Intervention Review

Prophylactic oral betamimetics for preventing preterm labour in singleton pregnancies

  1. Melissa Whitworth1,*,
  2. Siobhan Quenby2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 23 JAN 2008

Assessed as up-to-date: 1 DEC 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD006395.pub2


How to Cite

Whitworth M, Quenby S. Prophylactic oral betamimetics for preventing preterm labour in singleton pregnancies. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 1. Art. No.: CD006395. DOI: 10.1002/14651858.CD006395.pub2.

Author Information

  1. 1

    St Mary's Hospital, Manchester, UK

  2. 2

    University of Warwick, Clinical Sciences Research Institute, Coventry, UK

*Melissa Whitworth, St Mary's Hospital, Central Manchester and Manchester Children's University Hospitals NHS Trust, Hathersage Road, Manchester, M13 0JH, UK. mkw@doctors.org.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 JAN 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. アブストラクト

Background

Preterm birth occurs in up to 6% to 10% of all births and is the major complication of pregnancy associated with perinatal mortality and morbidity. Previous preterm delivery is a strong predictor for preterm labour, and the earlier the birth, the more likely it is to be repeated at the same gestation. In the acute setting, betamimetics can decrease contraction frequency or delay preterm birth by 24 to 48 hours.

Objectives

To assess the effectiveness of prophylactic oral betamimetics for the prevention of preterm labour and birth for women with singleton pregnancies at high risk of preterm delivery.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (October 2010) and reference lists.

Selection criteria

Randomised controlled trials in singleton pregnancies at high risk of preterm labour comparing prophylactic oral betamimetics with placebo or any intervention with the specific aim of preventing preterm birth.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial quality and extracted data.

Main results

One trial (64 singleton pregnancies) was included. The trial compared the oral betamimetic agent isoxuprine with placebo. No difference was seen for perinatal mortality rate (risk ratio (RR) 4.74, 95% confidence interval (CI) 0.50 to 45.00). There was no evidence of an effect of oral betamimetic agents in reduction of spontaneous onset of preterm labour (RR 1.07, 95% CI 0.14 to 8.09) or preterm birth, less than 37 weeks' gestation. There was no significant association between the use of oral betamimetics and side effects sufficient to stop therapy (RR 2.51, 95% CI 0.59 to 10.76). No differences were found for infant outcomes; birthweight less than 2500 grams (RR 1.74, 95% CI 0.44 to 6.87) or neonatal death (RR 4.74, 95% CI 0.50 to 45.00). This trial had adequate methodological quality; however the sample size was inappropriate to determine any significance in neonatal outcome differences between the treatment groups.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to support or refute the use of prophylactic oral betamimetics for preventing preterm birth in women at high risk of preterm labour with a singleton pregnancy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. アブストラクト

Prophylactic oral betamimetics for preventing preterm labour in singleton pregnancies

There are insufficient data on use of betamimetic drugs given by mouth to reduce preterm birth in women at increased risk of preterm labour and carrying one baby.

Women sometimes go into labour early and babies are born prematurely (before 37 weeks). These babies are at increased risk of health problems and the earlier a baby is born the higher the risk. Babies born before 32 weeks have considerable problems, with those born before 28 weeks being at most risk. These babies can suffer from problems with breathing, bleeding, gut and intestines. They are also at increased risk of cerebral palsy or long-term handicap, and some babies do not survive even the early weeks. Babies need special care, sometimes intensive care, and this can be quite traumatic for parents. Preterm birth occurs in around 6% to 10% of births. Many interventions have been assessed to try to improve outcomes for these babies; this review looks at a group of drugs called betamimetics given by mouth in women at increased risk and carrying one baby. These drugs aim to reduce and inhibit labour contractions. However, they do have side effects which include nausea, vomiting, tremor, headaches and shortness of breath. The review of studies found only one trial involving 64 women. There is therefore insufficient evidence to support the use of these drugs to reduce preterm labour and birth.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. アブストラクト

Bêtamimétiques oraux prophylactiques pour prévenir le travail prématuré lors de grossesses uniques

Contexte

Les accouchements prématurés surviennent dans 6 % à 10 % des accouchements. En outre, ce sont les principales complications de la grossesse liées à la mortalité et la morbidité prénatales. Les accouchements prématurés antérieurs sont un puissant indicateur du travail prématuré et plus l'accouchement est prématuré, plus il y a de risques pour que cela se répète à la même gestation. Dans les cas aigus, la prise de bêtamimétiques peut réduire la fréquence des contractions ou retarder l'accouchement avant terme de 24 à 48 heures.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des bêtamimétiques oraux prophylactiques pour prévenir le travail et l'accouchement prématurés chez les femmes ayant des grossesses uniques dont le risque d'accouchement avant terme est élevé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (octobre 2010) et dans les listes bibliographiques.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés dans les grossesses uniques à haut risque de travail prématuré comparant l'administration de bêtamimétiques oraux prophylactiques à celle d'un placebo ou toute intervention dont l'objectif spécifique est de prévenir l'accouchement prématuré.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante la qualité des essais et extrait les données.

Résultats principaux

Un essai (64 grossesses uniques) a été inclus. Cet essai portait sur la comparaison entre l'isoxsuprine, l'agent bêtamimétique oral, et le placebo. Aucune différence n'a été observée pour le taux de mortalité prénatal (risque relatif (RR) 4,74 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,50 à 45,00). Par ailleurs, il n'y avait aucune preuve relative à un effet des agents bêtamimétiques oraux dans la réduction du début spontané du travail prématuré (RR 1,07, IC à 95 % 0,14 à 8,09) ou de l'accouchement prématuré (moins de 37 semaines de gestation). Il n'y avait aucune association significative et suffisante entre l'utilisation de bêtamimétiques oraux et les effets secondaires pour interrompre le traitement (RR 2,51, IC à 95 % 0,59 à 10,76). De plus, aucune différence n'a été constatée au niveau du pronostic des enfants ; poids à la naissance inférieur à 2 500 grammes (RR 1,74, IC à 95 % 0,44 à 6,87) ou des décès néonataux (RR 4,74, IC à 95 % 0,50 à 45,00). Cet essai présentait une qualité méthodologique satisfaisante ; cependant, la taille de l'échantillon n'était pas adaptée pour établir une significativité statistique au niveau des différences de résultats néonataux entre les groupes de traitement.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves permettant d'appuyer ou de réfuter l'hypothèse selon laquelle l'utilisation de bêtamimétiques oraux prophylactiques permettrait de prévenir les accouchements prématurés chez les femmes à grossesse unique dont le risque de travail prématuré est élevé.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. アブストラクト

Bêtamimétiques oraux prophylactiques pour prévenir le travail prématuré lors de grossesses uniques

Il n'existe pas suffisamment de données relatives aux bêtamimétiques administrés par voie orale pour réduire le nombre d'accouchements prématurés chez les femmes portant un bébé et qui présentent un risque élevé de travail prématuré.

Il arrive que les femmes entrent en travail prématurément et de fait font naître des prématurés (avant 37 semaines). Ces bébés présentent un risque plus élevé de souffrir de problèmes de santé. En outre, plus un bébé naît prématurément, plus ce risque est élevé. Les bébés qui naissent avant 32 semaines présentent d'importants problèmes de santé, mais ceux nés avant 28 semaines présentant le plus de risques. Par ailleurs, ces bébés sont susceptibles de souffrir de problèmes respiratoires, d'hémorragies et intestinaux. Ils présentent également un risque plus élevé de développer une infirmité motrice cérébrale ou un handicap à long terme. De plus, il arrive que certains bébés ne survivent pas même au cours des premières semaines. Ces bébés ont besoin de soins particuliers, quelquefois ils doivent séjourner en soins intensifs, ce qui peut être assez traumatisant pour les parents. L'accouchement prématuré survient dans environ 6 % à 10 % des accouchements. De nombreuses interventions ont été évaluées afin d'essayer d'améliorer les résultats de ces bébés ; cette revue s'intéresse à un groupe de médicaments dénommés bêtamimétiques administrés par voie orale chez les femmes présentant un risque accru et portant un bébé. Ces médicaments visent à réduire et à inhiber les contractions dues au travail. Cependant, ils entraînent des effets secondaires dont des nausées, vomissements, tremblements, céphalées et essoufflements. La revue de ces études n'a permis de mettre en évidence qu'un seul essai incluant 64 femmes. C'est pourquoi, il n'existe pas suffisamment de preuves pour soutenir l'hypothèse selon laquelle l'utilisation de ces médicaments permettrait de diminuer le nombre de travaux et d'accouchements prématurés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

アブストラクト

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. アブストラクト

単胎妊娠の早期産を予防するためのβ刺激薬の予防的経口投与

背景

早期産は全出産数の6%~10%に上る割合で発生し、周産期の死亡率と罹病率に関連する主要な妊娠合併症となっている。早期産の既往は早期産の強力な予測因子であり、出産が早期であるほど、同じ妊娠期間の早期産が再び発生する可能性が高くなる。急性発症の場合、β刺激薬によって陣痛頻度を低下させる、あるいは早期産を24~48時間遅延させることができる可能性がある。

目的

早期産のリスクが高い単胎妊娠女性の早期産を予防するためのβ刺激薬の予防的経口投与の有効性を評価すること。

検索戦略

Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register(2010年10月)と参照文献リストを検索した。

選択基準

早期産のリスクが高い単胎妊娠女性を対象に、β刺激薬の予防的経口投与をプラセボまたは早期産予防を特異的な目的とする介入と比較したランダム化比較試験。

データ収集と分析

2名のレビューアが別々に試験の質と抽出データを評価した。

主な結果

1件の試験(単胎妊娠女性64例)が選択基準に合致した。試験では、経口β刺激薬イソクスプリンをプラセボと比較した。周産期死亡率に差は認められなかった[リスク比(RR)4.74、95%信頼区間(CI)0.50~45.00]。妊娠37週未満では、早期産の自然発生の減少に対する経口β刺激薬の効果を示すエビデンスはなかった(RR 1.07、95% CI 0.14~8.09)。経口β刺激薬投与と投与中止に至るほどの副作用の間に有意な関連性はなかった(RR 2.51、95%CI 0.59~10.76)。新生児のアウトカムに差は認められず、出生時体重2500グラム未満(RR 1.74、95%CI 0.44~6.87)、新生児死亡にも差はなかった(RR 4.74、95%CI 0.50~45.00)。この試験の方法論的な質は適切であったが、新生児のアウトカムに関する投与群間での有意差を判定するにはサンプル・サイズが不十分であった。

著者の結論

早期産のリスクが高い単胎妊娠女性の早期産の予防として経口β刺激薬を予防的に使用することを支持する、または否定する十分なエビデンスはない。

訳注

監  訳: 江藤 宏美,2011.10.4

実施組織: 厚生労働省委託事業によりMindsが実施した。

ご注意 : この日本語訳は、臨床医、疫学研究者などによる翻訳のチェックを受けて公開していますが、訳語の間違いなどお気づきの点がございましたら、Minds事務局までご連絡ください。Mindsでは最新版の日本語訳を掲載するよう努めておりますが、編集作業に伴うタイム・ラグが生じている場合もあります。ご利用に際しては、最新版(英語版)の内容をご確認ください。