This is not the most recent version of the article. View current version (6 OCT 2014)

Intervention Review

Physical training for interstitial lung disease

  1. Anne E Holland1,*,
  2. Catherine Hill2

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 8 OCT 2008

Assessed as up-to-date: 1 FEB 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD006322.pub2


How to Cite

Holland AE, Hill C. Physical training for interstitial lung disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 4. Art. No.: CD006322. DOI: 10.1002/14651858.CD006322.pub2.

Author Information

  1. 1

    Alfred Health / La Trobe University, Physiotherapy, Melbourne, Australia

  2. 2

    Austin Hospital, Physiotherapy, Heidelberg, Australia

*Anne E Holland, Physiotherapy, Alfred Health / La Trobe University, Commercial Road, Melbourne, 3004, Australia. A.Holland@alfred.org.au. aeholland@netspace.net.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 OCT 2008

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (06 OCT 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Interstitial lung disease (ILD) is characterised by reduced functional capacity, dyspnoea and exercise-induced hypoxia. Physical training is beneficial for people with other chronic lung conditions, however its effects in ILD have not been well characterised.

Objectives

To assess the effects of physical training on exercise capacity, symptoms, quality of life and survival compared to no physical training in people with ILD.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2009, Issue 4), MEDLINE, EMBASE, CINAHL and the Physiotherapy Evidence Database (PEDro) (all searched from inception to December 2009). The reference lists of relevant studies were hand-searched for qualifying studies.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials in which physical training was compared to no physical training or to other therapy in people with ILD of any aetiology were included.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion, extracted data and assessed risk of bias. Authors were contacted to obtain missing data and information regarding adverse effects. A priori subgroup analyses were specified for participants with idiopathic pulmonary fibrosis (IPF), severe lung disease and training modality.

Main results

Five studies were included, three of which were published as abstracts. Two studies were included in the meta-analysis (43 participants who undertook physical training and 42 control participants). One study used a blinded assessor and intention-to-treat analysis. No adverse effects of physical training were reported. Physical training improved the 6-minute walk distance with weighted mean difference (WMD) 38.61 metres (95% confidence interval 15.37 to 61.85 metres). Improvement in 6-minute walk distance was also seen in the subgroup of participants with IPF (WMD 26.55 metres, 2.81 to 50.30 metres). No effect of physical training on VO2peak was evident. There was a reduction in dyspnoea (standardised mean difference (SMD) -0.47, 95% CI: -0.91 to -0.04) however this did not reach significance in the IPF subgroup (SMD -0.43, 95% CI: -0.94 to 0.08). Quality of life improved following physical training in all participants (SMD 0.58, 95% CI: 0.15 to 1.02) and in IPF (SMD 0.57, 95% CI: 0.06 to 1.09). Only one study reported longer-term outcomes, with no significant effects of physical training on clinical variables or survival at six months. Insufficient data were available to examine the impact of disease severity or training modality.

Authors' conclusions

Physical training is safe for people with ILD. Improvements in functional exercise capacity, dyspnoea and quality of life are seen immediately following training, with benefits also evident in IPF. There is little evidence regarding longer-term effects of physical training.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Physical training for interstitial lung disease (ILD)

People with ILD often have reduced exercise capacity and shortness of breath during exercise. Physical training can improve well being in people with other chronic lung diseases, but little is known regarding physical training in ILD. We conducted a review to establish whether physical training is safe for people with ILD, and to examine the effects of physical training on exercise capacity, shortness of breath and quality of life. We also looked at whether people with idiopathic pulmonary fibrosis, a type of ILD which can progress rapidly, could benefit from physical training. Five studies were included, however only two studies contained sufficient information for the analysis (43 participants receiving physical exercise and 42 participants not). There were no reports of unwelcome effects of physical training. Immediately following training, participants could walk further than those who had not undertaken the training (on average 39 metres further in six minutes), reported less shortness of breath and improved quality of life. People with idiopathic pulmonary fibrosis also experienced improvements following physical training although these tended to be smaller. There was not enough information to establish whether there were any ongoing effects once the training had stopped. Bigger studies are required to determine which method of physical training is most beneficial and whether the severity of ILD influences the benefits of physical training.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Entraînement physique dans la maladie pulmonaire interstitielle

Contexte

La maladie pulmonaire interstitielle (MPI) se caractérise par des capacités fonctionnelles limitées, une dyspnée et une hypoxie induite par l'exercice. L'entraînement physique est bénéfique pour les patients atteints d'autres maladies pulmonaires chroniques, mais ses effets dans la MPI ne sont pas clairement établis.

