Intervention Review

Chinese herbal medicine for endometriosis

  1. Andrew Flower1,*,
  2. Jian Ping Liu2,
  3. George Lewith3,
  4. Paul Little4,
  5. Qing Li2

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 31 OCT 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006568.pub3


How to Cite

Flower A, Liu JP, Lewith G, Little P, Li Q. Chinese herbal medicine for endometriosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD006568. DOI: 10.1002/14651858.CD006568.pub3.

Author Information

  1. 1

    Southampton University, Complementary Medicine Research Unit, Dept Primary Medical Care, Ringmer, Sussex, UK

  2. 2

    Beijing University of Chinese Medicine, Centre for Evidence-Based Chinese Medicine, Beijing, China

  3. 3

    Complementary Medicine Research Unit, Visiting Professor, University of Westminster, Southampton, UK

  4. 4

    Aldermoor Health Centre, University of Southampton, Department of Primary Care and Population Sciences Division, Faculty of Medicine, Southampton, UK

*Andrew Flower, Complementary Medicine Research Unit, Dept Primary Medical Care, Southampton University, Norlington Gate Farmhouse, Norlington Lane, Ringmer, Sussex, BN8 5SG, UK. flower.power@which.net.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Endometriosis is characterized by the presence of tissue that is morphologically and biologically similar to normal endometrium in locations outside the uterus. Surgical and hormonal treatment of endometriosis have unpleasant side effects and high rates of relapse. In China, treatment of endometriosis using Chinese herbal medicine (CHM) is routine and considerable research into the role of CHM in alleviating pain, promoting fertility, and preventing relapse has taken place.

This review is an update of a previous review published in the Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, issue No 3.

Objectives

To review the effectiveness and safety of CHM in alleviating endometriosis-related pain and infertility.

Search methods

We searched the Menstrual Disorders and Subfertility Group Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library) and the following English language electronic databases (from their inception to 31/10/2011): MEDLINE, EMBASE, AMED, CINAHL, and NLH.

We also searched Chinese language electronic databases: Chinese Biomedical Literature Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI), Chinese Sci & Tech Journals (VIP), Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval System (TCMLARS), and Chinese Medical Current Contents (CMCC).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) involving CHM versus placebo, biomedical treatment, another CHM intervention; or CHM plus biomedical treatment versus biomedical treatment were selected. Only trials with confirmed randomisation procedures and laparoscopic diagnosis of endometriosis were included.

Data collection and analysis

Risk of bias assessment, and data extraction and analysis were performed independently by three review authors. Data were combined for meta-analysis using relative risk (RR) for dichotomous data. A fixed-effect statistical model was used, where appropriate. Data not suitable for meta-analysis were presented as descriptive data.

Main results

Two Chinese RCTs involving 158 women were included in this review. Both these trials described adequate methodology. Neither trial compared CHM with placebo treatment.

There was no evidence of a significant difference in rates of symptomatic relief between CHM and gestrinone administered subsequent to laparoscopic surgery (95.65% versus 93.87%; risk ratio (RR) 1.02, 95% confidence interval (CI) 0.93 to 1.12, one RCT). The intention-to-treat analysis also showed no significant difference between the groups (RR 1.04, 95% CI 0.91 to 1.18). There was no significant difference between the CHM and gestrinone groups with regard to the total pregnancy rate (69.6% versus 59.1%; RR 1.18, 95% CI 0.87 to 1.59, one RCT).

CHM administered orally and then in conjunction with a herbal enema resulted in a greater proportion of women obtaining symptomatic relief than with danazol (RR 5.06, 95% CI 1.28 to 20.05; RR 5.63, 95% CI 1.47 to 21.54, respectively). Overall, 100% of women in all the groups showed some improvement in their symptoms.

Oral plus enema administration of CHM showed a greater reduction in average dysmenorrhoea pain scores than did danazol (mean difference (MD) -2.90, 95% CI -4.55 to -1.25; P < 0.01). Combined oral and enema administration of CHM also showed a greater improvement measured as the disappearance or shrinkage of adnexal masses than with danazol (RR 1.70, 95% CI 1.04 to 2.78). For lumbosacral pain, rectal discomfort, or vaginal nodules tenderness, there was no significant difference between CHM and danazol.

Authors' conclusions

Post-surgical administration of CHM may have comparable benefits to gestrinone but with fewer side effects. Oral CHM may have a better overall treatment effect than danazol; it may be more effective in relieving dysmenorrhoea and shrinking adnexal masses when used in conjunction with a CHM enema. However, more rigorous research is required to accurately assess the potential role of CHM in treating endometriosis.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Chinese herbs for endometriosis

Endometriosis is a common gynaecological condition causing menstrual and pelvic pain. Treatment involves surgery and hormonal drugs, with potentially unpleasant side effects and high rates of reoccurrence of endometriosis. This review suggests that Chinese herbal medicine (CHM) may be useful in relieving endometriosis-related pain with fewer side effects than experienced with conventional treatment. However, the two trials included in this review are of poor methodological quality so these findings must be interpreted cautiously. Better quality randomised controlled trials are needed to investigate a possible role for CHM in the treatment of endometriosis.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les plantes médicinales chinoises pour l'endométriose

Contexte

L'endométriose est caractérisée par la présence, hors de l'utérus, de tissus morphologiquement et biologiquement similaires à l'endomètre normal. Les traitements chirurgicaux et hormonaux de l'endométriose ont des effets secondaires désagréables et des taux élevés de rechute. En Chine, le traitement de l'endométriose au moyen de plantes médicinales chinoises (PMC) est de pratique courante et des recherches considérables examinant le rôle des PMC dans le soulagement de la douleur, l'amélioration de la fertilité, et la prévention des rechutes se sont développées.

Cette revue est une mise à jour d'une revue précédente publiée dans la base des revues systématiques Cochrane 2009, numéro 3.

Objectifs

Examiner l'efficacité et l'innocuité des PMC dans le soulagement de la douleur associée à l'endométriose et l'infertilité.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ( La Bibliothèque Cochrane ) Et les bases de données suivantes en langue anglaise (depuis leur création jusqu'au 31/10/2011) : MEDLINE, EMBASE, AMED, CINAHL et NLH.

Nous avons également consulté les bases de données électroniques en langue chinoise : Chinese Biomedical Literature Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI), Chinese Sci & Tech Journals (VIP), Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval System (TCMLARS) et Chinese Medical Current Contents (CMCC).

Critères de sélection

Nous avons sélectionné les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des PMC à un placebo, à un traitement biomédical, à une autre intervention de PMC, ou des PMC plus traitement biomédical au seul traitement biomédical. Seuls les essais avec procédures de randomisation confirmées et diagnostic laparoscopique de l'endométriose ont été inclus.

Recueil et analyse des données

L'évaluation du risque de biais, et l'extraction et l'analyse des données ont été réalisées indépendamment par trois auteurs de la revue. Les données ont été combinées en une méta-analyse en utilisant le risque relatif (RR) pour les données dichotomiques. Un modèle statistique à effets fixes a été utilisé, lorsque cela était approprié. Les données qui ne se prêtaient pas à la méta-analyse ont été présentées sous forme de données descriptives.

Résultats principaux

Deux ECR chinois impliquant au total 158 femmes ont été inclus dans cette revue. Bien que ces deux essais décrivaient une méthodologie convenable, ils étaient de qualité limitée. Aucun de ces deux essais ne comparait les PMC à un traitement placebo.

Il n'y avait aucune preuve d'une différence significative dans les taux de soulagement symptomatique entre les PMC et la gestrinone administrée après chirurgie laparoscopique (RR de 1,04, IC à 95 % 0,91 à 1,18). Il n'y avait aucune différence significative entre les groupes PMC et gestrinone en ce qui concerne le taux total de grossesse (69,6 % versus 59,1 % ; RR 1,18, IC à 95 % 0,87 à 1,59, un ECR).

Les PMC administrées par voie orale puis en conjonction avec un lavement à base de plantes a entraîné une plus grande proportion de femmes à ressentir un soulagement symptomatique qu'avec le danazol (RR 5,06 ; IC à 95 % 1,28 à 20,05 ; RR 5,63 ; IC à 95 % 1,47 à 21,54 respectivement). L'administration de PMC à la fois orale et par lavement entraînait une réduction supérieure des scores moyens de douleur de la dysménorrhée que le danazol (différence moyenne (DM) -2,90 ; IC à 95 % -4,55 à -1,25.) Pour la douleur lombo-sacrée, l'inconfort rectal, ou la sensibilité des nodules vaginaux, il n'y avait aucune différence significative entre les PMC et le danazol.

Globalement, 100 % des femmes dans les deux études ont montré une certaine amélioration de leurs symptômes. Les femmes prenant des PMC avaient moins d'effets secondaires que ceux prenant soit la gestrinone ou le danazol.

Conclusions des auteurs

L'administration postopératoire de PMC pourrait avoir des bénéfices comparables à la gestrinone. Le traitement par PMC en administration orale pourrait avoir un meilleur effet global que le danazol et pourrait être plus efficace dans le soulagement de la dysménorrhée lorsqu'il est utilisé en conjonction avec un lavement aux PMC. Le traitement par PMC semble avoir moins d'effets secondaires que la gestrinone ou le danazol. Cependant, des recherches plus rigoureuses sont nécessaires pour évaluer avec précision le rôle potentiel des PMC dans le traitement de l'endométriose.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

L'utilisation de plantes médicinales chinoises pour l'endométriose

L'endométriose est une affection gynécologique courante provoquant des douleurs menstruelles et pelviennes. Le traitement implique une intervention chirurgicale et des médicaments hormonaux, avec des effets secondaires potentiellement désagréables et des taux élevés de récidive de l'endométriose. Les deux petites études de cette revue suggèrent que les plantes médicinales chinoises (PMC) peuvent être aussi efficaces que la gestrinone et peut être plus efficace que le danazol pour soulager la douleur associée à l'endométriose, avec moins d'effets secondaires dus au traitement conventionnel. Cependant, les deux essais inclus dans cette revue étaient de petite taille et de qualité limitée de sorte que ces résultats doivent être interprétés avec précaution. Des essais contrôlés randomisés de meilleure qualité sont nécessaires pour examiner un possible rôle des PMC dans le traitement de l'endométriose.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français