Intervention Review

5-FU for genital warts in non-immunocompromised individuals

  1. Claudio S Batista1,*,
  2. Álvaro N Atallah2,
  3. Humberto Saconato3,
  4. Edina MK da Silva4

Editorial Group: Cochrane Sexually Transmitted Diseases Group

Published Online: 14 APR 2010

Assessed as up-to-date: 7 SEP 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD006562.pub2


How to Cite

Batista CS, Atallah ÁN, Saconato H, da Silva EMK. 5-FU for genital warts in non-immunocompromised individuals. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 4. Art. No.: CD006562. DOI: 10.1002/14651858.CD006562.pub2.

Author Information

  1. 1

    Universidade Federal de São Paulo / Escola Paulista de Medicina, Departament of Medicine, Urgency Medicine, São Paulo, SP, Brazil

  2. 2

    Universidade Federal de São Paulo / Escola Paulista de Medicina, Brazilian Cochrane Centre, São Paulo, SP, Brazil

  3. 3

    Federal University of Rio Grande do Norte, Department of Medicine, São Paulo, Vila Clementino, Brazil

  4. 4

    Universidade Federal de São Paulo, Emergency Medicine and Evidence Based Medicine, São Paulo, São Paulo, Brazil

*Claudio S Batista, Departament of Medicine, Urgency Medicine, Universidade Federal de São Paulo / Escola Paulista de Medicina, Rua Pedro de Toledo 598, São Paulo, SP, Brazil. csergiobatista@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 APR 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Genital warts are common and usually are harmless but can be painful and psychologically burdensome. Several local treatments can be used, including topical 5-Fluorouracil (5-FU).

Objectives

To determine the effectiveness and safety of 5-FU topical treatment for genital warts in nonimmunocompromised individuals.

Search methods

Databases searched were Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2009 Issue 3), MEDLINE (1966 to August 2009), EMBASE (until August 2009), LILACS (1982 to August 2009). The search had no language or publication restrictions.

Selection criteria

The review included randomised controlled trials (RCTs) among women, men, or both sexes, aged 18 years and older, comparing: 5-FU versus placebo or no treatment; 5-FU in any dose versus other isolated treatment, topical or systemic; 5-FU in any dose associated with other treatment versus placebo; 5-FU in any dose associated with other treatment versus other isolated treatment, topical or systemic; 5-FU in any dose associated with other treatment versus other associated treatment, topical or systemic.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial quality and extracted data from the original publications.

Main results

Six trials involving 988 patients (645 women and 343 men) and reporting eight comparisons were found. Two studies reported withdrawals and dropouts, but none mentioned analysis by intention to treat (ITT). 5-FU presented better results for cure than placebo or no treatment (relative risk (RR) 0.39, 95% confidence interval (CI) 0.23 to 0.67), meta-cresol-sulfonic acid (MCSA) (RR 2.11, 95% CI 0.83 to 5.37), Podophylin 2%, 4% or 25% (RR 1.26, 95% CI 0.86 to 1.82). There were no statistical differences for treatment failure for 5-FU versus CO2 Laser (RR 0.69, 95% CI 0.43 to 1.11) versus 5-FU + INFα-2a (low dose) (RR 1.02, 95% CI 0.87 to 1.119). Worse results were found for 5-FU versus 5-FU + INFα-2a (high dose) (RR 10.78, 95% CI 1.50 to 77.36), and 5-FU + CO2 Laser INFα-2a (high dose) (RR 7.97, 95% CI 2.87 to 22.13).

Authors' conclusions

The reviewed trials were highly variable in methods and quality, and the evidence provided by these studies was weak. Cure rates with several treatments were variable, and although 5-FU presents therapeutic results that are inferior to those seen with 5-FU + Inf α-2a (high dose) and 5-FU + CO2 Laser + Inf α-2a (high dose), the treatment should not be abandoned. Topical treatment with 5-FU has a therapeutic effect; however, the benefits and risks have not been determined clearly and further studies are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

5-FU for genital warts in nonimmunocompromised individuals

Genital warts is one of the most common types of sexually transmitted infection, with an estimated occurrence of about 32 million cases worldwide each year. The warts affect the genital area and cause such symptoms as itching, burning, discomfort, pain, or bleeding with intercourse. Because of the recurrence and the stigma associated with genital warts, frequently there are psychological burdens associated with the disease that possibly could become traumatic as feeling of shame, worry, fear, anger, and lowered self-esteem develop. Lesions can spread on one person and because they are easily spread between people, genital warts potentially can be a serious public health problem. There are many options for treating genital warts, but none so far are superior to the others. At this time, there is no available evidence that treatment efficiently eliminates genital warts or hinders its progression to malignancy. This review evaluated the effectiveness and safety of topical 5-FU for treatment of genital warts in nonimmunocompromised individuals. Evidence from the studies we reviewed showed that 5-FU had better results for cure than placebo or no treatment; MCSA; and Podophylin 2%, 4% or 25%. No statistical difference was found when 5-FU was compared with CO2 Laser treatment, and results were poor when 5-FU was compared with 5-FU + INFα-2a (high dose) or 5-FU + CO2 Laser INFα-2a (high dose). The weak point of this review was the great variability in the methods and quality of the studies that we included.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement par 5- FU des condylomes chez les malades non immunodéprimés

Contexte

Les condylomes sont fréquents et généralement sans danger, mais peuvent être douloureux et psychologiquement difficiles à assumer. Différents traitements locaux peuvent être utilisés et notamment le 5-Fluorouracile (5-FU).

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'a tolérance du traitement par 5-FU topique pour les verrues génitales chez des individus non-immunodéprimés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté les bases de données suivantes : registre Cochrane des essais contrôlés (la librairie Cochrane, 2009, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à août 2009), EMBASE (jusqu'en août 2009), LILACS (de 1982 à août 2009). Aucune restriction de langue ou de publication n'a été appliquée.

Critères de sélection

Nous avons inclus dans la revue des essais contrôlés randomisés (ECR) menés auprès de femmes, d'hommes, ou des deux sexes, âgés de 18 ans et plus et comparant : le 5-FU versus un placebo ou l'absence de traitement ; le 5-FU à n'importe quelle dose versus un autre traitement isolé, topique ou systémique ; le 5-FU à n'importe quelle dose, associé à un autre traitement versus un placebo ; le 5-FU à n'importe quelle dose, associé à un autre traitement versus un autre traitement isolé, topique ou systémique ; le 5-FU à n'importe quelle dose, associé à un autre traitement versus un autre traitement associé, topique ou systémique.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité des essais et ont extrait les données des publications d'origine.

Résultats Principaux

Six essais portant sur 988 patients (645 femmes et 343 hommes) et rapportant huit comparaisons ont été trouvés. Deux études rapportaient les arrêts prématurés et les sorties d'étude, mais aucune étude ne mentionnait une analyse de l'intention de traiter (ITT). Le 5-FU a entraîné de meilleurs résultats de guérison que le placébo ou l'absence de traitement (risque relatif (RR) 0,39, intervalle de confiance (IC) de 95% entre 0,23 et 0,67), que l'acide métacrésol sulfonique (AMCS) (RR 2,11, IC de 95% entre 0,83 et 5,37) et que la podophylline à 2%, 4% ou 25% (RR 1,26, IC de 95% entre 0,86 et 1,82). Aucune différence statistique n'a été observée en termes d'échec thérapeutique pour le 5-FU versus le laser CO2 (RR 0,69, IC de 95% entre 0,43 et 1,11) ou versus le 5-FU + INFα-2a (faible dose) (RR 1,02, IC de 95% entre 0,87 et 1,119). Les résultats les plus défavorables ont été obtenus pour le 5-FU versus le 5-FU + INFα-2a (haute dose) (RR 10,78, IC de 95% entre 1,50 et 77,36), et le 5-FU + laser CO2 INFα-2a (haute dose) (RR 7,97, IC de 95% entre 2,87 et 22,13).

Conclusions des auteurs

Les essais inclus dans la revue présentaient une grande variabilité en termes de méthodes et de qualité et le niveau de preuve fourni par ces études était faible. Des taux de guérison variables ont été observés avec les différents traitements et bien que le 5-FU présente des résultats thérapeutiques inférieurs à ceux du 5-FU + Inf α-2a (haute dose) et 5-FU + laser CO2 + Inf α-2a (haute dose), le traitement ne devrait pas être abandonné. L'effet thérapeutique du traitement topique par 5-FU a été démontré ; cependant, les bénéfices et les risques n'ont pas été déterminés clairement et d'autres études sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement par 5- FU des condylomes chez les malades non immunodéprimés

Traitement par 5- FU des condylomes chez les malades non immunodéprimés

Les condylomes sont l'une des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes, avec environ 32 millions de cas dans le monde entier chaque année. Les condylomes surviennent dans la région génitale et entraînent des symptômes comme des démangeaisons, des brûlures, des gênes, de la douleur ou des saignements pendant les rapports sexuels. En raison des récidives et de la stigmatisation associées aux condylomes, cette maladie peut avoir des conséquences psychologiques liées au sentiment de honte, de peine, de peur, de colère et de baisse de l'estime de soi. Les lésions peuvent s’étendre chez un sujet et comme elles sont facilement transmissibles d’une personne à une autre, les condylomes peuvent être un sérieux problème de santé publique. Il existe de nombreux traitements contre les verrues génitales, mais jusqu'ici, aucun ne s'est avéré supérieur aux autres. Actuellement, il n'existe pas de preuve que le traitement élimine efficacement les verrues génitales ou ralentit sa progression vers la malignité. Cette revue évaluait l'efficacité et la tolérance du 5-FU topique dans le traitement des condylomes chez des individus non-immunodéprimés. Les études que nous avons examinées montraient que les taux de guérison du 5-FU étaient supérieurs au placébo ou à l'absence de traitement ; à l'AMCS ; et à la podophylline à 2%, 4% ou 25%. Aucune différence statistique n'a été mise en évidence entre le 5-FU et le traitement par laser CO2 et les résultats de la comparaison entre le 5-FU et le 5-FU + INFα-2a (haute dose) ou le 5-FU + laser CO2 INFα-2a (haute dose) ont été faibles. Le point faible de cette revue était la grande variabilité des méthodes et de la qualité des études que nous avons incluses.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français