This is not the most recent version of the article. View current version (9 DEC 2013)

Intervention Review

Serotonin receptor antagonists for highly emetogenic chemotherapy in adults

  1. Atto Billio1,*,
  2. Enrico Morello2,
  3. Mike J Clarke3

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 20 JAN 2010

Assessed as up-to-date: 21 MAR 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD006272.pub2


How to Cite

Billio A, Morello E, Clarke MJ. Serotonin receptor antagonists for highly emetogenic chemotherapy in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD006272. DOI: 10.1002/14651858.CD006272.pub2.

Author Information

  1. 1

    Central Hospital S, Maurizio, Department of Haematology and Bone Marrow Transplantation, Bolzano, Italy

  2. 2

    Spedali Civili di Brescia, Haematolgy Department, Brescia, Italy

  3. 3

    UK Cochrane Centre, Oxford, UK

*Atto Billio, Department of Haematology and Bone Marrow Transplantation, Central Hospital S, Maurizio, Bolzano, 39100, Italy. abillio@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 20 JAN 2010

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (09 DEC 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Serotonin receptor antagonists (5-HT3 RAs) are used to control chemotherapy-induced emesis. Although they have the same general mechanism of action (blockade of serotonin receptors), they have different chemical structures and may have different effects.

Objectives

To compare efficacy of different serotonin receptor antagonists (5-HT3 RAs) in the control of acute and delayed emesis induced by highly emetogenic chemotherapy.

Search methods

We searched CENTRAL, the Specialised Register of the Cochrane PaPaS Group, PubMed, EMBASE, and LILACS databases. Our most recent search was in March 2009.

Selection criteria

Randomised trials comparing 5-HT3 RAs in an adult cancer population.

Data collection and analysis

We extracted information from the included studies on the control of acute and delayed nausea and vomiting, either as a single or a combined outcome. Where appropriate, we combined the results of similar trials. We carried out sensitivity and subgroup analyses to test the robustness of our findings.

Main results

We included 16 randomised trials (7808 participants). Nine of the trials compared granisetron versus ondansetron. No other drug comparison was studied in more than one trial. The meta-analyses of the granisetron versus ondansetron trials found similar results for the two drugs on acute vomiting (eight trials, 4256 participants, odds ratio (OR) 0.89; 95% CI 0.78 to 1.02), acute nausea (seven trials, 4160 participants, OR 0.97; 95% CI 0.85 to 1.10), delayed vomiting (three trials, 1119 participants, OR 1.00; 95% CI 0.74 to 1.34) and delayed nausea (two trials, 1024 participants, OR 0.96; 95% CI 0.75 to 1.24). Granisetron and ondansetron showed similar effects on headache and diarrhoea, with the possible exception of less constipation associated with ondansetron.

One study of 1114 participants comparing palonosetron plus dexamethasone versus granisetron plus dexamethasone showed superiority of palonosetron in controlling delayed vomiting (OR 1.45; 95% CI 1.14 to 1.85) and delayed nausea (OR 1.63; 95% CI 1.27 to 2.10). Complete response for delayed nausea and vomiting was also in favour of the combination palonosetron and dexamethasone (OR 1.63; 95% CI 1.29 to 2.07).

Authors' conclusions

Ondansetron and granisetron appear to be equivalent drugs for the prevention of acute and delayed emesis following the use of highly emetogenic chemotherapy.

According to one single trial the combination of palonosetron and dexamethasone was superior to granisetron and dexamethasone in controlling delayed emesis. However, more evidence is needed before palonosetron could become the candidate 5-HT3 RA for the control of delayed emesis induced by highly emetogenic chemotherapy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Serotonin receptor antagonists to prevent nausea and vomiting after chemotherapy

Nausea and vomiting are among the most distressing side effects associated with chemotherapy for cancer patients. The search for the best way to prevent these symptoms is ongoing. The development of a group of drugs that act as highly selective antagonists for the serotonin (5-HT3) receptors which may trigger the symptoms was a major step forward. These anti-emetic drugs, called serotonin receptor agonists (5-HT3 RAs, for short), gave better control than a commonly used drug, metoclopramide.

Today, the use of 5-HT3 RAs in the patient's treatment plan, either alone or in combination with other drugs, is regarded as the 'gold standard' alongside chemotherapy that is known to cause many patients to experience nausea and vomiting. There are several 5-HT3 RAs, and although they have different chemical structures they all work in similar ways by blocking the serotonin receptors. However, it is worthwhile knowing if there are important differences in the effects of 5-HT3 RAs, which include ondansetron, granisetron, tropisetron, dolasetron and palonosetron. This systematic review set out to compare these drugs to see if one of them is more effective. However, we found only a small number of trials evaluating tropisetron, dolasetron, ramosetron and palonosetron, so we cannot be sure about how they rank against the other drugs. Most of the trials compared granisetron versus ondansetron and so we were only able to combine the results of trials of this comparison. We found that the effects of granisetron and ondansetron were similar. We were able to study their effects on several outcomes and found similarities for acute vomiting, acute nausea, combined acute nausea and vomiting, delayed vomiting, delayed nausea and the combination of delayed vomiting and nausea. The two drugs were also similar for adverse events, including common side effects such as headache and diarrhoea, with the possible exception of less constipation with the use of ondansetron. This evidence shows that ondansetron and granisetron can be regarded as equivalent drugs for the prevention of acute and delayed nausea and vomiting for patients receiving chemotherapy. There is not enough evidence to know whether any of the different 5-HT3 RAs have similar or different effects. Therefore, the choice of which 5-HT3 RA to use for the prevention of acute nausea and vomiting should be influenced by local conditions, including the costs of the drugs and the ease with which they can be provided. One large study of 1114 participants comparing palonosetron plus dexamethasone versus granisetron plus dexamethasone showed palonosetron to be better at controlling delayed vomiting and delayed nausea. Palonosetron and dexamethasone combined appeared to be good at delaying nausea and vomiting. As the results from a single trial are limited, and also because another trial comparing palonosetron with ondansetron showed a lack of benefit, however, further evidence is needed before palonosetron can be recommended as the 5-HT3 RA of choice for the prevention of delayed nausea and vomiting.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antagonistes des récepteurs de la sérotonine pour la chimiothérapie hautement émétisante chez les adultes

Contexte

Les antagonistes des récepteurs de la sérotonine (AR 5-HT3) sont utilisés pour contrôler les vomissements induits par la chimiothérapie. Bien qu'ils aient le même mécanisme d'action général (blocage des récepteurs de sérotonine), ils ont des structures chimiques différentes et peuvent avoir des effets différents.

Objectifs

Comparer l'efficacité de différents antagonistes des récepteurs de la sérotonine (AR 5-HT3) pour le contrôle des vomissements aigus et différés induits par la chimiothérapie hautement émétisante.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté CENTRAL, le registre spécialisé du groupe Cochrane PaPaS, PubMed, EMBASE et LILACS. Notre recherche la plus récente a eu lieu en mars 2009.

Critères de sélection

Essais randomisés comparant les AR 5-HT3 au sein d'une population d'adultes atteints de cancer.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait des informations des études incluses sur le contrôle des nausées et vomissements aigus et différés, en tant que résultat seul ou combiné. Lorsque cela était possible, nous avons combiné les résultats des essais similaires. Nous avons réalisé des analyses de sensibilité et de sous-groupes pour vérifier la solidité de nos résultats.

Résultats Principaux

16 essais randomisés portant sur (7 808 participants) ont été inclus. Neuf essais comparaient le granisétron versus l'ondansétron. Aucune autre comparaison de médicaments n'était étudiée dans plus d'un essai. Les méta-analyses des essais sur granisétron versus ondansétron ont mis en évidence des résultats similaires pour les deux médicaments sur les vomissements aigus (huit essais, 4 256 participants, rapport des cotes (RC) 0,89 ; IC à 95% entre 0,78 et 1,02), nausées aiguës (sept essais, 4 160 participants, RC 0,97 ; IC à 95% entre 0,85 et 1,10), vomissements différés (trois essais, 1 119 participants, RC 1,00 ; IC à 95% entre 0,74 et 1,34) et nausées différées (deux essais, 1024 participants, RC 0,96 ; IC à 95 %, entre 0,75 et 1,24). Des résultats similaires ont été observés pour le granisétron et l'ondansétron sur les maux de tête et la diarrhée, avec l'éventuelle exception d'une constipation moindre associée à l'ondansétron.

Une étude avec 1 114 participants comparant palonosétron plus déxaméthasone versus granisétron plus déxaméthasone a mis en évidence la supériorité du palonosétron en termes de contrôle des vomissements différés (RC 1,45 ; IC à 95 % entre 1,14 et 1,85) et des nausées différées (RC 1,63 ; IC à 95 %, entre 1,27 et 2,10). La réponse complète pour les nausées et vomissements différés était également favorable à l'association palonosétron plus déxaméthasone (RC 1,63 ; IC à 95 %, entre 1,29 et 2,07).

Conclusions des auteurs

L'ondansétron et le granisétron semblent être des médicaments équivalents pour la prévention des nausées et vomissements aigus et différés après une chimiothérapie hautement émétisante.

Selon un essai unique, l'association de palonosétron et déxaméthasone est supérieure à l'association granisétron plus déxaméthasone pour contrôler les nausées et vomissements différés. Cependant, davantage de preuves sont nécessaires avant que le palonosétron ne devienne l'AR 5-HT3 de choix pour le contrôle des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie hautement émétisante.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antagonistes des récepteurs de la sérotonine pour la chimiothérapie hautement émétisante chez les adultes

Antagonistes des récepteurs de la sérotonine pour prévenir les nausées et vomissements après la chimiothérapie

Les nausées et vomissements font partie des effets secondaires les plus stressants associés à la chimiothérapie pour les patients atteints de cancer. Les recherches actuelles visent à déterminer le meilleur moyen pour prévenir ces symptômes. La mise au point d'un groupe de médicaments qui agissent comme des antagonistes très sélectifs des récepteurs de la sérotonine (5-HT3) qui peuvent déclencher les symptômes, est un grand pas en avant. Ces médicaments antiémétiques, que l'on appelle antagonistes des récepteurs de la sérotonine (abrégés sous le terme AR 5-HT3), permettent d'avoir un meilleur contrôle qu'un médicament fréquemment utilisé, le métoclopramide.

Aujourd'hui, l'utilisation des AR 5-HT3 dans le plan de traitement des patients, seuls ou en association à d'autres médicaments, est considérée comme la norme en chimiothérapie dont on sait qu'elle entraîne fréquemment des nausées et vomissements chez les patients. Il existe différents AR 5-HT3, et bien qu'ils aient des structures chimiques différentes, ils fonctionnent tous de manière similaire en bloquant les récepteurs de la sérotonine. Cependant, il est intéressant de savoir s'il existe des différences importantes au niveau des effets des AR 5-HT3, qui comprennent l'ondansétron, le granisétron, le tropisétron, le dolasétron et le palonosétron. Cette revue systématique avait pour objectif de comparer ces médicaments afin de déterminer si l'un d'entre eux est plus efficace. Cependant, nous n'avons trouvé qu'un petit nombre d'essais évaluant le tropisétron, le dolasétron, le ramosétron et le palonosetron ; nous ne pouvons donc pas indiquer avec certitude quel est leur classement par rapport aux autres médicaments. La plupart des essais comparaient le granisétron versus l'ondansétron. Nous n'avons donc été en mesure de combiner les résultats des essais que de cette comparaison. Nous avons trouvé que les effets du granisétron et de l'ondansétron étaient similaires. Nous avons pu étudier leurs effets sur différents résultats et avons trouvé des similarités pour les vomissements aigus, les nausées aiguës, les nausées et vomissements aigus combinés, les vomissements différés, les nausées différées et les nausées et vomissements différés combinés. Les deux médicaments étaient également similaires en termes d'événements indésirables, y compris des effets secondaires communs comme la céphalée et la diarrhée, avec l'éventuelle exception d'une constipation moindre avec l'ondansétron. Ces preuves montrent que l'ondansétron et le granisétron peuvent être considérés comme des médicaments équivalents pour la prévention des nausées et vomissements aigus et différés chez les patients se soumettant à une chimiothérapie. Les preuves ne sont pas suffisantes pour savoir si un des différents AR 5-HT3 a des effets similaires ou différents. Par conséquent, le choix de l'AR 5-HT3 à utiliser pour la prévention des nausées et vomissements aigus doit être influencé par les conditions locales, et notamment le prix des médicaments et la facilité avec laquelle ils peuvent être fournis. Une grande étude portant sur 1 114 participants comparant palonosétron plus déxaméthasone versus granisétron plus déxaméthasone a mis en évidence que le palonosétron contrôle plus efficacement les vomissements et les nausées différés. L'association du palonosétron et du déxaméthasone semble différer efficacement les nausées et les vomissements. Les résultats d'un seul essai étant limités et attendu également qu'un autre essai comparant le palonosétron et l'ondansétron a mis en évidence une absence de bénéfice, des preuves complémentaires sont nécessaires avant que le palonosétron puisse être recommandé en tant qu'AR 5-HT3 privilégié pour la prévention des nausées et vomissements différés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français