-eclampsia and its complications.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 January 2011) and the metaRegister of Controlled Trials (2 June 2010).

Selection criteria

Randomised trials evaluating progesterone or other progestogen during pregnancy for prevention of pre-eclampsia and its complications.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies for inclusion and extracted data.

Main results

We included four trials of variable quality (1445 women). Three trials compared progesterone injections, and one compared progestogen vaginal gel, with no progesterone. There was insufficient evidence to demonstrate any clear differences between the two groups on risk of pre-eclampsia (three trials, 1277 women; risk ratio (RR) 1.25, 95% confidence interval (CI) 0.95 to 1.63), death of the baby (four trials, 2594 babies; RR 1.34, 95% CI 0.78 to 2.31), preterm birth (three trials, 1313 women; RR 1.01, 95% CI 0.93 to 1.10), small-for-gestational-age babies (one trial, 168 women; RR 0.82, 95% CI 0.19 to 3.57), major congenital defects (three trials, 2436 babies; one trial, no events, two trials RR 1.19 , 95% CI 0.31 to 4.52), or any other outcome reported. There were no reported cases of masculinisation of female babies (one trial, 128 women).

Long-term follow-up for the children has been reported in one trial, but we have excluded these data from the review as 54% were lost to follow-up at one year and 80% at 16 years.

In one trial comparing progesterone injections with placebo, over 60% of women in both the progesterone and placebo groups had side effects which were generally mild and most often limited to the injection site.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence for reliable conclusions about the effects of progesterone for preventing pre-eclampsia and its complications. Therefore, progesterone should not be used for this purpose in clinical practice at present.

摘要

背景

用黃體酮(progesterone)來預防子癲前症(preeclampsia)以及相關併發症

以往,人們都提倡以黃體酮來預防子癲前症以及相關的併發症。雖然在目前的臨床實例中,並不是因為這個目的而使用黃體酮類藥物,但是在評估這類藥物潛在之優點與危險的證據時,還是會跟這個目的扯上關係。

目標

針對產生子癲前症以及相關併發症的風險而言,要評估在懷孕期間使用黃體酮的效力。

搜尋策略

我們搜尋了the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register(2006年四月)、the Cochrane Central Register of Controlled Trials(The Cochrane Library 2006年,Issue 2),以及EMBASE(1974年到2005年八月)。

選擇標準

在懷孕期間,評估使用的黃體酮或是其他任何種類的黃體素(progestogen),對預防子癲前症以及相關的併發症之的隨機試驗。

資料收集與分析

有2位審稿的作者,獨立地針對結論與而評估了這些研究,並擷取出資料。

主要結論

其中包含了2組品質不明的試驗(296名婦女)。這些試驗將注射黃體酮與不使用黃體酮進行了比較。在2個組別之間,並沒有足夠的證據可以證實下列有任何明顯的差異:子癲前症(1份試驗, 128個婦女; 相對風險(RR) 0.21, 95% 信賴區間(CI) 0.03 to 1.77)、嬰兒的死亡率(2份試驗, 296個婦女; RR 0.72, 95% CI 0.21 to 2.51)、早產(1份試驗, 168個婦女 R 1.10, 95% CI 0.33 to 3.66)、小於妊娠年齡的嬰兒(1份試驗, 168個婦女; RR 0.83, 95% CI 0.19 to 3.57),或是重要的先天性缺陷(1份試驗, 168個婦女; RR 1.65, 95% CI 0.28 to 9.62)。對於女寶寶來說,並沒有報告指出曾有男性化的例子(共1組試驗,128名婦女)。在其中1組試驗當中,有關於這些孩子的長期後續報告,但是這些資料已從排除在本篇回顧之外,因為在1歲時有54% 的資料遺失了,而到了16年的時候則有80% 的資料遺失。

作者結論

關於用來預防子癲前症與相關之併發症的黃體酮之效力,還沒有足夠的證據可作出令人感到信賴的結論。因此,在現行的臨床實務中,還不應該針對這個目的來使用黃體酮。除非有新的、具備理論根據的學說出現,並可用來證實黃體酮在罹患子癲前症中的角色,否則不太可能會先進行更深入的黃體酮試驗。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

並沒有良好的證據可以證實,對懷孕婦女給予黃體酮這種荷爾蒙,將能夠幫助婦女們與嬰兒們避免子癲前症的問題。 子癲前症是一種嚴重的妊娠併發症,在婦女身上的發生率約為2% 到8% 。實驗已經證實這樣的疾病會使血壓升高,並讓尿液中的蛋白質變多,但是婦女們在初期的時候通常不會產生任何症狀。經由胎盤中的血管收縮,它可以干擾食物與氧氣送往胎兒的過程,因此會防礙嬰兒的生長,並造成嬰兒過早出生的現象。因為婦女會發生腎臟、肝臟、腦部,以及血液凝固系統等部位的問題,而使得她們受到影響。在很久以前,有1種理論認為,子癲前症可能是因為缺乏黃體酮而產生,所以有人認為在懷孕期間對婦女給予黃體酮,或許可以幫助她們避免子癲前症。本篇回顧發現了2組試驗,當中包含296名婦女。並沒有足夠的證據可以聲稱黃體酮是否有效,而且在潛在的不良狀況方面,也只有很少的資訊。根據更近期的補充證據,目前這樣的理論已被認為在操作上不具備良好的基礎。所以,儘管在其他的狀況中,黃體酮的測試顯示了可能性的助益,但仍不應該在懷孕的時候因為這樣的目的,而使用黃體酮來試著降低子癲前症的發生率。

Résumé scientifique

Utilisation de la progestérone pour prévenir la pré-éclampsie et ses complications

Contexte

Auparavant, il était recommandé de donner de la progestérone pour prévenir l'apparition d'une pré-éclampsie. Bien que les progestatifs n'ont jamais été utilisés à cette fin à grande échelle dans la pratique clinique, de nouvelles hypothèses ont vu le jour. Celles-ci proposaient l'idée selon laquelle l'administration de progestérone pourrait favoriser la tolérance immunitaire entre le fœtus et la mère et pourrait réduire le risque de survenue d'une pré-éclampsie.

