Intervention Review

Psychosocial and psychological interventions for treating antenatal depression

  1. Cindy-Lee Dennis1,*,
  2. Lori E Ross2,
  3. Sophie Grigoriadis3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 18 JUL 2007

Assessed as up-to-date: 13 APR 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD006309.pub2

How to Cite

Dennis CL, Ross LE, Grigoriadis S. Psychosocial and psychological interventions for treating antenatal depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD006309. DOI: 10.1002/14651858.CD006309.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Toronto, Lawrence S. Bloomberg Faculty of Nursing, Toronto, Ontario, Canada

  2. 2

    Women's College Hospital, Academic Leader, Reproductive Life Stages Program, Toronto, Ontario, Canada

  3. 3

    University of Toronto, Department of Psychiatry, Toronto, Ontario, Canada

*Cindy-Lee Dennis, Lawrence S. Bloomberg Faculty of Nursing, University of Toronto, 155 College Street, Toronto, Ontario, M5T 1P8, Canada. cindylee.dennis@utoronto.ca.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JUL 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Although pregnancy was once thought of as a time of emotional wellbeing for many women, conferring 'protection' against psychiatric disorders, a recent meta-analysis of 21 studies suggests the mean prevalence rate for depression across the antenatal period is 10.7%, ranging from 7.4% in the first trimester to a high of 12.8% in the second trimester. Due to maternal treatment preferences and potential concerns about fetal and infant health outcomes, non-pharmacological treatment options are needed.

Objectives

The primary objective of this review is to assess the effects, on mothers and their families, of psychosocial and psychological interventions compared with usual antepartum care in the treatment of antenatal depression.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (September 2006), the Cochrane Collaboration Depression Anxiety and Neurosis Group's Trials Registers (CCDANCTR-Studies and CCDANCTR-References) (July 2006), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2006, Issue 3), MEDLINE (1966 to July 2006), EMBASE (1980 to July 2006) and CINAHL (1982 to July 2006). We also scanned secondary references and contacted experts in the field to identify other published or unpublished trials.

We updated the search of the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register on 31 March 2010 and added the results to the awaiting classification section.

Selection criteria

All published, unpublished and ongoing randomised controlled trials of preventive psychosocial or psychological interventions in which the primary or secondary aim is to treat antenatal depression. We excluded quasi-randomised trials (for example, those randomised by delivery date, or odd versus even medical record numbers) from the analysis.

Data collection and analysis

All review authors participated in the evaluation of methodological quality and data extraction. Results are presented using relative risk for categorical data and weighted mean difference for continuous data.

Main results

One US trial was included in this review, incorporating 38 outpatient antenatal women who met Diagnostic and Statistical Manual for Mental Disorders-IV criteria for major depression. Interpersonal psychotherapy, compared to a parenting education program, was associated with a reduction in the risk of depressive symptomatology immediately post-treatment using the Clinical Global Impression Scale (one trial, n = 38; relative risk (RR) 0.46, 95% confidence interval (CI) 0.26 to 0.83) and the Hamilton Rating Scale for Depression (one trial, n = 38; RR 0.82, 95% CI 0.65 to 1.03).

Authors' conclusions

The evidence is inconclusive to allow us to make any recommendations for interpersonal psychotherapy for the treatment of antenatal depression. The one trial included was too small, with a non-generalisable sample, to make any recommendations.

[Note: The 12 citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Psychosocial and psychological interventions for treating antenatal depression

Not enough evidence to say if non-drug interventions are effective in treating antenatal depression.

Although for many women pregnancy was once thought of as a time of emotional wellbeing, approximately 12% of women will suffer from antenatal depression. Research suggests that women who are on low-income, lack social support, experience significant stress or negative life events, and have poor relationships may be at higher risk of developing antenatal depression.
Unfortunately, depression during the pregnancy is related to poor maternal self-care behaviours, which may influence the baby's health, and it places a woman at significant risk of developing postpartum depression. Many women are unwilling to take medication during their pregnancy and are often interested in psychosocial and psychological interventions as a form of treatment. The review found only one trial involving 50 US women evaluating interpersonal psychotherapy for the treatment of antenatal depression. This trial provided insufficient evidence to determine if psychological therapies are effective treatment for antenatal depression. Further research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions psychosociales et psychologiques pour traiter la dépression prénatale

Contexte

Bien que la grossesse fût jadis perçue comme une période de bien-être émotionnel pour de nombreuses femmes, conférant la « protection » aux troubles psychiatriques, une méta-analyse effectuée récemment sur 21 études indique que le taux de prévalence moyen de la dépression pendant la période prénatale est de 10,7 %, allant de 7,4 % au cours du premier trimestre à un maximum de 12,8 % pendant le deuxième trimestre. En raison des préférences de traitement maternelles et des inquiétudes éventuelles à propos des résultats relatifs à la santé du fœtus et de l'enfant, il faut proposer des options de traitement non pharmacologique.

