Get access

Maintenance agonist treatments for opiate dependent pregnant women

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

The prevalence of opiate use among pregnant women ranges from 1% to 2% to as much as 21%. Heroin crosses the placenta and pregnant opiate dependent women experience a six fold increase in maternal obstetric complications such as low birth weight, toxaemia, 3rd trimester bleeding, malpresentation, puerperal morbidity, fetal distress and meconium aspiration. Neonatal complications include narcotic withdrawal, postnatal growth deficiency, microcephaly, neurobehavioral problems, increased neonatal mortality and a 74-fold increase in sudden infant death syndrome.

Objectives

To assess the effectiveness of any maintenance treatment alone or in combination with psychosocial intervention compared to no intervention, other pharmacological intervention or psychosocial interventions on child health status, neonatal mortality, retaining pregnant women in treatment, and reducing use of substances

Search methods

We searched Cochrane Drugs and Alcohol Group' Register of Trials (June 2007), PubMed (1966 - June 2007), CINAHL (1982- June 2007), reference lists of relevant papers, sources of ongoing trials, conference proceedings, National focal points for drug research. Authors of included studies and experts in the field were contacted.

Selection criteria

Randomised controlled trials enrolling opiate dependent pregnant women

Data collection and analysis

The authors assessed independently the studies for inclusion and methodological quality. Doubts were solved by discussion.

Main results

We found three trials with 96 pregnant women. Two compared methadone with buprenorphine and one methadone with oral slow morphine. For the women there was no difference in drop out rate RR 1.00 (95% CI 0.41 to 2.44) and use of primary substance RR 2.50 (95% CI 0.11 to 54.87) between methadone and buprenorphine, whereas oral slow morphine seemed superior to methadone in abstaining women from the use of heroin RR 2.40 (95% CI 1.00 to 5.77)
For the newborns in one trial buprenorphine performed better than methadone for birth weight WMD -530 gr (95% CI -662 to -397), this result is not confirmed in the other trial. For the APGAR score both studies didn't find significant difference . No differences for NAS measures used. Comparing methadone with oral slow morphine no differences for birth weight and mean duration of NAS. The APGAR score wasn't considered.

Authors' conclusions

We didn't find any significant difference between the drugs compared both for mother and for child outcomes; the trials retrieved were too few and the sample size too small to make firm conclusion about the superiority of one treatment over another. There is an urgent need of big randomised controlled trials.

摘要

背景

促效劑持續療法用於治療鴉片依賴之懷孕婦女

懷孕婦女使用鴉片之盛行率約為1 – 2%,甚至高達21%。海洛因(Heroin)會穿透胎盤,鴉片依賴的懷孕婦女在母體生產過程其併發症會增加6倍以上,如嬰兒出生體重過輕、毒血症、紝娠第三期出血、胎位不正、產褥罹病、胎兒窘迫及胎便吸入。新生兒的併發症包括麻醉性戒斷(narcotic withdrawal)、出生後生長不足、小頭症、神經行為問題、嬰兒死亡率增加及嬰兒猝死症候群的風險增加74倍。

目標

評估任何單一的持續療法或合併心理社會介入,對照於未給予介入治療、其他藥物介入或心理社會介入對於孩童健康狀況、新生兒死亡率、懷孕婦女持續治療及藥物使用減少之效果。

搜尋策略

我們搜尋了Cochrane ‘Drugs and Alcohol Group’ Register of Trials (2007年6月)、PubMed (1966年到2007年6月)、CINAHL (1982年到2007年6月)、相關文章之參考文獻、正在進行之研究、研討會論文及國際間藥物研究之焦點。並與所蒐集研究之作者及這個領域之專家聯繫。

選擇標準

納入鴉片依賴懷孕婦女之隨機對照試驗(randomised controlled trials)。

資料收集與分析

作者們獨立評估收納之研究及方法學品質,任何的疑問經由討論解決。

主要結論

我們找到三篇研究,共包括96名懷孕女性。其中兩篇研究比較methadone及buprenorphine,另一篇研究比較methadone與oral slow morphine。在比較使用methadone或buprenorphine的結果顯示,兩組婦女退出研究的相對危險性為1.00(95% CI 0.41 to 2.44),且使用初級藥物的相對危險性為2.50(95% CI 0.11 to 54.87),兩者皆無顯著差異,然而oral slow morphine的效果似乎優於methadone,其婦女戒除海洛因的相對危險性為2.40(95% CI 1.00 to 5.77)。在一篇比較新生兒體重的試驗中顯示,使用buprenorphine的結果顯著比methadone好(WMD −530 gr, 95% CI −662 to −397),但這樣的結果在另一篇研究上並未獲得證實。這兩篇研究在APGAR score(活動力(Activity),心跳(Pulse),面部表情(Grimace),外觀(Appearance),與呼吸(Respiration)的分數)及嬰兒戒斷症狀(Neonatal Abstinence Syndrome,NAS)的測量方面也並未有顯著差異。比較methadone及oral slow morphine的研究結果顯示,出生嬰兒體重及NAS平均療程並沒有統計學上差異。APGAR score則沒有進行比較。

