Intervention Review

Mechanical traction for neck pain with or without radiculopathy

  1. Nadine Graham1,*,
  2. Anita Gross2,
  3. Charles H Goldsmith3,
  4. Jennifer Klaber Moffett4,
  5. Ted Haines5,
  6. Stephen J Burnie6,
  7. Paul Michael J Peloso7

Editorial Group: Cochrane Back Group

Published Online: 16 JUL 2008

Assessed as up-to-date: 29 MAR 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006408.pub2


How to Cite

Graham N, Gross A, Goldsmith CH, Klaber Moffett J, Haines T, Burnie SJ, Peloso PMJ. Mechanical traction for neck pain with or without radiculopathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 3. Art. No.: CD006408. DOI: 10.1002/14651858.CD006408.pub2.

Author Information

  1. 1

    McMaster University, School of Rehabilitation Science, Hamilton, Ontario, Canada

  2. 2

    McMaster University, School of Rehabilitation Science & Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  3. 3

    Simon Fraser University, Faculty of Health Sciences, Burnaby, BC, Canada

  4. 4

    The University of Hull, The Institute of Rehabilitation, Hull, UK

  5. 5

    McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  6. 6

    Canadian Memorial Chiropractic College, Department of Clinical Education, Toronto, ON, Canada

  7. 7

    Merck Research Laboratories, Department of Clinical Development, Rahway, NJ, USA

*Nadine Graham, School of Rehabilitation Science, McMaster University, 1200 Main Street West, Hamilton, Ontario, Canada. nadinelino@sympatico.ca.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 JUL 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Neck pain is a frequently reported complaint of the musculoskeletal system which can be disabling and costly to society. Mechanical traction is often used as an adjunct therapy in outpatient rehabilitation.

Objectives

To assess the effects of mechanical traction for neck disorders.

Search methods

A research librarian searched computerized bibliographic databases without language restrictions up to March 2008 for randomized controlled trials (RCTs) from the medical, chiropractic, and allied health literature.

Selection criteria

The RCTs we selected examined adults with neck disorders who received mechanical traction alone or in combination with other treatments compared to a placebo or another treatment. Our outcomes of interest were pain, function, disability, global perceived effect, patient satisfaction, and quality of life measures.

Data collection and analysis

Two review authors with different backgrounds in medicine, physiotherapy, massage therapy and chiropractics independently conducted study selection, risk of bias assessment and data abstraction using pre-piloted forms. We resolved disagreement through consensus.

Main results

Of the seven selected RCTs (total participants = 958), only one (N = 100) had a low risk of bias. It found no statistically significant difference (SMD -0.16: 95%CI: -0.59 to 0.27) between continuous traction and placebo traction in reducing pain or improving function for chronic neck disorders with radicular symptoms. Our review found no evidence from RCTs with a low potential for bias that clearly supports or refutes the use of either continuous or intermittent traction for neck disorders.

Authors' conclusions

The current literature does not support or refute the efficacy or effectiveness of continuous or intermittent traction for pain reduction, improved function or global perceived effect when compared to placebo traction, tablet or heat or other conservative treatments in patients with chronic neck disorders. Large, well conducted RCTs are needed to first determine the efficacy of traction, then the effectiveness, for individuals with neck disorders with radicular symptoms.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Mechanical traction for neck pain with or without symptoms that radiate to the neck or arm

Twenty-six to 71% of the adult population can recall experiencing an episode of neck pain or stiffness in their lifetime. Neck pain is more common in females than in males, with rates reported as high as 77.8%. The natural history is unclear. Neck pain has a costly impact on society because of visits to healthcare providers, sick leave, disability and loss of productivity. There are a number of treatments available for neck pain, one of which is mechanical traction.

Mechanical traction 'stretches' the neck. With the patient lying on their back, a head halter is placed under the back of the head and possibly the jaw and attached to a machine. The machine is set for a certain time period and specific weight for the pulling action to occur. The traction can remain on steadily for the specified time (referred to as continuous or static) or intermittently (on/off cycle) during the treatment session. Experts think that traction expands the space between the vertebrae, increases the movement of the joints and stretches the muscles and ligaments around the vertebrae. Side effects are generally few, but can include headache, nausea, fainting and injury to tissue.

We included seven randomized controlled trials (RCT), with a total of 958 participants, that looked at the effects of continuous or intermittent mechanical traction for individuals with chronic neck pain (lasting for more than three months). Some had symptoms that radiated into the arms and head (radicular symptoms), others did not.

Only one RCT (100 participants) had a low risk of bias, which means we can have confidence in the findings. This trial found that on average, there was no statistically significant difference between continuous and placebo traction in reducing pain or improving function for individuals with chronic neck disorder with radicular symptoms.

In summary, our review found no evidence from RCTs with a low potential for bias that clearly supports or refutes the use of either continuous or intermittent traction for individuals with chronic neck disorders.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traction mécanique pour le traitement des cervicalgies avec ou sans radiculopathie

Contexte

Les cervicalgies sont une plainte fréquemment signalée concernant le système musculo-squelettique qui peut être invalidante et coûteuse pour la société. La traction mécanique est souvent utilisée comme thérapie d'appoint dans la rééducation des patients externes.

Objectifs

Évaluer les effets de la traction mécanique pour le traitement des troubles du cou.

Stratégie de recherche documentaire

Un documentaliste a effectué une recherche dans les bases de données bibliographiques informatisées sans restriction concernant la langue jusqu'à mars 2008 pour les essais contrôlés randomisés (ECR) dans la littérature médicale, chiropratique et dans CINAHL (Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature).

Critères de sélection

Les ECR que nous avons sélectionnés avaient examiné des adultes souffrant de troubles du cou ayant bénéficié d'une traction mécanique seule ou en combinaison avec d'autres traitements comparée à un placebo ou à un autre traitement. Nos critères de jugement intéressants étaient les mesures de la douleur, la fonction, l'invalidité, l'effet global perçu, la satisfaction des patients et la qualité de vie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ayant des expériences différentes en médicine, physiothérapie, thérapie de massage et chiropractie ont indépendamment sélectionné les études, évalué le risque de biais et extrait les données à l’aide d’un formulaire pré-expérimenté. Nous avons résolu les désaccords par des consensus.

Résultats Principaux

Sur les sept ECR sélectionnés (total de participants = 958), seul un (N = 100) présentait un faible risque de biais. Il n'a trouvé aucune différence statistiquement significative (DMS -0,16 : IC à 95 % : -0,59 à 0,27) entre la traction continue et la traction placebo en termes de réduction de la douleur ou d'amélioration de la fonction pour le traitement des troubles du cou chroniques accompagnés de symptômes radiculaires. Notre revue n'a découvert aucune preuve dans les ECR ayant un faible potentiel de biais permettant d'étayer ou de récuser clairement l'utilisation de la traction continue ou intermittente pour le traitement des troubles du cou.

Conclusions des auteurs

La littérature actuelle ne permet par d'étayer ou de récuser l'efficacité ou l'effet de la traction continue ou intermittente en termes de réduction de la douleur, d'amélioration de la fonction ou d'effet global perçu, comparée à la traction placebo, comprimés ou chaleur ou d'autres traitements conservateurs chez les patients souffrant de troubles du cou chroniques. Des ECR bien menés de grande taille sont nécessaires pour déterminer en premier lieu l'efficacité de la traction, puis l'effet, chez des patients souffrant de troubles du cou accompagnés de symptômes radiculaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traction mécanique pour le traitement des cervicalgies avec ou sans radiculopathie

Traction mécanique pour le traitement des cervicalgies avec ou sans symptômes qui se répandent jusqu'au cou ou bras

26 à 71 % de la population adulte peuvent se remémorer leur expérience d'un épisode de cervicalgie ou de raideur de la nuque au cours de leur vie. Les cervicalgies sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, avec des taux rapportés aussi hauts que 77,8 %. L'histoire naturelle n'est pas claire. Les cervicalgies ont des répercussions financières sur la société en raison des visites auprès de prestataires de soins de santé, des congés de maladie, de l'invalidité et de la perte de productivité. Il existe un certain nombre de traitements disponibles pour les cervicalgies, dont l'un est la traction mécanique.

La traction mécanique « étire » le cou. Le patient doit être allongé sur le dos, un licou est placé sous l'arrière de la tête et peut-être la mâchoire et attaché à une machine. La machine est réglée pour une certaine période et un poids spécifique afin de permettre l'exécution de l'action de traction. La traction peut rester régulière pendant toute la période spécifiée (on parlera alors de traction continue ou statique) ou intermittente (cycle marche/arrêt) pendant la séance de traitement. Les experts pensent que la traction agrandit l'espace entre les vertèbres, augmente le mouvement des articulations et étire les muscles et les ligaments autour des vertèbres. Les effets secondaires sont généralement peu nombreux, mais peuvent comprendre des maux de tête, des nausées, des évanouissements et des lésions tissulaires.

Nous avons inclus sept essais contrôlés randomisés (ECR), totalisant 958 participants, ayant examiné les effets de la traction mécanique continue ou intermittente chez les patients souffrant de cervicalgies chroniques (persistant plus de trois mois). Certains avaient des symptômes qui se répandaient jusqu'aux bras et à la tête (symptômes radiculaires), d'autres n'en avaient pas.

Un seul ECR (100 participants) présentait un faible risque de biais, ce qui signifie que nous pouvons avoir confiance dans les résultats. Cet essai a trouvé qu'en moyenne, il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre la traction continue et la traction placebo en termes de réduction de la douleur ou d'amélioration de la fonction chez des patients souffrant de troubles du cou chroniques accompagnés de symptômes radiculaires.

En résumé, notre revue n'a découvert aucune preuve dans les ECR ayant un faible potentiel de biais permettant d'étayer ou de récuser clairement l'utilisation de la traction continue ou intermittente chez les patients souffrant de troubles du cou chroniques.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français