Objectifs

Évaluer les effets de l'entraînement physique sur la capacité d'exercice, les symptômes, la qualité de vie et la survie par rapport à l'absence d'entraînement physique chez les patients atteints de MPI.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, 2009, numéro 4), MEDLINE, EMBASE, CINAHL et la base de données de la physiothérapie fondée sur les preuves (PEDro) (depuis leur création jusqu'en décembre 2009). Les références bibliographiques des études pertinentes ont fait l'objet d'une recherche manuelle afin d'identifier des études éligibles.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant un entraînement physique à une absence d'entraînement physique ou à un autre traitement chez des patients atteints de MPI de toute étiologie ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante. Les auteurs ont été contactés afin d'obtenir des données manquantes et des informations concernant les effets indésirables. Des analyse planifiées en sous groupe ont été réalisées pour les participants atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), les participants atteints d'une maladie pulmonaire grave et la modalité d'entraînement.

Résultats Principaux

Cinq études (dont trois étaient publiées sous forme de résumé) ont été incluses. Deux études ont été incluses dans la méta-analyse (43 participants soumis à un entraînement physique et 42 participants témoins). Une étude utilisait un évaluateur aveugle et une analyse en intention de traiter. Aucun effet indésirable de l'entraînement physique n'était rapporté. L'entraînement physique améliorait la distance de marche en six minutes avec une différence moyenne pondérée (DMP) de 38,61 mètres (intervalle de confiance à 95 %, entre 15,37 et 61,85 mètres). Une amélioration de la distance de marche en six minutes était également observée dans le sous-groupe des participants atteints de FPI (DMP de 26,55 mètres, 2,81 à 50,30 mètres). L'entraînement physique n'avait aucun effet notable sur le VO2 max. On observait une réduction de la dyspnée (différence moyenne standardisée (DMS) de -0,47, IC à 95 % : entre -0,91 et -0,04), mais elle n'atteignait pas un niveau significatif dans le sous-groupe de la FPI (DMS de -0,43, IC à 95 % : entre -0,94 et 0,08). La qualité de vie s'améliorait après l'entraînement physique chez tous les participants (DMS de 0,58, IC à 95 % : entre 0,15 et 1,02) et dans le groupe de la FPI (DMS de 0,57, IC à 95 % : entre 0,06 et 1,09). Une seule étude rapportait des résultats à plus long terme et indiquait que l'entraînement physique n'avait pas d'effet significatif sur les variables cliniques ou la survie à six mois. Les données n'étaient pas suffisantes pour examiner l'impact de la gravité de la maladie ou de la modalité d'entraînement.

Conclusions des auteurs

L'entraînement physique est sûr pour les patients atteints de MPI. Des améliorations de la capacité fonctionnelle à l'exercice, de la dyspnée et de la qualité de vie sont observées immédiatement après le traitement, et des effets bénéfiques sont également évidents dans la FPI. Peu de preuves sont disponibles concernant les effets de l'entraînement physique à plus long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Entraînement physique dans la maladie pulmonaire interstitielle

Entraînement physique dans la maladie pulmonaire interstitielle (MPI)

Les patients atteints de MPI présentent souvent une capacité d'exercice réduite et un essoufflement pendant l'exercice. L'entraînement physique peut améliorer le bien-être des patients atteints d'autres maladies pulmonaires chroniques, mais on connaît mal l'effet de l'entraînement physique dans la MPI. Une revue a été effectuée afin de déterminer si l'entraînement physique était toléré par les patients atteints de MPI et examiner ses effets sur la capacité d'exercice, l'essoufflement et la qualité de vie. Nous avons également cherché à savoir si l'entraînement physique était bénéfique pour les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique, un type de MPI pouvant présenter une évolution rapide. Cinq études ont été incluses, mais deux études seulement contenaient suffisamment d'informations pour permettre une analyse (43 participants soumis à des exercices physiques et 42 participants sans exercice physique). Aucun effet indésirable associé à l'entraînement physique n'était rapporté. Tout de suite après l'entraînement, les participants marchaient davantage que ceux qui n'avaient pas suivi d'entraînement (39 mètres de plus en moyenne en six minutes) et rapportaient moins d'essoufflement et une amélioration de leur qualité de vie. Les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique ressentaient également des améliorations après l'entraînement physique, mais celles-ci étaient plus modestes. Les informations étaient insuffisantes pour déterminer si les effets persistaient après l'arrêt de l'entraînement. Des études à plus grande échelle sont nécessaires afin d'identifier les méthodes d'entraînement physique les plus bénéfiques et de déterminer si la gravité de la MPI a une influence sur les bénéfices de l'entraînement physique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

利用物理性訓練治療間質性肺部疾病(interstitial lung disease)

間質性肺部疾病(interstitial lung disease,ILD)特徵為功能性能力降低、呼吸困難(dyspnoea)和因為運動引發組織缺氧(exerciseinduced hypoxia)。進行物理性訓練對於具有患有其他慢性肺部疾病患者的病情有所幫助,但是目前仍不清楚它對於ILD的影響何在。

目標

評估對ILD患者進行物理性訓練或不進行物理性訓練對於運動能力、相關症狀、生活品質和存活率的影響。

搜尋策略

我們檢索了Cochrane Central Register of Controlled Trials(The Cochrane Library 2007, Issue 4)、MEDLINE、EMBASE、CINAHL和Physiotherapy Evidence Database (PEDro)等資料庫(所有的檢索期間都由一開始至2007年12月),相關試驗的參考清單也進行手動檢索來篩選試驗。

選擇標準

納入針對任何病因引發ILD的患者,比較物理訓練和非物理訓練或其他治療影響的隨機或半隨機試驗。

資料收集與分析

有2位審閱作者分別獨立挑選納入研究的試驗、摘錄數據和評估偏誤風險。並且也會和研究作者聯繫以取得遺漏的數據和關於不良事件的資訊,對於患者的原發性肺纖維化疾病(idiopathic pulmonary fibrosis,IPF)、嚴重肺部疾病和訓練方式則會進行事前次群體分析(priori subgroup analyses)。

主要結論

本研究共納入了5個試驗,其中3個試驗已經公開了摘要資訊,有2個試驗被納入統合分析的研究中(包括了43位接受物理性訓練的患者和42名對照組患者),有1個試驗使用評估者遮盲(blinded assessor)和治療意向分析法(intentiontotreat analysis),其中並沒有試驗有回報因為物理性訓練而引發不良事件,物理性訓練可以增加患者的6分鐘走路距離,而WMD值為38.61公尺(95%的CI 介於15.37至61.85公尺之間)。在患有IPF的次群體患者中,6分鐘走路距離也會有所提升(WMD值為26.55公尺,95%的CI 介於2.81至50.30公尺)。沒有證據可以說明物理性訓練對於VO2波峰的影響。物理性訓練對於呼吸困難的狀況也會有所改善(SMD值為−047,95%的CI 介於−0.94至0.08之間),但是對於IPF次群體來說並沒有產生顯著性(SMD值為−043,95%的CI 介於−0.94至0.08之間),在進行物理性訓練後,對於所有患者(SMD值為0.58,95%的CI 介於0.15至1.02之間)或是IPF次群體患者(SMD值為0.57,95%的CI 介於0.06至1.09之間)來說都可以改善他們的生活品質,只有1個試驗有提出長期性的報告,但是物理性訓練對於臨床變異和6個月存活率距離並沒有顯著影響。數據不夠足以用來檢視疾病嚴重程度和訓練模式所引發的影響。

作者結論

物理性訓練對於ILD患者來說是十分安全的治療方法,在進行訓練後似乎可以直接對功能性運動能力、呼吸困難和生活品質達到改善的效能,相同的益處也發生在IPF患者身上。目前僅有一些有關於物理性訓練對患者所造成長期影響的數據。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

對於ILD患者進行物理性訓練:ILD患者的運動能力通常會下降,在運動期間也會產生呼吸短促的現象。物理性訓練可以改善患有其他慢性肺部疾病患者,但是目前有關對於ILD患者進行物理性訓練的瞭解仍十分貧乏。我們透過一個回顧性的研究來建立物理性訓練對於ILD患者是否安全的相關數據,並且檢視物理性訓練對於運動能力、呼吸短促和生活品質的影響。我們也探討IPF(一種作用快速的ILD類型)患者是否可以藉由物理性訓練獲得益處。共納入5個研究,但是只有兩個試驗含有充分的資訊可以進行分析(包含43名接受物理性訓練的受試者和42名未接受物理性訓練的受試者),目前並沒有接獲有關於物理性訓練造成不適反應的報告,在進行物理性訓練之後,患者的行走能力通常會比未接受物理性訓練的患者來的良好(6分鐘內平均多走39公尺),接受物理性訓練的患者也較少回報出現呼吸短促的症狀,並且認為生活品質獲得改善,IPF患者在接受物理性訓練後也經歷了相同的改善,但相較之下,IPF患者獲得的改善幅度較小,目前並沒有建立足夠的資訊說明一旦訓練停止後會產生什麼樣的效應需要大型的研究來決定哪一種物理性訓練的模式對於患者最為有利,以及ILD的嚴重程度是否會對物理性訓練的效果造成影響。