作者結論

我們並未發現有任何藥物對於母親及小孩的結果上有顯著差異的影響;由於收錄的試驗篇數太少且樣本數小,因此無法證實哪種藥物是較佳的治療選擇。因此當前急需有較大的隨機臨床試驗來回答此一問題。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院金沁琳翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

有些婦女仍然在懷孕時繼續使用鴨片。然而海洛因能輕易的穿透胎盤。鴉片依賴的懷孕婦女在母體生產過程其併發症會增加6倍以上,且生出體重過輕的嬰兒。新生兒也可能產生麻醉性戒斷(嬰兒戒斷症狀)、發育問題、嬰兒死亡率增加及嬰兒猝死症候群的風險增加74倍。Methadone持續療法能提供懷孕婦女穩定的鴉片血中濃度,以避免胎兒因反覆戒斷產生不良反應。使用buprenorphine的研究結果顯示能減少不法的藥物使用、增進產科照顧之遵從性及改善出生嬰兒體重,但仍然會出現嬰兒戒斷症狀。此篇文獻回顧發現平均紝娠23週至分娩之鴉片成癮懷孕婦女,接受methadone、buprenorphine或oral slow morphine後,無論在新生兒或母體的結果只有很少的差異。本文中只有三篇隨機對照研究符合這篇回顧的納入標準,其中兩篇來自奧地利(門診病人),一篇來自美國(住院病人);研究大約進行15 – 18週。其中兩篇研究比較methadone與buprenorphine(48名參與者),而另一篇研究比較methadone與oral slow morphine(48名參加者)。使用methadone與buprenorphine的兩組婦女其退出研究及使用初級藥物的比率相似;評估海洛因在第三孕期的使用人數,oral slow morphine的效果似乎優於methadone,但在嬰兒的體重及嬰兒戒斷症狀並沒有明顯改善。試驗中的參與者人數很少,因此也許不足以發現差異。只有一篇研究有統計吸菸婦女的人數,在剛收錄時吸菸婦女平均一天吸29支香菸,追蹤至分娩時一天吸14支香菸。所有收納的研究都是在嬰兒一出生即停止追蹤評估。在全部的研究中也並未發現有嚴重的併發症。

Résumé

Traitements de maintien aux agonistes pour les femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés

Contexte

La prévalence de la consommation d'opiacés chez les femmes enceintes varie de 1 %-2 % à 21 %. L'héroïne traverse le placenta et les femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés ont six fois plus de risque de présenter des complications obstétriques maternelles, telles qu'un faible poids de naissance du bébé, une toxémie gravidique, des saignements au cours du troisième trimestre de grossesse, une mauvaise présentation du fœtus, une morbidité puerpérale, une détresse fœtale et une aspiration de méconium. Les complications néonatales comprennent les symptômes de sevrage des narcotiques, le retard de croissance postnatale, une microcéphalie, des problèmes de comportement neurologique, une mortalité néonatale accrue et un risque 74 fois supérieur de syndrome de mort subite du nourrisson.

Objectifs

Évaluer l'efficacité de tout traitement de maintien seul ou associé à une intervention psychosociale par comparaison avec l'absence d'intervention, avec une autre intervention pharmacologique ou avec des interventions psychosociales sur l'état de santé de l'enfant, la mortalité néonatale, le maintien des femmes enceintes dans le traitement et la réduction de la consommation de substances

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur les drogues et l’alcool (juin 2007), dans PubMed (1966 - juin 2007), CINAHL (1982 - juin 2007), les références bibliographiques des articles pertinents, les ressources des essais en cours, les actes de conférence et les points focaux nationaux pour la recherche sur les drogues. Les auteurs des études incluses et les experts du domaine ont été contactés.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés portant sur des femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les études candidates à l'inclusion et leur qualité méthodologique de manière indépendante. Des discussions ont permis de lever les doutes.

Résultats Principaux

Nous avons trouvé trois essais portant sur 96 femmes enceintes. Deux essais comparaient la méthadone à la buprénorphine et un autre comparait la méthadone à la morphine orale à libération prolongée. Pour les femmes, il n'y avait aucune différence au niveau du taux d'abandon RR 1,00 (IC à 95 % 0,41 à 2,44) et de la consommation de substance primaire RR 2,50 (IC à 95 % 0,11 à 54,87) entre la méthadone et la buprénorphine, tandis que la morphine orale à libération prolongée semblait plus efficace que la méthadone pour aider les femmes à s'abstenir de consommer de l'héroïne RR 2,40 (IC à 95 % 1,00 à 5,77)
Quant aux nouveau-nés, dans un essai la buprénorphine a donné de meilleurs résultats que la méthadone pour le poids à la naissance DMP -530 g (IC à 95 % -662 à -397), ce résultat n'étant pas confirmé par l'autre essai. Aucune des deux études n'a trouvé de différence significative au niveau du score d'Apgar. Il n'y avait aucune différence au niveau des mesures du SAN utilisées. La comparaison de la méthadone et de la morphine orale à libération prolongée n'a montré aucune différence au niveau du poids de naissance et de la durée moyenne du SAN. Le score d'Apgar n'a pas été examiné.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune différence significative entre les médicaments, que ce soit au niveau des résultats pour la mère ou des résultats pour l'enfant. Les essais extraits étaient en trop petit nombre et la taille des échantillons était trop petite pour tirer des conclusions solides concernant la supériorité d'un traitement par rapport à un autre. Il est urgent de réaliser des essais contrôlés randomisés de grande ampleur.