Objectifs

L'objectif principal de cette revue consistait à évaluer les effets, sur les mères et leurs familles, des interventions psychosociales et psychologiques par rapport aux soins prénataux prodigués habituellement lors du traitement de la dépression prénatale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (septembre 2006), les registres d'essais du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (études CCDANCTR et références CCDANCTR) (juillet 2006), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2006, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à juillet 2006), EMBASE (de 1980 à juillet 2006) et CINAHL (de 1982 à juillet 2006). Nous avons également passé au crible les références bibliographiques secondaires et contacté des experts du domaine afin d'identifier d'autres essais publiés ou non.

Nous avons mis à jour, le 31 mars 2010, les recherches du registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance et avons ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés publiés, non publiés et en cours sur les interventions préventives psychosociales et psychologiques dont l'objectif principal ou secondaire est de traiter la dépression prénatale ont été inclus. En revanche, on a exclu les essais quasi-randomisés (par exemple, ceux randomisés par date d'accouchement ou par numéros d'enregistrements impair versus pair) de l'analyse.

Recueil et analyse des données

Tous les auteurs de la revue ont participé à l'évaluation de la qualité méthodologique et à l'extraction des données. Les résultats sont présentés au moyen du risque relatif pour les données catégorielles et de la différence moyenne pondérée pour les données continues.

Résultats Principaux

Un essai américain a été inclus dans cette revue. Il portait sur 38 femmes se rendant en consultations externes prénatales qui ont répondu aux critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux IV pour dépression majeure. La psychothérapie interpersonnelle, comparée à un programme éducatif des parents, a été associée à une diminution du risque de symptomatologie dépressive survenant immédiatement après le traitement à l'aide de l'échelle d'Impression Clinique Globale (un essai, n = 38, risque relatif (RR) 0,46, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,26 à 0,83) et l'échelle de dépression de Hamilton (un essai, n = 38, RR 0,82, IC à 95 % 0,65 à 1,03).

Conclusions des auteurs

Les preuves ne sont pas assez concluantes pour pouvoir établir des recommandations relatives à la psychothérapie interpersonnelle pour traiter la dépression prénatale. Le seul essai qui a été inclus était trop petit, avec un échantillon non généralisable, pour faire des recommandations.

[Remarque : Les 12 références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions psychosociales et psychologiques pour traiter la dépression prénatale

Interventions psychosociales et psychologiques pour traiter la dépression prénatale

Il n'existe pas assez de preuves permettant d'affirmer que les interventions non médicamenteuses sont efficaces dans le traitement de la dépression prénatale.

Bien que pour de nombreuses femmes la grossesse fût jadis perçue comme une période de bien-être émotionnel, environ 12 % des femmes souffrent de dépression prénatale. D'après des études, les femmes à faibles revenus et sans soutien social, qui souffrent d'un stress significatif ou sont confrontées à des événements négatifs dans la vie, et qui ont des relations médiocres sont susceptibles de présenter un risque plus élevé de développer une dépression prénatale.
Hélas, la survenue d'une dépression au cours de la grossesse est liée à des comportements médiocres d'auto-soins maternels, qui peuvent influer sur la santé du bébé. De plus, ces femmes présentent un risque significatif de développer une dépression postpartum. De nombreuses femmes refusent de prendre des médicaments pendant leur grossesse, mais sont souvent intéressées par les interventions psychosociales et psychologiques comme autre forme de traitement. Cette revue n'a mis en évidence qu'un seul essai, incluant 50 femmes américaines, sur l'évaluation de la psychothérapie interpersonnelle destinée à traiter la dépression prénatale. Cependant, cet essai n'a pas fourni suffisamment de preuves pour déterminer si les thérapies psychologiques permettent de traiter efficacement la dépression prénatale. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français