Intervention Review

Managerial supervision to improve primary health care in low- and middle-income countries

  1. Xavier Bosch-Capblanch1,*,
  2. Sajil Liaqat2,
  3. Paul Garner2

Editorial Group: Cochrane Effective Practice and Organisation of Care Group

Published Online: 7 SEP 2011

Assessed as up-to-date: 7 JUN 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006413.pub2


How to Cite

Bosch-Capblanch X, Liaqat S, Garner P. Managerial supervision to improve primary health care in low- and middle-income countries. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 9. Art. No.: CD006413. DOI: 10.1002/14651858.CD006413.pub2.

Author Information

  1. 1

    Swiss Tropical and Public Health Institute, Swiss Centre for International Health, Basel, Switzerland

  2. 2

    Liverpool School of Tropical Medicine, International Health Group, Liverpool, Merseyside, UK

*Xavier Bosch-Capblanch, Swiss Centre for International Health, Swiss Tropical and Public Health Institute, Socinstrasse 57, Basel, 4002, Switzerland. x.bosch@unibas.ch.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 7 SEP 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Primary healthcare (PHC) workers often work alone or in isolation. Healthcare managerial supervision is recommended to help assure quality; but this requires skilled supervisors and takes time and resources. It is therefore important to assess to what extent supervision is beneficial and the ways in which it can be implemented.

Objectives

To review the effects of managerial supervision of health workers to improve the quality of PHC (such as adherence to guidance or coverage of services) in low- and middle-income countries.

Search methods

We searched The Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) 2011, Issue 1, part of The Cochrane Library. www.thecochranelibrary.com, including the Cochrane Effective Practice and Organisation of Care (EPOC) Group Specialised Register (searched 10 March 2011); MEDLINE, Ovid 1950 to March Week 1 2011 (searched 08 March 2011); EMBASE, Ovid 1980 to 2011 Week 12 (searched 08 March 2011); CINAHL, Ebsco 1981 – present (searched 10 March 2011); LILACS, VHL (searched 10 March 2011).

Selection criteria

Randomised controlled trials, controlled before-and-after studies, and interrupted time series studies, conducted in PHC in low- and middle-income countries. Supervision includes site visits from a central level of the health system, plus at least one supervisory activity. We excluded studies aimed solely at improving the clinical skills of PHC workers.

Data collection and analysis

We extracted data using a predefined form and assessed for risk of bias using the EPOC risk of bias criteria. Data are presented in a narrative way without pooling the effects on the outcomes as studies and outcomes were diverse.

Main results

Nine studies met the inclusion criteria: three compared supervision with no supervision, five compared enhanced supervision with routine supervision, and one study compared less intensive supervision with routine supervision. Most outcomes were scores relating to providers’ practice, knowledge and provider or user satisfaction. The majority of the outcomes were measured within nine months after the interventions were introduced. In two studies comparing supervision with no supervision, small benefits on provider practice and knowledge were found. For methods of enhancing supervision, we identified five studies, and two studies of frequent supportive supervision demonstrated small benefits on workers performance. The one study examining the impact of less intensive supervision found no evidence that reducing the frequency of visits had any effect on the utilisation of services. The GRADE evidence quality for all comparisons and outcomes was "low" or "very low".

Authors' conclusions

It is uncertain whether supervision has a substantive, positive effect on the quality of primary health care in low- and middle-income countries. The long term effectiveness of supervision is unknown.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Supervision to improve the quality of primary health care in low- and middle-income countries

Researchers in the Cochrane Collaboration conducted a review of the impact of supervising healthcare workers on the quality of primary health care in low- and middle-income countries. After searching for all relevant studies, they found nine studies. Their findings are summarised below.

Health worker supervision

Supervision from higher levels of the health system, such as district headquarters, to the local level is widely recommended. Supervision is seen as a way of supporting often isolated primary health care workers and ensuring the quality of the health services they provide. However, supervisory visits need certain logistics including time and transport, and can be relatively costly.

The studies in this review took place in nine countries in Africa, Asia and Latin America, in both rural and urban areas. Most of the studies looked at the supervision of health care professionals (including nurses, midwives, health officers and physicians), while two studies examined the effect of supervision on community or lay health workers. The number of supervisory visits generally varied from one to six over a period of up to nine months.

What happens when health workers are supervised?

The evidence was of low to very low quality and the studies showed mixed results. Compared to no supervision, some studies showed that supervision had a small benefit on health worker practices and knowledge, while other studies showed no benefit or were inconclusive. We are therefore uncertain about the effects of supervision on the quality of primary healthcare services.  

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Supervision administrative pour améliorer les soins de santé primaires dans les pays à faibles et moyens revenus

Contexte

Les travailleurs en soins de santé primaires (SSP) travaillent souvent seuls ou en situation d'isolement. La supervision administrative des soins de santé est recommandée pour garantir la qualité des soins ; mais cela exige des superviseurs compétents, du temps et des ressources. Il est donc important d'évaluer les éventuels bénéfices de la supervision et la manière dont elle peut être mise en œuvre.

Objectifs

Étudier les effets de la supervision administrative des travailleurs de santé pour améliorer la qualité des SSP (comme le respect des protocoles ou la couverture des services) dans les pays à faibles et moyens revenus.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL), 2011, Numéro 1, intégré à la Bibliothèque Cochrane www.thecochranelibrary.com, y compris le registre spécialisé du groupe de revue Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (EPOC) (recherche effectuée le 10 mars 2011) ; MEDLINE, Ovid, de 1950 à la 1ère semaine de mars 2011 (recherche effectuée le 08 mars 2011) ; EMBASE, Ovid, de 1980 à la semaine 12 de 2011 (recherche effectuée le 08 mars 2011) ; CINAHL, Ebsco, de 1981 à nos jours (recherche effectuée le 10 mars 2011) ; LILACS, VHL (recherche effectuée le 10 mars 2011).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés, les études contrôlées avant-après et les études de séries chronologiques interrompues menées en SSP dans des pays à faibles et moyens revenus. La supervision inclut des visites sur le site effectuées par un service central du système de santé avec au moins une activité de supervision. Les études visant uniquement à améliorer les compétences cliniques des travailleurs en SSP ont été exclues.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données à l'aide d'un formulaire prédéfini et évalué le risque de biais conformément aux critères d'EPOC en la matière. Les données sont présentées sous forme narrative sans combiner les effets des résultats car les études et les mesures de résultats étaient variées.

Résultats Principaux

Neuf études étaient conformes aux critères d'inclusion : trois études comparaient une supervision à l'absence de supervision, cinq études comparaient une supervision accrue à une supervision de routine et une étude comparait une supervision moins intensive à une supervision de routine. La plupart des mesures de résultats étaient les scores associés aux pratiques et connaissances des prestataires ou à la satisfaction des prestataires ou des utilisateurs. La plupart étaient mesurées dans les neuf mois suivant la mise en place des interventions. Dans deux études comparant la supervision à l'absence de supervision, de petits bénéfices ont été observés pour les pratiques et les connaissances des prestataires. Pour les méthodes visant à accroître la supervision, nous avons identifié cinq études, dont deux portant sur une supervision de soutien fréquente rapportaient de petits bénéfices pour les performances des travailleurs. La seule étude examinant l'impact d'une supervision moins intensive n'apportait aucune preuve de l'impact de visites moins fréquentes sur l'utilisation des services. La qualité des preuves pour toutes les comparaisons et mesures de résultats était « faible » ou « très faible ».

Conclusions des auteurs

On ignore si la supervision peut réellement avoir un effet positif substantiel sur la qualité des soins de santé primaires dans les pays à faibles et moyens revenus. L'efficacité de la supervision à long terme n'est pas établie.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Supervision administrative pour améliorer les soins de santé primaires dans les pays à faibles et moyens revenus

Supervision pour améliorer la qualité des soins de santé primaires dans les pays à faibles et moyens revenus

Les chercheurs de Cochrane Collaboration ont mené une revue de l'impact de la supervision des travailleurs de santé sur la qualité des soins de santé primaires dans les pays à faibles et moyens revenus. Après avoir recherché toutes les études pertinentes, ils ont identifié neuf études. Leurs conclusions sont résumées ci-dessous.

Supervision des travailleurs de santé

La supervision locale par des niveaux supérieurs du système de santé, tels que les sièges de district, est largement préconisée. La supervision est considérée comme le moyen de soutenir des travailleurs en soins de santé primaires souvent isolés et de garantir la qualité des services de santé fournis. Les visites de supervision exigent cependant la mise en place d'une logistique (temps et transport) qui peut être relativement coûteuse.

Les études de cette revue ont été menées dans neuf pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, tant en milieu rural qu'en milieu urbain. La plupart des études portaient sur la supervision des professionnels de santé (y compris des infirmiers, des sages-femmes, des agents de santé et des médecins), tandis que deux études examinaient l'effet de la supervision sur les travailleurs de santé communautaires ou non professionnels. Le nombre de visites de supervision allait généralement de une à six sur une période allant jusqu'à neuf mois.

Que se passe-t-il lorsque les travailleurs de santé font l'objet d'une supervision ?

La qualité des preuves était faible à très faible et les résultats des études étaient contrastés. Par rapport à l'absence de supervision, certaines études rapportaient un petit bénéfice de la supervision pour les pratiques et les connaissances des travailleurs de santé, tandis que d'autres études ne rapportaient aucun bénéfice ou n'étaient pas concluantes. Les effets de la supervision sur la qualité des services de santé primaires ne peuvent donc pas être établis avec certitude.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français