Intervention Review

You have free access to this content

Antiretroviral regimens for patients with HIV who fail first-line antiretroviral therapy

  1. Eliza H Humphreys1,*,
  2. Larry W Chang2,
  3. Jamal Harris3

Editorial Group: Cochrane HIV/AIDS Group

Published Online: 16 JUN 2010

Assessed as up-to-date: 31 MAR 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD006517.pub3


How to Cite

Humphreys EH, Chang LW, Harris J. Antiretroviral regimens for patients with HIV who fail first-line antiretroviral therapy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 6. Art. No.: CD006517. DOI: 10.1002/14651858.CD006517.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of California, San Francisco, Global Health Sciences, San Francisco, California, USA

  2. 2

    Johns Hopkins School of Medicine, Division of Infectious Diseases, Department of Medicine, Baltimore, MD, USA

  3. 3

    University of California, San Francisco, Department of Pediatrics, San Francisco, California, USA

*Eliza H Humphreys, Global Health Sciences, University of California, San Francisco, 50 Beale Street, Suite 1200, San Francisco, California, 94105, USA. elizahumphreys@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 JUN 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Highly active antiretroviral therapy has reduced the morbidity and mortality of patients with HIV/AIDS. A common first-line ART regimen in low-resource settings includes a non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor (NNRTI) and two nucleoside reverse transcriptase inhibitors (NRTIs). If treatment failure occurs, a change to second-line therapy is necessary.

Objectives

This systematic review aimed to assess the optimum antiretroviral regimen for patients with HIV who fail first-line therapy (ART-naive) with a recommended World Health Organization (WHO) first-line regimen.

Search methods

Electronic databases and conference proceedings were searched with relevant search terms without limits to language.

Selection criteria

Randomised controlled trials of HIV-infected adolescent and adult patients administered second-line ART after virologic failure of a first-line regimen were included. Observational studies were included given the insufficient number of trials identified. The primary outcome measure included mortality. Secondary outcome measures included rate of adverse events, change in mean CD4 cell count, clinical resolution of symptoms, proportion of patients achieving undetectable viral load (VL) and acquisition of genotypic mutations.

Data collection and analysis

Two authors assessed each reference for inclusion and exclusion criteria established a priori. Data were abstracted independently using a standardised abstraction form. Risk of bias was assessed for individual studies and the GRADE approach for assessing the quality of evidence across a body of evidence was also applied.  

Main results

One randomised trial in 136 patients studied maintaining lamivudine in second-line regimens or not. There was no difference in virological outcomes in the group who maintained lamivudine and those who did not in their subsequent regimens. Two other small observational studies reported in abstract form also did not report a difference in the proportion of those with viral suppression after six months and time to HIV-1 RNA suppression among those on a lamivudine (3TC) or emtricitabine (FTC) regimen compared to those on a 3TC/FTC-sparing second-line regimen. There were no trials identified comparing boosted protease inhibitors (PIs) or nucleoside backbone combinations after first-line failure on non-thymidine analog combinations. Observational studies of populations starting ART in resource-limited settings suggest that short-term response on boosted PI-based regimens is encouraging.

Authors' conclusions

There is limited evidence to evaluate second-line therapies in patients with HIV who fail first-line treatment with a WHO-recommended regimen. One randomised trial in 136 patients and two observational studies (both of low quality) suggest no difference in virological suppression whether or not lamivudine is maintained in a second-line regimen. While outcomes of second-line regimens with boosted PIs are favourable in general, there are no studies comparing boosted PIs directly in populations starting second-line regimens. Current recommendations are based on available resources and patient- and public-health-level considerations.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antiretroviral regimens for patients with HIV who fail first-line antiretroviral therapy

Highly active antiretroviral therapy (HAART) has greatly reduced the illness and deaths of HIV-infected people worldwide. There are many options for first-line antiretroviral therapy (ART), but second-line therapy is necessary for people who fail the first-line treatment. This review attempted to assess the best ART regimen for HIV-infected people in low- and middle-income countries following treatment failure; however, the review found limited studies addressing this topic. One randomised trial and one abstract of an observational study evaluated whether or not to maintain lamivudine in second-line regimens; both suggested no difference in outcomes. There were no studies comparing boosted PI-containing second-line regimens in patients failing an NNRTI-based first-line regimen, nor any evaluating NRTI combinations after first-line with non-thymidine analog combinations. While such trials are difficult to conduct for a variety of reasons, randomised controlled trails comparing second-line therapies are needed, especially in resource-limited settings.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Schémas thérapeutiques antirétroviraux chez les patients atteints du VIH ne répondant pas au traitement antirétroviral de première intention

Contexte

Le traitement antirétroviral hautement actif a permis de réduire la morbidité et la mortalité des patients atteints du VIH/SIDA. Dans les environnements aux ressources limitées, il est fréquent d'utiliser un schéma thérapeutique ARV de première intention combinant un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI) et deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI). En cas d'échec du traitement, un traitement de deuxième intention doit être initié.

Objectifs

L'objectif de cette revue systématique était d'identifier le schéma thérapeutique antirétroviral le plus efficace chez les patients atteints du VIH ne répondant pas à un traitement de première intention (et n'ayant jamais reçu de TAR) suivant un schéma thérapeutique de première intention recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté les bases de données électroniques et les actes de congrès en utilisant les termes de recherche pertinents sans restriction de langue.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés portant sur des patients adultes et adolescents infectés par le VIH et recevant un TAR de deuxième intention après l'échec virologique d'un schéma thérapeutique de première intention ont été inclus. Des études observationnelles ont été incluses en raison du nombre insuffisant d'essais identifiés. Le critère de jugement principal était la mortalité. Les critères de jugement secondaires incluaient le taux d'événements indésirables, le changement de la numération moyenne des cellules CD4, la résolution clinique des symptômes, le nombre de patients atteignant une charge virale (CV) indétectable et le développement de mutations génotypiques.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué chaque référence sur la base de critères d’inclusion et d’exclusion établis a priori. Les données ont été extraites indépendamment au moyen d'une fiche d'extraction standardisée. Le risque de biais a été évalué pour chaque étude et l'approche GRADE permettant d'évaluer la qualité d'un ensemble de preuves a été appliquée.

Résultats Principaux

Un essai randomisé portant sur 136 patients étudiait la poursuite ou l'arrêt de la lamivudine dans les schémas thérapeutiques de deuxième intention. Aucune différence n'était observée en termes de résultats virologiques entre le groupe qui continuait à prendre de la lamivudine et le groupe qui n'en prenait plus dans le schéma thérapeutique subséquent. Deux autres petites études observationnelles sous forme de résumé ne rapportaient pas non plus de différence concernant le nombre de patients présentant une suppression virale au bout de six mois et le délai avant suppression de l'ARN du VIH-1 chez les patients sous schéma thérapeutique à base de lamivudine (3TC) ou d'emtricitabine (FTC) par rapport à ceux sous schéma thérapeutique d'épargne des 3TC/FTC en deuxième intention. Nous n'avons identifié aucun essai comparant des inhibiteurs de protéase (IP) potentialisés ou des combinaisons à base nucléosidique après l'échec d'un traitement de première intention combinant des agents autres que des analogues de la thymidine. Des études observationnelles portant sur des populations initiant un TAR dans des environnements aux ressources limitées suggèrent une réponse encourageante à court terme sous schémas thérapeutiques à base d'IP potentialisés.

Conclusions des auteurs

Les preuves sont limitées pour évaluer les traitements de deuxième intention chez les patients atteints du VIH qui ne répondent pas au traitement de première intention dans le cadre d'un schéma thérapeutique recommandé par l'OMS. Un essai randomisé portant sur 136 patients et deux études observationnelles (toutes deux de qualité médiocre) ne suggéraient aucune différence en termes de suppression virologique lorsque la lamivudine était poursuivie ou arrêtée dans un schéma thérapeutique de deuxième intention. Bien que les résultats des schémas thérapeutiques de deuxième intention à base d'IP potentialisés soient généralement favorables, aucune étude ne compare directement les IP potentialisés chez des populations initiant un schéma thérapeutique de deuxième intention. Les recommandations actuelles doivent se baser sur les ressources disponibles, les caractéristiques des patients et les questions de santé publique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Schémas thérapeutiques antirétroviraux chez les patients atteints du VIH ne répondant pas au traitement antirétroviral de première intention

Schémas thérapeutiques antirétroviraux chez les patients atteints du VIH ne répondant pas au traitement antirétroviral de première intention

Le traitement antirétroviral hautement actif (HAART) a considérablement réduit la morbidité et la mortalité des patients infectés par le VIH partout dans le monde. Il existe de nombreuses options de traitement antirétroviral (TAR) de première intention, mais un traitement de deuxième intention est nécessaire chez les patients ne répondant pas au traitement de première intention. Cette revue a tenté d'identifier le schéma thérapeutique TAR le plus efficace chez les patients infectés par le VIH dans les pays à faibles et moyens revenus suite à l'échec du traitement ; néanmoins, cette revue a identifié très peu d'études examinant cette question. Un essai randomisé et un résumé d'une étude observationnelle évaluaient s'il était préférable de poursuivre ou d'arrêter la lamivudine dans les schémas thérapeutiques de deuxième intention ; tous deux ne suggéraient aucune différence en termes de résultats. Aucune étude ne comparait de schémas thérapeutiques de deuxième intention contenant un IP potentialisé chez des patients ne répondant pas à un schéma thérapeutique de première intention à base d'INNTI, et aucune n'évaluait de combinaisons d'INTI après un traitement de première intention combinant des agents autres que des analogues de la thymidine. Bien que ces essais soient difficiles à réaliser pour plusieurs raisons, des essais contrôlés randomisés comparant des traitements de deuxième intention sont nécessaires, en particulier dans les environnements aux ressources limitées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux