Intervention Review

You have free access to this content

Chest physiotherapy for pneumonia in adults

  1. Ming Yang1,
  2. Yuping Yan2,
  3. Xiangli Yin3,
  4. Bin Y Wang4,
  5. Taixiang Wu5,
  6. Guan J Liu6,
  7. Bi Rong Dong1,*

Editorial Group: Cochrane Acute Respiratory Infections Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 21 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD006338.pub3


How to Cite

Yang M, Yan Y, Yin X, Wang BY, Wu T, Liu GJ, Dong BR. Chest physiotherapy for pneumonia in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD006338. DOI: 10.1002/14651858.CD006338.pub3.

Author Information

  1. 1

    West China Hospital, Sichuan University, Department of Geriatrics, Chengdu, Sichuan, China

  2. 2

    Affiliated Hospital, Medical College of Yanan University, Department of Cardiovascular Medicine, Yanan, Shaanxi, China

  3. 3

    Affiliated Hospital, Medical College of Yanan University, Department of Pathology, Yanan, Shaanxi, China

  4. 4

    West China Hospital, Sichuan University, Department of Gerontology, Chengdu, Sichuan, China

  5. 5

    West China Hospital, Sichuan University, Chinese Clinical Trial Registry, Chinese Ethics Committee of Registering Clinical Trials, Chengdu, Sichuan, China

  6. 6

    West China Hospital, Sichuan University, Chinese Cochrane Centre, Chinese Evidence-Based Medicine Centre, Chengdu, Sichuan, China

*Bi Rong Dong, Department of Geriatrics, West China Hospital, Sichuan University, 37 Guo Xue Xiang Street, Chengdu, Sichuan, 610041, China. birongdong@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Despite conflicting evidence, chest physiotherapy has been widely used as an adjunctive treatment for adults with pneumonia.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of chest physiotherapy for pneumonia in adults.

Search methods

We searched CENTRAL 2012, Issue 11, MEDLINE (1966 to November week 2, 2012), EMBASE (1974 to November 2012), Physiotherapy Evidence Database (PEDro) (1929 to November 2012), CINAHL (2009 to November 2012) and CBM (1978 to November 2012).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) assessing the efficacy of chest physiotherapy for treating pneumonia in adults.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial eligibility, extracted data and appraised trial quality. Primary outcomes were mortality and cure rate. We used risk ratios (RR) and mean difference (MD) for individual trial results in the data analysis. We performed meta-analysis and measured all outcomes with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Six RCTs (434 participants) appraised four types of chest physiotherapy (conventional chest physiotherapy; osteopathic manipulative treatment (which includes paraspinal inhibition, rib raising and myofascial release); active cycle of breathing techniques (which include active breathing control, thoracic expansion exercises and forced expiration techniques); and positive expiratory pressure).

None of the physiotherapies (versus no physiotherapy or placebo) improved mortality rates of adults with pneumonia.

Conventional chest physiotherapy (versus no physiotherapy), active cycle of breathing techniques (versus no physiotherapy) and osteopathic manipulative treatment (versus placebo) did not increase the cure rate or chest X-ray improvement rate.

Osteopathic manipulative treatment (versus placebo) and positive expiratory pressure (versus no physiotherapy) reduced the mean duration of hospital stay by 2.0 days (mean difference (MD) -2.0 days, 95% CI -3.5 to -0.6) and 1.4 days (MD -1.4 days, 95% CI -2.8 to -0.0), respectively. Conventional chest physiotherapy and active cycle of breathing techniques did not.

Positive expiratory pressure (versus no physiotherapy) reduced fever duration (MD -0.7 day, 95% CI -1.4 to -0.0). Osteopathic manipulative treatment did not.

Osteopathic manipulative treatment (versus placebo) reduced the duration of intravenous (MD -2.1 days, 95% CI -3.4 to -0.9) and total antibiotic treatment (MD -1.9 days, 95% CI -3.1 to -0.7).

Limitations of this review are that the studies addressing osteopathic manipulative treatment were small, and that six published studies which appear to meet the inclusion criteria are awaiting classification.

Authors' conclusions

Based on current limited evidence, chest physiotherapy might not be recommended as routine additional treatment for pneumonia in adults.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chest physiotherapy for pneumonia in adults

Pneumonia is one of the most common health problems affecting all age groups around the world. Antibiotics represent the mainstay of pneumonia treatment, while other therapies are mostly supportive. Chest physiotherapy has been widely used as an adjunctive therapy for pneumonia in adults without any reliable evidence.

Six randomised controlled trials assessing 434 participants were included. The studies appraised four types of chest physiotherapy, namely conventional chest physiotherapy, osteopathic manipulative treatment (including paraspinal inhibition, rib raising, and diaphragmatic or soft myofascial release), active cycle of breathing techniques (including active breathing control, thoracic expansion exercises and forced expiration technique) and positive expiratory pressure. None of these techniques (versus no physiotherapy or placebo therapy) reduce mortality. Among three of the techniques (conventional chest physiotherapy, active cycle of breathing techniques and osteopathic manipulative treatment) there is no evidence to support a better cure rate in comparison with no physiotherapy or placebo therapy. Limited evidence indicates that positive expiratory pressure (versus no physiotherapy) and osteopathic manipulative treatment (versus placebo therapy) can slightly reduce the duration of hospital stay (by 2.02 and 1.4 days, respectively). In addition, positive expiratory pressure (versus no physiotherapy) can slightly reduce the duration of fever by 0.7 day, and osteopathic manipulative treatment (versus placebo therapy) might reduce the duration of antibiotic use by 1.93 days. No severe adverse events were found.

In summary, chest physiotherapy should not be recommended as routine additional treatment for pneumonia in adults. The limitation of our review is that six published studies which appear to meet the inclusion criteria are awaiting classification (five of which are published in Russian).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Kinésithérapie respiratoire pour la pneumonie chez l'adulte

Contexte

Malgré des preuves contradictoires, la kinésithérapie respiratoire est largement utilisée en tant que traitement complémentaire chez les adultes atteints de pneumonie.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la kinésithérapie respiratoire pour la pneumonie chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL 2012, numéro 11, MEDLINE (de 1966 à novembre semaine 2, 2012), EMBASE (de 1974 à novembre 2012), la Physiotherapy Evidence Database (PEDro) (de 1929 à novembre 2012), CINAHL (de 2009 à novembre 2012) et CBM (de 1978 à novembre 2012).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'efficacité de la kinésithérapie respiratoire pour le traitement de la pneumonie chez l'adulte.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité des essais, extrait les données et évalué la qualité des essais. Les critères de jugement principaux étaient la mortalité et le taux de guérison. Nous avons utilisé les risques relatifs (RR) et la différence moyenne (DM) pour analyser les résultats des essais individuels. Nous avons effectué une méta-analyse et mesuré tous les critères de jugement avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats Principaux

Six ECR (434 participants) évaluaient quatre types de kinésithérapies respiratoires (kinésithérapie respiratoire conventionnelle ; traitement par manipulation ostéopathique (qui inclut l'inhibition des muscles paradorsaux, l'élévation des côtes et le relâchement myofascial) ; le cycle actif de techniques respiratoires (qui inclut le contrôle actif de la respiration, les exercices d'expansion thoracique et les techniques d'expiration forcée) ; et la pression expiratoire positive).

Aucune de ces kinésithérapies (par rapport à une absence de kinésithérapie ou à un placebo) n'améliorait les taux de mortalité des adultes atteints de pneumonie.

La kinésithérapie respiratoire conventionnelle (par rapport à une absence de kinésithérapie), le cycle actif de techniques respiratoires (par rapport à une absence de kinésithérapie) et le traitement par manipulation ostéopathique (par rapport à un placebo) n'ont pas augmenté le taux de guérison ou le taux d'amélioration à la radiographie pulmonaire.