Plain language summary

Mantenance agonist tratments for opiate dependent pregnant women.

Some women continue to use opiates when they are pregnant. Yet heroin readily crosses the placenta. Opiate dependent women experience a six-fold increase in maternal obstetric complications and give birth to low-weight babies. The newborn may experience narcotic withdrawal (neonatal abstinence syndrome), have development problems, increased neonatal mortality and a 74-fold increased risk of sudden infant death syndrome. Maintenance treatment with methadone provides a steady concentration of opiate in the pregnant woman's blood and so prevents the adverse effects on the fetus of repeated withdrawals. Buprenorphine is also used. They reduce illicit drug use, improve compliance with obstetric care and improve birth weight but are still associated with neonatal abstinence syndrome. The present review found few differences in newborn or maternal outcomes for pregnant opiate-addicted women who were maintained on methadone, buprenorphine or oral slow morphine from a mean gestational age of 23 weeks to delivery. Only three randomised controlled trials satisfied the criteria for the review, two from Austria (outpatients) and one from the USA (inpatients). The trials continued for 15 to 18 weeks. Two compared methadone with buprenorphine (48 participants) and one compared methadone with oral slow morphine (48 participants). The number of women who dropped out from treatment and the use of primary substance appeared to be the same for methadone and buprenorphine. Oral slow morphine seemed superior to methadone for the number of women who used heroin in their third trimester but without a clear improvement in infant birth weight or duration of neonatal abstinence syndrome.The number of participants in the trials was very small and may not be sufficient to detect differences. Only one study reported on the number of cigarettes the women smoked, a mean of 29 cigarettes per day at enrolment and 14 cigarettes per day at delivery. All the included studies ended immediately after the baby was born. No severe complications were noted.

Résumé simplifié

Traitements de maintien aux agonistes pour les femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés

Traitements de maintien aux agonistes pour les femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés.

Certaines femmes continuent de consommer des opiacés alors qu'elles sont enceintes. Pourtant l'héroïne traverse facilement le placenta. Les femmes présentant une dépendance aux opiacés ont six fois plus de risque de présenter des complications obstétriques maternelles et elles donnent naissance à des nourrissons de faible poids. Leurs bébés peuvent présenter des symptômes de sevrage des narcotiques (syndrome d'abstinence néonatale), des problèmes de développement, une mortalité néonatale accrue et un risque 74 fois supérieur de syndrome de mort subite du nourrisson. Le traitement de maintien à la méthadone entraîne une concentration constante d'opiacés dans le sang de la femme enceinte et prévient ainsi les effets indésirables que présente le fœtus suite aux épisodes répétés de sevrage. La buprénorphine est également utilisée. Ces médicaments permettent de réduire la consommation de drogues illicites, d'améliorer l'observance des soins obstétriques et d'augmenter le poids de naissance, mais ils restent associés au syndrome d'abstinence néonatale. La présente revue a trouvé peu de différences au niveau des résultats chez le nourrisson et sa mère pour les femmes enceintes présentant une dépendance aux opiacés qui recevaient un traitement de maintien à la méthadone, à la buprénorphine ou à la morphine orale à libération prolongée, à partir d'un âge gestationnel moyen de 23 semaines jusqu'à l'accouchement. Seuls trois essais contrôlés randomisés satisfaisaient aux critères de la revue, deux réalisés en Autriche (patientes non hospitalisées) et un aux États-Unis (patientes hospitalisées). Les essais ont duré 15 à 18 semaines. Deux comparaient la méthadone à la buprénorphine (48 participantes) et un comparait la méthadone à la morphine orale à libération prolongée (48 participantes). Le nombre de femmes ayant abandonné le traitement et l'utilisation de la substance primaire étaient identiques pour la méthadone et la buprénorphine. La morphine orale à libération prolongée semblait plus efficace que la méthadone sur le nombre de femmes consommant de l'héroïne au cours du troisième trimestre de grossesse mais sans nette amélioration du poids de naissance du nourrisson ni de la durée du syndrome d'abstinence néonatale. Le nombre de participantes aux essais était très faible et pourrait être insuffisant pour détecter les différences. Seule une étude rendait compte du nombre de cigarettes que les femmes fumaient, une moyenne de 29 cigarettes par jour au moment du recrutement et de 14 cigarettes par jour au moment de l'accouchement. Toutes les études incluses étaient interrompues immédiatement après la naissance du bébé. Aucune complication sévère n'a été notée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary