Intervention Review

Special care units for dementia individuals with behavioural problems

  1. Claudia KY Lai1,*,
  2. Jonas HM Yeung2,
  3. Vincent Mok3,
  4. Iris Chi4

Editorial Group: Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group

Published Online: 7 OCT 2009

Assessed as up-to-date: 22 SEP 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006470.pub2


How to Cite

Lai CKY, Yeung JHM, Mok V, Chi I. Special care units for dementia individuals with behavioural problems. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 4. Art. No.: CD006470. DOI: 10.1002/14651858.CD006470.pub2.

Author Information

  1. 1

    The Hong Kong Polytechnic University, School of Nursing, Hung Hom, Hong Kong

  2. 2

    Alice Ho Miu Ling Nethersole Hospital, Department of Medicine, New Territories, Hong Kong SAR, China

  3. 3

    Prince of Wales Hospital, The Chinese University of Hong Kong, Department of Medicine and Therapeutics, Hong Kong SAR, China

  4. 4

    University of Southern California, School of Social Work, Los Angeles, CA, USA

*Claudia KY Lai, School of Nursing, The Hong Kong Polytechnic University, School of Nursing, The Hong Kong Polytechnic University, Hung Hom, Hong Kong. hsclai@inet.polyu.edu.hk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 7 OCT 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

The behavioural problems of people with dementia are often considered as one of the most challenging issues in caring. Special Care Units (SCUs) have flourished since the 1980s with the aim of taking care of dementia patients, usually those with Alzheimer's disease, and in particular for those with behavioural problems. Although lacking a standard definition, SCUs are usually situated within nursing homes and commonly include the features of trained staffing, special programming, a modified physical environment, and family involvement. The costs of SCUs are commonly higher than for 'standard' nursing home care. However, evaluations of the outcomes of SCUs have yielded conflicting results. A systematic review of this evidence is therefore warranted.

Objectives

To evaluate the effect of SCUs on behavioural problems, mood, use of restraints and psychotropic medication in patients with dementia.

Search methods

The trials were identified from a search of the Specialized Register of the Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group (CDCIG), The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, PsycINFO and CINAHL on 6 September 2007 using the search terms: Special Care Units or SCUs. The CDCIG Specialized Register contains records from major healthcare databases including MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, CENTRAL, and LILACS as well as many ongoing trial databases and grey literature sources.

Selection criteria

All randomized controlled trials (RCTs) in which the outcomes of SCUs were compared against traditional nursing units (nursing homes, skilled nursing facilities) were included.

Data collection and analysis

Two reviewing authors independently read the full reports of the potentially eligible studies and selected those that met the inclusion criteria. Discrepancies were resolved by discussions among the two reviewing authors. Final consensus was reached with input from a third member of the team when necessary.

Main results

No RCTs meeting the selection criteria were identified. Since it is unlikely, for ethical and practical reasons that an RCT of SCUs will be conducted, a systematic review of non-RCTs using the same protocol and criteria was conducted. There were eight non-RCTs that fulfilled the criteria for inclusion. Only four studies had data which could be extracted for pooling in meta-analysis.  Differences between comparator groups in these nonRCTs ? for example in severity of dementia - were not adequately adjusted for and were common in the trial which accounted for almost all of the positive outcomes of SCUs (Nobili, 2006)

All of the results of the outcomes came only from single studies except for "physical restraint use" at 6 months, which included data from two studies.  A small improvement in total Neuropsychiatric Inventory scores, favouring SCU was noted in one study at 6, 12 and 18 months.  The use of physical restraints was less common in SCUs at 6 and 12 months (OR= 0.46 (95% CI 0.27 to 0.80), p=0.006; and OR=0.49 (0.27 to 0.88), p=0.02 respectively).  Patients in SCUs were less depressed at 3 months than those in traditional nursing home (WMD -6.30 (-7.88 to -4.72) Cornell points, p<0.00001). There was only one observation that favoured the control group: a small but significant effect favouring traditional nursing home care was observed at 6 months in the mean number of psychotropic medications used (WMD 0.20, CI 0.00 to 0.40, z=1.96, P=0.05).

Authors' conclusions

There are no identified RCTs investigating the effects of SCUs on behavioural symptoms in dementia, and  no strong evidence of benefit from the available non-RCTs.  It is probably more important to implement best practice than to provide a specialized care environment.  The routine collection of data on behaviour, restraint and psychotropic drug use across multiple nursing home settings offers the best modality for formal evaluation of the benefit or otherwise of SCUs.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

There is limited evidence to support the assumption that the care of people with dementia in special care units is superior to care in traditional nursing units.

There is limited evidence to support the assumption that the care of people with dementia in special care units (SCUs) is superior to care in traditional nursing units. No randomized controlled trials (RCTs) can be found comparing the effect of SCUs against traditional nursing units in managing agitated behaviours in people suffering from dementia. This review has examined the results of non-RCTs. The findings about the outcomes of this review arise just from one study except for the outcome of "physical restraint use" at 6 months, which includes data from two studies. Selection bias is a major problem in non-RCTs, and confounds the limited evidence that favoured SCU care with regard to a decrease in agitated behaviour and in the use of physical restraints. A convincing case for the benefits of SCU care cannot be made and further studies are necessary.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Unités de soins spéciaux pour les individus atteints de démence présentant des problèmes comportementaux

Contexte

Les problèmes comportementaux des personnes souffrant de démence sont souvent considérés comme l'un des plus grands enjeux de leur prise en charge. Depuis les années 1980, des unités de soins spéciaux (USS) voient le jour dans le but de prendre en charge les patients atteints de démence, généralement des malades d'Alzheimer, et en particulier pour les patients présentant des problèmes comportementaux. Bien qu'il n'existe pas de définition standard des USS, ces dernières sont généralement situées dans des maisons de soins et sont habituellement équipées de personnel formé, d'un programme spécial, d'un environnement physique modifié et d'une implication familiale. Le coût des soins dispensés dans les USS est généralement plus élevé que celui des maisons de soins standards. Toutefois, les évaluations des résultats des USS ont donné des résultats contradictoires. Une revue systématique des preuves à ce sujet est donc nécessaire.

Objectifs

Évaluer l'effet des USS sur les problèmes comportementaux, l'humeur, l'utilisation de contraintes et de psychotropes chez les patients atteints de démence.

Stratégie de recherche documentaire

Le 6 septembre 2007, des essais ont été identifiés à partir d'une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs (CDCIG), Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, EMBASE, PsycINFO et CINAHL, en utilisant les termes : Unités de soins spéciaux ou USS. Le registre spécialisé du CDCIG contient des rapports des principales bases de données médicales dont MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, CENTRAL et LILACS, ainsi que de nombreuses bases de données d'essais en cours et de sources de la littérature grise.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels les résultats des USS étaient comparés à des unités d'infirmerie traditionnelles (maisons de soins, institutions de soins spécialisées) ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux évaluateurs ont lu de manière indépendante l'intégralité des rapports d'études potentiellement éligibles et ont sélectionné celles qui satisfaisaient aux critères d'inclusion. Les différences ont été résolues par la discussion entre les deux évaluateurs. Lorsque cela était nécessaire, un consensus final était obtenu grâce à l'intervention d'un troisième membre de l'équipe.

Résultats Principaux

Aucun ECR satisfaisant aux critères d'inclusion n'a pu être identifié. Attendu qu'il est peu probable, pour des raisons éthiques et pratiques, qu'un ECR sur les USS soit réalisé, une revue systématique de non ECR a été réalisée en utilisant le même protocole et les mêmes critères. Huit non ECR remplissaient les critères d'inclusion. Seules quatre études contenaient des données susceptibles d'être extraites pour être combinées dans une méta-analyse. Les différences entre les groupes comparateurs dans ces non ECR (comme la gravité de la démence) n'étaient pas correctement ajustées et étaient fréquentes dans l'essai dont la plupart des résultats positifs pour les USS ont été tirées (Nobili, 2006).

Tous les résultats des critères de jugement étaient issus d'une seule étude à chaque fois sauf pour l'utilisation de contraintes physiques à six mois qui incluait les données de deux études. Une légère amélioration des scores au NPI (Neuropsychiatric Inventory) favorable aux USS a été observée dans une étude à 6, 12 et 18 mois. L'utilisation de contraintes physiques était moins courante dans les USS à 6 et 12 mois (OR= 0,46 (IC à 95 % de 0,27 à 0,80), p=0,006 ; et OR=0,49 (de 0,27 à 0,88), p=0,02 respectivement).  Les patients dans les USS étaient moins déprimés à 3 mois que les patients dans des maisons de soins traditionnelles (DMP -6,30 (de -7,88 à -4,72) points Cornell, p<0,00001). Une seule observation était favorable au groupe témoin : un effet limité mais significatif favorable aux maisons de soins traditionnelles a été observé à 6 mois pour le nombre moyen de psychotropes utilisés (DMP 0,20, IC 0,00 de 0,40, z=1,96, P=0,05).

Conclusions des auteurs

Aucun ECR étudiant les effets des USS sur les symptômes comportementaux dans la démence n'a été identifié et aucune preuve solide de leur bénéfice n'a été obtenue dans les non ECR.Il est probablement plus important de mettre en œuvre des bonnes pratiques que de fournir un environnement de soins spécialisés. La meilleure modalité pour évaluer formellement les bénéfices ou autres des USS serait de recueillir fréquemment des données sur le comportement et sur l'utilisation de contraintes et de psychotropes dans divers cadres de maisons de soins.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Unités de soins spéciaux pour les individus atteints de démence présentant des problèmes comportementaux

Il existe des preuves limitées à l'appui de l'hypothèse selon laquelle le soin des personnes atteintes de démence dans des unités de soins spéciaux est meilleur que dans des unités de soins traditionnelles.

Il existe des preuves limitées à l'appui de l'hypothèse selon laquelle le soin des personnes atteintes de démence dans des unités de soins spéciaux (USS) est meilleur que dans des unités de soins traditionnelles. Aucun essai contrôlé randomisé (ECR) comparant l'effet des USS par rapport aux unités de soins traditionnelles dans la prise en charge des comportements agités chez les personnes atteintes de démence n'a pu être identifié. Cette revue examinait les résultats de non ECR. Les conclusions sur les résultats de cette revue sont tirées d'une seule étude, hormis pour le critère de jugement d'utilisation de contraintes physiques à six mois, lequel inclut les données de deux études. Le biais de sélection est le principal problème des non ECR et confond les preuves limitées favorables aux soins en USS en ce qui concerne une diminution du comportement agité et l'utilisation de contraintes physiques. On ne peut recommander de manière convaincante les bénéfices des soins en USS. Des études complémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

特殊照護區(Special care units)用於具有行為問題的失智症患者

失智症患者行為上的問題常是照護上最具挑戰的事之一。特殊照護區(Special Care Units ,SCUs)在1980年代蓬勃發展,其作用主要在照顧失智患者,通常是阿茲海默症患者,特別是具有行為問題者。 雖然缺少標準定義,SCUs一般常位於護理之家內,並且一般包含訓練人員、特殊規畫、一改良過的身體環境,以及家庭參與等特性。SCUs的花費一般高於普通的護理之家。然而,評估SCUs的結果產生相矛盾的結果。因此值得針對這個證據進行系統性文獻回顧。

目標

評估SCUs對於失智症患者在行為問題、心情、約束的使用及治療精神異常藥物療法的效果,於是進行了以下的研究。

搜尋策略

2007年9月6日在Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group (CDCIG)的Specialized Register資料庫及The Cochrane Library、 MEDLINE、 EMBASE、 PsycINFO 及CINAHL資料庫以詞語: Special Care Units or SCUs進行搜尋。資料庫The CDCIG Specialized Register不但包含所有主要健康照護資料庫(The Cochrane Library、 MEDLINE、 EMBASE、 PsycINFO、 CINAHL 及 LILACS資料庫)也含有許多臨床試驗資料庫及灰色文獻來源。

選擇標準

於所有隨機對照試驗(RCTs)中SCUs的結果中,納入與傳統的護理單位(護理之家、長期照護中心)的比較。

資料收集與分析

兩位回顧作者獨立地閱讀整份有合格的潛力納入研究的報告,且選擇出那些符合納入研究標準的試驗。試驗不一致之處由該兩位回顧作者討論後解決。必要時由該團隊中另一個第三位成員加入以達成最後的一致的意見。

主要結論

並無符合納入研究標準的RCTs被鑑別出來。因為道德及實際實行上的因素,SCUs的RCT不可能被導入研究之中,目前使用同樣的規劃書來進行有系統對nonRCTs的回顧且導入研究準則之中。 有8項nonRCTs符合納入的標準。僅4項研究具有可被摘錄以匯入統合分析的數據的資格。在這些nonRCTs中的比較群組間的差異,例如在失智症的嚴重度,並未被適當的測量,且對幾乎所有對SCUs顯示出正面結果的試驗,都有未適當測量的現象(Nobili, 2006)。所有這些產出的結果,除了在6個月時生理行為限制的應用(physical restraint use),而該項目包含來自兩個研究的資料外,僅出自單一研究。 使用一個小規模改良的神經精神照護者負荷量表(total Neuropsychiatric Inventory scores)測驗,一個研究在第6、12及18月時的結果偏好採用SCU。在SCUs內6及12月較不常見到使用身體約束(OR = 0.46 (95% CI 0.27∼ 0.80), p = 0.006; and OR = 0.49 (0.27 ∼0.88), p = 0.02 respectively)。在SCUs內的病患於3個月時抑鬱的程度比在傳統護理之家的病患要低(WMD −6.30 (−7.88 to −4.72) Cornell points, p<0.00001)。 僅有一項觀察有利於對照組:一個小而明顯的有利於傳統護理之家的照護的效果,在第6個月治療精神異常醫療使用的平均數目(WMD 0.20, CI 0.00 to 0.40, z = 1.96, P = 0.05)。

作者結論

沒有找出RCTs可研究SCUs對於失智症患者行為徵狀上的功效,且由該可利用的nonRCTs,沒有強烈之證據證明其效益。最佳的實際作為比較起提供一特殊照護環境可能更為重要。經由複合護理之家的設置,所給予的照護型式,其中例行的照護行為、約束及治療精神異常藥物的資料的收集,可做為正式對SCUs或其它護理單位進行評估它們的效益時提供依據。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

僅有限的證據支持失智症患者在特殊照護區所受之照護優於傳統護理單位的假設:有限的證據支持失智症患者在特殊照護區(SCUs)所受到的照護比其在傳統護理單位所受到的照護為佳。 沒有隨機對照試驗(RCTs)比較SCUs與傳統護理單位對於管理失智症躁動行為上的功效。本篇回顧詳細檢查非RCTs的結果。有關本回顧的結果所得到的發現正好表現在由另一項研究所得到的結果中,而該研究是除了在6個月時使用身體行為約束的方法,且包含了這些資料的兩個研究之外的另一研究。非CTs研究的主要問題來自於選擇偏誤(select bias),並且干擾偏好採用SCU減少噪動行為以及身體約束的證據。無法讓人信服SCU的效益,因此需要進一步的研究。