Le Traitement par manipulation ostéopathique (par rapport à un placebo) et la pression expiratoire positive (par rapport à une absence de kinésithérapie) réduisaient la durée moyenne du séjour à l'hôpital respectivement de 2,0 jours (différence moyenne (DM) de -2,0 jours, IC à 95%, entre -3,5 et -0,6) et 1,4 jours (DM de -1,4 jours, IC à 95%, entre -2,8 et -0,0),. Ce que ne faisaient ni la kinésithérapie respiratoire conventionnelle ni le cycle actif de techniques respiratoires.

La Pression expiratoire positive (par rapport à une absence de kinésithérapie) réduisait la durée de la fièvre (DM -0,7 jour, IC à 95%, entre -1,4 et -0,0). Mais pas le traitement par manipulation ostéopathique.

Le Traitement par manipulation ostéopathique (par rapport à un placebo) réduisait la durée de l'antibiothérapie par voie intraveineuse (DM de -2,1 jours, IC à 95%, entre -3,4 à -0,9) et la durée totale de l'antibiothérapie (DM -1,9 jours, IC à 95%, entre -3,1 à -0,7).

Les Limitations de cette revue tiennent à ce que les études examinant le traitement par manipulation ostéopathique étaient de petite taille, et que six études publiées qui semblent remplir les critères d'inclusion, sont en attente de classification.

Conclusions des auteurs

Sur la base des preuves actuelles limitées, la kinésithérapie respiratoire ne pourrait pas être recommandée en tant que traitement complémentaire de pratique courante pour la pneumonie chez l'adulte.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Kinésithérapie respiratoire pour la pneumonie chez l'adulte

Kinésithérapie respiratoire pour la pneumonie chez l'adulte

La pneumonie est l'un des problèmes de santé les plus courants qui affecte tous les groupes d'âge partout dans le monde. Les antibiotiques constituent le pilier du traitement de la pneumonie, tandis que d'autres traitements sont principalement de soutien. La kinésithérapie respiratoire est largement utilisée en tant que traitement d'appoint pour la pneumonie chez les adultes sans aucune preuve fiable.

Six essais contrôlés randomisés évaluant 434 participants ont été inclus. Les études évaluaient quatre types de kinésithérapies respiratoires, à savoir la kinésithérapie respiratoire conventionnelle, le traitement par manipulation ostéopathique (y compris l'inhibition des muscles paradorsaux, l'élévation des côtes et le relâchement diaphragmatique ou myofascial doux), le cycle actif de techniques respiratoires (y compris le contrôle actif de la respiration, les exercices d'expansion thoracique et la technique d'expiration forcée) et la pression expiratoire positive. Aucune de ces techniques (par rapport à une absence de kinésithérapie ou à une thérapie placebo) ne réduit la mortalité. Pour trois de ces techniques (la kinésithérapie respiratoire conventionnelle, le cycle actif de techniques respiratoires et le traitement par manipulation ostéopathique) il n'existe aucune preuve en soutien d'un meilleur taux de guérison, en comparaison avec l'absence de kinésithérapie ou à une thérapie placebo. Des preuves limitées indiquent que la pression expiratoire positive (par rapport à une absence de kinésithérapie) et le traitement par manipulation ostéopathique (par rapport à une thérapie placebo) peut réduire légèrement la durée du séjour à l'hôpital (de 2,02 et 1,4 jours, respectivement). En outre, la pression expiratoire positive (par rapport à l' absence de kinésithérapie) peut réduire légèrement la durée de la fièvre de 0,7 jour, et le traitement par manipulation ostéopathique (par rapport à une thérapie placebo) pourrait réduire la durée de l'utilisation d'antibiotiques de 1,93 jours. Aucun événement indésirable grave n'a été trouvé.

En résumé, la kinésithérapie respiratoire ne devrait pas être recommandée en tant que traitement complémentaire de routine pour la pneumonie chez l'adulte. Les limitations de notre revue sont que six études publiées qui semblent remplir les critères d'inclusion, sont en attente de classification (dont cinq ont été publiées en russe).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux