This is not the most recent version of the article. View current version (23 JUL 2014)

Intervention Review

Interventions for strabismic amblyopia

  1. Kate Taylor1,*,
  2. Sue Elliott2

Editorial Group: Cochrane Eyes and Vision Group

Published Online: 10 AUG 2011

Assessed as up-to-date: 31 MAY 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006461.pub3


How to Cite

Taylor K, Elliott S. Interventions for strabismic amblyopia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 8. Art. No.: CD006461. DOI: 10.1002/14651858.CD006461.pub3.

Author Information

  1. 1

    Royal Victoria Infirmary, Department of Ophthalmology, Newcastle upon Tyne, UK

  2. 2

    Salisbury Health Care NHS Trust, Ophthalmology Department, Salisbury, Wiltshire, UK

*Kate Taylor, Department of Ophthalmology, Royal Victoria Infirmary, Claremont Wing, Queen Victoria Road, Newcastle upon Tyne, NE1 4LP, UK. kate.taylor@nuth.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 10 AUG 2011

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (23 JUL 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Amblyopia is reduced visual acuity in one or both eyes in the absence of any demonstrable abnormality of the visual pathway. It is not immediately resolved by the correction of refractive error. Strabismus develops in approximately 5% to 8% of the general population. The aim of treatment for amblyopia is to obtain the best possible level of vision in the amblyopic eye. Different treatment options were examined within the review.

Objectives

By reviewing the available evidence we wanted to establish the most effective treatment for strabismic amblyopia. In particular this review aimed to examine the impact of conventional occlusion therapy for strabismic amblyopia and to analyse the role of partial occlusion and optical penalisation for strabismic amblyopia.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2011, Issue 6), MEDLINE (January 1950 to June 2011), EMBASE (January 1980 to June 2011), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (January 1982 to June 2011), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com) and ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov). There were no date or language restrictions in the electronic searches for trials. The electronic databases were last searched on 1 June 2011.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) for the treatment of strabismic amblyopia including participants of any age.

Data collection and analysis

Two authors working independently extracted and entered data into Review Manager 5 and then independently checked the data for errors.

Main results

We included three RCTs in this review. The studies reported mean logMAR visual acuity achieved. Mean difference in visual acuity was calculated. When comparing conventional part-time occlusion (with any necessary glasses), PEDIG 2006 reported that this treatment was more beneficial than glasses alone for strabismic amblyopia; the mean difference between groups was -0.18 LogMAR (statistically significant 95% confidence interval (CI) -0.32 to -0.04). Supplementing occlusion therapy with near activities may produce a better visual outcome compared to non-near activities after four weeks of treatment (PEDIG 2005). The results of the pilot study showed mean difference between groups was -0.17 LogMAR (95% CI -0.53 to 0.19). Results from a larger RCT (PEDIG 2008) are now available, showing that supplementing occlusion therapy with near activities may produce a better visual outcome after eight weeks of treatment; the mean difference between groups was -0.02 LogMAR (95% CI -0.10 to 0.06).

Authors' conclusions

Occlusion, whilst wearing necessary refractive correction, appears to be more effective than refractive correction alone in the treatment of strabismic amblyopia. The benefit of combining near activities with occlusion is unproven. No RCTs were found that assessed the role of either partial occlusion or optical penalisation to refractive correction for strabismic amblyopia.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Treatment of amblyopia (lazy eye) caused by strabismus (squint) with patching and/or optical treatment (glasses or penalisation)

Amblyopia is a common childhood condition which causes a reduction in vision of one or both eyes which is not caused by any eye disease. Amblyopia can be caused by the presence of a squint (misalignment of the eyes where one eye may turn inwards, outwards, upwards or downwards). This review aims to look at the treatment of reduced vision caused by the presence of a squint, not the treatment of the squint itself. Three randomised controlled trials (RCTs) conducted in the United States were included in this review. The results of one of these trials indicate that patching therapy combined with any necessary glasses is more effective than glasses alone in the treatment of this condition. Two of the trials analysed the role of adding near activities to supplement patching therapy. These trials suggest there may be benefit to adding near activities to prescribed occlusion regime. No trial examining the role of optical penalisation (altering glasses strength) or using partial occlusion (frosted lens opposed to a patch) was found. The effectiveness of optical penalisation and partial occlusion for the treatment of strabismic amblyopia is unknown.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour l'amblyopie strabique

Contexte

L'amblyopie consiste en une acuité visuelle réduite dans l'un ou les deux yeux, sans présence démontrable d'une anomalie sur la voie optique. Elle n'est pas instantanément résolue par la correction de l'erreur de réfraction. Le strabisme se développe chez environ 5 à 8 % de la population générale. L'objectif du traitement de l'amblyopie est d'amener l'œil atteint au meilleur niveau possible de vision. Différentes options de traitement ont été examinées dans la revue.

Objectifs

En passant en revue les données disponibles, nous voulions déterminer le traitement le plus efficace pour l'amblyopie strabique. Cette revue visait en particulier à examiner l'impact du traitement classique d'occlusion pour l'amblyopie strabique et à analyser le rôle de l'occlusion partielle et de la pénalisation optique pour cette affection.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2011, numéro 6), MEDLINE (de janvier 1950 à juin 2011), EMBASE (de janvier 1980 à juin 2011), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (de janvier 1982 à juin 2011), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com) et ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov). Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 1er juin 2011.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur le traitement de l'amblyopie strabique comprenant des participants de tout âge.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs travaillant indépendamment ont extrait les données et les ont saisies dans Review Manager 5, puis ont indépendamment vérifié qu'aucune erreur ne s'y était glissée.

Résultats Principaux

Nous avons inclus trois ECR dans cette revue. Les études avaient rendu compte du logMAR moyen d'acuité visuelle obtenu. La différence moyenne d'acuité visuelle avait été calculée. Concernant l'occlusion à temps partiel classique (conjointement aux lunettes requises), PEDIG 2006 indique que ce traitement était plus bénéfique que les seules lunettes pour l'amblyopie strabique ; la différence moyenne entre les groupes était de -0,18 LogMAR (intervalle de confiance (IC) à 95 % statistiquement significatif -0,32 à -0,04). L'ajout d'activités de proximité au traitement par occlusion est susceptible d'améliorer le résultat visuel après quatre semaines de traitement (PEDIG 2005). Les résultats de l'étude pilote ont montré une différence moyenne entre les groupes de -0,17 LogMAR (IC à 95% -0,53 à 0,19). Les résultats d'un plus vaste ECR (PEDIG 2008) sont maintenant disponibles qui montrent que l'ajout d'activités de proximité au traitement par occlusion est susceptible d'améliorer le résultat visuel après huit semaines de traitement ; la différence moyenne entre les groupes était de -0,02 LogMAR (IC 95% -0.10 à 0.06 ).

Conclusions des auteurs

L'occlusion, conjointement au port des lunettes requises pour la correction de l'erreur de réfraction, semble être plus efficace que le seul port de lunettes dans le traitement de l'amblyopie strabique. Le bénéfice de l'ajout à l'occlusion d'activités de proximité n'est pas démontré. Aucun ECR n'a été trouvé qui ait évalué le rôle de l'occlusion partielle ou de la pénalisation optique, en plus de la correction de la réfraction, pour l'amblyopie strabique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour l'amblyopie strabique

Le traitement de l'amblyopie (œil paresseux) causée par le strabisme (le fait de loucher) au moyen d'un cache-œil et/ou d'un traitement optique (lunettes ou pénalisation)

L'amblyopie est un problème courant dans l'enfance qui entraîne une baisse de la vision d'un œil ou des deux, non causée par une quelconque maladie oculaire. L'amblyopie peut être la conséquence d'un strabisme (défaut de convergence des yeux dans lequel un œil peut se tourner vers l'intérieur, l'extérieur, le haut ou le bas). Cette revue a pour but d'examiner le traitement de la baisse de vision consécutive à un strabisme, et non pas le traitement du strabisme lui-même. Trois essais contrôlés randomisés (ECR) menés aux États-Unis ont été inclus dans cette revue. Les résultats de l'un de ces essais indiquent que l'ajout d'un cache-œil aux lunettes requises est plus efficace que les seules lunettes dans le traitement de cette affection. Deux des essais avaient analysé le rôle des activités de proximité en complément du traitement par cache-œil. Ces études suggèrent qu'il peut y avoir avantage à ajouter des activités de proximité au régime d'occlusion prescrit. Aucun essai n'a été trouvé qui ait examiné le rôle de la pénalisation optique (altération de la force des lunettes) ou utilisé une occlusion partielle (verre dépoli plutôt que cache-œil). L'efficacité de la pénalisation optique et de l'occlusion partielle dans le traitement de l'amblyopie strabique demeurent inconnues.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 21st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