Kinship care for the safety, permanency, and well-being of children removed from the home for maltreatment

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Marc Winokur,

    Corresponding author
    1. Colorado State University, Social Work Research Center, School of Social Work, Fort Collins, Colorado, USA
    • Marc Winokur, Social Work Research Center, School of Social Work, Colorado State University, 110 Education, Fort Collins, Colorado, 80523, USA. marc.winokur@colostate.edu.

    Search for more papers by this author
  • Amy Holtan,

    1. UiT The Arctic University of Norway, Regional Centre for Child and Youth Mental Health and Child Welfare (RKBU North), Faculty of Health Sciences, Tromsø, Norway
    Search for more papers by this author
  • Keri E Batchelder

    1. Colorado Department of Human Services, Office of Performance and Strategic Outcomes, Denver, Colorado, USA
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Every year a large number of children around the world are removed from their homes because they are maltreated. Child welfare agencies are responsible for placing these children in out-of-home settings that will facilitate their safety, permanency, and well-being. However, children in out-of-home placements typically display more educational, behavioural, and psychological problems than do their peers, although it is unclear whether this results from the placement itself, the maltreatment that precipitated it, or inadequacies in the child welfare system.

Objectives

To evaluate the effect of kinship care placement compared to foster care placement on the safety, permanency, and well-being of children removed from the home for maltreatment.

Search methods

We searched the following databases for this updated review on 14 March 2011: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, PsycINFO, CINAHL, Sociological Abstracts, Social Science Citation Index, ERIC, Conference Proceedings Citation Index-Social Science and Humanities, ASSIA, and Dissertation Express. We handsearched relevant social work journals and reference lists of published literature reviews, and contacted authors.

Selection criteria

Controlled experimental and quasi-experimental studies, in which children removed from the home for maltreatment and subsequently placed in kinship foster care were compared with children placed in non-kinship foster care for child welfare outcomes in the domains of well-being, permanency, or safety.

Data collection and analysis

Two review authors independently read the titles and abstracts identified in the searches, and selected appropriate studies. Two review authors assessed the eligibility of each study for the evidence base and then evaluated the methodological quality of the included studies. Lastly, we extracted outcome data and entered them into Review Manager 5 software (RevMan) for meta-analysis with the results presented in written and graphical forms.

Main results

One-hundred-and-two quasi-experimental studies, with 666,615 children are included in this review. The 'Risk of bias' analysis indicates that the evidence base contains studies with unclear risk for selection bias, performance bias, detection bias, reporting bias, and attrition bias, with the highest risk associated with selection bias and the lowest associated with reporting bias. The outcome data suggest that children in kinship foster care experience fewer behavioural problems (standardised mean difference effect size -0.33, 95% confidence interval (CI) -0.49 to -0.17), fewer mental health disorders (odds ratio (OR) 0.51, 95% CI 0.42 to 0.62), better well-being (OR 0.50, 95% CI 0.38 to 0.64), and less placement disruption (OR 0.52, 95% CI 0.40 to 0.69) than do children in non-kinship foster care. For permanency, there was no difference on reunification rates, although children in non-kinship foster care were more likely to be adopted (OR 2.52, 95% CI 1.42 to 4.49), while children in kinship foster care were more likely to be in guardianship (OR 0.26, 95% CI 0.17 to 0.40). Lastly, children in non-kinship foster care were more likely to utilise mental health services (OR 1.79, 95% CI 1.35 to 2.37).

Authors' conclusions

This review supports the practice of treating kinship care as a viable out-of-home placement option for children removed from the home for maltreatment. However, this conclusion is tempered by the pronounced methodological and design weaknesses of the included studies.

Résumé scientifique

Prise en charge par les proches pour la sécurité, la stabilité et le bien-être des enfants placés hors du domicile en raison de maltraitances

Contexte

Chaque année un grand nombre d'enfants à travers le monde sont retirés de leur domicile car ils sont victimes de maltraitances. Les agences de la protection de l'enfance sont responsables du placement de ces enfants dans des environnements hors du domicile favorisant la sécurité, la stabilité et le bien-être. Toutefois, les enfants placés hors du domicile présentent typiquement plus de troubles éducatifs, comportementaux et psychologiques que leurs pairs, bien qu'il soit difficile de savoir si cela résulte du placement lui-même, des maltraitances qui l'ont précipité, ou de lacunes dans le système de protection de l'enfance.

Objectifs

Évaluer l'effet de la prise en charge par les proches par rapport au placement en famille d'accueil sur la sécurité, la stabilité et le bien-être des enfants placés hors du domicile en raison de maltraitances.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour cette revue mise à jour le 14 mars 2011 : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, PsycINFO, CINAHL, Sociological Abstracts, Social Science Citation Index, ERIC, Conference Proceedings Citation Index-Social Science and Humanities, ASSIA, et Dissertation Express. Nous avons effectué une recherche manuelle dans les journaux pertinents sur le travail social ainsi que dans les références bibliographiques des revues de littérature publiée, et contacté des auteurs.

Critères de sélection

Études contrôlés expérimentales et quasi expérimentales dans lesquelles des enfants retirés du domicile en raison de maltraitances et pris en charge par les proches ont été comparés avec des enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté sur les critères de jugement relatifs à l'enfant dans les domaines du bien-être, de la stabilité ou de la sécurité.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment lu les titres et résumés identifiés dans les recherches et sélectionné les études appropriées. Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité de chaque étude dans la collection de preuves et ensuite évalué la qualité méthodologique des études incluses. Pour finir, nous avons extrait les données de résultats et les avons saisies dans le logiciel Review Manager 5 (RevMan) pour une méta-analyse dont les résultats sont présentés sous forme écrite et graphique.

Résultats principaux

Cent-deux études quasi expérimentales avec 666 615 enfants sont incluses dans cette revue. L'analyse du risque de biais indique que la collection de preuves contient des études à risque incertain de biais de sélection, de performance, de détection, de notification et d'attrition, le risque le plus élevé étant associé au biais de sélection et le risque le plus faible au biais de notification. Les données de résultats suggèrent que les enfants pris en charge par les proches présentent moins de troubles comportementaux (différence moyenne standardisée dans l'ampleur de l'effet de -0,33, intervalle de confiance à 95 % (IC) de -0,49 à -0,17) et mentaux (rapport des cotes (RC) 0,51, IC à 95 % 0,42 à 0,62), un meilleur bien-être (RC 0,50, IC à 95 % 0,38 à 0,64) et moins d'interruptions dans le placement (RC 0,52, IC à 95 % 0,40 à 0,69) par rapport aux enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté. En ce qui concerne la stabilité, il n'y avait aucune différence dans les taux de réunification, bien que les enfants en famille d'accueil sans lien de parenté étaient plus susceptibles d'être adoptés (RC 2,52, IC à 95 % 1,42 à 4,49), tandis que les enfants pris en charge par les proches étaient plus susceptibles d'être mis sous tutelle (RC 0,26, IC à 95 % 0,17 à 0,40). Pour finir, les enfants placés en famille d'accueil sans lien de parenté étaient plus susceptibles de recourir à des services de santé mentale (RC 1,79, IC à 95 % 1,35 à 2,37).

Conclusions des auteurs

Cette revue étaye la pratique consistant à considérer la prise en charge par les proches comme une option valable pour le placement hors du domicile des enfants qui en ont été retirés en raison de maltraitances. Toutefois, cette conclusion doit être tempérée à cause des faiblesses marquées dans la méthodologie et la conception des études incluses.

Plain language summary

Kinship care for the safety, permanency, and well-being of maltreated children

Child abuse and neglect are common problems across the world that result in negative consequences for children, families, and communities. Children who have been abused or neglected are often removed from the home and placed in residential care or with other families, including foster families. Foster care was traditionally provided by people that social workers recruited from the community specifically to provide care for children whose parents could not look after them. Typically they were not related to the children placed with them, and did not know them before the placement was arranged. In recent years many societies have introduced policies that favour placing children who cannot live at home with other members of their family or with friends of the family. This is known as 'kinship care' or 'families and friends care'.  We do not know what type of out-of-home care (placement) is best for children. 

This review was designed to help find out if research studies could tell us which kind of placement is best. We found 102 studies with 666,615 children that met the methodological standards we considered acceptable. Wherever possible we combined the data from studies looking at the same outcome for children, in order to be more confident about what the research was telling us. Current best evidence suggests that children in kinship foster care may do better than children in traditional foster care in terms of their behavioural development, mental health functioning, and placement stability. Children in traditional foster care placements may do better with regard to achieving adoption and accessing services they may need. There were no negative effects experienced by children who were placed in kinship care. The major limitation of this systematic review is that the quality of research on kinship care is weakened by the poor methods of the included studies. Implications for practice and future research are discussed.

Résumé simplifié

Prise en charge par les proches pour la sécurité, la stabilité et le bien-être des enfants maltraités

La violence et la négligence envers les enfants sont des problèmes courants dans le monde qui entraînent des conséquences négatives pour les enfants, les familles et les communautés. Les enfants qui ont été victimes d'abus ou de négligences sont souvent retirés de la maison et placés en résidence ou dans une autre famille, y compris en famille d'accueil. Les familles d'accueil étaient traditionnellement recrutées par les travailleurs sociaux dans la communauté spécifiquement pour prendre soin d'enfants dont les parents ne pouvaient s'occuper. Ces familles n'avaient typiquement aucun lien de parenté avec les enfants placés chez eux, et ne les connaissaient pas avant l'organisation du placement. Ces dernières années, de nombreuses sociétés ont introduit des politiques favorisant le placement des enfants qui ne peuvent vivre à domicile avec d'autres membres de leur famille ou avec des amis de la famille. Cette pratique est appelée « prise en charge par les proches » ou « placement dans la famille ou chez des amis ». On ne sait pas quel type de prise en charge hors du domicile (placement) est le meilleur pour les enfants.

Cette revue a été conçue pour aider à déterminer si les études de recherche pouvaient nous indiquer le meilleur type de placement. Nous avons identifié 102 études portant sur 666 615 enfants qui répondaient aux normes méthodologiques acceptables pour nous. Lorsque cela était possible, nous avons combiné les données issues d'études examinant le même critère de jugement relatif à l'enfant, afin de renforcer notre confiance en ce que la recherche disait. Les meilleures preuves actuellement disponibles suggèrent que les enfants pris en charge par les proches pourraient avoir de meilleurs résultats que les enfants placés en famille d'accueil traditionnelle en termes de développement comportemental, de santé et de fonction mentales, et de stabilité de placement. Les enfants placés en famille d'accueil traditionnelle pourraient mieux évoluer en ce qui concerne l'adoption et l'obtention de services dont ils peuvent avoir besoin. Les enfants pris en charge par les proches n'ont pas ressenti d'effets négatifs. La principale limitation de cette revue systématique est que la qualité de la recherche sur la prise en charge par les proches est affaiblie par la faiblesse méthodologique des études incluses. Les implications pour la pratique et les recherches futures sont examinées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 26th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

Laienverständliche Zusammenfassung

Betreuung durch Verwandte für die Sicherheit, Dauerhaftigkeit und das Wohlbefinden von misshandelten Kindern

Kindesmissbrauch und Vernachlässigung sind weltweit häufige Probleme mit negativen Folgen für die Kinder, deren Familien und die Öffentlichkeit. Kinder, die missbraucht oder vernachlässigt worden sind, werden oft von ihrem Zuhause entfernt und in Heimen oder in anderen Familien, einschließlich Pflegefamilien, untergebracht. Traditionellerweise wird die Betreuung durch Pflegefamilien von Personen angeboten, die durch Sozialarbeiter eigens zur Betreuung von Kindern, deren Eltern sich nicht um sie kümmern konnten, rekrutiert werden. In der Regel waren diese Personen nicht mit den bei ihnen untergebrachten Kindern verwandt und kannten sie nicht, bevor die Unterbringung vereinbart wurde. In den letzten Jahren haben viele Gesellschaften Richtlinien eingeführt, die eine Unterbringung der Kinder, die nicht in ihrem Zuhause leben können, bei anderen Familienmitgliedern oder bei Freunden der Familie bevorzugt. Dies ist als "Betreuung durch Verwandte" oder "Betreuung durch Familie und Freunde" bekannt.  Wir wissen nicht, welche Art der Betreuung (Unterbringung) außerhalb vom eigenen Zuhause für die Kinder am besten ist. 

Dieser Review wurde entworfen, um herauszufinden, ob Forschungsstudien uns sagen könnten, welche Art der Unterbringung am besten ist. Wir fanden 102 Studien mit 666.615 Kindern, welche die methodischen Standards, die wir als akzeptabel erachteten, erfüllten. Wo immer möglich haben wir die Daten von Studien kombiniert, die die gleichen Endpunkte für die Kinder betrachteten, um sicherer sein zu können, was die Forschung uns sagte. Die derzeit beste Evidenz legt nahe, dass Kinder in Pflegefamilien mit Verwandten möglicherweise besser als Kinder in traditionellen Pflegefamilien abschneiden, was ihre Verhaltensentwicklung, das Auftreten psychischer Störungen und die Stabilität der Unterbringung betrifft. Kinder in traditionellen Pflegeunterbringungen schneiden möglicherweise besser hinsichtlich der Erreichung von Adoption und dem Zugriff auf Dienste, die sie möglicherweise benötigen, ab. Es gab keine negativen Auswirkungen für Kinder, die zur Pflege bei Verwandten untergebracht waren. Die Haupteinschränkung dieses systematischen Reviews ist, dass die Qualität der Forschung über Betreuung durch Verwandte durch die schlechten Methoden der eingeschlossenen Studien abgeschwächt wird. Implikationen für die Praxis und die zukünftige Forschung werden diskutiert.

Anmerkungen zur Übersetzung

U. Gartner, Koordination durch Cochrane Schweiz.