Antipsychotic medication for early episode schizophrenia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Long-term treatment with antipsychotic medications in early episode schizophrenia spectrum disorders is common, but both short and long-term effects on the illness are unclear. There have been numerous suggestions that people with early episodes of schizophrenia appear to respond differently than those with multiple prior episodes. The number of episodes may moderate response to drug treatment.

Objectives

To assess the effects of antipsychotic medication treatment on people with early episode schizophrenia spectrum disorders.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group register (July 2007) as well as references of included studies. We contacted authors of studies for further data.

Selection criteria

Studies with a majority of first and second episode schizophrenia spectrum disorders comparing initial antipsychotic medication treatment with placebo, milieu, or psychosocial treatment.

Data collection and analysis

Working independently, we critically appraised records from 681studies, of which five studies met inclusion criteria. We calculated risk ratios (RR) and their 95% confidence intervals (CI) where possible. For continuous data, we calculated mean difference (MD). We calculated numbers needed to treat/harm (NNT/NNH) where appropriate.

Main results

Five studies (combined total n=998) met inclusion criteria. Four studies (n=724) provided leaving the study early data and results suggested that individuals treated with a typical antipsychotic medication are less likely to leave the study early than those treated with placebo (Chlorpromazine: 3 RCTs n=353, RR 0.4 CI 0.3 to 0.5, NNT 3.2, Fluphenaxine: 1 RCT n=240, RR 0.5 CI 0.3 to 0.8, NNT 5; Thioridazine: 1 RCT n=236, RR 0.44 CI 0.3 to 0.7, NNT 4.3, Trifulperazine: 1 RCT n=94, RR 0.96 CI 0.3 to 3.6). Two studies contributed data to assessment of adverse effects and present a general pattern of more frequent side effects among individuals treated with typical antipsychotic medications compared to placebo. One trial suggested a higher rehospitalisation rate for those receiving chlorpromazine compared to placebo (n=80, RR 2.29 CI 1.3 to 4.0, NNH 2.9). However, a higher attrition in the placebo group is likely to have introduced a survivor bias into this comparison. One study contributes data to a comparison of trifluoperazine to psychotherapy on long-term health in favour of the trifluoperazine group (n=92, MD 5.8 CI 1.6 to 0.0); however, data from this study are also likely to contain biases due to selection and attrition. One other study contributes data to a comparison of typical antipsychotic medication to psychosocial treatment on six-week outcome measures of global psychopathology (n=89, MD 0.01 CI -0.6 to 0.6) and global improvement (n=89, MD -0.03 CI -0.5 to 0.4), indicating no between-group differences. On the whole, there is very little useable data in the few studies meeting inclusion criteria.

Authors' conclusions

With only a few studies meeting inclusion criteria, and with limited useable data in these studies, it is not possible to arrive at definitive conclusions. The preliminary pattern of evidence suggests that people with early episode schizophrenia treated with typical antipsychotic medications are less likely to leave the study early, but more likely to experience medication-related side effects. Data are too sparse to assess the effects of antipsychotic medication on outcomes in early episode schizophrenia.

Résumé scientifique

Antipsychotiques dans le traitement contre les épisodes précoces de schizophrénie

Contexte

Les traitements à long termes d'antipsychotiques dans les troubles d'épisodes précoces de schizophrénie sont courants, mais les effets à courts termes et à longs termes sur la maladie ne sont pas clairs. De nombreuses suggestions ont été émises sur le fait que les patients souffrant d'épisodes précoces de schizophrénie semblent répondre différemment de ceux ayant déjà souffert de multiple épisodes. Le nombre d'épisodes peut modérer la réponse au traitement médical.

Objectifs

Pour évaluer les effets du traitement antipsychotique sur les patients souffrant d'épisodes précoces de spectre de troubles de schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Le registre d’essais cliniques du Groupe Cochrane sur la Schizophrénie (juillet 2007) ainsi que les références des études incluses ont été examinés. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir davantage de données.

Critères de sélection

Les études montrant une majorité de premier et second épisode de spectre de troubles de schizophrénie qui comparent le traitement médical au placebo, au milieu ou au traitement psychologique.

Recueil et analyse des données

En travaillant indépendamment, nous avons évalué de façon critique les archives de 681 études, dont cinq répondaient aux critères d'inclusion. Les risques relatifs (RR) ont été calculé ainsi que leur 95 % d'intervalle de confiance lorsque cela était possible. Pour les données continues, la différence moyenne (DM) a été calculée. Le nombre de sujets à traiter /nombre nécessaire pour nuire (NST/NNN) ont été calculés le cas échéant.

Résultats principaux

Cinq études (total combiné n=998) ont répondu aux critères d'inclusion. Quatre études (n=724) ont fourni des données sur les départs anticipés de l'étude et des résultats suggérant que les individus traités avec un antipsychotique typique sont moins sujets à quitter prématurément l'étude que ceux traités sous placebo (Chlorpromazine : 3 ECR, n=353, RR 0,4 IC 0,3 à 0,5, NST 3,2, Fluphenaxine : 1 ECR n=240, RR 0,5 IC 0,3 à 0,8, NST 5 ; Thioridazine : 1 ECR n=236, RR 0,44 IC 0,3 à 0,7, NST 4,3 ; Trifulperazine : 1 EC, n=94, RR 0,96 IC 0,3 à 3,6). Deux études ont délivré des données d'évaluation des effets indésirables et ont montré un schéma général d'effets indésirables plus fréquents parmi les individus traités sous antipsychotiques par rapport au placebo. Un essai laissait entrevoir un plus haut taux de ré-hospitalisation pour les patients sous chlorpromazine par rapport au placebo (n=80, RR 2,29, IC entre 1,3 et 4,0, NNN 2,9) Cependant, une attrition plus élevée dans le groupe placebo est susceptible d'avoir introduit un biais de survivant dans cette comparaison. Les données d'une étude comparant le trifluopérazine à la psychothérapie sur la santé à long termes en faveur du groupe sous trifluopérazine (n=92, DM 5,8, IC entre 1,6 et 0,0) ; cependant, les données de cette étude sont également susceptibles de contenir des biais de sélection et d'attrition. Une autre étude a fourni des données issues de la comparaison d'un antipsychotique par rapport au traitement psychosocial sur des mesures de résultats à six semaines de la psychopathologie globale (n=89, DM 0,01, IC entre -0,6 et 0,6) et une amélioration globale (n=89, DM -0,03, IC entre -0,5 et 0,4), ce qui n'indique pas de différences entre groupes. Au total, il n'existe que très peu de données utilisables dans les quelques études qui répondent aux critères d'inclusion.

Conclusions des auteurs

Avec seulement quelques études qui répondent aux critères d'inclusion, et avec les données utilisables limitées de ces études, il n'est pas possible d'atteindre des conclusions définitives. Le schéma préliminaire de preuves suggèrent que les personnes souffrant d'épisodes précoces de schizophrénie traités par antipsychotiques typiques sont moins sujets à quitter l'étude prématurément, mais plus sujets à ressentir des effets secondaires liés au traitement. Les données sont trop faibles pour évaluer les effets des antipsychotiques sur les résultats autour des épisodes précoces de schizophrénie.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Cochrane France

Plain language summary

Antipsychotic medication for early episode schizophrenia

There are only a few good quality studies comparing the acute treatment of early episode schizophrenia with an antipsychotic medication compared to placebo or psychosocial treatment. It appears that initial medication treatment reduces the study attrition rates while also increasing the risk for medication-induced side effects. Data are too limited to assess the effects of initial antipsychotic medication treatment on outcomes for individuals with an early episode of schizophrenia.

Résumé simplifié

Antipsychotiques dans le traitement contre les épisodes précoces de schizophrénie

Il n'existe que quelques études de qualité qui compare le traitement des épisodes précoces de schizophrénie aux antipsychotiques par rapport au placebo ou au traitement psychosocial. Il semble que le traitement médical de départ réduise les taux d'attrition de l'étude tout en augmentant le risque des effets secondaires d'origine médicamenteuse. Les données sont trop limitées pour évaluer les effets des traitements initiaux d'antipsychotiques sur les résultats des individus souffrant d'épisodes précoces de schizophrénie.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Cochrane France

Ancillary