Intervention Review

Antipsychotic medications for cocaine dependence

  1. Laura Amato1,*,
  2. Silvia Minozzi1,
  3. Pier Paolo Pani2,
  4. Marina Davoli1

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 18 JUL 2007

Assessed as up-to-date: 9 MAY 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD006306.pub2


How to Cite

Amato L, Minozzi S, Pani PP, Davoli M. Antipsychotic medications for cocaine dependence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD006306. DOI: 10.1002/14651858.CD006306.pub2.

Author Information

  1. 1

    ASL RM/E, Department of Epidemiology, Rome, Italy

  2. 2

    Health District 8 (ASL 8) Cagliari, Social-Health Division, Cagliari, Sardinia, Italy

*Laura Amato, Department of Epidemiology, ASL RM/E, Via di Santa Costanza, 53, Rome, 00198, Italy. amato@asplazio.it.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JUL 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Cocaine dependence is a public health problem characterized by recidivism and a host of medical and psychosocial complications. Cocaine dependence remains a disorder for which no pharmacological treatment of proven efficacy exists, although considerable advances in the neurobiology of this addiction could guide future medication development

Objectives

To evaluate the efficacy and the acceptability of antipsychotic medications for cocaine dependence

Search methods

We searched the following sources: MEDLINE (1966 to October 2006), EMBASE (1980 to October 2006), CINAHL (1982 to October 2006), Cochrane Drug and Alcohol Group Specialised Register (October 2006). We also searched the reference lists of trials, the main electronic sources of ongoing trials (National Research Register, meta-Register of Controlled Trials; Clinical Trials.gov) and conference proceedings likely to contain trials relevant to the review.
All searches included also non-English language literature.

Selection criteria

All randomised controlled trials and controlled clinical trials with focus on the use of any antipsychotic medication for cocaine dependence

Data collection and analysis

Two authors independently evaluated the papers, extracted data, rated methodological quality

Main results

Seven small studies were included (293 participants): the antipsychotic drugs studied were risperidone, olanzapine and haloperidol. No significant differences were found for any of the efficacy measures comparing any antipsychotic with placebo. Risperidone was found to be superior to placebo in diminishing the number of dropouts, four studies, 178 participants, Relative Risk (RR) 0.77 (95% CI 0.77 to 0.98). Most of the included studies did not report useful results on important outcomes such as side effects, use of cocaine during treatment and craving.The results on olanzapine and haloperidol come from studies too small to give conclusive results.

Authors' conclusions

Although caution is needed when assessing results from a limited number of small clinical trials there is no current evidence, at the present , supporting the clinical use of antipsychotic medications in the treatment of cocaine dependence. Furthermore, most of the included studies did not report useful results on important outcomes such as side effects, use of cocaine during the treatment and craving. Aiming to answer the urgent demand of clinicians, patients, families, and the community as a whole for an adequate treatment for cocaine dependence, larger randomised investigations should be designed investigating relevant outcomes and reporting data to allow comparison of results between studies. Moreover some efforts should be done also to investigate the efficacy of other type medications, like anticonvulsant, currently used in clinical practice.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotic medications for cocaine dependence

Cocaine dependence is often associated with medical, psychological and social problems for the individual and public health problems for the community. Users have a role in the spread of the infectious diseases AIDS, hepatitis and tuberculosis as well as crime, violence and neonatal drug exposure. Medication with antidepressants, anticonvulsants such as carbamazepine, and dopamine agonists to assist in stopping cocaine use is not supported by evidence from Cochrane reviews. Use of antipsychotic agents has also been considered, particularly because cocaine can induce hallucinations and paranoia that mimic psychosis.
When all trial results comparing any antipsychotic drug to placebo were grouped together, antipsychotic drugs did not have any benefit in reducing dependency on cocaine. The review authors identified seven controlled trials involving a total of 293 adults, mean age 40 years. The studies were conducted in USA in both inpatient and outpatient settings and had a duration of 5 to 168 days (mean 61 days). Six trials randomised participants to receive an antipsychotic drug or placebo; the seventh compared olanzapine to haloperidol. The antipsychotic medications used were risperidone (three studies, 1 to 4 mg/day); olanzapine (three studies, 10 mg/day); and haloperidol (two studies, 4 and 10 mg/day). Risperidone treatment reduced the number of people who dropped out from treatment (three studies, 144 participants; relative risk 0.77, range 0.77 to 0.98); in individual studies olanzapine and haloperidol showed better results than placebo but the results come from studies to small to give them conclusive (34 participants) and (31participants) respectively. Information on acceptability of treatment in terms of side effects, abstinence from cocaine use and withdrawal symptoms was limited.The methodological quality of the small number of identified trials was good but the number of participants was small and a variety of ways of reporting results were used.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotiques contre la dépendance à la cocaïne

Contexte

La dépendance à la cocaïne est un problème de santé publique caractérisé par le récidivisme et une multitude de complications médicales et psychosociales. La dépendance à la cocaïne reste un trouble pour lequel il n’existe aucun traitement pharmacologique dont l’efficacité a été prouvée, bien que des avancées considérables dans le domaine de la neurobiologie de cette addiction pourraient orienter le développement de futurs médicaments

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'acceptabilité des antipsychotiques contre la dépendance à la cocaïne

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans les sources d'informations suivantes : MEDLINE (de 1966 à octobre 2006), EMBASE (de 1980 à octobre 2006), CINAHL (de 1982 à octobre 2006), la base de données spécialisée du groupe Cochrane sur les drogues et l’alcool (octobre 2006). Nous avons également effectué des recherches dans les listes de référence d'essais, les principales ressources électroniques des essais en cours (registre National Research Register, méta-Registre des essais contrôlés ; Clinical Trials.gov) et les actes de conférence susceptibles de présenter des essais pertinents pour cette revue.
Toutes ces recherches portaient également sur la littérature non anglophone.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés et les essais cliniques contrôlés axés sur l'utilisation des antipsychotiques contre la dépendance à la cocaïne

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les articles, extrait les données et noté la qualité méthodologique de façon indépendante.

Résultats Principaux

Sept petites études ont été incluses (293 participants) : les antipsychotiques étudiés étaient la rispéridone, l'olanzapine et l'halopéridol. Aucune différence significative n'a été notée pour les mesures de l'efficacité comparant les différents antipsychotiques à un placebo. La rispéridone s'est avérée plus efficace que le placebo pour réduire le nombre de sorties d'étude, quatre études, 178 participants, risque relatif (RR) 0,77 (IC à 95 % 0,77 à 0,98). La plupart des études incluses ne présentaient aucun résultat utile sur les critères de jugement importants tels que les effets secondaires, la consommation de cocaïne pendant le traitement et les envies impérieuses de consommer de la cocaïne. Les résultats sur l'olanzapine et l'halopéridol proviennent d'études qui sont trop petites pour être concluantes.

Conclusions des auteurs

Bien qu'il convienne de faire preuve de prudence lorsque l'on évalue les résultats d'un nombre limité de petits essais cliniques, actuellement il n'existe aucune donnée permettant d'étayer l'utilisation clinique des antipsychotiques dans le traitement de la dépendance à la cocaïne. Par ailleurs, la plupart des études incluses ne comportaient aucun résultat utile sur les critères de jugement importants tels que les effets secondaires, la consommation de cocaïne pendant le traitement et les envies impérieuses de consommer de la cocaïne. Afin de répondre à la demande pressante des cliniciens, des patients, des familles et de la communauté dans son ensemble, qui souhaitent un traitement adapté à la dépendance à la cocaïne, des études randomisées doivent être réalisées à plus grande échelle pour étudier les critères de jugement pertinents et présenter les données de manière à permettre une comparaison des résultats entre les différentes études. Par ailleurs, des efforts doivent également être faits pour étudier l'efficacité des autres types de traitement, tels que les anticonvulsivants, actuellement utilisés dans la pratique clinique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antipsychotiques contre la dépendance à la cocaïne

Antipsychotiques contre la dépendance à la cocaïne

La dépendance à la cocaïne est souvent associée à des problèmes médicaux, psychologiques et sociaux pour l'individu concerné et à des problèmes de santé publique pour la communauté. Les consommateurs de cocaïne participent à la propagation de maladies infectieuses telles que le Sida, l'hépatite et la tuberculose, au développement de la criminalité et de la violence, et à l'exposition néonatale aux médicaments. L'efficacité des traitements à base d'antidépresseurs, d'anticonvulsivants tels que la carbamazépine, et d'agonistes de la dopamine dans l'arrêt de la consommation de cocaïne n'est pas corroborée par les données des revues Cochrane. L'utilisation des antipsychotiques a également été examinée, en particulier parce que la cocaïne peut provoquer des hallucinations et une paranoïa qui imitent la psychose.
Pris dans leur ensemble, les résultats de tous les essais comparant un antipsychotique à un placebo n'ont montré aucun effet bénéfique des antipsychotiques sur la réduction de la dépendance à la cocaïne. Les auteurs de la revue ont identifié sept essais contrôlés portant sur un total de 293 adultes dont l'âge moyen était de 40 ans. Ces études ont été réalisées aux États-Unis, sur des patients aussi bien hospitalisés que non hospitalisés, et leur durée allait de 5 à 168 jours (moyenne de 61 jours). Six essais ont réparti aléatoirement les participants entre un groupe sous antipsychotique et un groupe sous placebo ; le septième comparait l'olanzapine à l'halopéridol. Les antipsychotiques utilisés étaient la rispéridone (trois études, 1 à 4 mg/jour) ; l'olanzapine (trois études, 10 mg/jour) ; et l'halopéridol (deux études, 4 et 10 mg/jour). Le traitement par la rispéridone a permis de réduire le taux d'abandon (trois études, 144 participants ; risque relatif 0,77, intervalle de 0,77 à 0,98) ; dans les études individuelles, l'olanzapine et l'halopéridol offraient de meilleurs résultats que le placebo, mais les résultats proviennent d'études qui sont trop petites pour être concluantes (34 participants et 31 participants, respectivement). Les données sur l'acceptabilité du traitement en termes d'effets secondaires, d'abstinence de consommation de cocaïne et de symptômes de sevrage étaient limitées. La qualité méthodologique du petit nombre d'essais identifiés était bonne mais le nombre de participants était petit et la présentation des résultats était variable.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

抗精神藥物治療古柯鹼依賴性

古柯鹼依賴性是個具復發性、眾多醫學與社會心理錯綜複雜的公衛問題。雖然神經生物學方面對於成癮性研究的進步引導藥物療法未來的發展,仍舊是沒有藥物證明能有效治療的疾病。

目標

評估抗精神藥物治療古柯鹼依賴性的效果與接受度。

搜尋策略

我們搜尋下列來源︰MEDLINE(1966到2006年10月),EMBASE(1980到2006年10月),CINAHL(1982到2006年10月),考科藍藥和酒精組專業註冊(2006年10月)。我們也搜尋臨床試驗的參考文獻列表,進行中臨床試驗的主要電子資源(國家研究記錄,控制性臨床試驗的統合登錄;臨床試驗.gov)和可能包含相關臨床試驗回顧的會議記錄;全部搜尋也包括非英語的文獻。

選擇標準

聚焦於抗精神藥物治療古柯鹼依賴性之全部隨機控制臨床試驗及控制型臨床試驗。

資料收集與分析

兩名作者獨立評估文章、選出數據、評價方法學的品質。

主要結論

7個小型研究被選入(293個參加者)︰研究抗精神藥物risperidone,olanzapine和haloperidol。將上述任一抗精神藥物與安慰劑療效測量比較,發現無明顯差異。 發現Risperidone於4 項研究,178個參加者退出數量的減少上優於安慰劑,相對風險(RR) 0.77 (95%CI 0.77至0.98)。大多數選入的研究沒報告如治療期間副作用等針對重要果效的可用結果。olanzapine和haloperidol的研究規模太小,以致結果無法令人確信。

作者結論

雖然面對當下沒有證據支持以抗精神藥物治療古柯鹼依賴性,又受限於小型臨床試驗個案數少的現實,需要謹慎評估;再者,大多數選入的研究沒報告如治療期間副作用等針對重要果效的可用結果。面對滿足臨床醫師,病患,家庭和整個社會迫切需求,欲獲得古柯鹼治療的完整解答,需要設計更大型的隨機臨床試驗及產生足夠的數據,以比較研究間的結果。此外,亦應研究其它目前於臨床使用的其它類型藥物(如抗癲癇藥物)。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院毛志民翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

古柯鹼依賴性是關聯醫學、心理和社會錯綜複雜的個人問題,亦屬公共衛生的社會問題。患者具散播傳染病愛滋病(AIDS)、肝炎和結核病和犯罪、暴力和新生兒藥物暴露等角色。從考科藍文獻回顧證據不足以支持使用抗憂鬱劑、如carbamazepine等抗痙攣劑及多巴胺致效劑能助有於停用古柯鹼。特別是因為古柯鹼引起幻覺和妄想等類似精神病狀,故考慮使用抗精神藥物;當所有抗精神藥物與安慰劑相較的試驗群組結果,抗精神藥物無益於降低古柯鹼依賴性。回顧作者們確認7個控制試驗,共293個成年人,平均年齡40歲。本研究在美國導入住院和門診兩處患者,期間5至168天(平均61天), 6 個試驗隨機分配參加者服用抗精神藥物或者安慰劑;第7個試驗比較olanzapine與haloperidol。使用的抗精神藥物risperidone(3項研究,1到4毫克/天); olanzapine(3 項研究,10毫克/天);及haloperidol(2項研究,4 和10毫克/天),以risperidone治療減少中斷治療的患者數(3 項研究,144個參加者;RR 0.77,範圍0.77∼0.98);個別研究olanzapine和haloperidol顯示比安慰劑好,但是研究太小(分別34位和31位參與者),無法形成結論。根據接受治療後的副作用、中斷古柯鹼和戒斷症狀所得的資訊有限,確認小數量試驗的方法學品質良好,但是參與人數小,報告結果的方式各異。