Objectifs

Évaluer les effets de la prise de progestérone pendant la grossesse pour prévenir le risque de pré-éclampsie et de ses complications.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2001) et dans le meta- registre des essais contrôlés (2 juin 2010).

Critères de sélection

Des essais randomisés évaluant la prise de progestérone ou autres progestatifs au cours de la grossesse afin de prévenir l'apparition d'une pré-éclampsie et de ses complications.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de façon indépendante, évalué les études à inclure et extrait les données.

Résultats principaux

On a inclut quatre essais de qualité variable (1 445 femmes). Trois d'entre eux comparaient les injections de progestérone, et la dernière comparait le gel vaginal à base de progestatifs, à aucune administration de progestérone. Il n'existait pas suffisamment de preuves pour mettre en évidence des différences nettes entre les deux groupes quant aux risques de pré-éclampsie (trois essais, 1 277 femmes, risque relatif (RR) 1,25, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,95 à 1,63), décès du bébé (quatre essais, 2 594 bébés ; RR 1,34, IC à 95 % 0,78 à 2,31), accouchement prématuré (trois essais, 1 313 femmes ; RR 1,01, IC à 95 % 0,93 à 1,10), petits bébés pour l'âge gestationnel (un essai, 168 femmes ; RR 0,82, IC à 95 % 0,19 à 3,57), anomalies congénitales importantes (trois essais, 2 436 bébés ; un essai, aucun événement, deux essais avec RR 1,19, IC à 95 % 0,31 à 4,52) ou tout autre résultat rapporté. Aucun cas de masculinisation de bébés de sexe féminin n'a été signalé (un essai, 128 femmes).

Un suivi à long terme des enfants a été mentionné dans un essai. Cependant, on a exclut ces données de la revue, étant donné que 54 % des enfants ont été perdus de vue à l'âge d'un an et 80 % à l'âge de 16 ans.

Dans un essai comparant les injections de progestérone à celles de placebo, plus de 60 % des femmes dans les deux groupes recevant les injections de progestérone et de placebo présentaient des effets secondaires généralement modérés et le plus souvent limités au point d'injection.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves permettant de tirer des conclusions fiables sur les effets relatifs à l'administration de progestérone pour prévenir l'apparition d'une pré-éclampsie et de ses complications. C'est pourquoi, actuellement il ne faut pas utiliser la progestérone à cette fin dans la pratique clinique.

Plain language summary

Progesterone for preventing pre-eclampsia and its complications

No good evidence that giving the hormone progesterone to pregnant women will help women and babies avoid the problems of pre-eclampsia.

Pre-eclampsia is a serious complication of pregnancy occurring in about 2% to 8% of women. It is identified by increased blood pressure and protein in the urine, but women often suffer no symptoms initially. It can, through constriction of the blood vessels in the placenta, interfere with food and oxygen passing to the baby, thus inhibiting the baby's growth and causing the baby to be born too soon. Women can be affected through problems in their kidneys, liver, brain, and clotting system. One theory is that is that pre-eclampsia might be associated with a shortage of progesterone, and so it has been suggested that giving women progesterone during pregnancy might help them to avoid pre-eclampsia. The review found four trials involving 1445 women. There were insufficient data be to be able to say if progesterone helped, and there was very little information on potential adverse outcomes. So progesterone should not be used in pregnancy for the purpose of trying to reduce the incidence of pre-eclampsia, and further testing is needed.

Résumé simplifié

Utilisation de la progestérone pour prévenir la pré-éclampsie et ses complications

Il n'existe aucune preuve probante permettant d'affirmer que l'administration de progestérone aux femmes enceintes leur permettra, ainsi qu'à leurs bébés, d'éviter des problèmes de santé liés à la pré-éclampsie.

La pré-éclampsie est une complication grave de la grossesse qui concerne environ 2% à 8 % des femmes. Il est possible de la détecter par une augmentation de la tension artérielle et du taux de protéines dans les urines, mais initialement les femmes atteintes par cette pathologie ne présentent fréquemment aucun symptôme. Cette affection peut, en raison de la constriction des vaisseaux sanguins dans le placenta, entraver le passage de l'oxygène et des nutriments au bébé, inhibant ainsi sa croissance et entraînant sa naissance prématurée. Cette maladie peut se manifester chez les femmes par des problèmes rénaux, hépatiques, cérébraux et au niveau du système de coagulation. Il existe une théorie selon laquelle la pré-éclampsie pourrait être associée à un manque de progestérone. Ainsi, il a été suggéré que l'administration de progestérone aux femmes pendant leur grossesse pourrait les aider à éviter la survenue de cette affection. La revue a trouvé quatre essais portant au total sur 1 445 femmes. Cependant, il n'y avait pas suffisamment de données permettant d'affirmer que l'administration de progestérone a permis d'aider ces femmes. De plus, il existait très peu de données relatives aux effets indésirables éventuels. Par conséquent, il ne faut pas utiliser la progestérone pendant la grossesse dans le but d'essayer de réduire l'incidence de la pré-éclampsie, mais il faut réaliser d'autres analyses à ce sujet.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article