Intervention Review

Non-pharmacological interventions for assisting the induction of anaesthesia in children

  1. Peggy Yip2,
  2. Philippa Middleton3,
  3. Allan M Cyna1,*,
  4. Alison V Carlyle4

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 8 JUL 2009

Assessed as up-to-date: 13 DEC 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006447.pub2


How to Cite

Yip P, Middleton P, Cyna AM, Carlyle AV. Non-pharmacological interventions for assisting the induction of anaesthesia in children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 3. Art. No.: CD006447. DOI: 10.1002/14651858.CD006447.pub2.

Author Information

  1. 1

    Women's and Children's Hospital, Department of Women's Anaesthesia, Adelaide, South Australia, Australia

  2. 2

    Starship Children's Hospital, Department of Paediatric Anaesthesia, Auckland, New Zealand

  3. 3

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

  4. 4

    Princess Margaret Hospital, Department of Anaesthesia, Subiaco, Perth, Australia

*Allan M Cyna, Department of Women's Anaesthesia, Women's and Children's Hospital, 72 King William Road, Adelaide, South Australia, 5006, Australia. allan.cyna@health.sa.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 JUL 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Induction of general anaesthesia can be distressing for children. Non-pharmacological methods for reducing anxiety and improving co-operation may avoid the adverse effects of preoperative sedation.

Objectives

To assess the effects of non-pharmacological interventions in assisting induction of anaesthesia in children by reducing their anxiety, distress or increasing their co-operation.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Issue 1). We searched the following databases from inception to 14th December 2008: MEDLINE, PsycINFO, CINAHL, DISSERTATION ABSTRACTS, Web of Science and EMBASE.

Selection criteria

We included randomized controlled trials of a non-pharmacological intervention implemented on the day of surgery or anaesthesia.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted data and assessed risk of bias in trials.

Main results

We included 17 trials, all from developed countries, involving 1796 children, their parents or both. Eight trials assessed parental presence. None showed significant differences in anxiety or co-operation of children during induction, except for one where parental presence was significantly less effective than midazolam in reducing children's anxiety at induction. Six trials assessed interventions for children. Preparation with a computer package improved co-operation compared with parental presence (one trial). Children playing hand-held video games before induction were significantly less anxious than controls or premedicated children (one trial). Compared with controls, clown doctors reduced anxiety in children (modified Yale Preoperative Anxiety Scale (mYPAS): mean difference (MD) 30.75 95% CI 15.14 to 46.36; one trial). In children undergoing hypnosis, there was a nonsignificant trend towards reduced anxiety during induction (mYPAS < 24: risk ratio (RR) 0.59 95% CI 0.33 to 1.04 - 39% versus 68%: one trial) compared with midazolam. A low sensory environment improved children's co-operation at induction (RR 0.66, 95% CI 0.45 to 0.95; one trial) and no effect on children's anxiety was found for music therapy (one trial).

Parental interventions were assessed in three trials. Children of parents having acupuncture compared with parental sham-acupuncture were less anxious during induction (mYPAS MD 17, 95% CI 3.49 to 30.51) and more children were co-operative (RR 0.63, 95% CI 0.4 to 0.99). Parental anxiety was also significantly reduced in this trial. In two trials, a video viewed preoperatively did not show effects on child or parental outcomes.

Authors' conclusions

This review shows that the presence of parents during induction of general anaesthesia does not reduce their child's anxiety. Promising non-pharmacological interventions such as parental acupuncture; clown doctors; hypnotherapy; low sensory stimulation; and hand-held video games needs to be investigated further.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Non-pharmacological interventions for assisting the induction of anaesthesia in children

The initial process of giving general anaesthesia (i.e. induction of anaesthesia) to children, can be distressing for them and also for their parents. Children can be given drugs to sedate them when anaesthesia is being induced, but these drugs can have unwanted harmful effects, such as possible airway obstruction and behaviour changes after the operation. Some non-drug alternatives have been tested to see if they could be used instead of sedative drugs when anaesthesia is being induced in children. The presence of parents at induction of the child's anaesthesia, has been the most commonly investigated (eight trials), but has not been shown to reduce anxiety or distress in children, or increase their co-operation during induction of anaesthesia. An intervention can be given to a child or to a parent. One study of acupuncture for parents found that the parent was less anxious, and the child was more co-operative, at induction of anaesthesia. Another study of giving parents information, in the form of pamphlets or videos, failed to show an effect. In single studies, clown doctors, a quiet environment, video games and computer packages (but not music therapy) each showed benefits such as improved co-operation in children. These promising interventions need to be tested in additional trials.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Interventions non pharmacologiques pour faciliter l'induction de l'anesthésie chez les enfants

Contexte

L'induction de l'anesthésie générale peut être pénible pour les enfants. Les méthodes non pharmacologiques visant à réduire l'anxiété et améliorer la coopération peuvent éviter les effets néfastes de la sédation préopératoire.

Objectifs

Evaluer les effets des interventions non pharmacologiques pour faciliter l'induction de l'anesthésie chez les enfants grâce à la diminution de leur anxiété, de leur détresse ou à l'amélioration de leur coopération.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Numéro 1). Nous avons effectué des recherches dans les bases de données ci-après, de leur origine respective jusqu'au 14 décembre 2008 : MEDLINE, PsycINFO, CINAHL, DISSERTATION ABSTRACTS, Web of Science et EMBASE.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés d'une intervention non pharmacologique mise en place le jour de l'intervention chirurgicale ou de l'anesthésie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont extrait les données et évalué le risque de biais dans les essais, de manière indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 17 essais, tous issus de pays développés, impliquant 1 796 enfants, leurs parents ou les deux. Huit essais ont évalué la présence des parents. Aucun n'a montré de différences significatives quant à l'anxiété ou à la coopération des enfants pendant l'induction, à l'exception d'un seul où la présence des parents s'est avérée significativement moins efficace que le midazolam pour réduire l'anxiété des enfants au moment de l'induction. Six essais ont évalué les interventions pour les enfants. La préparation des enfants avec un logiciel a amélioré leur coopération par rapport à la présence des parents (un essai). Les enfants qui jouaient à des jeux vidéo de poche avant l'induction étaient significativement moins anxieux que les témoins ou les enfants ayant reçu une prémédication (un essai). Comparativement aux témoins, les docteurs clowns ont diminué l'anxiété chez les enfants (score obtenu à l'échelle modifiée de l'anxiété préopératoire de Yale (mYPAS, modified Yale Preoperative Anxiety Scale) : différence moyenne (DM) = 30,75 ; IC à 95 % de 15,14 à 46,36 ; un essai). Chez les enfants traités par hypnose, il existait une tendance non significative à la diminution de l'anxiété lors de l'induction (mYPAS < 24 : risque relatif (RR) = 0,59 ; IC à 95 % de 0,33 à 1,04 - 39 % versus 68 % : un essai) comparativement au midazolam. Un environnement peu sensoriel a amélioré la coopération des enfants à l'induction (RR = 0,66 ; IC à 95 % de 0,45 à 0,95 ; un essai) et aucun effet sur l'anxiété des enfants n'a été observé pour la musicothérapie (un essai).

Les interventions parentales ont été évaluées dans trois essais. Les enfants de parents traités par acupuncture par rapport à l'acupuncture parentale factice étaient moins anxieux lors de l'induction (DM score mYPAS = 17 ; IC à 95 % de 3,49 à 30,51) et davantage d'enfants se sont montrés coopératifs (RR = 0,63 ; IC à 95 % de 0,4 à 0,99). L'anxiété parentale a également été diminuée significativement dans cet essai. Dans deux essais, une vidéo visionnée en préopératoire n'a pas montré d'effets sur les résultats constatés chez les enfants ou les parents

Conclusions des auteurs

Cette revue montre que la présence des parents lors de l'induction de l'anesthésie générale ne diminue pas l'anxiété de leur enfant. Les interventions non pharmacologiques prometteuses telles que l'acupuncture parentale, les docteurs clowns, l'hypnothérapie, la faible stimulation sensorielle et les jeux vidéo de poche doivent être étudiées davantage.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Interventions non pharmacologiques pour faciliter l'induction de l'anesthésie chez les enfants

Interventions non pharmacologiques pour faciliter l'induction de l'anesthésie chez les enfants

Le processus initial d'une anesthésie générale (c'est-à-dire l'induction de l'anesthésie) chez les enfants, peut être une source d'angoisse pour eux et pour leurs parents. Les enfants peuvent recevoir des médicaments destinés à les calmer lors de l'induction de l'anesthésie, mais ces médicaments risquent d'avoir des effets nocifs indésirables, tels qu'une éventuelle obstruction des voies respiratoires et d'éventuels changements de comportement après l'opération. Certaines solutions de rechange non médicamenteuses ont été testées pour voir s'il serait possible de les utiliser à la place des médicaments sédatifs lors de l'induction de l'anesthésie chez les enfants. La présence des parents à l'induction de l'anesthésie chez leur enfant, a été la solution la plus couramment étudiée (huit essais), mais il n'a pas été démontré qu'elle diminue l'anxiété ou la détresse chez les enfants, ni qu'elle améliore leur coopération lors de l'induction de l'anesthésie. Une intervention peut s'appliquer à un enfant ou à un parent. Une étude de l'acupuncture pour les parents montre que le parent était moins anxieux, et l'enfant plus coopératif, lors de l'induction de l'anesthésie. Une autre étude consistant à donner aux parents des informations, sous forme de brochures ou de vidéos, n'a pas démontré d'effet. Dans des études individuelles, les docteurs clowns, un environnement paisible, les jeux vidéo et les logiciels (mais pas la musicothérapie) montrent tous des effets bénéfiques, notamment une meilleure coopération des enfants. Ces interventions prometteuses doivent être testées dans des essais supplémentaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th January, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

在小兒麻醉誘導時的非藥物輔助方式

全身麻醉之誘導過程對小兒病人來說可能是個痛苦的經驗,使用非藥物的方法來減少焦慮和增加病人的合作可能可以避免採用術前鎮靜會造成的不良反應。

目標

使用減少焦慮、痛苦或增加病人配合的指標來評估非藥物的方法在協助小兒麻醉誘導中的成效

搜尋策略

我們搜尋了CENTRAL(The Cochrane Library 2009, Issue 1),以及2008年12月14日以後的以下資料庫:MEDLINE、PsycINFO、CINAHL、DISSERTATION ABSTRACTS、Web of Science and EMBASE。

選擇標準

我們將於手術當天採用非藥物方式協助誘導的隨機的控制組試驗納入

資料收集與分析

兩位作者獨立的選取資料並評估試驗中的偏見

主要結論

我們納入了17個臨床研究,這些研究皆來自已開發國家,包含了1796個小孩及父母。其中8個研究評估了父母陪伴的影響,沒有研究顯示出在焦慮程度及配合度有顯著性的差異,除了其中一個研究顯示出在麻醉誘導時,減少小孩的焦慮程度上父母的陪伴明顯的比midazolam無效。6個研究評估了一些方法,和父母的陪伴比較,電腦明顯的增加病人的配合度;在誘導前玩掌上型遊樂器的小孩比給予術前投藥的小孩明顯的較少焦慮(1個研究)。和對照組比較,小丑醫生能夠減少病人的焦慮(modified Yale Preoperative Anxiety Scale(mAPS)),mean defference(MD) 30.75,95%CI 15.14到46.36(1個研究)。接受催眠的小孩和midazolam組比較有統計上不顯著但減少焦慮的趨勢(mYPAS小於24,risk ratio(RR) 0.59、95% CI 0.33到1.04, −39% vs 68%);採用音樂治療時,較少刺激的環境在誘導時能改善小孩的配合度(RR 0.66,95% CI 0.45到0.95,1個研究),不過對於減少焦慮並沒有幫助(1個研究)。陪伴的父母接受針炙時相較於接受偽針炙組,小兒病人在接受麻醉誘導時表現出較少的焦慮(mYPAS MD 17,95% CI 3.49到30.51),且較為合作(RR 0.63,95% CI 0.4到0.99),父母的焦慮在這個試驗中亦有顯著性的降低。在2個研究中,在術前觀賞錄影帶並不會對小兒病人或其父母有效果。

作者結論

這個回顧性研究顯示在全身麻醉誘導時,父母的陪伴與否並不會降低小兒病人的焦慮,一些可能有效的非藥物方法像是對陪伴的父母進行針炙治療、小丑醫生、催眠、低刺激環境和掌上型遊樂器需要更進一步的研究。

翻譯人

本摘要由臺灣大學附設醫院王憶嘉翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

一開始全身麻醉的過程(如麻醉誘導)對於小兒病人甚至他們的父母來說可能很痛苦,此時我們可以先投予小孩鎮靜藥物,但這些藥物可能會有我們不想要的有害效果,如可能造成呼吸道阻塞或是術後的行為改變。一些非藥物性的替代方法被測試看看是否可以取代小兒病人麻醉誘導前給予的鎮靜藥物。其中,麻醉誘導時父母的陪伴最常被研究(8個研究),但它並沒有顯示出降低小兒病人的焦慮、痛苦或增加合作。還有另外的一些方法可以採用,1個研究顯示對陪伴的父母進行針炙治療可以降低父母的焦慮,同時增加小孩的合作;另一個關於給予父母資訊的研究,像是小冊子或錄影帶,並沒有顯示出效果。在1個研究中,小丑醫生、安靜的環境、遊樂器或電腦(但非音樂療法)皆顯示出好處,像是改善小孩的配合度等等。這些可能有效的方法需要更進一步的被研究證實。